Des colonnes et des anneaux #L’été de l’art – 10

On connaît principalement Daniel Buren pour …ses colonnes. Une oeuvre qui fit couler beaucoup d’encre en 1985:

« Jack Lang est alors Ministre de la Culture. En décembre 1985, débute la construction du projet . Débute alors l’affaire des colonnes de Buren.Une association des amis du patrimoine qui compte Claude Lévi-Strauss, Jacques Soustelle, Henri Troyat, Michel Déon écrit au président de la République (Mitterrand, donc) pour protéger la beauté du site. Bernard-Henri Lévy défend au contraire le projet de Daniel Buren. »

Les intellectuels (ai-je dit parisiens?) sont sur le point d’en venir aux mains.

Le projet est  achevé en 1986.  Les  polémiques sont surtout médiatiques (publication de près de 225 articles dans 45 journaux ou revues; lLe Figaro était en première ligne, titrant une « moderne bataille d’Hernani »).

Mais saviez-vous ceci?   Suite aux élections législatives de mars 1986, François Léotard remplace Jack Lang au ministère de la Culture et étudie l’hypothèse d’une destruction des travaux en cours. Finalement, la conclusion est la suivante: le coût de démolition des colonnes de Buren serait du même ordre que celui de leur édification! (1 partout, la balle au centre^^)

L’œuvre, dont le coût s’élève à 9 millions de francs (env. ,13 720 411 €) est finalement dévoilée au grand public en juillet 1986. (les recours juridiques ne prennent fin qu’ en décembre 1992).

Ceci paraît un peu étrange (et démesuré? irrationnel?) aujourd’hui. Les colonnes de Buren font partie intégrante du paysage parisien.

Je rajouterais: on y fait de très belles photos…

Mais Daniel Buren, c’est aussi ça:

Daniel Buren nouveau locataire de la place Beauvau

 

 

« L’observatoire de la Lumière » de Daniel Buren à la Fondation Louis Vuitton

Sans parler des Anneaux nantais que je connais bien, forcément,  et que j’ai eu l’occasion de photographier souvent (ici) ou ici