Le printemps de l’art — 35

 

Toni Demuro habite en Sardaigne où il illustre  des livres, des magazine et des journaux. Il a travaillé entre autres pour  Penguin Books, The Boston Globe, The Washington Post, et le Corriere della Sera.

FB 
Instagram 
Son site 

Des ours dans la maison

savane

 

over the mens

Quand je marche en foret

o que tem de mais lindo

le bidule

the tired lonely downside the boston globe

skin

 

 

Premières lignes — 25 mai

Premières lignes (je suis en retard, en retard )

 » J’ai  une histoire à vous raconter. L’idée me trotte dans la tête depuis un bon bout de temps, et cette fois, je me lance, mais je vous préviens, la route risque d’être cahoteuse. Je  me suis encore jamais attaqué à pareil ouvrage, alors j’y vais à l’aveuglette, sans carte, comme qui dirait, et je sais pas trop , dans ce qui l’est arrivé , ce qui vaut de figurer dans mon récit. « 

M.R Carey a déjà signé à  l’Atalante « Celle qui a tous les dons » (The last girl), que j’avais eu du mal à terminer, moyennement emballée par les zombies. Cette fois, il s’agit d’une  trilogie post-apo,  sans zombies, qui commence avec « Le livre de Koli« . Nous suivons donc le jeune Koli, qui vit dans l’un des villages d’une Angleterre située dans un futur dévasté par les guerres et le changement climatique. Narré à la 1ère personne, ce pseudo-journal intime va nous permettre d’entrer dans la vie de cette communauté de survivants pour qui les végétaux sont devenus des ennemis (la flore ayant luté, elle dévore les êtres humains). Les villageois sont donc retranchés derrière des palissades, se plaçant également sous la protection de Remparts spécifiques,  i.e plusieurs personnes  occupant un rôle et utilisant un « tech » bien précis afin de défendre le village  (Rempart Feu, Rempart Flèche, Rempart Mémoire ou encore Rempart Couteau). Mais il semblerait que ces rôles de prestige (la classe sociale dominante, en fait) qui sont répartis lorsque les jeunes gens entrent dans l’âge adulte, sont toujours dévolus à la même famille… Etrange…
Koli arrive à l’âge où la cérémonie de passage va déterminer sa vie future. Lui aussi aimerait devenir un Rempart -et, si possible, être aimé et se marier avec celle dont il vient de tomber amoureux. Sauf que… cette caste lui est refusé. Il va apprendre bien des secrets sur cette famille. Des secrets qui vont lui attirer de gros ennuis. Et le début de son émancipation.

Nous suivons avec intérêt l’évolution de Koli, en immersion totale et découvrons avec lui ce qui se passe au-delà de la palissade.
J’ai été totalement embarquée par ce premier tome, grâce à une traduction impeccable de Patrick Couton, par une narration parfaite, des rebondissements bien placés, une gestion du suspense et une mise en place de l’univers tout à fait excellente.
Un très bon premier tome. Je ne peux que le conseiller.

— le second m’attend, d’ailleurs —

Le Livre de Koli par Carey

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes — 18 mai

 

Premières lignes 

« Ma langue est un chariot allant de mon coeur à ton esprit.
Elle me déplace entier pour t’apprendre ce que je suis,
comment je vois le monde, comment je le réfléchis.
Libre à toi d’entrer en résistance ou en communion.
Notre langue sera le reflet humble et honnête de notre relation »

 

Le langage est la clé du roman de Michael Roch, un roman choral, parfois exigeant, à l’esthétique cyberpunk , riche de mots qui m’a souvent émerveillée.
On suit plusieurs points de vue, ceux des membres d’une même famille, qui parlent chacun et chacune leur propre langage :  Pat,  révolutionnaire qui veut découvrir la terre des ancêtres, les deux soeurs traductrices,  Ézie qui tente d’élucider ces mystères autour des disparitions d’enfants,  et Lonia,  Joe et  Patson, fils de Pat. Pat s’exprime surtout en créole martiniquais mêlé de créole haïtien et de quelques mors de son crû — souvent du créole qu’il a détourné comme « bouden » pour ventre (alors que le mot existe en haïtien) « fondok » pour « le fond du fond » (en créole martiniquais, c’est  ce qui fonde, la base).  Donc pas complètement de l’invention. Joe utilise le verlan et Patson, comme il le dit : « Moi, je parle français, parce que je préfère. Du moins, je m’en fous quoi. Mon père, il parle kréyol quand il veut.  »
La langue est riche, foisonnante., se décrypte, et tant mieux, puisque tout est une question de traduction, d’identité, de multilinguisme. On comprend ici que le thème de l’identité et de la communication se trouvent au centre du roman.

