TBTL : Un livre qui n’est pas votre genre (mais que vous avez aimé)

 

C’est jeudi, c’est TBTL!

Chaque semaine nous partageons une lecture correspondant à un thème paru chez Bettie Rose Books. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont on n’a plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à ses lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

Cette semaine:

T’es pas mon genre, mais je t’ai quand même aimé
( ou savoir sortir de sa zone de confort)

 

Ouh, que c’est difficile… – et ceci pour une simple raison: je n’ai pas de « genre » attitré. Certes, j’aime beaucoup la fantasy, la SF, mais si vous jetez un coup d’oeil dans ma bibliothèque, vous remarquerez que j’ai autant polars (plus même!) que de fantasy – et encore bien plus de littérature générale (française et étrangère en parts égales).
Idem pour la poésie, le théâtre, les contes, et la psycho, les arts, j’en passe….

Le genre qui m’attire le moins est…l’essai politique – ce qui ne veut pas dire que je n’en lis jamais.
Les essais, voilà sur quel terrain je vais vous emmener aujourd’hui.
Il y a quelques mois, je me suis plongée dans un essai écrit par un prof de philosophie, Richard Mèmeteau (aussi l’auteur de ce blog).

Et j’ai adoré ! Tellement aimé que j’en ai tiré une série d’articles sur ce blog (T’as pas vu ma pop? )

« Avant d’être un truc jeune et sexy, un graphismesimplifié à l’extrême ou un genre musical, la pop est une stratégie, un calcul industriel alimenté par une seule obsession : savoir ce que veulent les masses. Quels en sont les ressorts, mais aussi les implications existentielles ? Une approche philosophique originale et  » pétillante  » de la  » culture de masse « .

De Star Wars à Lady Gaga, du Seigneur des anneaux à
Game of Thrones, tubes, blockbusters et best-sellers forment aujourd’hui les facettes d’une culture de masse omniprésente. Un philosophe analyse le phénomène : qu’est-ce que la  » pop culture  » ? Quels en sont les ressorts, mais aussi les implications existentielles ? Avant d’être un truc jeune et sexy, un graphisme quadrichromique simplifié à l’extrême ou un genre musical qui présente en quantité anormalement élevée des sons de synthétiseur, la pop est une stratégie, un calcul industriel alimenté par une seule obsession : savoir ce que veulent les masses. La pop culture est un ogre qui ingère tout ce qu’il trouve. Mais cette logique de réappropriation l’ouvre paradoxalement aux déclassés, aux freaks et aux minorités en tout genre. Pour l’auteur, ce qui s’y joue est d’abord l’invention de nouvelles identités. Il conduit sa réflexion à partir d’analyses fines de chansons, de films, de comics, de romans et de séries, multipliant les digressions érudites en réponse à des questions aussi essentielles que : jusqu’à quel point peut-on détester un ancien groupe indé devenu commercial ? Comment Harry Potter peut-il survivre à l’Avada Kedavra de Voldemort dans la Forêt interdite ? La catégorie de mythe fonctionne-t-elle pour la pop culture ? Par ailleurs, si Obi-Wan Kenobi est si malin, pourquoi laisse-t-il Luke Skywalker faire tout le boulot ? »

Pari réussi, donc. Je recommence dès que possible….(en fait, j’ai plusieurs essais en vu dont celui-ci ).

 

Bonnes lectures!
,

Publicités

7 réflexions sur “TBTL : Un livre qui n’est pas votre genre (mais que vous avez aimé)

  1. Pingback: Throwback Thursday Livresque #48 : Tu n’es pas mon genre, pourtant je t’ai aimé! | BettieRose books

  2. Pingback: Throwback Thursday de Bettie Rose #30 : Va, je ne te hais point ! – June & Cie

    • En fait, je lis souvent des ouvrages sur : (dans le désordre) la musique, la psycho (bcp de psycho) la culture, l’art, l’Histoire…mais : jamais le soir avant de dormir (déjà tendance à bcp trop réfléchir) ; et ne alternant avec un roman.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.