Tag de fin d’année 2018

Voilà, ça y est ou presque : l’année 2018 se termine !
J’ai envie de dire : « déjà ? »  tellement elle a passé vite.
Et pour cette fin d’année, je m’y colle à nouveau : voilà le tag de fin d’année du Pingouin Vert.
L’an dernier, voilà ce que ça donnait…

  • Selon vous quelle est la personnalité de l’année 2018 ? 

2017 :Toutes les femmes qui on témoigné contre ce …… Harvey Weinstein et toutes les ordures du même acabit. Pour résumer: toutes les femmes qui se font entendre

2018 : Ceux et celles qui ont protesté, se sont montrés constructifs et ne sont pas tombés dans les extrêmes ni dans la haine, ni dans la violence.

  • Quelle personnalité n’avez vous plus envie de revoir en 2019 ? 

2017: Trump et son pote de guéguerre Kim Jong-un
Dans l’idéal, tous les tyrans et dictateurs du monde…

2018 : Les mêmes assortis des extrémistes de tout poil en Europe

 

  • Quelle a été votre plus grosse déception artistique de l’année (livres,films, musique, etc) ?

2017 Film: Guardians of the Galaxy vol. 2

2018 – Côté lectures, une véritable déception après en avoir entendu que du bien: Les fantômes du vieux pays, de Nathan Hill. C’est rare que je m’ennuie autant durant une lecture…

  • Quelle a été votre bonne surprise artistique de l’année 2018 ?   

2017: les concerts de G-Dragon et Post Modern Jukebox

2018: Beaucoup de lectures très agréables, des séries dont j’ai parlé ici – en y ajoutant l’adaptation de L’Amie prodigieuse (une série littéraire que je n’aurais pas forcément lue sans les bons conseils d’une amie de très longue date)

 

  • Une chose que vous n’auriez jamais voulu voir en 2018 ? 

2017: la mesquinerie, les rageux, les chouineurs (tout ça se conjugue autant au masculin qu’au féminin), surtout sur internet et les RS. Les fans de Johnny à son décès

2018 : les haineux, en général. Je ne supporte plus les gens aux comportements inappropriés qui projettent leur mal-être sur les autres (et en l’occurrence, sur moi).
Il est tellement plus simple pour tous d’être positifs, à la fin !

J’ai aussi un message plus personnel à adresser à La Mort: « s’il te plaît, laisse-nous un peu de répit, juste un peu.. ». Parce que ces dernières années, ces derniers mois, les décès autour de moi sont beaucoup trop nombreux…Un processus de deuil est toujours très long.

  • Le nombre de livres/films lus/vus en 2018 

2017 : j’emprunte entre 10 à 25 livres par mois en bibliothèque, ce à quoi se rajoutent les SP, et mes livres personnels.
Je peux dire que je suis dans les 250 à 300 livres/an en moyenne
Films au cinéma: 5 ou 6

Livres : beaucoup (plus de 100 et sans doute, plus de 200).
Films : au cinéma : 5 ou 6, à peu près

 

  • La série TV de l’année ? 

2017 : The handmaid’s tale (la servante écarlate) et Outlander saison 3

2018: Pose – une série que je conseille encore et encore
Très bonne surprise avec : Les nouvelles Aventures de Sabrina
Idem : Killing Eve
Toujours ravie avec : Outlander saison 4
Et je pense que l’adaptation de L’amie Prodigieuse est en train de devenir mon coup de coeur de fin d’année.

 

  • La chanson de l’année ? 

2017: Taemin – Move

2018 : je n’écoute vraiment plus rien  ou presque de ce qui remplit les hits actuels (l’auto-tune aura la peau de mes oreilles)
Mais j’ai mes chouchous pop/rock  et cette année : The Struts

Et Greta Van Fleet (avec un nouvel album) :

  • Vos bonnes résolutions ?

2017 : l’idée était dans l’air concernant mes projets professionnels…
2018 : j’ai eu la chance d’intégrer un parcours numérique passionnant (Digital Job Ambition – pour l’instant, c’est une spécialité nantaise) au cours duquel j’ai rencontré d’excellentes personnes. Un projet avance ….
Ma bonne résolution, c’est de continuer, de croire en moi et de poursuivre aussi le travail sur moi-même qui, lui aussi, avance bien.

  • Un mot pour l’année prochaine ?

Continuer toujours, sans me laisser déstabiliser par des personnes qui n’en valent pas la peine.

  • Votre année en images ?
Publicités

Premières lignes #30décembre

Et hop ! les dernières Premières Lignes de l’année 2018 !

