Premières lignes – 28 février

Premières lignes après un léger break

 » Pantalaimon, le daemon de Lyra Belacqua, devenue Lyra Parle-d’Or, était alllongé sur le bord de la fenêtre de la petite chambre-bureau de Lyra au collège Sainte-Sophia, dans un état aussi éloigné que possible de la réflexion. Il avait conscience du courant d’air froid qui entrait par la fenêtre à guillotine mal ajustée, de la douce chaleur de la lampe à naphte posée sur le bureau, sous la fenêtre, du grattement du stylo de Lyra sur le papier, et de l’obscurité au-dehors. « 

Pas vraiment de suspense cette semaine : dès les premières lignes, nous savons que nous retrouvons le monde de Lyra, le personnage central de La croisée des mondes /His Darks materials. Dans ce deuxième tome de la Trilogie de la Poussière, commencé avec La Belle sauvage, une préquelle intéressante et bien menée, Lyra a vingt ans. Il s’agit donc d’évènements survenant après la première trilogie.  Il s’agit donc …d’une suite. ( et il vaut mieux avoir lu la première trilogie pour relier le tout).
Lyra est étudiante mais rien ne va comme : en effet, Pan et elle ne s’entendent plus, une chose rare entre un humain et son daemon, une chose quasiment impossible.
Mais on verra au fil du livre que cela peut arriver et que les daemons peuvent même quitter les personnes avec ils sont liés. Et là, rien ne va dans le monde de Pullman qui avait posé le fait que, dans ce monde, sans daemon, ou séparé de lui, tu meurs.
D’autres incohérences ou bizarreries, il y en a plus d’une dans ce tome.
Aura-t’on des éclaircissements avec le troisième ? J’ai envie d’espérer mais La Communauté des esprits ne m’a pas convaincue. Je l’aurais même abandonnée en cours de route si cela n’avait pas été l’histoire de Lyra, de Pan et de Malcolm aussi.
Le rythme est très inégal : il traîne sur une grande moitié du roman, se perdant en considérations qui n’apportent pas grand chose à l’histoire. Les thèmes sont abordés de façon peu subtils : la religion et le fanatisme avec une énorme caricature de l’Islam (encore ! c’est usant…) ; le manque de créativité avec l’arrivée de la rationalité surtout à l’âge adulte – comme si on ne pouvait pas concilier les deux ( c’est mal fait  et ça m’a fait bondir plus d’une fois). Ensuite, Pullman n’a pu s’empêcher d’aborder le problème des migrants : pourquoi pas ? Mais une fois de plus, c’est réalisé sans finesse aucune. Quant à la question des agressions sexuelles, on repassera : la scène de l’agression est particulièrement violente ( j’ai failli refermer le livre et pourtant… ). Tiens, je pensais que c’était un livre pour la jeunesse ? Gallimard jeunesse n’a pas trouvé judicieux de placer un petit avertissement quelque part ? . Mais le pire, c’est qu’elle est totalement gratuite ( sauf à dire : les méchants hommes orientaux, encore une fois). Le deuxième message que cela envoie, de façon étrange, n’est certainement pas désiré par l’auteur mais il est là :  quand on analyse la scène,  elle nous dit :  » pourquoi Lyra a-t’elle eu l’idée de rester dans un wagon plein de militaires alors qu’elle ne porte pas de voile ? « . Cela souligne sa stupidité et quelque part, la responsabilité  de la jeune femme  dans cette agression ( un refrain connu).  Très moyen, vraiment.
Je n’ai pas grand chose à dire après ça sauf que je n’ai pas passé un bon moment et que je trouve ce tome assez mal fait. Ce que j’ai préféré, ce sont les changements de points de vue ; particulièrement les passages avec Pan et Malcolm ( un très bon personnage, Malcolm, dont j’ai apprécié l’évolution). De nouveaux personnages rencontrés sont aussi très bien décrits et intéressants. Mais cela ne sauve pas le roman.
J’espère sincèrement que le troisième va rattraper le reste mais quand je vois la tournure que prend l’histoire, j’ai envie de dire : cette suite n’était vraiment pas utile.
Et je suis désolée d’avoir à le dire. Je suis une fan de La Croisée des Mondes (et je me régale avec la série, d’ailleurs).

