Premières lignes #27mai

 

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit.
Les premières lignes rendez vous créé par le blog, Ma lecturothèque .

 

 

 – Je suis content que tu trouves ça drôle.
– Allez ! La tragédie, c’est drôle.
– On est dans une tragédie ? me demande-t-il, avec un large sourire à présent.
– Bien sûr. C’est ça, la vie, non ? On meurt tous à la fin. »

Ce sont les premières lignes d’un roman jeunesse, cette semaine. « The sun is also a star » de Nicola Yoon (« Everything everything »)  nous propose de rencontrer Daniel, américano-coréen de 18 ans et Natasha, immigrée jamaïcaine sans papiers, 17 ans. Tous les oppose : elle est rationnelle, il est rêveur, elle est noire, il est asiatique, elle va se faire expulser avec sa famille à la fin de la journée, il a la nationalité américaine.
Mais malgré les faits observables et la volonté de trouver une explication scientifique à l’amour, Natasha est attirée peu à peu par Daniel qui, lui, a craqué au premier regard.
Les parcours des personnages s’enrichissent de leurs rencontres : la serveuse, l’assistante, l’avocat, etc, dont les histoires sont évoquées sur un modèle très cinématographique champ/contre-champ.
Il y a peut-être un peu trop de « coïncidences « et une volonté manifeste vers la fin du roman de trouver une alternative happy ending mais pour le reste, le livre se lit facilement.

L’autrice a dit qu’elle avait eu l’idée de ce roman en pensant à l’avenir de sa fille, métisse jamaïco-coréenne (Nicola Yoon est jamaïcaine et a épousé un coréen). C’est un bel hommage à tous les métissages du monde et une jolie romance contemporaine Y.A.

 

Natasha: I’m a girl who believes in science and facts. Not fate. Not destiny. Or dreams that will never come true. I’m definitely not the kind of girl who meets a cute boy on a crowded New York City street and falls in love with him. Not when my family is twelve hours away from being deported to Jamaica. Falling in love with him won’t be my story.

Daniel: I’ve always been the good son, the good student, living up to my parents’ high expectations. Never the poet. Or the dreamer. But when I see her, I forget about all that. Something about Natasha makes me think that fate has something much more extraordinary in store—for both of us.

 

Daniel, 18 ans, est fils de coréens immigrés à New York. Il passe un entretien pour entrer dans la prestigieuse Université de Yale. Natasha vient de la Jamaïque. Sa famille, immigrée illégalement aux États-Unis, est sous le coup d’une procédure d’expulsion et devra quitter le pays le soir même. L’adolescente tente par tous les moyens de trouver une solution. Sous l’effet d’un enchainement d’évènements dus au hasard (ou au destin), Daniel et Natasha se rencontrent et vont vivre, le temps d’une journée, une belle histoire d’amour. Une histoire à laquelle viennent se mêler le jeu des coïncidences, la menace de l’exil et le poids des différences culturelles.

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi  :

• La Chambre rose et noire
• Songes d’une Walkyrie
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Chez Xander
• Les livres de Rose
• Les livres de George
• La couleur des mots
• Rêveuse Éveillée
• Félicie lit aussi
• La Booktillaise
• Café littéraire gourmand
• Lectrice assidue en devenir
• Au détour d’un livre
• Lady Butterfly & Co
• Lectures de Laurine
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Bettie Rose Books
• La vie page à page…
• Ombre Bones
• Les livres de Noémie
• La Voleuse de Marque-pages
• Ma petite Médiathèque
• Camellia Burows
• Aliehobbies
• Le Monde de Callistta
• Kaly Bizoux
• Le chemin des livres
• Vie quotidienne de Flaure
• Les mots de Junko
• Les lectures d’Angélique
• Sheona & books
• Ladiescolocblog

 

3 réflexions sur “Premières lignes #27mai

  1. Pingback: Premières lignes #113 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #113 | Songes d'une Walkyrie

  3. Pingback: Premières lignes #114 – Ma Lecturothèque

Les commentaires sont fermés.