Premières lignes #8juillet

Le principe : chaque semaine, je prends un livre et je vous en cite les premières lignes du récit. J’en profite pour chroniquer le livre également.
Les premières lignes rendez vous créé par le blog, Ma lecturothèque .

 

Nous revoilà partis pour une plongée dans le polar avec le « Premières lignes » de cette semaine – et pas n’importe quel genre: du polar scandinave.

« Une marée de coques blanches avait envahi le port. Partout, sur les bateaux, on faisait la fête. Une foule désordonnée de jeunes éméchés allait et venait sur les pontons en ce tiède soir d’été. Mais la jeune fille qui titubait dans la cohue tremblait de froid. »

Résumé:
Une froide journée de septembre, l’étudiant Marcus Nielsen est retrouvé mort dans son appartement de Nacka. Tout semble indiquer un suicide. Mais sa mère, convaincue qu’il a été assassiné, supplie la police de ne pas classer l’affaire.Quand l’inspecteur Thomas Andreasson commence à enquêter, les pistes semblent mener à la base militaire de Korsö, devant l’île de Sandhamn, où le corps d’un autre homme vient d’être retrouvé. Contactée par Thomas, Nora Linde, qui depuis sa séparation passe beaucoup de temps sur l’île, essaie d’en savoir plus sur cette base fortifiée où, pendant des décennies, ont été formées les unités d’élite des chasseurs côtiers. Y a-t-il dans ce passé-là quelque chose qui ne doit à aucun prix surgir au grand jour ?

Le genre est particulièrement prolifique depuis une bonne dizaine d’années.  on se demande même dans quelle mesure le froid inspire les écrivains du crime. Il y a eu les précurseurs Sjöwall et Wahlöö , puis Henning Mankell (et là, c’était brillant). Puis Stieg Larsson. Et avec la sortie de Millénium , soudain, les romans policiers nordiques se multiplièrent. Pour le meilleur et le pire.

Je ne sais pas où ranger encore Viveca Sten. C’est assez bien fichu, facilement addictif. Cela me fait penser assez à  Camilla Läckberg -et comme pour Läckberg, je suis assez ambivalente. Les tomes se laissent dévorer aisément. Il n’y a rien de pénible, de mal fait, de « mal écrit ». Mais je peux le dire: la recette me paraît à la fois trop évidente et terriblement déjà-vu.
J’ai peut-être trop lu de polars nordiques mais parfois, rien à faire: la sauce ne prend pas ou, du moins, si elle prend, elle est un peu indigeste.
La construction est plus ou moins toujours la même : c’est un  lourd secret dans le passé ou un traumatisme ancien qui ressurgit et vient influer/expliquer le ou les meurtres commis. L’auteur nous livre des bribes de ce fameux « lourd passé », nous permettant de jouer au détective amateur. Mais le jeu est biaisé puisque nous n’avons jamais tous les éléments en main. On en ressort bluffé quand le dénouement se  produit. « Quel tour de force! Il/elle est trop fort.e ! » Et de nous précipiter sur le tome suivant où l’écrivain.e va nous ressortir la même recette.
Ajoutons à cela des éléments culturels (la fête de la St Jean, par exemple), un contexte social (un divorce; l’alcoolisme;la perte d’un enfant – trio gagnant!) et le tour est joué!

Apparemment, le public français n’est pas encore lassé – pour l’instant. Mais je crois que cet enième tome de Viveca Sten (oui, j’en lu plusieurs !) me fera le même effet que  Camilla Grebe,  Asa Larsson ou Camilla Läckberg : je n’en retiendrais pas grand chose.

Je conseillerais plutôt  les islandais ( Indriðason,  Sigurðardóttir, en tête) ou bien le couple Lars Kepler qui n’a pas encore épuisé le filon. D’autres auteur.e.s nordiques sont cités dans cet article. 

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent:

• La Chambre rose et noire
• Songes d’une Walkyrie
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Les livres de George
• La couleur des mots
• La Booktillaise
• Café littéraire gourmand
• Lectrice assidue en devenir
• Au détour d’un livre
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Bettie Rose Books
• La vie page à page…
• Les livres de Noémie
• La Voleuse de Marque-pages
• Le Monde de Callistta
• Kaly Bizoux
• Le chemin des livres
• Vie quotidienne de Flaure
• Les mots de Junko
• Sheona & books
• Ladiescolocblog
• A Blue Feather Blog
• Ma petite médiathèque
• Hubris Libris
• Le temps de la lecture
• Libris Revelio
• I believe in pixie dust
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Aliehobbies
• Pousse de gingko
• Prête-moi ta plume
• Rattus Bibliotecus

Publicités

2 réflexions sur “Premières lignes #8juillet

  1. Pingback: Premières lignes #119 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #45 : Les apparences, Gillian Flynn | Light & Smell

Les commentaires sont fermés.