La trilogie de la poussière, tome 2 : La communauté des esprits par Pullman

Résumé : Lyra a 20 ans. A Sainte-Sophia, où elle étudie, elle croise de nouveau le chemin de Malcolm, devenu enseignant. Animés par le mystère de la Poussière, ils s’aventurent au delà des frontières de l’Europe vers un désert hanté d’Asie centrale.

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Arts d’hiver — 27

Rowena Morrill est décédée récemment et, si vous lisez de la SF ( et si vous aimez les éditions un peu pas forcément récentes en poche, celles qui ont tout leur charme), vous connaissez sans le savoir ce qu’elle faisait.

Et elle a dessiné Asimov sur un trône aussi :

 

Rowena Morrill. Le gardien

Rowena Morrill. Jardin de pierre

Rowena Morrill. Temps de Bender

Rowena Morrill. Le sorcier

Sa vision de Tolkien ( oui….) — Beren et Luthien :

Rowena Morrill. Beren et luthien

Le cygne-bateau de Galadriel :

Rowena Morrill. Cygne bateau galadriel

Le Gondor :

Rowena Morrill. Dernier gouverneur du gondor

Rowena Morrill. Maître en général

Et Asimov :

Rowena Morrill. Opus 200

Arts d’hiver — 26

 

Albert Joseph Pénot   ( ) est un peintre français.

Peintre de genre et d’intérieur, Albert Penot est un peintre de l’intime, spécialisé dans la peinture du nu féminin. Il est élève de Gabriel Ferrier, peintre de genre médaillé d’or et professeur émérite aux Beaux-Arts de Paris.   Membre de la Société des artistes français, il expose au salon des Artistes Français à partir de 1909 où il obtint plusieurs récompenses (mention honorable en 1903, palme académique en 1906, médaille de troisième classe en 1908). Il exerce à paris, habite et travaille dans son atelier, 7, rue du Dôme. Son épouse, Marie Penot, est corsetière.  (source)

Albert Joseph Penot

 

Painting

La femme chauve-souris est son oeuvre la plus connue. Elle a souvent été utilisée, comme ceci, par ex :

 

Le reflet rouge

Mauvais Génie

Painting

Dans les reves

Ravissante beauté

Couleuvre

Premières lignes – 16 février

Premières lignes

 

 » Seuls les morts ont droit à une statue, mais on m’en élevé une de mon vivant. Me voici pétrifiée avant l’heure.
cette statue constituait un modeste témoignage de reconnaissance pour mes multiples contributions, pour reprendre la citation qu’a lue Tante Vidala à haute voix. Cette tâche que nos supérieurs lui avaient confiée était loin de lui plaire. J’ai remercié Tante Vidala avec toute l’humilité que j’ai pu mobiliser, puis j’ai tiré sur la corde et dégagé le drap qui me dissimulait ; il est tombé à terre en tourbillonnant, et je me suis dressée devant tous. Ici, à Ardua Hall, nous ne pratiquons pas les acclamations , mais j’ai eu droit à quelques applaudissements discrets. j’ai incliné la tête en guise de salut. « 

