Une photo, une illustration – et puis…. un déclic?

Vous avez tous vu la photo du petit ‘Aylan Kurdi, faite par une photographe turque,  Nilüfer Demir. Interrogée sur son geste, elle a dit ceci:

« There was nothing left to do for him. There was nothing left to bring him back to life. » « This is the only way I can express the scream of his silent body » 

On sait quel impact a eu sa photo.

Je ne commenterai pas plus. Tout est dit.

 » Peut-être que ma photo a été le déclic que le monde attendait. Et sans le faire exprès, j’y ai contribué, en étant au bon moment au bon endroit. »

L’illustrateur Gunduz Agayev, originaire d’Azerbaïdjan, qui a déjà fait une série d’illustrations intitulée « Femidead » (La Justice est morte) 

ou Holy selfies a apporté sa contribution aux différents hommages à Aylan   et aussi ici

 

Syrian child:

 

syrian child