Dans une ville (l’en-ville littéralement, Lanvil) une mégapole caribéenne, à la pointe de la technologie où les humains sont reliés au réseau et aux machines, la verticalité est de rigueur ; on ne vit pas de la même façon en haut« l’anwo »  qu’en bas « l’anba », ; là  vivent les riches, et là où tentent de vivre  les plus défavorisés (on peut penser à Rivers Solomon  « L’incivilité des fantômes« , par ex.).

Les dominés, les plus pauvres, essaient de résoudre cette inégalité en cherchant le Tout-Monde, comme le fait Pat. Le Tout-(Monde renvoie à la notion développée par Edouard Glissant (en 1997) : « J’appelle Tout-monde, notre univers tel qu’il change et perdure en échangeant et, en même temps, la “vision” que nous en avons » (plus ici )

Je n’en dirais pas plus : il faut prendre le temps de découvrir Tè mawon, de se plonger dans la langue créole, de se laisser embarquer dans cet univers.

Tè Mawon est un roman très réussi   d’afro-futurisme caribéen qui pourrait se conclure par ceci : — kouté pou tann (écoutez pour entendre) tann pour konprann (entendre pour comprendre) konprann pou antann (comprendre pour l’entente)
antann pou vansé ansanm (l’entente pour avancer ensemble).

Note perso : ce fut un régal, pour ma part, mais je n’ai pas eu vraiment de mal. Lire des phrases en créole martiniquais (qui est quasi le même que le guadeloupéen à quelques expressions près) a simplement réactivé ce que j’ai pu oublier, vu que je ne le pratique plus. J’ai donc réussi à rêver en créole la nuit.

Tè mawon par Roch

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Carnets de style rock — Irina Lazareanu

Dans ce livre, la top model Irina Lazareanu présente son cercle d’intimes dans les univers de la mode et de la musique au début des années 2000.
Publiés chez Flammarion, 𝚁𝚞𝚗𝚠𝚊𝚢 𝙱𝚒𝚛𝚍, en français, Carnets de style rock (on appréciera l’adaptation), les souvenirs d’Irina se présentent sous la forme de courts textes racontant des moments de sa vie, parfois agitée, ponctuée de rencontres, Kate Moss, Karl Lagerfeld, Amy Winehouse, Yoko Ono et bien d’autres…

Les photos témoignent d’une époque pas très lointaine même si Irina (Rini) a déjà 20 ans de carrière.

On trouve donc de jolies photos, des anecdotes amusantes (j’avoue avoir bien ri par moments), des « conseils » pas forcément utiles mais là n’est pas le propos du livre à mon avis, bref, ce « Carnet de style rock » reste un bel album assez épais qui est plaisant à feuilleter.  On passe un moment agréable, ce qui fait du bien par ces temps troublés.

Résumé :

« Pendant mes vingt années dans le milieu de la mode, j’ai eu la chance de rencontrer des personnes magiques, qui ont eu sur moi une influence déterminante. Je partage ici ce qu’elles m’ont enseigné en matière de style et d’attitude rock. Car si, sur le chemin de la vérité, la beauté peut séduire, faire le voyage avec style n’a jamais fait de mal à personne. »

 

  • Paru le 09/03/2022
    264 pages – 181 x 229 mm
    Broché

 

Carnets de style rock par Lazareanu

 

Merci à Babelio Masse critique et aux éditions Flammarion. 

 

Le printemps de l’art — 33

Vladimir Kush, ( 1965 –   Moscou)  est un peintre et un sculpteur  russe qui vit et travaille aux USA. Il définit son art comme « métaphorique », ses œuvres sont imprégnées d’imagination et de fantaisie. Il travaille principalement comme medium la peinture à l’huile sur toile.

site web

Instagram

 

 

 

 

 

 

Premières lignes — 9 mai

Premières lignes

« Je suis le produit d’une expérience éducative.
Une expérience telle qu’il n’aurait pu en exister que dans ma ville et pour ma génération. Car c’est à peu près à l’époque de ma naissance que les choses se mirent à changer pour Dehaven. A force de s’étendre, chassant la population dans les Faubourgs, elle finit par déborder de ses propres fortifications. « 