35 ans après  » La servante écarlate » ( « The Handmaid’s tale » ), Margaret Atwood donne une suite qui se déroule 15 ans après la premier tome. Et si les deux romans sont différents, » La servante écarlate » étant un livre-coup de poing,  « Les testaments » reste très bon. Ici, on ne suit plus June, on en a fini avec le huis-clos et son point de vue. Cette fois, Margaret Atwood tisse habilement un récit fait de trois points de vue, véritables témoignages qui finissent par s’entrelacer quand les personnages se croisent.
Les chapitres alternent donc entre les récits de trois femmes : celle qu’on connaît — et ce, de mieux en mieux, au travers de la série et des saisons — Tante Lydia. Je crois qu’on n’aura jamais fini de s’intéresser à ce personnage qui est à la fois complexe et terrifiant. En tout cas, par la finesse psychologique que lui accord Atwood, l’importance que lui donne également la série récemment, on sent que Tante Lydia constitue un personnage-clé. Et ses parties sont parmi les plus intéressantes à lire. C’est aussi grâce à son récit, à son regard, à sa voix ( qui en appelle directement à ses futures lectrices ou potentiels lecteurs ) que nous en apprenons le plus sur ce qui s’est réellement passé à Gilead ( traduit par Galaad en français — je l’ignorais, ayant lu le premier tome en anglais ).
Les deux autres personnages, on les « connaît » si on a regardé la série. Car, si elles ne sont pas vraiment développées ( ou dois-je dire « encore »?), on sait leur parcours, leurs prénoms, leur origine. Il s’agit de Jemima Agnes, la première fille de June qui a été adoptée par l’Epouse d’un Commandant (et destinée à devenir une Epouse) et élevée dans la pure tradition des enfants de Gilead.
La dernière est Daisy, élevée au Canada, par des parents adoptifs — et dont on devine très vite la véritable identité ( en même temps, ce n’est pas si compliqué 😉 ).
Très vite, on comprend que ces trois personnages sont amenés à se rencontrer et à entrer en résistance. Car la fin de Gilead semble si proche…

Une fois de plus, Margaret Atwood m’a embarquée, comme elle l’avait fait avec des dystopies comme Le dernier homme ou MadAddam.
Un livre fort, narrativement maîtrisé ( mais Atwood, n’est-ce pas ? ), qui n’est pas qu’une suite de La servante écarlate sinon son pendant ; là où La servante… nous laissait dans l’angoisse, et gardait un ton pessimiste, Les Testaments apporte une note de combativité et, pourquoi pas, d’espoir.

Les Testaments par Atwood

Résumé : Quinze ans après les événements de La Servante écarlate, le régime théocratique de la République de Galaad a toujours la mainmise sur le pouvoir, mais des signes ne trompent pas : il est en train de pourrir de l’intérieur.
À cet instant crucial, les vies de trois femmes radicalement différentes convergent, avec des conséquences potentiellement explosives. Deux d’entre elles ont grandi de part et d’autre de la frontière : l’une à Galaad, comme la fille privilégiée d’un Commandant de haut rang, et l’autre au Canada, où elle participe à des manifestations contre Galaad tout en suivant sur le petit écran les horreurs dont le régime se rend coupable. Aux voix de ces deux jeunes femmes appartenant à la première génération à avoir grandi sous cet ordre nouveau se mêle une troisième, celle d’un des bourreaux du régime, dont le pouvoir repose sur les secrets qu’elle a recueillis sans scrupules pour un usage impitoyable. Et ce sont ces secrets depuis longtemps enfouis qui vont réunir ces trois femmes, forçant chacune à s’accepter et à accepter de défendre ses convictions profondes.

Et, bien sûr, c’est une lecture qui va dans le :

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes – 7 février

 Premières lignes 

 » Il semblerait qu’il soit né le 4 février 1986.
Au Pays du Matin calme, l’enfant entre dans l’existence dès sa conception. Sans grande considération pour les lois de la science, il sera déclaré — non pas à l’état civil, mais à la famille — âgé d’un an le jour de sa naissance. Il gardera cet âge tout au long de l’année lunaire qui s’en suivra. Ainsi l’enfant comptera deux au nouvel an de l’année suivante — au Nouvel An lunaire appelé Seollal — qu’il soit né en décembre ou en juillet.
Au centième jour de sa naissance, une fête célèbrera la fin de la période suspecte de mortalité infantile, la victoire de sa survie au monde. « 

J’avais très envie de lire Idoles de Marianne Weller aux Ateliers du Cahier, un document sur le groupe de K-pop TVXQ!. 