« Ils avaient fait tout le chemin jusqu’à la maison de Mr.Styles avant qu’Anna s’aperçoive que son père était nerveux. D’abord, elle avait été distraite par le trajet, en filant sur l’ Ocean Parkway comme s’ils mettaient le cap sur Coney Island, quatre jours après Noël alors qu’il faisait incroyablement froid pour aller à la plage. « 

 

Je termine l’année 2018 avec deux romans américains : Les Fantômes du vieux pays de Nathan Hill (The Nix, en VO) et celui-ci : Manahattan beach de Jennifer Egan. Et autant je me suis ennuyée comme rarement avec le roman de Nathan Hill (le grand roman américain des dernières années ? non, impossible ), autant Manhattan Beach me ravit.

On est tout de suite happé par cette histoire qui se déroule à la fin des années 30 et durant la seconde guerre mondiale. La famille d’Anna, les Kerrigan, des  irlandais plongés, dans la Grande Dépression puis de la Seconde Guerre mondiale. La jeune Anna décide un jour de devenir  plongeur scaphandrier …et elle y parviendra. C’est passionnant et surtout, on se laisse embarquer par les personnages et leurs tribulations. Il y a peu de longueurs, le style est fluide, bref, tout ce qui m’a manqué dans Les fantômes du vieux pays, lu juste avant. Brillant !

 

Résumé : Alors qu’elle a presque douze ans, Anna Kerrigan accompagne son père chez Dexter Styles, un homme qui, comprend-elle, est crucial pour la survie de sa famille. Derrière sa maison, elle aperçoit l’océan, qui l’émerveille autant que le mystère pesant qui lie les deux hommes. Des années plus tard, son père a disparu, et le pays est en guerre. Anna travaille au chantier naval de Brooklyn, où les femmes effectuent des tâches autrefois réservées aux hommes, désormais au front. Elle devient la première femme scaphandrier ; sa mission essentielle, des plus dangereuses, consiste à réparer les navires qui aideront les États- Unis à remporter la guerre. Un soir, dans un club, elle croise de nouveau le chemin de Dexter Styles, et commence à comprendre la complexité de la vie de son père, ainsi que les possibles raisons de sa disparition.

 

Si vous ne repassez pas par le blog avant 2019, bonne fin d’année ! 

2018 : bilan des films et des séries

Quand je vois mon bilan de l’an dernier et que je me relis : « Je ne peux pas dire que ça soit une année faste. Comparativement, je suis allée 5 fois aussi au cinéma en 2016 avec un taux de satisfaction bien plus élevé« , je ne sais pas si je dois glousser ou m’attrister.
Cette année, je suis allée à peu près autant de  fois au cinéma, ce qui me paraît toujours assez peu, avec une satisfaction assez moyenne.

L’année avait plutôt bien commencé avec Les Heures Sombres, somptueux,   puis, dans un tout autre genre,  Black Panther, l’un des meilleurs films de super-héros actuels.

Par la suite, ça se complique. Nous avons eu droit à un Avengers: Infinity War  un peu bancal – et même si on sait ce qui se passe en réalité dans les comics, on se demande comment tout ça va se résoudre à l’écran….

Le Deadpool 2 ne m’a absolument pas convaincue. Dans le style, « remettez-moi deux louches d’humour lourdingue et pour le reste, on s’en fiche », effectivement, ça fonctionne. Il reste que le scénario est mince et le résultat beaucoup moins percutant que le premier opus.

Je suis aussi allée voir Darkest Minds (j’ai failli oublier celui-ci dans mon bilan, c’est dire…) Là non plus, ce n’est pas une franche réussite (je reste soft). Disons que le film a le travers d’une série Y.A calquée sur tant d’autres, avec peu d’originalité…. Ce qui est le souci des romans d’où est tiré le film (les romans étant encore plus mauvais que l’adaptation cinématographique) !

J’ai aussi vu BlackkKlansman, qui lui, est une réussite, heureusement. Je sais que j’ai un faible pour les films de Spike Lee mais même sans cela, j’ai vraiment apprécié.

 

Et pour finir l’année, il y a eu LE film que j’attendais : Les Crimes de Grindelwald (les Animaux Fantastiques 2). Et là….comment dire ? Je reste mitigée.
Il y a trop d’incohérences et, pour une fan de l’univers de Harry Potter, c’est plus que gênant. Sinon, le film est assez bien fait même si on se demande encore où sont les fameux animaux fantastiques que l’on voit très peu (et c’est dommage). Eddie Redmayne campe un très bon Newt. Johnny Depp est plutôt bon, en Grindelwald. Jude Law est convaincant en jeune Dumbledore.  Le troisième volet a intérêt à être nickel pour rattraper tout cela….

