Premières lignes #11février

Virage 100% fantasy française pour ces Premières Lignes que je n’arrive pas à caler le week-end en ce mois de grippe de février !

 

Ditto Lamolaire tira sur la longe de l’âne de tête. L’animal trainaillait depuis le début de la descente et ralentissait toute la caravane de bêtes qui cheminaient à la queue leu leu.
« Avance, Bazinga ! On n’a pas toute la journée devant nous ! »

Séduite autant par la couverture (ah, les éditions des Moutons électriques ! le nombre de fois où ils me font rêver...) que par le résumé, je me suis lancée dans ce premier roman; je n’ai pas été déçue ….
L’action se déroule dans un pays imaginé et imaginaire qui ressemble fortement à nos Alpes. Le folklore est succulent (veïvres, goblinoux, calmar des cimes, ograrbre, tyroli-troll, psammèdes, matagosses, quatemberces, frayes, trollains ….), l’univers donne envie de s’y plonger. C’est un voyage du héros assez classique qui débute dès les premières pages: le jeune Ditto se découvre des pouvoirs qu’il ignorait. Il va également comprendre que le monde qui l’entoure est rempli d’étranges créatures  dont certaines dotées de pouvoirs. Commence ainsi une quête pour l’adolescent qui devra apprendre à contrôler son don et à lutter.

Certains ont reproché à ce roman d’être trop « jeunesse » (les animaux qui parlent), ce n’est pas mon cas (et puis, j’aime les romans Y.A bien faits). Certes, il reste quelques maladresses : une ou deux scènes légèrement escamotées, une fin un peu rapide (une suite serait vraiment la bienvenue!) mais rien de vraiment gênant pour la lecture. Et puis, pour le reste, on se régale !

Une très agréable surprise, donc. Je le redis : j’espère que Margot Delorme aura la bonne idée de nous raconter d’autres aventures de Ditto – ou d’autres personnages – dans ce monde. On ne demande qu’à le découvrir !

Résumé :Ditto, quatorze ans, tient lieu de guide à des excursionnistes venus des plaines. Un jour, lors de l’attaque d’un monstre des cimes, il se découvre un don pour déclencher avalanches, coulées et crues. Un don puissant. Or les écouleurs sont craints et haïs par les montagnards. Bientôt, Ditto se retrouve dans la peau d’un paria et contraint à la fuite. En compagnie d’amis inattendus , il va demander son aide à la Lorlaïe, la nymphe du grand glacier. Mais le marché que lui propose cette dernière lui paraît inacceptable…

 

Dompteur d’avalanches, Margot Delorme
Les Moutons électriques –

  • Broché
  • 17 × 21 cm
  • 224 pages
  • Paru le 23 août 2018

 

Les blogueurs et blogueuses qui  participent aussi :

• Vie quotidienne de Flaure
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Au détour d’un livre
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko
• Rattus Bibliotecus
• La Pomme qui rougit
• Ma Petite médiathèque
• Chat’Pitre
• La Booktillaise
• Lectoplum
• Encore un livre
• Le monde de Gulia
• Alohomora
• Le monde de Callista

Publicités

3 réflexions sur “Premières lignes #11février

  1. Pingback: Premières lignes #150 – Ma Lecturothèque

  2. Pingback: Premières lignes #151 – Ma Lecturothèque

  3. Pingback: Premières Lignes #5 – Encore Un Livre

Les commentaires sont fermés.