Dès les premières lignes, on voit apparaître l’intérêt de ce livre — et son ambigüité.  D’une part , il nous éclaire si bien sur la société coréenne que c’est un plaisir d’apprendre des détails que, parfois, on ignore et, de l’autre, il n’est ni un essai sur la Corée, ni une biographie du groupe TVXQ! même s’il s’en a tous les aspects.
Voilà donc son gros défaut : à force d’hésiter entre les genres, il n’en a aucun. Et à force de n’être pas une biographie, il ressemble à un fouillis qui mériterait vraiment une relecture (une vraie ) afin de raconter une histoire qui ait un véritable sens ou qui se dirige vers un essai qui soit structuré correctement.
Mais ce n’est pas le cas.
Et donc, on oscille entre une partie fictionnelle et une autre très documentée, se mixant sans réel habileté.
La première partie du récit ressemble quand même terriblement à une biographie puis, étrangement, on passe à une seconde, très confuse et brouillonne où il faut pêcher les informations. L’autrice dit qu’elle a tenté de mêler le vrai et le faux puisque « ceci n’est pas une biographie ». Même si j’ai tout à fait entendu l’intention, je dois dire que le résultat n’est pas concluant. malgré tout, j’ai lu entièrement, retenant ce qui m’intéressait, pestant contre les maladresses ( ex : dans un paragraphe, subitement apparaît une formulation à la première personne du singulier alors qu’à aucun moment il n’a été mentionné un quelconque « je » ;  défaut de narration ou oubli malencontreux 😫).
Par contre, j’ai vraiment apprécié à sa juste valeur toute la documentation. Les anecdotes sur le groupe, qu’elles soient connues (car réelles) ou pas ( car inventées mais bien trouvées) sont excellentes. C’est vraiment dommage que ce récit ne soit pas une fiction car l’autrice avait trouvé son sujet et est particulièrement à l’aise pour entrer dans la vie des « idoles » dont elle parle avec une grande humanité.
A ce sujet, j’ai appris un tas de détails sur ce groupe que je ne connaissais que superficiellement ( merci  » Mirotic » — la vidéo et le titre qui firent scandale en Corée du Sud :

TVXQ, c’est aussi le  groupe qui a fait les frais des méthodes honteuses d’une très grosse maisons de disques,  la SM entertainment, qui a fait ses dents sur eux — avant de lancer EXO... ( on ne va pas rappeler les dégâts que causent l’industrie musicale en Corée, le problème étant plus vaste, sociétal, ce qui me rappelle une lecture récente ).

Pour finir, Idoles a été une lecture en demi-teinte : j’aurais aimé que le récit soit dans la continuité de la première partie. A mon avis, l’autrice aurait dû être encouragée à développer cette partie sur toute la longueur car elle a un réel talent pour la fiction ( et je viens de lire une interview d’elle où elle confirme mon doute sur son processus d’écriture…). La seconde partie reste, à mon sens, du remplissage et c’est dommage.

Note perso : Oui, Marianne Weller, écrivez de la fiction !
( et en plus, elle aime Big Bang et G-Dragon ! 😍 )

 

Idoles par Weller

Résumé : En 2004, un nouveau groupe de cinq chanteurs fait ses débuts en Corée du Sud. Le plus jeune a quinze ans, le plus âgé dix-sept. Ils se sont rencontrés par hasard, réunis par la plus grosse agence de production du pays. Ils vont devenir le groupe le plus célèbre de toute l’Asie, battant tous les records de popularité. Et les meilleurs amis du monde. Mais, pour trois d’entre eux, la liberté compte plus encore. En 2009, entouré d’une pression médiatique énorme, le groupe vole en éclat et les ennuis commencent. Procès, déchirements, l’industrie musicale coréenne ne compte pas laisser s’envoler ainsi la poule aux œufs d’or…
​Un récit inspiré de l’histoire du groupe TVXQ!, stars incontestées de la deuxième génération de K-pop, éternellement regrettés, longtemps pris pour modèles par la génération d’aujourd’hui.