 

Je passe donc aux séries avec beaucoup plus d’enthousiasme !

Et je commence par ma série chouchou de 2018 : Pose

C’est la série la plus humaine, réussie, émouvante de ces dernières années. Rien que ça… Une saison 2 est prévue.

L’autre série qui m’a bluffée, c’est Killing Eve, une adaptation des romans de Luke Jennings : Nom de code Villanelle.

J’ai aussi beaucoup aimé les Nouvelles aventures de Sabrina   – oui, cette Sabrina apprentie sorcière qui revient pour la onzième adaptation télévisée. Et cette fois, le choix a été d’adapter le spin-off horrifique des comics, Chilling Adventures of Sabrina. Si vous aimez les sorcières et vous faire peur un peu, c’est gagné !

Et enfin, dans mon top 4, il y a cette autre adaptation : A discovery of witches d’après la trilogie de Deborah Harkness (Le livre perdu des sortilèges, en français). J’avais apprécié la série de romans, malgré la présence de vampires (et je déteste vraiment ce type de personnages). La série est fidèle aux livres et a le mérite d’aller à l’essentiel, alors que souvent Harkness se perd dans des longueurs complètement inutiles.

Du surnaturel, de la romance, de superbes paysages et un casting aux petits oignons :

 

Vu aussi et apprécié

  • L’aliéniste – une honnête série qui se regarde bien
  • Patrick Melrose
  • La catedral del mar (les « Piliers de la terre » espagnol– très bien à lire aussi)

J’ai aussi visionné l’intégrale de Girls (dont j’ai parlé ici).
Et comme je suis The Walking Dead, j’ai enfin vu les premières saisons que je n’avais pas eu le temps de voir. J’en ai parlé dans un article.

D’autres séries que je suis :

  • Doctor Who saison 11
    Si j’ai apprécié le nouveau docteur, les compagnons, je me suis franchement ennuyée durant cette saison que j’ai laissée de côté. Trop d’épisodes bancals, peu aboutis. Le premier épisode de la saison commence très fort mais je n’ai pas trouvé que la suite tenait ses promesses.
  •  Outlander saison 4
    J’ai l’impression que la série va vraiment en se bonifiant. Elle était déjà très juste dès la première saison, mais les acteurs ont trouvé leurs marques. C’est de mieux en mieux !

Quelques séries en vrac

  • Krypton – S.1
    La série remonte aux origines de Superman. On suit les aventures de son grand-père. C’est correct, ça ne casse pas de pattes aux canards non plus….
  • Britannia
    J’ai tenté les deux premiers épisodes sans continuer.

 

Et sur ces mots, voilà mon bilan 2018 !

Premières lignes #23décembre

On arrive presque à la fin de l’année et j’ai trouvé le temps cette semaine de préparer ce Premières Lignes.

Cette semaine, ce sont les premières lignes d’une suite que je vous propose (le début du tome 3 :

« La dernière fois que j’ai vu Lila, c’était il y a 5 ans, pendant l’hiver 2005. Nous nous promenions de bon matin le long du boulevard et, comme cela se produisait depuis des années déjà, nous n’arrivions pas à nous sentir véritablement à l’aise. « 

Dès les premières lignes, tout est dit : la relation entre les deux filles devenues femmes, leur amitié, l’évolution de ce lien (qui, souvent, ressemble peu à de l’amitié sinon à une relation étrange de dépendance, de mise en compétition).
Dans ce tome de l’âge adulte, on retrouve notre narratrice, Elena « Lenu » mariée puis mère, installée à Florence. Mais au-delà de la relation Lila/Elena, c’est l’Italie et son agitation politique violente des années autour de 1968.  On croise des membres du Part Communiste Italien mais surtout on assiste (tiens, tiens…) la montée des extrêmes. les fascistes  et les Brigades Rouges  d’extrême  gauche s’affrontent dans les rues, aux portes des usines et des universités.

Les deux amies traversent les années de plomb, chacune à leur manière. 

Ce troisième tome nous permet aussi de retrouver les personnages qui nous sont familiers depuis le premier tome . Il relate de façon documentée ce pan de l’Histoire italienne. Et même si parfois les interrogations d’Elena (qui ne peut s’empêcher d’être particulièrement énervante) lassent un peu, on a envie d’avancer dans le roman…et de lire le suivant (le dernier).