J’ai déjà parlé du projet ambitieux édité aux Forges de Vulcain nommé La Tour de Garde : une trilogie consacrée à la capitale du sud, Gemina, et  signée Guillaume Chamanadjian ; une trilogie pour celle du nord, Dehaven, écrite par Claire Duvivier dont je viens de lire Un long voyage (que j’ai adoré).
Amalia est au centre de cette histoire, comme Nox l’était pour Le sang de la cité. Elle appartient aux riches familles de la ville, tout comme son ami Hirion, héritier de la famille de Wautier.
Mais la famille d’Amalia a des idées progressistes et met en place un programme d’éducation inédit pour Amalia et Hirion afin d’en faire des  » citadins de demain ». Certains événements  interviennent dans les familles et les deux enfants sont rejoints par la suite par Yonas,   destiné à prendre la suite de son père à la tête de l’écluse.
L’enseignement est basé sur les faits ; rien que du factuel, pas de contes, ni de légendes. Aucune fiction.
Cet aspect m’a semblé un peu tiré par les cheveux, d’ailleurs…
Et… comme par hasard, l’un des personnages pourtant formé à cette rigueur s’empresse de se pencher sur le surnaturel, partant à la recherche d’objets magiques. Hirion  découvre les objets et…. cela fonctionne.  Surtout  le miroir, qui permet d’apercevoir une autre ville, vite  surnommée Nevahed, la ville-miroir de Dehaven.
Bien sûr, on pense tout de suite à l’univers que Nox arpente dans le Sang de la Cité.
De là, les ennuis commencent. A Dehaven comme à Nevahed…

J’avoue que le début m’a paru un peu long ; la mise en place des personnages, le manque d’action … Non que cela soit désagréable, mais j’ai ressenti un tout petit peu d’ennui. Puis, les choses se précipitent, trouvent leur rythme en allant crescendo. Et quel final !
Donc, malgré quelques petites interrogations, j’ai vraiment hâte de connaître la suite…
Claire Duvivier a su une fois de plus le registre de langage exact pour distinguer les familles nobles comme celles d’Amalia et d’Hirion en employant le passé simple, Yonas ayant tendance à se montrer plus familier.

Une fois de plus, une très bonne surprise.

Capitale du Nord, tome 1 : Citadins de demain par Duvivier

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Le printemps de l’art — 32

 

Sattha Homsawat appelé La Fe, est un artiste-peintre de Thaïlande, spécialisé dans l’aquarelle. Il est connu pour ses peintures de roses. Il explique qu’il a choisi de ne pas faire d’utiliser l’aquarelle pour la transparence et de ne pas faire d’esquisse/dessin au crayon préalable avant de peindre car cela entravait sa créativité et aussi parce que cela abîmait le papier (remarque perso : tout ça est  assez vrai, surtout à l’aquarelle – on peut faire le choix de laisser transparaître le trait de crayon, en considérant qu’il fait partie de la création – parfois c’est un peu moche, j’avoue)

« La Fe trained at the Graduated Faculty of Painting and Sculpture, at Silpakorn University in Thailand

He has become well known for his “Watercolour without Drawing” series of international workshops and paintings.

He follows a tradition of handling the medium of watercolour with a purist approach, often rendering subject matter in “plein air”. He often demonstrates to large audiences and is in demand around the world with invitations from large numbers of admirers in Russia, Europe, South East Asia, China and other regions.

It is his ability to get his perception onto paper with immediacy and directness which underpins his abilities

He has featured on mainstream Thai Television and has made many appearances in the International art press » (source)

Instagram 

FB

Lafe005-cr

003-cr

012-cr

004-cr

Premières lignes — 2 mai

 

Premières lignes , qui sont des premières cases, cette semaine :

A première vue, il s’agit : d’une BD  – qui se passe sur la Lune – avec des spationautes japonais. Jusque là, c’est bon. Mais si je rajoute qu’il se trame des choses étranges sur la face cachée, faisant intervenir une puissance extra-terrestre qui aime beaucoup s’en prendre à la Terre et au Japon en particulier (des fans d’anime, peut-être), qui a déjà attaqué notre planète bleue par le passé avec des engins nommés …au hasard golgoths (ou antéraks, de jolis noms provenant de la VF) depuis le fameux camp de la Lune noire… Alors, oui, j’ai lu Goldorak, l’ album édité par Kana, créé par  Xavier Dorison, Denis Bajram, Alexis Sentenac, Brice Cossu et Yoann Guillo.