Merci à Babelio Masse Critique 

 

 

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

 

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Les livres de Rose
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Les lectures d’Emy
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• L’univers de Poupette
• Le parfum des mots
• Chat’Pitre
• Les lectures de Laurine
• Lecture et Voyage
• Eleberri
• Les lectures de Nae
• Claire Stories 1, 2, 3
• Tales of Something
• Read For Dreaming
• Ju lit les mots
• Illie’z Corner
• Voyages de K
• Prête-moi ta plume
• Les lectures de Val
• Le petit monde d’Elo

Premières lignes — 2 février

Premières lignes

 » Un crépuscule de fin d’hiver, et deux hommes qui traversaient la cour d’un palais dévasté par le feu. Celle-ci n’était plus qu’une friche de terre foulée et de neige fondue ; ils s’y enfonçaient jusqu’aux chevilles. Mais leur discussion était animée, leurs têtes proches, et ils n’avaient cure de la boue (….) :
 » T’Cheli-Bey a profité de la confusion pour disparaître, énonça amèrement le premier des hommes. Nous étions trop occupés à sauver nos propres vies. Une tache de suie noircissait sa joue, des traînées de sang coagulé parsemaient sa barbe. de grandes traces bleues semblaient creuser les chairs sous ses yeux gris. il était jeune, avec un torse puissant et l’énergie d’un homme qui, pour être allé au-delà de l’épuisement, y avait trouvé une forme d’éveil irréel et tenace. Tous les regards dans la cour étaient tournés vers lui. Il était grand-prince de Moscou.  »

L’hiver revient ( et non « l’hiver vient » ) après l’incendie qui a ravagé Moscou à la fin du second tome ( « La fille dans la tour »). Vassia a vaincu le sorcier mais semé un beau désordre et, hélas, s’est attirée les pires ennuis, à savoir la colère du père Konstantin et de l’Eglise. Une chasse à la sorcière commence et c’est Vassia qui va en être la victime…
Mais elle n’a pas qu’un seul problème à affronter : la guerre se profile.
Ce troisième tome reprend les mêmes éléments des contes du folklore russe en y ajoutant des événements historiques tels que la bataille de Koulikovo ( 1380 ). Le mélange est une réussite et bien maîtrisé.
C’est, d’ailleurs, le tome le plus mâture des trois, le plus abouti. La relation entre Vassia et Morozko devient plus aboutie, plus adulte ( même si, à quelques reprises, les deux amoureux adoptent parfois encore un comportement digne d’adolescents boudeurs ).
Mais la grande force de Katherine Arden, c’est de ne pas tomber dans l’amourette gnan-gnan. Les personnages féminins gardent leur dignité, quels que soient leurs choix.
L’aventure se déroule et on s’y immerge avec délice.
Une conclusion de toute beauté.

 

 

L'hiver de la sorcière par Arden

 

Résumé : Un incendie vient de ravager la ville de Moscou. Le grand prince est fou de rage et les habitants exigent des explications. Tous cherchent un bouc émissaire et Vassia, dotée d’étranges pouvoirs, fait une coupable idéale. Le père Konstantin aiguillonne la vindicte populaire pendant que Vassia cherche à réconcilier le monde des humains et celui des créatures magiques.

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

 

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Les livres de Rose
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Les lectures d’Emy
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• L’univers de Poupette
• Le parfum des mots
• Chat’Pitre
• Les lectures de Laurine
• Lecture et Voyage
• Eleberri
• Les lectures de Nae
• Claire Stories 1, 2, 3
• Tales of Something
• Read For Dreaming
• Ju lit les mots
• Illie’z Corner
• Voyages de K
• Prête-moi ta plume
• Les lectures de Val
• Le petit monde d’Elo

 

 

Premières lignes — 26 janvier

Premières lignes  :

 » Dans une forêt, en pleine nuit, une jeune fille chevauchait un cheval bai. La forêt n’avait pas de nom. Elle était située très loin de Moscou — très loin de tout — et l’on entendait que le silence de la neige et les bruissements des arbres gels.
Il était presque minuit, cette terrifiante heure magique, dans cette nuit que menaçaient le froid, la tempête et les profondeurs d’un ciel aveugle. Et pourtant, la jeune fille et son cheval progressaient à travers les arbres, obstinément. « 