Résumé : Pour Elena, comme pour l’Italie, une période de grands bouleversements s’ouvre. Nous sommes à la fin des années soixante, les événements de 1968 s’annoncent, les mouvements féministes et protestataires s’organisent, et Elena, diplômée de l’École normale de Pise et entourée d’universitaires, est au premier rang. Même si les choix de Lila sont radicalement différents, les deux jeunes femmes sont toujours aussi proches, une relation faite d’amour et de haine, telles deux sœurs qui se ressembleraient trop. Et, une nouvelle fois, les circonstances vont les rapprocher, puis les éloigner, au cours de cette tumultueuse traversée des années soixante-dix.
Celle qui fuit et celle qui reste n’a rien à envier à ses deux prédécesseurs. À la dimension historique et intime s’ajoute même un volet politique, puisque les dix années que couvre le roman sont cruciales pour l’Italie, un pays en transformation, en marche vers la modernité

Je dois dire un mot de la série TV qui est diffusée en ce moment. Je trouve l’adaptation très fidèle. Le casting est vraiment bien fait. Mais le format de la série apporte encore plus de punch et m’a fait oublier certaines longueurs  (ma principale critique vis à vis des romans d’Elena Ferrante, d’ailleurs).
Je trouve les personnages d’autant plus attachants et je ne peux que conseiller de regarder L’amie prodigieuse (My brilliant friend). Il est à noter que la version italienne sous-titrée en anglais est bien meilleure à la version française. C’est dommage que nous n’ayons pas droit à l’italien sous-titré en français….

 

Les blogueurs et blogueuses qui  participent aussi :

• La Chambre rose et noire
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Au détour d’un livre
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko
• Rattus Bibliotecus
• La Pomme qui rougit
• Ma Petite médiathèque
• Chat’Pitre
• La Booktillaise
• Lectoplum
• Encore un livre
• Le monde de Gulia
• Alohomora
• Le monde de Callista

L’automne en images et en musique – 13

 

C’est le dernier de la saison et je vous invite à découvrir (ou re-découvrir) l’oeuvre de Karen Knorr, photographe. 

Née à Francfort-sur-le-Main (Allemagne) mais de nationalité américaine, Karen Knorr fut parmi les premiers photographes à codifier la photographie dite « mise en scène » au début des années 80. Elle a traité ses thèmes de prédilection que sont le post-colonialisme, le féminisme et la culture visuelle en passant successivement d’un travail sociétal (cf. ses fameuses séries noirs et blancs Belgravia (1979-1980) et Gentlemen (1981-1983) sur la « so British Society«) à des scénographies architecturales dans lesquelles elle introduit des animaux – éléments incongrus et poétiques – mêlant ainsi des approches analytiques, historiques et littéraires à une liberté fictionnelle à la symbolique surprenante.
Présentée dans des musées et galeries parmi les plus prestigieux (Musée Carnavalet, Tate, Adamson Gallery…), Karen Knorr a reçu le prestigieux Prix Pilar Citoler en 2011. Elle est actuellement professeur de photographie à l’Université des arts créatifs Farnham (Royaume-Uni).

 

  • Série the Lanesborough, 2015

Cette série se situe dans un des hôtels les plus chers du monde.

 



The Wedding Party




The Lanesborough, The Wedding guest

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’automne en images et en musique – 12

Bientôt l’hiver et la fin de ces articles sous cette forme, du moins !

Cette semaine,  un illustrateur d’origine bosniaque : Boris Pelcer

Né en 1985, à Sarajevo, Bosnia, Boris Pelcer est un artiste indépendant et un illustrateur qui vit à Milwaukee Après avoir été diplômé de l’Institut of Art & Design de Milwaukee, il a  travaillé pour plusieurs clients (comme Harley Davidson)  (source)

View this post on Instagram

This is my The Dark Knight Batman (Variant) screen printed movie poster created for The Bottleneck Gallery @bottleneckgallery. Print size: 24 x 36 in. Edition of 110. This poster is a stand alone poster that was made to also work as a companion piece to my The Dark Knight Joker (Variant) screen print. The 2 posters can be placed together to form one single giant image that is 48 x 36 in. This poster is a New York Comic Con 2018 @newyorkcomiccon exclusive. It is available for purchase now at @bottleneckgallery booth No. 2160. Any posters not sold during the NYCC will be available online via bottleneckgallery.com – #thedarkknight #batman #brucewayne #silentguardian #watchfulprotector #nycc #christophernolan #christianbale #24×36 #nycc2018 #bottleneckgallery #dccomics #movieposter #screenprint #illustration #poster #art #borispelcerart #borispelcer

A post shared by Boris Pelcer Art (@borispelcerart) on

 

 

 

Interview de l’artiste

 

Environmental Awareness

 

 

Son site

Sur Instagram

Nouveaux contes du Limousin – Baranger/ Phelipon

 

C’est dans le cadre du dernier Masse critiques Babelio que j’ai reçu ce bel album de contes paru aux Ardents Editeurs.

