365 jours d’écriture: Créez un personnage masculin

Avec ce thème,j’avais 2 choix qui s’offraient à moi: soit j’inventais un personnage entièrement nouveau , soit j’étoffais un personnage existant. Mais voilà: depuis hier (non, avant les Fêtes, plus exactement) , je n’ai pas le temps car je me débats entre: des rdv pour changer de banque (nécessaire mais fait!) , cette p***** d’inscription en formation qui buggue (pour des raisons …..sans raison, en fait),  des échanges avec mon avocate en vue du ….(gros problème avec le père de ma fille; une histoire qui dure depuis des années). Si bien que j’ai même zappé ma réinscription à l’art-thérapie, et d’autres choses encore…Mais, stop: la Vraie Vie dans le Vrai Monde n’est pas amusante depuis décembre environ mais ce n’est pas une raison pour en oublier mes moutons l’essentiel.

essais2

Je suis allée rechercher l’un des personnages de la même histoire (qui, elle, est au moins partiellement en ligne). Par contre, je me suis dit que s’il était souvent aisé de créer un personnage agréable, il n’en est pas toujours de même pour les vilains/pas beaux (quoique…).

Celui-ci est arrivé rapidement dans l’histoire de Draïlina et cie.
Il n’était pas physiquement présent au début mais a fait un retour fracassant. (Oh, le sournois!)

C’est Draïlina qui l’évoque au début:(chap.1)

« En général, Draïlina préférait prendre la jument mais elle devait se rendre chez le maréchal-ferrant. Baru, le poney, avait un fer qui menaçait de se détacher. Il devenait urgent de le faire remplacer même si pour cela, il fallait qu’elle s’adresse à Colin Smizi, le maréchal-ferrant de Côte Sur Roche. Elle évitait cet homme dans la mesure du possible car, malgré ses refus répétés, Colin cherchait à lui faire des avances, la sachant veuve. A la pensée qu’il allait recommencer ses allusions, ses gestes onctueux et ses mots dégoûtants, Draïlina en avait déjà le cœur au bord des lèvres.
Elle espérait toujours compter sur l’une des absences de Colin et s’adresser à l’un de ses remplaçants. Mais hélas, l’homme semblait guetter ses visites avec convoitise.« 

Colin Smizi : 
Métier: maréchal-ferrant, forgeron (absent),
Statut: célibataire ou veuf?
Représentant de sa corporation  au conseil des Guildes
Age: Une petite trentaine d’années (29/32)

Ensuite, Bilma Ravile parlera de lui, en bonne commère de village:

« -Maîtresse Ravile, bien le bonjour!
La femme lui retourna son salut et échangea les politesses de convenance. Quand elle apprit la déconvenue de Draïlina, elle parut enchantée de lui apprendre les dernières nouvelles:
– Le Colin est parti, savez-vous! On ne sait pas pour combien de temps…Certains disent qu’il s’en est allé faire la tournée des tavernes de la région, rapport à son goût pour la boisson, le sacripant!
Maîtresse Ravile prit un air outré mais garda le sourire. Finalement, cette histoire l’amusait beaucoup.« 

Description: cheveux châtains/roux, teint halé (facilement rouge),  grand, musclé, lèvres épaisses.
Mauvaises manières qu’il accentue exagérément.
Aime: la boisson,les femmes,  le profit, la richesse donc,  arriver à ses fins
Cache des secrets – Complote. (etc….)

Et voilà comment Colin Smizi revient sans s’annoncer au Bourg:

« Une voix railleuse l’interrompit:
– Ah ouais, Urzul? Et me croiras-tu quand je te dirais qu’elle est allée soigner des dvergs dans les montagnes?
Tous se retournèrent. Certains sursautèrent. D’autres firent même un léger bond sur leurs sièges.

A l’entrée de la salle, Colin Smizi sortit de l’ombre et d’un pas vigoureux se plaça en son centre. Les lampes éclairaient son visage hâlé. Ses vêtements étaient poussiéreux. Il revenait d’un long périple.Bilma Ravile réprima un léger cri. »(chap.8 )