L’as-tu lu ou le liras-tu? Chaman – Maxence Fermine

 

Le jour où Richard Adam comprit qu’il n’avait qu’une vie, il n’avait jamais été si proche du ciel. Et pour cause. Il se tenait en équilibre sur une poutrelle d’acier, à près de soixante mètres de hauteur. Parvenu au bout de son perchoir, il s’arrêta, retint son souffle, et contempla une dernière fois le paysage qui s’offrait à lui, telle une flaque d’or blanc. Il pensa que la vue était sublime, et la vie, terriblement fragile. Un souffle de vent, un faux pas, et il disparaîtrait à jamais. Il s’envolerait tel un oiseau dans les nuées.
Il n’avait jamais été vraiment sujet au vertige. Jusqu’à aujourd’hui.

 

Roman court mais servi par une écriture poétique, Chaman nous fait cheminer au côté de John Adam, sur la terre de ses ancêtres.
C’est un plaisir de lire ce genre de roman où la nostalgie tutoie l’espoir, où la nature est délicatement évoquée – toujours présente, harmonieuse.

En lisant « Chaman », j’ai pensé à un autre roman traitant de façon différente  d’un indien laveur de carreaux, un roman lu il y a bien longtemps: « John l’enfer » de Didier Decoin. 

Une bonne surprise, donc.

Ma note : 4/5

 

La satisfaction de se réveiller à l’aube et de regarder le soleil enflammer l’horizon, créant sur le sol gelé de délicates arabesques de vapeur. […] Autant de bonheurs simples qu’il captait avec un ravissement non dissimulé. En somme, goûter à la douceur de vivre. »

Chaman
Auteur : Maxence Fermine
Éditions : Michel Lafon (12 / 10 /2017)
ISBN : 978-2749932545
131 pages

 

 

Publicités