365 jours d’écriture – Haïku

essais2

 

 

Simple et compliqué à faire en français selon les règles japonaises (pour des raisons lingusitiques dans lesquelles je ne vais pas me lancer maintenant).

Il y a quelques années, en compagnie d’autres blogueuses, j’avais participé à un échange amical de cette forme poétique. J’en ai gardé une trace sur mon blog écriture des Triplettes ( catégorie :haikus modernes – c’est une francisation, bien sûr). Je remets à jour les poèmes (le blog  ayant plus de 10 ans, il y a pas mal d’éléments qui n’ont pas été proprement gardés).

« Le haïku ne se contente pas de décrire les choses, il nécessite le détachement de l’auteur. Il traduit le plus souvent une sensation. Il est comme une sorte d’instantané. Cela traduit une émotion, un sentiment passager, le haïku ne se travaille pas, il est rapide et concis. Il n’exclut cependant pas l’humour6, les figures de style, mais tout cela doit être utilisé avec parcimonie. Il doit pouvoir se lire en une seule respiration et de préférence à voix haute. Il incite à la réflexion. Il est préférable de le lire deux fois afin d’en saisir complètement le sens et la subtilité.C’est au lecteur qu’il revient de se créer sa propre image. Ainsi, le haïku ne doit pas décrire mais évoquer. » (Je cite.)

J’ai la chance d’avoir eu des parents imprégnés de culture orientale en générale, et japonaise, en particulier (une maman ayant appris le japonais à l’âge adulte; un papa pratiquant divers arts martiaux; tous les deux impliqués dans une association franco-japonaise pendant des années; beaucoup d’invités et amis japonais à la maison durant mon adolescence – oui, je sais: ça fait parfois rêver les fans de manga, quand j’en parle…).

Pour revenir à mon haiku, j’en ai refait un – même si je suis plus à l’aise avec le tanka.

 

 

Imminente radiance

Il caresse mon dos

le rai de soleil.

(les autres à retrouver ici)

 

Le haïku pouvant être humoristique, j’en ai un sur ce ton:

Un banc solitaire
n’attend que
la chaleur des derrières!

 

ou:

 

Croquant dedans

La pomme  pourrie
Me suis lavée les dents!
Leya

 

Note: Sur le blog, il y en a de très beaux sur l’absence (français – anglais). J’en  profite pour remercier toutes celles qui ont écrit ces poèmes.

Pour trouver les poèmes japonais, les traductions ne manquent pas: en voici quelques uns ici.

 

2 réflexions sur “365 jours d’écriture – Haïku

  1. Je ne connaissais que le principe des Haïku car très souvent repris sur certains blogs de nos jours, merci de ton explication🙂 J’aime beaucoup tes versions😉 bonne journée !

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.