Premières lignes – 3 août

Premières lignes de la semaine 

« Guille
Tout a commencé le jour où Mlle. Sonia, la maîtresse, nous a posé une question. Derrière les fenêtres, il y avait un grand soleil jaune qui brillait et les feuilles des palmiers bougeaient comme quand papa a pu se réveiller et qu’il me fait au revoir de la main à la porte de l’école et qu’il a ses gants verts parce qu’on est en hiver.
Mlle Sonia s’est levée de derrière son bureau, qui est celui de la maîtresse puisque c’est le plus grand, et elle a tapé des mains plusieurs fois, ce qui a fait des petits nuages de craie dans l’air. Elle a toussé  un peu, aussi. Nazia a dit que c’était à cause de la craie, qui fait dans la gorge comme quand on mange un sablé et qu’on a la bouche tellement sèche que des fois, si on ne boit pas d’eau, on vomit.
 » Bien, et maintenant, avant la récréation, je voudrais que vous répondiez à la question suivante, les enfants », nous a dit la maîtresse.
Puis elle s’est retournée, a pris une craie rouge et a écrit au tableau, en très gros :
Quand je serai grand, je veux être…. « 

Voilà : Guillermo (Guille) a neuf ans et quand il sera plus grand, c’est certain, il veut être Mary Poppins. C’est original mais c’est un projet qui lui tient tant à coeur que cela inquiète son institutrice qui l’oriente vers la psychologue scolaire, soupçonnant un secret que l’enfant cherche à dissimuler. A partir de cet instant, l’auteur, Alejandro Palomas nous invite à découvrir peu à peu ce que dissimule Guillermo (et son père). Roman choral où les enfants aussi ont la parole, Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins aborde avec tact et tendresse des thèmes sérieux — et parfois graves sans tomber dans la mièvrerie mais sans les édulcorer non plus. Il y est question d’amitié, d’amour, de différence, de famille, de deuil, de manque, d’imagination….
Alejandro Palomas a dit qu’il avait tenté à plusieurs reprises d’écrire ce roman sans y parvenir  (une fois vers 20 ans, une autre vers 30). Il lui a fallu attendre la quarantaine pour trouver le ton juste et multiplier les points de vue.
Et le ton est là — les tons — ainsi que la justesse. Un beau roman.

Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins par Palomas

Résumé : C’est l’histoire d’un petit garçon débordant d’imagination qui voue un amour sans bornes à Mary Poppins. L’histoire d’un père un peu bougon, qui vit seul avec ce fils sensible et rêveur dont il a du mal à accepter le caractère. D’une institutrice qui s’inquiète confusément pour l’un de ses élèves qui vit un peu trop dans ses rêves. D’une psychologue scolaire à qui on envoie un petit garçon qui a l’air d’aller beaucoup trop bien. Quel mystère se cache derrière cette apparence si tranquille, et pourtant si fragile ?
Un roman choral aussi tendre que bouleversant, qui emprunte à l’enfance toute sa sincérité désarmante pour dire l’amour, le vide, le rêve et la puissance de l’imaginaire.

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Les livres de Rose
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Les lectures d’Emy
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• L’univers de Poupette
• Le parfum des mots
• Chat’Pitre
• Les lectures de Laurine
• Lecture et Voyage
• Eleberri
• Les lectures de Nae
• Claire Stories 1, 2, 3
• Tales of Something
• Read For Dreaming
• Ju lit les mots
• Illie’z Corner
• Voyages de K
• Prête-moi ta plume