Premières lignes – 24 mai

Premières lignes, cette semaine : on va au Nord (et on remonte le temps) :

Il ne s’agit pas d’un roman mais d’un essai, signé Jóhanna Katrín Friðriksdóttir, paru aux éditions Autrement qui tente d’explorer la place de la femme dans la société viking via les récentes découvertes archéologiques ainsi qu’au travers de l’étude des textes (sagas, edda).

L’ouvrage croise les sources et donne des éclairages intéressants mais ne cesse, d’ailleurs, de faire des allers et retours entre les fouilles archéologiques et les références aux sagas (avec un bémol pour les répétitions, trop nombreuses, des mêmes sagas : quand on les connaît un minimum, ça lasse et surtout, ça n’apporte pas grand chose).
La vie des femmes vikings est découpée selon les différents âges de manière chronologique : enfance, adolescence, mariage, maternité, … avec des petits ajouts passionnants sur les fameuses valkyries (en introduction, par ex.).
L’autrice parle aussi des femmes qui auraient tenu des rôles de combattantes et prend du recul avec ce qu’on peut voir en ce moment dans certaines séries (bonjour Vikings !). Certes, il est probable que quelques femmes aient combattu mais, à l’heure actuelle, rien ne permet d’affirmer que de nombreuses femmes étaient des guerrières.
De même, il semble que les femmes ayant détenu du pouvoir, reines ou autres, aient pu le faire car elles étaient : nobles et mariées. Même si le sort des femmes vikings pouvait être plus enviable que celui d’une grande partie des autres femmes de cette époque (et c’est vaste), cela ne concernait que les femmes libres, particulièrement dans la noblesse. On peut oublier ce qui arrivait au plus grand nombre d’entre elles : esclaves, servantes… comme on peut arrêter de se projeter des fantasmes de notre siècle.
Ce livre permet donc de remettre ces éléments dans leur contexte tout en laissant penser que certaines femmes (libres, donc) ont pu accéder à des postes de décision, de même qu’elles avaient, en général, la direction de leur foyer, commerce, entreprise, d’autant plus quand les hommes partaient en raids.


Un livre intéressant malgré les répétitions et facile à aborder. On en garde forcément une impression de flou et d’incertitude mais cela me semble normal puisqu’une grande partie de la vie des Vikings reste à ce jour peu documentée malgré les découvertes archéologiques. Il reste les sagas pour se laisser embarquer (très sympa à découvrir, surtout qu’il existe pas mal d’éditions bien faites maintenant). Les séries peuvent être sympas mais je pense qu’elles sont très idéalisées.

Les femmes vikings, des femmes puissantes par Friðriksdóttir

Pour aller plus loin :

A ce sujet, j’avais vu l’expo Nous les Vikings, en 2018 à Nantes — et j’ai quelques photos, malgré une luminosité un peu nulle (raison pour laquelle je n’ai jamais fait d’article sur mon blog photos). C’est une expo qui s’est promenée un peu partout et qui est plutôt pas mal. Manque de chance pour moi, il faisait super chaud, avec beaucoup trop de monde et je dois dire que je n’avais pas trop apprécié la visite (comme souvent pour les expos au Château de Nantes, toujours très sombres et mal fichues, sans parler de l’accueil rébarbatif et le manque de réductions, même quand on y a droit… hum... )

Nous, les Vikings - 2018

expo Vikings
expo Vikings
Vikings
Le mythe des casques à cornes
Le mythe des casques à corne
Expo Vikings
expo Vikings
Bijoux vikings

Plus sur les femmes vikings