Premières lignes #31mars

Premières lignes à l’heure d’été !

« Quand je me suis fait tatouer pour la première fois, j’étais plus âgée que tous mes amis.
Ma mère adore raconter cette histoire. malheureusement. Nous sommes censés recevoir notre nom et notre premier tatouage deux jours après notre naissance mais, comme je suis tombée malade, ma mère a annulé la cérémonie en attendant que j’aille mieux, sans tenir compte des avertissements de ses amis au sujet des bébés qui mouraient sans avoir été tatoués. Je suis donc restée vingt jours ainsi, anonyme, jusqu’à ce que ma mère déclare : « Elle s’appellera Leora ».

Voilà un roman que je voulais lire depuis des mois après avoir lu la critique d‘Isa la rousse!

Je l’ai enfin trouvé à la bibliothèque et je n’ai pas été déçue. C’est tout à fait le genre de roman qui se lit (trop) vite, tant on a hâte d’en savoir plus.
Alice Broadway nous emmène dans un monde où le tatouage constitue le centre de la vie : ne pas être tatoué équivaut à un crime puisque personne ne peut vous « lire » . De plus, sans les marques de votre vie sur la peau, vous serez irrémédiablement Oublié – et n’accéderez pas à la vie éternelle. Le tatouage raconte l’histoire de chacun mais constitue une grande part de la base religieuse de cette société dans laquelle le non-tatoué – l’Immaculé – est devenu une menace. 

Pour ce roman, l’autrice s’est inspirée d’un documentaire sur l’ancienne Egypte, du travail de Gemma Angel  et de sa propre expérience (son éloignement de la foi ).
Le premier tome de cette trilogie (Ink trilogy en V.O) nous amène à nous questionner aussi sur notre rapport à la conservation de notre histoire, de celle  de nos ancêtres et parents disparus, notre rapport à la mort et au deuil, aussi.
Leora, le personnage principal, effectue ici un parcours initiatique qu’elle n’aura pas terminé à la fin du roman ( mais qui laisse présager le meilleur pour le second tome).
Un univers particulier, un roman d’apprentissage, Marqués fait partie de ces romans jeunesse/Y.A qui savent se démarquer (jeu de mots involontaire, pour une fois !).

Résumé :

Quand toute votre vie est inscrite sur votre peau…
À la mort de son père qu’elle a tant admiré, Leora souhaite honorer sa mémoire. Et dans les hautes castes, il est d’usage de relire au cours d’une cérémonie les événements qui ont marqué la vie d’un personnage important. Mais à mesure qu’elle parcourt le livre de son père, la jeune fille découvre avec stupeur que certains passages ont été réécrits ou qu’ils ont complètement disparu… Pire, un mystérieux tatouage désigne son père comme coupable d’un crime ! La jeune femme devra remettre en cause toute son existence pour comprendre d’où elle vient et sur quels mensonges est construite la société où elle vit…