L’as-tu lu ou le liras-tu? Red Dragon T.1- Masahiro IKENO

 

La dynastie Qin a fondé le premier Empire en Chine, mais cette dictature laisse le peuple dans la misère… Liu Bang et Lu Wan, deux amis d’enfance issus de la classe populaire, décident d’allier leurs forces pour organiser une rébellion et prendre le pouvoir, l’un par sa force et l’autre par son intelligence. Ce sera le début d’une belle aventure pour nos deux jeunes héros !

Masahiro Ikeno, déjà connu en France pour Malicious Code, s’attaque ici à l’Histoire chinoise pour transformer des personnages légendaires en héros de shônen charismatiques.

Ou en images pour le résumé:

 

Pour un shônen historique, j’étais partante. De plus, la couverture est très belle – et je n’avais guère que ces deux éléments lors de mon choix. (Je pense que si j’avais pu avoir le loisir d’ouvrir le manga, de découvrir le trait, je l’aurais laissé; le dessin n’est pas ce que je préfère dans ce manga, loin de là).

La trame historique est vraiment intéressante, les scènes d’action sont bien menées, les rebondissements, bien gérés.
Pourtant, je n’ai pas été séduite: les antagonistes sont trop caricaturaux (on n’est pas chez One Piece!), le découpage reste très classique (c’est sûr qu’on ne va pas se perdre dans les cases…). enfin, je ne sais pas ce qu’a voulu faire le mangaka avec ses personnages féminins sexy à outrance,  mais ce n’est vraiment pas joli. Somme toute, un manga qui reste trop dans les codes du shônen et qui n’apporte pas d’originalité. Peut-être à réserver aux lecteurs les moins habitués de genre qui souhaiteraient le découvrir ?

Les points forts: contexte historique; traduction efficace; rebondissements; codes  du genre très respectés; scènes d’action bien gérées.

Les points faibles: finesse du papier (ça se plie à une vitesse…); manque d’originalité, sexualisation sans finesse des personnages féminins; dessin parfois « fouillis » et caricatural.

Si vous voulez découvrir les premières pages, c’est ici, grâce à Glénat. 

C’est grâce à  l’opération Masse Critique  de Babelio que j’ai pu faire cette lecture

Publicités