Et les Shadoks pompaient…. Ga, bu, zo, meu?

Pas d’inquiétude, je vais bien .  Enfin, trrrrrès fatiguée (j’ai les neurones en surchauffe) mais ça va. Et donc, je viens de vous parler en langage Shadok! Ga- bu- zo-meu, et vous?  Bien , je m’explique:

J’ai grandi en regardant les Shadoks. Enfin, pas que les Shadoks, mais quand j’évoque mes 1ers souvenirs télévisuels, à part « Bonne nuit les petits » (Nounours!) , il y a  les Shadoks.  Et je dois dire qu’ils m’ont fait rire et qu’ils continuent. Parce que c’est décalé, au 2nd degré et absurde.

La vidéo suivante (de 1993) relate la naissance de cet univers étrange:

Ce qui est dingue, c’est que cette émission a déclenché des querelles incroyables (je rappelle que la 1ère diffusion date de 1968). On dit parfois que la France a été divisée en 2 : les pro et les anti Shadoks.

Jean Yanne et Daniel Prévost s’en moquent:

Il y a quelques années, j’ai emprunté le coffret de l’intégrale en DVD à la médiathèque. (Les Shadoks : Édition intégrale 5 DVD comprenant les quatre séries (BU, ZO, MEU, BU GA) + un DVD bonus (de novembre 2006). Et je me suis régalée à regarder tous les épisodes dont je ne connaissais que le quart, à peu près.

Pourtant,  l’émission a été rediffusée! Et de nombreuses fois:

 

 

29 avril 1968 (ORTF 2ème chaine)
Rediffusions 1er juin 1970 (ORTF 1ère chaine)
11 novembre 1974 (ORTF 1ère chaine)
12 novembre 1979 (FR3)
1985 (Antenne 2 – Récré A2 Matin)
19 septembre 1988 (La Cinq)
29 janvier 2000 (Canal+)

(note: nous sommes d’accord: je n’ai pas vu les Shadoks en  avril 1968, j’avais 7 mois alors (révolutionnaire dans mon parc) mais en 70 et 74, sûrement. La télé était en  même en noir et blanc, oui, même si le « passage à la couleur s’est fait en 1967   , mais qui avait déjà une télé en couleurs ?  D’ailleurs, ça me fait penser à une vidéo de Cyprien dans laquelle il dit « quand j’étais petit je croyais qu’il y a très longtemps, la vie était en noir et blanc ». Et nous ne parlerons pas de l’état de ma chère dentition, June et Yoda – #privatejoke)

Revenons à nos Shadoks:

Ce sont de drôles d’oiseaux , avec de longues pattes, de toutes petites ailes, vivant sur une planète tordue. Ils sont bêtes, méchants. Ils construisent des machines qui ne fonctionnent pas. Comme leur planète est biscornue au possible (et qu’ils en tombent), ils décident de migrer vers une autre planète inhabitée: la Terre.

Mais voilà. Ceux qui ont du carburant et une fusée, ce sont leurs voisins , les Gibis, de drôles de bestioles portant des chapeaux-melon, intelligents, aimables et qui, comble de malchance, habitent une planète plate qui penche dangereusement(et ils tombent!)

Il leur faut donc partir. Vers la Terre.

De là, les Shadoks, envieux, vont décider de pomper le carburant des Gibis. Cela deviendra leur obsession « pomper, toujours pomper ».

On découvre au fil des épisodes  le monde Shadok, leurs particularités, leurs travers, leurs originalités : ils pondent des oeufs en fer, certains ont des pattes en haut… en gros, fidèles à leur devise : « Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué » !

Voyons cela en images (les 2 premiers épisodes qui sont très courts):

Les Shadoks ont un langage particulier: Ga-BU-ZO-MEU. Voilà ce que ça donne:

Voilà un exemple de leur logique:(notre préférée à Lord Chours et moi-même)

 

 

 

Il existe un jeu Shadok (dispo sur IOS et android) – et non, pour une fois, je n’ai pas testé celui-ci.

 

Enfin, il faut retenir les aphorismes et autres maximes Shadoks:

Les shadoks in English

 

Et puis….

A bientôt, je retourne à mes acronymes de future FPA (je vous laisse chercher la signification de celui-ci)

2 réflexions sur “Et les Shadoks pompaient…. Ga, bu, zo, meu?

Les commentaires sont fermés.