L’année dernière, « L’ours et le rossignol » m’avait enchantée. Voilà le second tome de la série, « La fille dans la tour ». Le récit reprend là où s’était arrêtée l’histoire. La jeune fille des premières lignes est Vassia ( Vassilissa ), bien sûr, avec son cheval Soloveï ( = le rossignol, en russe, puisqu’il s’agit d’un animal magique : un rossignol transformé en cheval par le roi de l’hiver dans le premier tome). Cette fois, Vassia désire vivre sa vie et voyager, allant contre les coutumes de la Rus’ du XIVe siècle ( une époque un peu arrangée façon fantasy, quand même). Pour cela, elle va se vêtir en jeune homme. Très vite, elle va être confrontée à de nouveaux problèmes ; en effet, des bandits brûlent des villages et enlèvent des jeunes filles, causant des troubles et semant la désordre. Le grand-prince Dimitri, aidé par le propre frère de Vassia, Sacha devenu prêtre et un fameux combattant, tente d’y mettre de l’ordre.
Voilà comment Vassia retrouve son frère, très étonné de découvrir sa petite soeur, devenue une jeune femme, en habits d’homme, sur un cheval splendide.
Les soucis commencent pour Vassia… qui a également rencontré un étrange prince venu leur prêter main-forte, l’énigmatique Kassian, monté sur une magnifique jument de feu. La magie semble décidément en marche.
Une nouvelle fois, les événements du monde humain côtoient ceux du monde merveilleux. L’Ancien monde et ses esprits tente de survivre face à la montée de la foi chrétienne.
Quant à Vassia, elle essaie de défier le destin qui semble tout tracé pour elle : celui des femmes de son rang. Ce ne sera pas simple…
Les personnages secondaires sont bien développés, comme Sacha, le frère de Vassia, ou Olga, sa grande soeur. On découvre aussi la fille d’Olga, qui semble développer les mêmes dons que Vassia (celui de « voir » les esprits et les fantômes).
Avec plaisir, on assiste au développement de la relation ambigüe entre Morozko, le roi de l’hiver qui, sans surprise à ce stade de l’histoire, s’humanise et Vassia, qui devient une jeune femme. ( l’histoire d’amour est cousue de fils blancs, quand même).
Les allusions aux contes russes sont nombreuses mais jamais très développées et il faut aller chercher par soi-même qui est qui et dans quel conte. Je pense au magicien  Kochtcheï , par exemple ( (le conte de La princesse grenouille).
La nouvelle venue, Polounotchnitsa, la dame de minuit, est une référence à la mythologie slave d’avant l »évangélisation. Il existe plusieurs royaumes ou cieux, dont celui des zorias ( ou zarias ou zaryas), des déesses, gardiennes qui veillent à la succession des jours et des nuits. On parle parfois de deux, trois ou même quatre zorias, dont la fameuse Zorya Polunochnaya, la déesse de la nuit ou de minuit.
Dans le roman, cette dame est un peu différente, mais je n’en dis pas plus…

Pour conclure, j’ai trouvé que le rythme était un peu inégal sur l’ensemble même si toute la partie qui se déroule à Moscou est particulièrement haletante. Le début, par contre, traîne un peu en longueur puisque l’effet de nouveauté et découverte ne fonctionne plus par rapport au premier roman.
A nouveau, le roman se conclue par un épisode marquant mais qui appelle une suite… que j’ai lue dans la foulée. ( et qui est, à mon avis, meilleure ).

 

La Fille dans la Tour (trilogie Winternight 2)-  Katherine Arden

La Fille dans la tour par Arden

Résumé : La cour du grand-prince, à Moscou, est gangrenée par les luttes de pouvoir. Mais pendant ce temps, dans les campagnes, des bandits inconnus et invisibles incendient les villages, tuent les paysans et kidnappent les fillettes. Le prince Dimitri Ivanovitch n’a donc d’autre choix que de partir à leur recherche s’il ne veut pas que son peuple finisse par se rebeller. En chemin, sa troupe croise un mystérieux jeune homme chevauchant un cheval digne d’un empereur. Le seul à reconnaître le garçon est un prêtre, Sacha. Et il ne peut révéler ce qu’il sait : le cavalier n’est autre que sa plus jeune soeur, qu’il a quittée des années plus tôt, alors qu’elle n’était encore qu’une fillette, Vassia.