 

Les légendes, dit-on, ont toujours un fond de vérité. Pour pénétrer les mystères cachés, oubliés entre les bois, les rochers et les eaux, il vous faut écouter les secrets enfouis que murmurent la terre, le vent ou la pluie. 
Telle une partition à quatre mains, le texte et l’illustration s’enlacent et invitent le lecteur à rejoindre l’univers du conte en un hymne à un « pays » propice aux légendes réinventées.

 

Etant friande de contes et de légendes, je me suis penchée avec joie sur cet album jeunesse. Si les contes sont un peu courts, je pense qu’ils conviendront aux plus jeunes…
Les illustrations colorées sont pleines de fraîcheur et de magie. Un moment agréable !

 

 

 

 

 

Laure Phelipon : FB

Blog

Pierre-Jean Baranger : site

Les dossiers de la pop : The Walking Dead

 

Voilà un article en lien avec le thème de la pop culture. Mes autres articles sur la pop sont rassemblés sous la thématique « T’as pas vu ma pop » sur ce blog.

 

C’est au moment où les fans de la première heure ont commencé à déserter la série que j’ai commencé à sérieusement m’y intéresser. Alors que la série TV s’éloigne considérablement de l’histoire initiale ( une refrain déjà connu et vu chez …. Game of Thrones, par ex. ), voilà un  article sur l’une des séries les plus marquantes de ces dernières années : The Walking Dead.
 Mon but n’est pas de spoiler mais je peux le faire puisque je parle de manière générale. Si vous avez envie de découvrir la série ou de la reprendre

 

Résumé rapide

« En 2003, Robert Kirkman s’ attelle avec Tony Moore au dessin à un nouveau projet de série : The Walking Dead. Il s’agit de l’histoire d’une communauté de survivants dans des États-Unis infestés par les zombies.  Au départ, le projet est fraîchement accueilli par les dirigeants d’Image Comics. Mais, année après année, ses ventes aux États-Unis augmentent régulièrement. En 2010, c’est même l’un des romans graphiques les plus vendus aux États-Unis. Un succès qui doit notamment à l’adaptation de la bande dessinée en série télévisée. »

Tout commence ainsi :
« T
he Walking Dead se déroule dans un monde envahi par les morts-vivants. L’origine du phénomène demeure inconnue. Rick Grimes, shérif adjoint, se réveille à l’hôpital après un long coma de plusieurs mois. Il découvre grâce à Morgan Jones que la population entière a été ravagée par une épidémie d’origine inconnue, qui est envahie par les morts-vivants. Parti sur les traces de sa femme Lori et de son fils Carl, Rick arrive à Atlanta où, avec un groupe de rescapés, il va devoir apprendre à survivre et à tuer tout en cherchant une solution ou un remède. »(source)

Le zombie est tout neuf et il a faim

C’est ce qui frappe dans les épisodes des saisons 1, 2 et même 3. Les zombies, rapidement appelés   » rôdeurs « (walkers) sont particulièrement actifs. Ils ont un aspect « frais »  et si cela semble un brin dégoûtant, c’est une réalité qui colle bien avec le déroulement de l’histoire : l’épidémie vient juste de frapper et les morts qui marchent sont de  » jeunes morts. L’évolution est visible au fil des saisons : leur aspect se détériore de plus en plus et pour les plus anciens, ils sont de plus en plus lents. Mais de plus en plus nombreux…


Les épisodes des premières saisons sont marqués par des scènes de cannibalisme, des moments bien gore qui peuvent s’expliquer par la faim des rôdeurs. De même que le nouveau vampire a un besoin impérieux de sang (cf. Anne Rice, Stephenie Meyer, Deborah Harkness), le zombie nouveau a la dalle et il a besoin de chair fraîche – et si possible humaine! Comme il cherche à tout prix à se nourrir, on voit des morts vivants s’en prendre aussi aux animaux – ce qui donne lieu à ce type de dialogue :   » Ce gros dégueulasse s’est fait une marmotte pour le déjeuner » (Daryl, en vérifiant le contenu de l’estomac d’un rôdeur). Si les rôdeurs ont faim, le spectateur, lui, beaucoup moins…

Les personnages attaqués par les rôdeurs dans les saisons 1 et 2 connaissent des morts violentes et peu ragoûtantes. Par la suite, ils seront préparés et combatifs, jusuqu’à devenir de véritables guerriers, pour certains, et sauront d’autant mieux se défendre.

La confusion: K.O dès le départ

L’apocalypse, à défaut du ciel,  est tombée sur la tête des personnages de The Walking Dead. Ils ne s’y attendaient pas. Tout est question de soudaineté. Et les personnages sont sonnés, en état de choc pour beaucoup d’entre eux. Ils fuient un monde qui n’a plus ni queue ni tête. Ceux qui ont pu survivre tentent de se rassembler mais peu d’entre eux sont prêts pour la survie. Ils ne savent pas se battre, ni prendre des décisions radicales.

Ce qui ressemble à un campement familial dans la première saison va vite changer d’atmosphère.
Ils s’aperçoivent alors que, pour survivre, il va leur falloir apprendre à vivre en groupe et changer leurs propres codes.

On le voit dès les deux premières saisons: rester isolé et survivre n’est pas donner à tout le monde. Seuls quelques uns ont l’expérience pour le faire (Daryl; Michonne, par ex.).



(Michonne)

Pour les autres, se retrouver seuls équivaut au suicide. De là naît l’importance du groupe, qui va se développer dans les saisons suivantes, de la famille au sens élargi du terme. Sans structure, les humains deviennent fragiles, désespérés, à la merci des rôdeurs et d’autres monstres qui sont eux aussi des humains.

Car les monstres ne sont pas toujours ceux qu’on croit. Et c’est bien là le thème récurrent de la série (et de la BD) : les rôdeurs ne sont pas les pires monstres. La monstruosité est dans l’humanité.
Les personnalités violentes trouvent leur place dans ce nouveau désordre du monde. On voit  Merle Dixon, le grand frère de Daryl,  s’épanouir. Shane Walsh, le partenaire de Rick, n’hésite pas à tuer pour aboutir à ses fins.
Au fil des saisons, on tombe régulièrement sur des caractères psychopathes ou aussi tordus ; le Gouverneur, personnalité sadique et ambigü et bien sûr, Negan , l’un des meilleurs méchants de l’histoire des séries (un dossier très intéressant sur les Méchants de The Walking Dead). 

Le gouverneur

 

Où est notre humanité ? Où va notre civilisation ?

C’est à peu près le propos de Dale quand le groupe doit prendre une décision extrême face à un prisonnier: s’en débarrasser ou le laisser vivre.
Dale fait un réquisitoire émouvant en faveur de l’humanité à défendre, sur le fait de ne pas tomber dans la barbarie qui serait la fin de la civilisation

« [Andrea asks Dale how does he know they’re civilized people anymore]
Dale Horvath: You’re a civil rights lawyer. You fight with words, the power of ideas. Using a-a gun, that’s his way.
Andrea Harrison: You really want to debate about saving a guy who will lead his buddies right to our door?
Dale Horvath: That’s what a civilized society does.
Andrea Harrison: Who says we’re civilized anymore?  »

Dale Horvath: The world we knew is gone, but keeping our humanity? That’s a choice.

(source)

 

Survivre aux dépens de la civilisation ? Au risque de se perdre soi-même ?
On a vu que les codes changeaient dans des conditions extrêmes.
Certains vont devoir puiser en eux-mêmes (Carol, Maggie, Glenn, par ex.) ou faire appel à leur côté obscur (Rick – et au fil des saisons, de plus en plus obscur).



Rick Grimes 

 

C’est ce qui va opposer les adeptes de ce nouveau mode de (sur-)vie aux résistants pro-humanistes (Hershel Greene, profondément croyant, souhaite soigner les morts qui marchent, par ex.).

Mais au final, qui est civilisé, qui est le barbare ?
Imposer sa loi pour le plus grand Bien n’est-ce pas frôler la dictature ? 
Voilà ce que Rick déclare à son groupe :

Rick GrimesMaybe you people are better off without me. Go ahead. I say there’s a place for us, but maybe… maybe it’s just another pipe dream. Maybe… maybe I’m fooling myself again. Why don’t you… Why don’t you go and find out yourself ? Send me a postcard ! .Go on, there’s the door. You can do better ? Let’s see how far you get.

 [the group remains silent] No takers? Fine. But get one thing straight… you’re staying. This isn’t a democracy anymore.

 

Croire ou ne pas croire

[Carol tries to tell Carl that they’ll see Sophia again in Heaven]

Carol Peletier: You know, we’ll see Sophia again in heaven some day. She’s in a better place.
Carl Grimes: No, she’s not. Heaven is just another lie, and if you believe it, you’re an idiot.

La foi et, bien sûr, la religion, a une place importante dans tout ce qu’écrit Robert Kirkman. J’en prends pour exemple la série Outcast (comics aussi adapté en série). On n’y parle plus de zombies, mais de possession démoniaque. Exorcisme, religion, croire ou ne pas croire, rédemption, voilà des thèmes qui semblent hanter Kirkman.

