Quand les lecteurs de Babelio rencontrent Joseph Delaney

Quand les lecteurs de Babelio rencontrent Joseph Delaney ( à l’occasion de la sortie d’ « Arena 13 »)
J’aime assez quand il évoque l’adaptation de l’Epouvanteur au cinéma : “Je me doutais bien qu’il y aurait des différences, mais pas à ce point ! J’ai commencé à m’inquiéter lorsque Jeff Bridges m’a appelé afin de me demander l’origine de la “pierre magique” évoquée dans son script…Car il n’y a aucune pierre magique de ce type dans mon roman !” Selon lui, c’est la succession d’un trop grand nombre de réalisateurs et de scénaristes qui a fait perdre sa qualité à l’adaptation, ces derniers justifiant leur présence en fonction des modifications apportées sur le scénario original. “La grande déception fut l’abandon de Tim Burton. Je suis sûr qu’il aurait réussi à retranscrire l’ambiance lugubre et angoissante que j’ai écrite. Il avait déjà commencé à repérer les lieux dans le Lancashire, où se situe l’action du roman, alors que le film qui est sorti a été tourné au Canada, qui ne possède évidemment pas la même flore ni la même atmosphère”…….

Le blog de Babelio

Envoûtés par la plume de l’auteur depuis la découverte de sa célèbre saga L’épouvanteur, nombreux sont les lecteurs à s’être déplacés le vendredi 4 décembre dans les locaux de Babelio afin de rencontrer Joseph Delaney qui vient de publier Arena 13, son nouveau roman, chez Bayard.

Dans sa nouvelle saga, l’humanité a disparu de la surface terrestre, vaincue par des machines intelligentes. Une poignée de survivants résiste, prisonnière d’une infranchissable barrière de brouillard. Tyrannisée par Hob, une cauchemardesque créature, la population est forcée au combat et s’entre-tue sans relâche dans des arènes dédiées à ce sordide sport. Jusqu’au jour où un jeune garçon de 16 ans, Leif, décide de se mesurer au terrible Hob…

DSC00937

Du tableau noir à la feuille blanche

Originellement professeur d’anglais spécialisé en littérature fantastique, Joseph Delaney a rapidement senti le besoin de se renouveler. Il faut attendre 1991 pour que le futur écrivain décide…

View original post 1 016 mots de plus