TBTL : Un livre qu’on devrait étudier à l’école

C’est jeudi, c’est TBTL!

Chaque semaine nous partageons une lecture correspondant à un thème paru chez Bettie Rose Books. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont on n’a plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à ses lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

De retour cette semaine avec le TBTL pour un sujet qui est (un peu; beaucoup) d’actualité. Un livre qu’on devrait lire à l’école….

 

En abordant ce thème, j’ai demandé l’avis de quelqu’un qui est encore très concerné par les cours (entrée en 1ère cette année pour ma fille).

Sa réponse m’a aidée à préciser mon choix puisque nous avons parlé d’un livre qu’elle a étudié l’an dernier et qui lui avait plu, en raison de son thème : « Qu’est-ce que l’être humain? Qui est humain? … »
Je veux parler de « Zoo ou l’Assassin philanthrope » pièce de Vercors (« Le silence de la mer ») qui avait adapté lui-même son roman pour le théâtre: « Les Animaux dénaturés ».

On ne naît pas homme, on le devient. Telle pourrait être la morale du procès de Douglas Templemore, impliqué dans « un scandale sans précédent dans toute l’histoire de la justice britannique ». Sous le procès hilarant de cet « assassin philanthrope » se cache, outre la satire du colonialisme, la question philosophique fondamentale : qu’est-ce qu’un homme ? Anthropologues, paléontologues, zoologistes et médecins sont appelés à la barre pour en débattre. Le retentissement du Silence de la Mer a quelque peu occulté les autres ouvres de Vercors, dont la redécouverte s’impose. Richesse du contenu, efficacité du style et humour ravageur l’inscrivent dans la lignée de Voltaire : l’intrigue de  » Zoo ou l’Assassin philanthrope  » est celle d’un conte philosophique drolatique alliant satire et réflexion morale. La confrontation de la version romanesque ( » Les Animaux dénaturés « , 1952) et de la forme théâtrale permet une étude précise du travail de réécriture et de la spécificité du genre dramatique. Quant à l’argument anthropologique servant de cadre à l’investigation philosophique, il permet, tout en s’amusant, d’acquérir les rudiments nécessaires à l’étude de toutes les sciences humaines.

 

 

« Tous nos malheurs proviennent de ce que les hommes ne savent pas ce qu’ils sont, et ne s’accordent pas sur ce qu’ils veulent être ». Cette citation met en lumière deux éléments sur la définition de l’homme pour Templemore. D’une part, les hommes n’ont pas l’intuition de ce qu’ils sont et d’autre part, c’est à eux de se définir mais ils n’y parviennent pas car chacun ou presque détient sa propre définition de l’homme.

Le roman comme la pièce mène à  ce questionnement: « Est-il possible de trouver un ou plusieurs critères qui permettent de définir l’homme ? Mais qui décide de ce que peuvent être ces critères ? »

Le conte philosophique de Vercors  évoque des thèmes repris par Didier Daeninckx dans « Cannibale » (merci Montaigne dans « Des Cannibales » quand il vient à  s’interroger :les cannibales  sont-ils plus barbares que nous ? Nos coutumes sont-elles civilisées comme nous le prétendons ? Et quelle conduite tenir à leur égard ? ).
J’ai aussi fait un parallèle avec le roman de Karen Joy Fowler    « Nos années sauvages »
dans lequel la narratrice évoque sa soeur – une soeur vraiment pas comme les autres…

Qui est l’humain?  Comment le définit-on? Qui est « l’Autre »? Où commence la tolérance? , etc… autant de questions importantes à aborder à l’école…

Cannibale: 

« Didier Daeninckx, ému par un séjour en Nouvelle-Calédonie, retrace un épisode historique longtemps méconnu. « Cannibale » est un texte écrit sur commande à l’occasion des 150 ans de l’abolition de l’esclavage en 1998. Daeninckx y rappelle l’existence des « zoos humains » de la IIIe République via l’histoire de ce groupe de Kanaks échangés contre des crocodiles pendant l’exposition coloniale de 1931. Selon Daeninckx, ces événements préfigurent la révolution en Nouvelle-Calédonie dans les années 1980 ; d’ailleurs, le narrateur de « Cannibale » est en train de vivre cette révolution lorsqu’il raconte son histoire. »

Finalement, ma réponse pour aujourd’hui tient en 3 livres (5  si je compte les deux de Vercors et l’essai de Montaigne).

A bientôt et bonnes lectures!

Publicités

5 réflexions sur “TBTL : Un livre qu’on devrait étudier à l’école

  1. Pingback: Throwback Thursday de Bettie Rose Books #29 : Back to school. – June & Cie

  2. Pingback: Throwback Thursday #46 : Un livre à lire à l’école + CONCOURS | BettieRose books

Les commentaires sont fermés.