 

Outcast is similar to The Walking Dead in that it is, as you’ve said, a dramatic take on a horror concept. What other similarities would you say the two comics share?

I think that both of them strive to be very real examinations of a very fantastical and unreal kind of situation. Although I would argue that demonic possession is certainly something that there’s evidence to support the possibility that it could be a real phenomenon — much more so than zombies. I think zombies are probably definitely never going to happen (Laughs). I think people may wish that they would. But they’re both stories about very real people against these horrific backdrops. That’s something that I really enjoy doing. (source)

 

Ainsi, dans the Walking Dead, on s’aperçoit très vite que se réfugier dans une église (et on ne dira jamais assez à quel point elles sont nombreuses dans le sud des USA) n’est pas une bonne idée. En entrant dans la petite église, (saison 2 – ép.1), Rick et les autres ne trouveront que quelques rôdeurs…. Alors que Carol prie dans l’espoir de retrouver sa fille, Rick s’adresse à une statue de Jésus en croix de cette manière:

« [Rick prays to the Jesus Christ statue while in the church]
Rick Grimes: I don’t know if you’re looking at me with what?
[Rick looks at the Jesus statue] Sadness? Scorn? Pity? Love?
[Rick sighs] Maybe it’s just indifference. I guess you already know I’m not much of a believer. I guess I just chose to put my faith elsewhere. My family, mostly. My friends. My job. The thing is, we… I could use a little something to help keep us going. Some kind of… acknowledgment. Some indication I’m doing the right thing. You don’t know how hard that is to know. Well, maybe you do. Hey look, I don’t need all the answers. Just a little nudge. A sign. Any sign will do. »

Face à des morts en marche, même les plus croyants se mettent à douter :

« [Rick reminds Hershel that he’s a man of faith]
Rick Grimes: You’re a man of God. Have some faith.
Hershel Greene: I can’t profess to understand God’s plan, but Christ promised the resurrection of the dead. I just thought he had something a little different in mind. »

 

Même si on croise des prêtres (le père Gabriel, par ex.) dans The Walking Dead et des personnes qui ont la foi, il semble bien que le monde tel qu’il est décrit par Kirkman soit dépourvu d’un Dieu (et rien que cette idée fait référence à la vision d’un chrétien déçu, plutôt qu’à celle d’un réel athée). On pense plutôt à un désir de croire en une entité suprême, à un au-delà alors que le monde se trouve pris dans un chaos total.

 

Une fois de plus, on se trouve face à un désenchantement du monde, non pas avec la disparition de la magie ou son affaiblissement (comme dans Harry Potter, par ex.) mais avec la désertion et le recul du sacré (Max Weber le dit mieux que moi).

Dans la pop culture, on peut croiser Luke Skywalker  à la recherche du sens (la Force) dans un monde désenchanté, Bilbo, Frodon et les elfes de Tolkien fuyant la Terre du Milieu devenue terre des hommes. On peut aussi croiser un monde sans plus de sens, ni même d’humanité, un monde sur sa fin – ou en plein renouvellement. Car s’il y a une chose qui perdure et prend le dessus dans le monde de The Walking Dead, c’est la nature. 

 

Il y aurait encore bien des thèmes à développer mais je vais m’arrêter là pour aujourd’hui.
En espérant vous avoir donné envie de découvrir ou re-découvrir la série ou les comics!

 

Robert Kirkman : 

« Les bons films de zombies nous révèlent à quel point nous pouvons être déséquilibrés… ainsi que la situation de détresse dans laquelle se trouve notre société aujourd’hui.
[…] Avec Walking Dead, j’ai voulu explorer comment des individus réagissent lorsqu’on les met face à des situations extrêmes et quel impact peuvent avoir les évènements sur leur comportement.
Chers lecteurs, tout au long de la série Walking Dead, vous allez découvrir comment Rick va s’affirmer et évoluer, au point que vous ne le reconnaîtrez pas.
.
Tout dans cette série est une tentative de montrer la progression naturelle des événements telle qu’ils pourraient survenir dans de telles circonstances.
Les personnages sont le véritable moteur du récit. La manière dont ils en sont arrivés là devient dès lors plus importante que le simple fait qu’ils y soient arrivés.
Je voudrais vraiment vous montrer comment vos amis, vos voisins, votre famille et vous-mêmes pourriez réagir dans de telles situations. (…)
.L’idée directrice de Walking Dead est de rester proche des personnages et en particulier de Rick Grimes, aussi longtemps que cela sera humainement possible.
Je vois Walking Dead comme la chronique de l’existence de Rick. »

(source)

 

Série diffusée sur AMC – saison 9 en cours (OCS)
Comics chez Delcourt 

L’automne en images et en musique – 11

Le temps passe et je me rends compte que cette thématique de l’Automne en images (et en musique) va toucher à sa fin dans peu de temps (deux semaines). Même si j’ai une idée pour continuer de parler – et de montrer de l’art, je m’aperçois que je n’ai pas fait d’articles sur un ou une photographe ! Un comble, quand même !