Goldorak (BD) par Dorison

L’histoire se déroule chronologiquement après la fin de la série animée (on y trouve d’ailleurs un rappel de ce qui s’est passé, pour rafraîchir la mémoire).   Dans l’anime, Goldorak/Grendizer,  après la victoire finale contre les forces de Véga, Actarus, prince d’Euphor  et sa soeur Phénicia repartaient sur leur planète, Euphor, dans l’espoir d’y retrouver la vie et de tout reconstruire.

Les années ont donc passé. Véga est de retour. Et on retrouve avec plaisir les personnages principaux : Alcor, Vénusia puis le professeur Procyon. Mais alors que Véga attaque et que Goldorak devient nécessaire (le Japon a toujours besoin de Goldorak), la question se pose : où se trouve-t’il ? Et Actarus ?


Cinq auteurs sont réunis ici pour redonner vie à l’oeuvre de  Gō Nagai : Xavier Dorison (scénario), Denis Bajram (scénario et dessins), Brice Cossu (dessins, Alexis Sentenac (dessins également) et Yoann Guillo (couleurs).
Et que dire ? La nostalgie mise à part, c’est une belle réussite. Les dessins et les couleurs m’ont vraiment plu.

Les personnages ne se résument pas à du copier/coller. On les reconnaît pourtant au premier coup d’oeil. (Mizar a grandi, au fait).
Rigel, avec un coup de vieux, mais fidèle à lui-même. On en apprend aussi plus sur son passé.

Phénicia et Vénusia prennent encore plus de place (et tant mieux : Vénusia me semblait toujours un peu cruche). Alcor reste… Alcor. Le dessin  leur rend hommage.

Du côté Véga, ça ne change pas : les uniformes, les têtes …heu… pas très avenantes.

Dans l’anime, pour mémoire, ils ressemblaient à ceci :

Dans cette BD :

L’histoire de ceux de Véga est également fouillée et permet de développer des thèmes intéressants : celui des réfugiés, la relation bourreau/victime, la vengeance, la relation à l’autre…
Tout en gardant l’humour, l’émotion et l’action qui faisaient partie de la série originelle, cette  BD va plus loin, renversant les idées reçues. Et ça fait un bien fou.
Alors, oui, c’est aussi un petit retour en enfance, pour moi qui ai grandi avec les épisodes de Goldorak à la télé mais pas seulement. Au-delà de cette dimension, le lecture est tout à fait agréable, riche d’humanité avec des dessins, un découpage et des couleurs au top.
En bonus, à la fin de l’ouvrage, on trouve le processus de création scénario – story-board, recherche de personnages etc…

Bref, un album que je recommande vivement, qu’on ait suivi ou non l’anime, en fait puisque la BD se suffit à elle-même.

( vous n’allez pas me remercier si je joins l’opening français de 1978, je sais, ça reste dans la tête)

Résumé : La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa soeur sont repartis sur Euphor tandis qu’Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale. Mais, des confins de l’espace, surgit le plus puissant des golgoths : l’Hydragon. Alors que le monstre de l’ultime Division Ruine écrase les armées terriennes, les exigences des derniers représentants de Véga sidèrent la planète : sous peine d’annihilation totale, tous les habitants du Japon ont sept jours pour quitter leur pays et laisser les envahisseurs coloniser l’archipel. Face à cet ultimatum, il ne reste qu’un dernier espoir… Goldorak.

Goldorak - Edition spéciale par Dorison
Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes — 25 avril

Premières lignes 

 » Le 21 septembre 1989, les habitants de l’île Blackney, au large d el’archipel des Mariannes, ont disparu sans laisser de traces. Cinq-cent-quarante-six hommes, femmes et enfants, volatilisés sans que l’on ne trouve aucun corps, ni aucun signe de violence. Les premiers à donner l’alerte furent les membres de la mission Sentinelles, dépêchés depuis plusieurs années par le CNRS afin d’établir le contact avec cette population isolée. A leur tête, les professeurs Henri Luzarche, ethnologue, Adma Redouté, botaniste, et Mareve Temauri, historienne spécialiste du peuplement des îles d’Océanie.
Blackney était une énigme, bien avant de devenir un mythe. »

Je dois dire que j’étais vraiment impatiente de découvrir Into the deep, deuxième roman de Sophie Griselle, publié chez Snag éditions et ceci pour plusieurs raisons :
j’ai découvert  Sophie sur la plateforme Wattpad, où j’avais décidé un beau jour de  mettre en ligne quelques unes de mes  (anciennes) fan fictions . Wattpad étant assez inégal, elle réserve parfois de bonnes surprises: la preuve. J’avais donc lu le tout début de Into the deep en ligne. Mais c’est surtout la qualité de l’écriture de Sophie, son exploration de l’âme humaine dans ses réinterprétations des personnages de l’univers de Harry Potter ou même de Star Wars (le très beau,  Irrépressible ). 

