« Tu sais, je ne suis pas raciste, mais… »

Cela faisait longtemps que ça couvait.

C’est le fait d’entendre – si souvent – quelqu’un commencer sa phrase par : « Tu sais, je ne suis pas raciste, mais…. »
Et c’est le « mais » qui a provoqué l’overdose. C’est con, une overdose de « mais ».
Ce sont des phrases. Par ci, par là. Et évidemment, ce n’est jamais « fait pour blesser », « ne le prends pas pour toi », MAIS…

Oui, mais quoi?
Etant ado, j’ai commencé par entendre:  » Hum, tu es brune et ton père…mais enfin, il serait pas un peu arabe? Ou c’est un juif? »
Je passe sur l’ineptie (brun -teint mat – cheveux frisés = juif – ou arabe ).
J’étais jeune. Une gosse ou presque et honnêtement, je n’en avais rien à faire de la couleur des gens. Je ne savais pas que c’était…mal d’avoir un père qui n’entrait pas dans les « critères ». Un parent blanc mais

Puis, jeune adulte, il y a eu ces blagues: « Ton nez, il est normal ou tu t’appelles Rachel? »
Bref. Bienvenue dans la Vraie Vie.

Je n’habitais plus en province. Je pensais être débarrassée du manque d’ouverture d’esprit.
Mais – et oui,il y a toujours ce MAIS – j’ai entendu un jour : « Pousse-toi espèce de bougnoule! » Et là, j’ai compris que la personne s’adressait
à moi.
Ce ne fut pas la dernière fois.
Ok. Donc allons-y comme ça.

Les années ont passé.
Au détour de la vie, j’ai rencontré quelqu’un avec qui j’ai eu un enfant. Peu importe l’histoire.
Il était antillais – il était donc NOIR.
Autour de moi, peu de réactions, sauf certaines réflexions pleines de tact – cette délicatesse : « Ah, tu aimes le sexe, tu vas avec un black…. »
Et d’autres saloperies que je vais passer sous silence. Trop lamentables.

Je suis tombée enceinte. Je voulais très fort cet enfant.
Et ça a recommencé – autrement:
« Quelle chance, tu vas avoir un/e beau/belle métisse…. »
Stupeur. Ne dit-on pas « Cool, tu vas avoir un enfant »?
Puis, ce furent les:  » Oh, tu sais moi, je suis pas raciste, d’ailleurs, les métisses, je les trouve plus belles que les blanches  » (sous-entendu « Elles sont chaudes, elles sont bonnes »)
Je me suis dit: « Et ma fille va devoir entendre tout ça? les réflexions de ces bonshommes en mal de fantasmes? »

Je n’avais pas fini.
J’ai vécu longtemps seule avec ma fille. Ce furent les : « Oh, elle est à vous, cette petite métisse?!! » « D’habitude, je…mais qu’elle est belle! »
– et elle est à vous, votre connerie? Ou vous avez reçu un entrainement spécial pour ça? –
Ainsi de suite.
Franchement, est-ce que je dis à une maman :  » Oh, le bel enfant! il est à vous cet enfant blanc? » (remplacez par la couleur de votre choix).

Je pourrais en aligner d’autres – aussi péjoratifs, aussi blessants. Ce serait inutile.
Me dire que ma fille serait « femme plus tôt car, évidemment, elle est à moitié noire ». (Comprendre quoi avec ça? Je ne veux pas même essayer).
Et les cheveux: ah, les cheveux… »Oh, je ne sais pas comment coiffer ce genre de cheveux…mais c’est très beau! » Puis après un regard vers moi:
« Ah, vous aussi, vous avez des origines…. » (et c’est reparti pour un tour)

Récemment, je lis ceci : Lettre Ouverte
Et cela fait un écho. Double.

Alors pour en finir – même si je sais que c’est loin d’être le cas:
Non, ma fille n’est pas accoutumée naturellement à la chaleur parce qu’elle a un père antillais. Non, elle n’est pas plus douée qu’un(e) autre pour la musique ou la danse en raison de ses origines.
Oui, j’ignore quelles sont mes origines à moi et je m’en fous.
Il paraît que je fais partie de « ces gens-là » (avec coup d’oeil appuyé – comprenne qui pourra).
En tête-à-tête, mon père m’avait dit qu’il avait cherché aussi – et le pourquoi des remarques racistes qu’il a subies lui aussi étant jeune.
Peut-être sommes-nous ceci ou cela.

MAIS, car il y a un mais là aussi: lire ou entendre systématiquement le « Je ne suis pas raciste…car …. »
j’en suis lasse. Et j’ai juste envie de répondre: « Bien , si vous ne l’êtes pas, ça vous regarde. MAIS fermez-la! »

Parce que, vous savez, nous sommes humains, ma petite famille et moi. Enfin, peut-être sommes-nous des aliens, qui sait? Tant mieux.

Une réflexion sur “« Tu sais, je ne suis pas raciste, mais… »

  1. Il été arrêté à la douane alors que tous les autre sont passés parce qu’il paraissait un peu… quoi au fait ? et en Angleterre, à Leicester, on l’a pris pour un indien !! Il s’est fait traité par les arabes de « sale juif » et « d’arabe » par les Français, c’est génial d’être très brun, frisé et barbu !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.