Comme je suis en ce moment un MOOC (= massive open online course) sur l’Art moderne et contemporain, en même temps qu’un autre sur l’histoire de la photographie, je vais donc parler d’une photographe. Quant à ces deux MOOC, je vous les conseille : c’est gratuit, d’une part, on apprend à son rythme (et c’est très ludique). Ces deux-là durent jusqu’à fin décembre sur cette plateforme. Si vous n’avez jamais suivi de MOOC, c’est l’occasion ! 

 

Nous voilà cette semaine face aux photos de Barbara Morgan ,une photographe américaine ( 8/07/1900 – 17/08/ 1992) qui a fait beaucoup de prises de vue de danseurs et de danseuses.

(source)

 

 

 

 

 

 

(source photos)

 

 

 

Premières lignes #2décembre

 

Les Premières lignes de cette semaine proviennent d’un roman qui a reçu en France le Prix des Lecteurs en littérature étrangère (Livre de Poche). Ayant fait partie du jury pour la section Polars, j’ai eu la chance de recevoir le livre.

 

 

 

 

 

Et je n’ai pas été déçue. Ce premier roman est magistralement bien pensé.
La structure n’était pas forcément évidente puisque nous partons du Ghana, où une femme donne naissance à deux filles issues de deux unions. Les deux soeurs ne se rencontreront jamais et suivront un chemin diamétralement opposés: Effia se marie au gouverneur blanc du Fort de Cape Coast, dans l’un de ces forts où les négriers regroupaient les futurs esclaves destinés à être déportés. Sa demi-soeur Esi fera partie de ses esclaves.

 

Nous suivons alors les descendants d’Effia et d’Esi, en Afrique et en Amérique.
Chaque chapitre est consacré à l’un des descendants, alternant la terre natale africaine et celle d’adoption, américaine.
Yaa Gyasi se dit très influencée par les contes et les légendes. Elle a réussi à mêler à son récit des histoires et des rêves qui apportent une dimension magique.
On ne se perd pas trop dans les différents personnages car, heureusement, un arbre généalogique est fourni au début du roman.

Le seul bémol est ce titre français: « no home« (?) alors que le titre original est « Homegoing ».

 

 

Un voyage époustouflant dans trois siècles d’histoire du peuple africain.

Maama, esclave Ashanti, s’enfuit de la maison de ses maîtres Fantis durant un incendie, laissant derrière elle son bébé, Effia. Plus tard, elle épouse un Ashanti, et donne naissance à une autre fille, Esi. Ainsi commence l’histoire de ces deux demi-sœurs, Effia et Esi, nées dans deux villages du Ghana à l’époque du commerce triangulaire au XVIIIe siècle. Effia épouse un Anglais et mène une existence confortable dans le fort de Cape Coast, sans savoir que Esi, qu’elle n’a jamais connue, est emprisonnée dans les cachots du fort, vendue avec des centaines d’autres victimes d’un commerce d’esclaves florissant avant d’être expédiée en Amérique où ses enfants et petits-enfants seront eux aussi esclaves. Grâce à un collier transmis de génération en génération, l’histoire se tisse d’un chapitre à l’autre : un fil suit les descendants d’Effia au Ghana à travers les siècles, l’autre suit Esi et ses enfants en Amérique.

 

« (…) I think I was kind of constantly interacting, I guess, with really what the legacy of slavery is. You know, coming from a country, Ghana, that had a role in slavery, and then ending up in a place where slavery is still so strongly felt institutionally, as racism is still so strongly felt. The irony of that wasn’t lost on me. And I think, had I not grown up in Alabama, I don’t know that I would have ever written this book. »

— Yaa Gyasi, 2016 interview with Scott Simon

 

Les blogueurs et blogueuses qui participent à Premières Lignes :

• La Chambre rose et noire
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• La couleur des mots
• Au détour d’un livre
• Ma lecturothèque
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Le Monde de Callistta
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Hubris Libris
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko
• Rattus Bibliotecus
• La Pomme qui rougit
• Ma Petite médiathèque
• Saveur littéraire
• Prête-moi ta plume
• Chat’Pitre
• Envie de lire
• La Booktillaise
• Lectoplum