Into the deep  s’attache donc à nous entraîner dans une expédition scientifique, dans la fosse des Mariannes,  le point le plus profond de la croûte terrestre, dans le Pacifique. Toutes les informations fournies dans le roman sont rigoureuses et vérifiables ; comme je suis une grande curieuse, je me régalée à croiser ce qui relevait de la vérité et de la pure fiction… C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce livre : le travail de documentation effectué. Et ce qui est plus important encore, c’est que les renseignements, la partie scientifique n’empiète pas sur le côté merveilleux ou sur l’intrigue comme cela peut arriver. Un très bon point.
On oscille donc entre science, imaginaire, fantastique, sans jamais basculer vraiment dans la SF (je ne vois pas en quoi le terme SF se justifierait, en fait)
En fait, Into the deep explore tout autant les abysses que les tréfonds de l’âme humaine puisque nous suivons Sam, jeune chercheur, tourmenté par le suicide de sa mère (la scientifique Marève Temauri) alors qu’il était tout enfant. Il a toujours vécu dans l’ombre d’un père brillant, Henri Luzarche et aimerait faire ses preuves, voire surpasser ce parent encombrant (masculinité toxique  en vue avec les Luzarche père et fils). Sam dirige une nouvelle expédition dans la fosse des Mariannes. Il travaille avec la très compétente Ophélie, qui est aussi sa petite amie ; un personnage féminin qui cherche sa place et a tendance à s’effacer dans toute une partie du livre (mais cela ne durera pas). 
Un jour, Sam, toujours à la limite, presque en perdition, tombe nez à nez avec une créature. Et pour en revenir au fantastique, et  sans rien divulguer de l’intrigue, tout ce qui touche aux créatures n’appartient pas à la SF  puisque ce ne sont pas des aliens ou des E.T, mais des êtres légendaires, liés à des mythes. Sam va vouloir retrouver sa « sirène » à tout prix, même s’il doit plonger au fond de la fosse et y entraîner son équipe. On voit la détermination du jeune homme mais aussi l’absence de scrupules, et les pulsions autodestructrices… On  y assiste avec inquiétude.
Le roman suit le point de vue de Sam, ses doutes, ses tourments, ses interrogations, ses angoisses,…
Au passage plusieurs thèmes sont abordés, comme, par ex.,  l’éthique scientifique, la reconnaissance des droits des autres espèces (qui est sentient ? ou pas?), la reconnaissance des femmes dans le milieu scientifique (au travers d’Ophélie) et bien sûr, la nature de l’être humain. 
Je dois quand même nuancer mon avis avec deux petites remarques : (sinon, le roman serait parfait)
— le milieu (à peu près) du roman s’éternise sur des dialogues assez redondants qui n’apportent pas grand chose  à la psychologie des personnages. Et qui nuisent un peu à l’avancée de l’intrigue. Un tout petit peu moins de « je me sens coupable de… », « c’est de ta faute, père », un peu plus d’action et cela aurait été très juste.
— presque dans le même ordre d’idées, je n’ai pas été surprise un instant par « la » révélation qui est très préparée, en fait. J’ai peut-être trop lu de thrillers et de policiers, c’est possible. Ou alors, il m’a manqué un petit quelque chose pour trouver le dénouement original.
Mais ce n’est pas très grave car pour moi, c’est un bon roman, bien construit, bien écrit, avec  500 pages qui se lisent avec délice ;  l’écriture de Sophie Griselle est un régal.
Il ne faut donc pas hésiter et prendre son souffle : vous en aurez besoin, c’est une plongée en apnée.

Résumé : À plus de onze mille mètres de fond, la fosse océanique des Mariannes, au large de l’océan Pacifique : l’endroit le plus profond sur Terre…
C’est là que Sam Luzarche, jeune océanologue, découvre une créature qui pourrait bien remettre en question tout ce qu’il croyait savoir sur la science, sur les fonds marins et, en définitive, sur lui-même.

Into the deep par Griselle

Sophie Griselle, Into the deep

Snag Fiction, avril 2022

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :