Premières lignes – 28 / 11

 

Premières lignes 

 » 2110
Sous les collines du comté de Fullton, dans l’état de Géorgie.
A son retour parmi les vivants, Troy était dans une tombe. Il se réveilla dans un espace confiné, le visage tout près d’une vitre givrée.
De l’autre côté de cette couche de glace, des silhouettes s’affairaient. Il essaya de frapper à la vitre, mais il n’avait pas assez de force. Il tenta un cri, mais ne réussit qu’à tousser. Il avait un goût atroce dans la bouche. A ses oreilles retentirent le bruit métallique de gros verrous qu’on ouvrait, un chuintement d’air, le grincement de gonds restés longtemps en sommeil.
La lumière était vive ; les mains sur sa peau, chaudes. « 

Assez motivée par le premier opus, Silo, j’ai donc embrayé avec Silo, origines qui cette fois, se déroule sur plusieurs siècles. Nous allons donc remonter dans le temps et revenir en 2049. Donald  jeune sénateur, aux dents un peu longues, est surpris lorsqu’on lui  propose de travailler sur un projet classé top secret . En effet, il ne s’agit pas de politique, mais de plus complexe, en lien avec sa formation initiale d’architecte. Il se lance corps et âme et conçoit, sans le savoir, les futurs silos… Pourquoi ? Quelle est la menace qui pèse sur le monde ? Donald va aller de découvertes en déconvenues.
En 2110, Silo 1, Troy se réveille d’un sommeil cryogénique. Il apprend que  son rôle va être, lors de cette « première faction » de gérer tous les autres silos. Mais, étrangement, il commence à se souvenir de sa vie pré-cryogénisation. Lui aurait-t’on menti ? Serait-il drogué ?

Dans ce qui ressemble à une préquelle, on suit ainsi plusieurs personnages, parfois de façon un peu confuse, plusieurs lignes temporelles (de manière plus claire, par contre). Petit à petit, Hugh Howey rassemble tous les éléments pour plus ou moins expliquer l’existence des silos. De même, il amène habilement ses personnages vers une conclusion qui se fera dans le troisième tome. Techniquement, malgré les légères impressions de  confusion, c’est plutôt bien construit, bien amené. On voit assez vite ce que l’auteur essaie de faire, avec les lignes temporelles de chaque personnage.
Il n’en est pas tout à fait de même pour les enjeux : les « méchants » m’ont paru un peu inconsistants. On en vient à se demander « mais pourquoi tout ça? ».
C’est un tome en demi-teinte, ni mauvais mais pas non plus franchement réussi alors que les éléments sont présents pour qu’il le soit.
Je pense que je lirai le dernier afin de connaître le dénouement de toute cette histoire. Mais, clairement, pour l’instant, le premier se suffit à lui-même.

(ah, et la couverture n’a aucun sens, mais bon… )

silo origines

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :