Eau-De-Saule (suite) -partie 24

Je suis en retard (très!) pour mettre en ligne la suite de l’histoire.

Je sais que plus j’avance vers la fin et plus je tente de reculer l’inévitable : le mot: fin.
J’en faisais part il y a quelques jours à un ami qui s’est lancé dans cette folle aventure qui consiste à écrire un roman – et pour nous, il s’agit étrangement de fantasy. » Tout a déjà été écrit mais qu’est-ce que c’est dur parfois…surtout vers la fin! Il faut conclure… »
Eau-De-Saule
est né d’une idée simple; en l’occurrence, une sorte de fan-fiction autour du Hobbit (merci Professeur Tolkien!). Finalement, j’ai rapidement compris que l’histoire vivait dans un autre univers – loin des nains, des dragons et des hobbits, justement.

Bref. Voici – sans corrections superflues (hum…), la suite – chapitre 24: Festivités

 

Bonne lecture!

Le Conte des 3 Frères

Si vous connaissez Harry Potter, vous connaissez  » Le Conte des 3 frères ».

Il est  illustré dans le film  de cette façon :

En faisant du rangement sur mon autre blog, je suis retombée sur un passage d’une ancienne fan fiction que j’avais écrite il y a 8 ou 9 ans.
A un moment, le personnage principal chante une ballade qui reprend le Conte des Trois Frères. je me souviens avoir été inspirée par une autre auteur (autrice), Marion Zimmer Bradley dans le Cycle de Ténébreuse (« Reine des Orages », par exemple) qui cite une ballade qui porte malheur lorsqu’elle est chantée devant son frère.

 
J’avais à l’époque entendu des jeunes femmes chanter dans la rue en s’accompagnant à la harpe celtique et troubadour; de ce mélange est né ce qui suit:

A l’aube sur un chemin
Trois frères magiciens
Devisaient mais soudain
Ils virent un torrent malin.

« O frères, n’allons pas traverser
Au risque de nous noyer
Faisons un pont enchanté
Car nous sommes bons sorciers »    

 La Mort sur la berge opposée
Rageuse de se voir trompée
Et ses victimes lui échapper,
Tricheuse, se mit à parler.

« Messires, ce fut bien belle magie
Ma foi, elle mérite un prix
Parlez et vous obtiendrez
Le présent que vous désirez »

L’Aîné des frères dit « je vous crois, La Mort »
« Pour moi, vous parlez d’or »
« Je suis un homme vaillant
« Et je voudrais un Bâton puissant »

La Mort au bord du ruisseau
S’en fut quérir la branche d’un sureau
La transforma, l’enchanta
Et lui donna la baguette terrible
d’un sorcier invincible.

Le second frère avait le dessein
D’humilier la mort et obtint
D’elle, une pierre pour rappeler
A lui tous les trépassés.

Quant au dernier, le plus gentil,
Il se méfiait de la Mort et de sa perfidie
Il demanda l’objet qui le cacherait
Aux yeux de la Faucheuse à Jamais.

Réticente, elle était par pacte liée
Et lui tendit une Cape d’Invisibilité
Puis les trois frères laissa aller
Chacun d’eux leurs destinées.

Une semaine, voyagea le premier
Dans un hameau rencontra un sorcier
Il se querella, et avec la Baguette le tua
Puis à la taverne but et se vanta.

La nuit venue, il fut assassiné
Sa baguette puissante dérobée
Ainsi La Mort eut sa vengeance
Et eut le premier frère en récompense.

Le second frère rentra chez lui
Seul, il appela vite à lui
Celle qu’il avait aimée
Et qui s’en était trop tôt allée.

Hélas, il était trop tard pour sa belle
Les séparait un voile éternel
Le second déchiré de douleur cruelle
Préféra le repos éternel.

Ainsi la Mort eut sa seconde vengeance
et eut le second frère en récompense.

Puis la Mort chercha et fouilla
La terre entière et au-delà
Le troisième frère, point ne le trouva
Car caché à sa vue, il demeura.


Il vécut longue vie
A ses enfants la Cape transmit
Puis alla rejoindre la Mort
A son heure seulement
Et la Mort ne lui en voulut
nullement.

Ainsi finit l’histoire des frères
Antioch, Cadmus et Ignotus
Qui ne furent point sages, sauf l’un des trois. »

Throwback Thursday Livresque:Au grand air (océan, montagne, …)

Le Throwback Thursday Livresque est conçu sur le même principe que le Throwback Thursday d’Instagram mais vraiment concentré sur les livres ! Ainsi chaque semaine Bettie Rose Books fixe un thème et il faut partager une lecture correspondante à ce thème. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont on n’a plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à ses lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !


Le thème de cette semaine est :

Vaste thème pour de vastes étendues! Je vous emmène dehors, pour ce nouveau TBT

Malgré toute l’affection que je peux avoir pour La Terre du Milieu, ce n’est pas avec le professeur Tolkien que nous nous embarquerons cette semaine. Néanmoins, si vous souhaitez participer au concours En route pour la Terre du Milieu, c’est possible jusqu’au 21 février.

Pour ma part, j’ai toujours eu du mal à me détacher des côtes – et de la proximité de la mer. Non que je sois une inconditionnelle de plages, ou de sports nautiques, mais parce que je suis née à 50 km de l’océan, à vol de mouette. Même si j’ai vécu à l’intérieur des terres pendant longtemps, j’aime savoir que les vagues ne sont pas loin. C’est pourquoi je commencerais ma balade par un tour en bateau.

De même qu’un autre natif de Nantes, Jules Verne, j’ai souvent rêvé d’aventures maritimes: L’île mystérieuse reste mon point d’ancrage.

A ce sujet, la mini-série de 1973 est un grand souvenir d’enfance (avec Omar Sharif en capitaine Nemo):

En BD, ce sont les Passagers du Vent, de François Bourgeon:(Glénat)

Et, rayon fantasy, bien sûr, Les aventuriers de la mer, de Robin Hobb  – un délice, une fois de plus. Je conseille de le lire tranquillement, si possible en intégrale (3 tomes au lieu de 9 )

Revenons sur la terre ferme:  je pense que le désert reste une grande fascination – et du peu que j’en ai vu (Tunisie sud; Egypte), je confirme mon impression. Je ne pouvais pas passer à côté de Désert, de JMG Le Clézio, dont voici le résumé.

« Lalla a pour ancêtres les  » hommes bleus « , guerriers du désert saharien. Elle vit dans un bidonville, mais ne peut les oublier. La puissance de la nature et des légendes, son amour pour le Hartani, un jeune berger muet, une évasion manquée vers  » leur  » désert, l’exil à Marseille, tout cela ne peut que durcir son âme lumineuse. Lalla a beau travailler dans un hôtel de passe, être enceinte, devenir une cover-girl célèbre, rien n’éteint sa foi religieuse et sa passion du désert. » (folio)

J’encourage vivement tous ceux qui auraient envie de découvrir ce roman à le lire.

Le désert a aussi été la passion d’Isabel Eberhardt, une femme pour qui j’ai beaucoup d’admiration. Dans  Un  Voyage oriental (LdP) on retrouve l’ensemble des textes qu’elle rédigea lors  de son dernier grand voyage dans le Sud oranais.

 

Côté montagne, je pense tout de suite à la très belle BD de Cosey, Jonathan, qui se déroule dans l’Himalaya:

Et si nous faisions un tour en forêt, avant de clore cette promenade en plein air?

Toujours en fantasy, la série de Robin Hobb (encore, je sais), Le Soldat chamane est certainement moins connue que ses grandes soeurs (L’Assassin Royal; Les Aventuriers de la mer) puisqu’elle ne reprend pas pour cadre les Six Duchés. Par contre, elle aborde ici des thèmes chers à l’auteure (dualité; initiation …)

 » Une nation civilisée et belliqueuse, Gernie, a décidé d’étendre ses frontières vers l’intérieur des terres après avoir perdu ses côtes face à un ennemi bien supérieur en force navale et ique la conquête et l’assimilation des autochtones — les hommes des plaines.Le monde dans lequel se déroule Le Soldat chamane est considéré comme un monde post Cela ne fait qu’une génération ou deux depuis que ce peuple — une claire allégorie aux tribus indiennes d’Amérique — a été forcé à la soumission, et des tensions raciales et culturelles mijotent sous les fastes de la civilisation »

A découvrir aussi, en fantasy, La forêt des Mythagos:(Robert Holdtsock)

« Il existe dans l’ouest de l’Angleterre le petit bois de Ryhope. On peut en faire le tour en deux heures. Toutefois, si on s’y enfonce, on peut le parcourir des semaines entières. C’est une forêt ancienne, née à l’aube de l’humanité, où le temps et l’espace semblent s’étirer, s’écouler, où un simple ruisseau peut devenir un fleuve majestueux, où une seconde peut être une année. Une forêt dense, de mystères et d’êtres légendaires. Car dans le bois de Ryhope, les rêves des hommes prennent forme, engendrent des créatures fantomatiques ou réelles. Les membres de la famille Huxley viendront s’y perdre, pourchassant des idéaux qui ont pris vieIl existe dans l’ouest de l’Angleterre le petit bois de Ryhope. On peut en faire le tour en deux heures. Toutefois, si on s’y enfonce, on peut le parcourir des semaines entières. C’est une forêt ancienne, née à l’aube de l’humanité, où le temps et l’espace semblent s’étirer, s’écouler, où un simple ruisseau peut devenir un fleuve majestueux, où une seconde peut être une année. Une forêt dense, de mystères et d’êtres légendaires. Car dans le bois de Ryhope, les rêves des hommes prennent forme, engendrent des créatures fantomatiques ou réelles. Les membres de la famille Huxley viendront s’y perdre, pourchassant des idéaux qui ont pris vie. »

Je terminerais mon tour en forêt avec un roman qui me tient à coeur – pour m’en être servi lors de mon mémoire: il s’agit d’Un Balcon en Forêt, de Julien Gracq.

« 1939, ce sont les premiers mois de ce que l’on appellera la drôle de guerre. Période de suspens, d’attente particulièrement dans les Ardennes où l’aspirant Grange a pour mission d’arrêter les blindés allemands si une attaque se produisait. A la fois île déserte et avant-poste sur le front de la Meuse où montent des signes inquiétants. »

Ici, la forêt est omni-présente. Elle est le lieu fantasmé dans lequel va se dérouler une histoire simple et belle. Je n’en dirais pas plus sous peine d’écrire des pages et des pages.

Pour conclure, comment parler de « Grand air », sans évoquer deux auteurs américains des grands espaces? Jim Harrison et Thomas McGuane font partie de ce qu’on a appelé parfois « L’école du Montana  » (parce que les écrivains en question ont vécu  dans cet Etat).

Jim Harrison                                   Thomas McGuane

 

Dalva, Légendes d’automne pour Jim Harrison (tout chez 10/18) sont parmi mes préférés.

 Rien que du ciel bleu de Thomas McGuane est aussi à lire. (10/18 )

Voilà pour ce jeudi. J’espère vous avoir donné envie de lire …la tête au Grand Air!

Ecriture: j’ai besoin de vous…

Vous écrivez? Un peu? Beaucoup?  Publiés ou non?
Alors, j’ai besoin de vos conseils.
Voilà ce qui se passe: j’ai un ami qui veut se lancer dans l’écriture d’un roman. Jusqu’ici, il a écrit de la poésie et du théâtre.

Nous nous sommes rencontrés au cours d’une formation qui n’était pas vraiment en rapport avec le genre romanesque (c’est le moins qu’on puisse dire). Aujourd’hui, mon ami aimerait recevoir des conseils, des pistes, des trucs, bref, ce que vous avez en tête, sur la structure d’un roman, les personnages, etc..

Bien sûr, lorsqu’il m’a demandé si je pouvais l’aider, j’ai dit oui. Mais je pense que tous les avis extérieurs (auxquels je ne pense pas forcément) seraient les bienvenus.

Vous pouvez écrire ce que vous avez en tête ne commentaire, bien sûr, ou tout simplement m’envoyer un mail à:

niessouleyarts@yahoo.fr

 

D’avance, je vous remercie et je compte sur vous (n’hésitez pas à partager cet article sur la Grande Toile).

A bientôt,

Niess, LadyButterfly

 

 

Throwback Thursday Livresque: LGBT +

C’est jeudi, c’est TBT – ma 3ème participation

L’idée du TBT Livresque est ici chez BettieRose Books

Et auourd’hui, le thème en est: LGBT +
(Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres…)

J’ai choisi d’illustrer ce thème avec des photos d’Olivier Ciappa dont j’admire le travail (« Couples Imaginaires »).

 

Je vais être franche: tant les auteur(e)s LGBT que les romans qui traitent de personnages LGBT me touchent particulièrement. C’est donc un thème que j’aime et qui m’inspire. J’avais l’embarras du choix, cette fois encore.
Finalement, il se trouve que j’ai terminé il y a quelques jours (si vous me suivez sur Instagram, vous l’aurez vu dans ma story) un livre qui entre justement dans cette catégorie –  un très bon et beau livre, qui plus est.
fairyland

Ce dont il s’agit:

« En 1973, après la mort de sa femme, Steve Abbott, écrivain et militant homosexuel, déménage à San Francisco. Avec sa fille de deux ans, Alysia, il s’installe dans le quartier de Haight-Ashbury, le centre névralgique de la culture hippie. Là où Joan Baez a pris le micro dix ans plus tôt pour appeler à lutter contre la censure et en faveur de la liberté d’expression. Là où les représentants officiels de la Beat Generation – William Burroughs, Jack Kerouac, Allen Ginsberg, Lawrence Ferlinghetti, Neal Cassidy – annoncèrent l’avènement de la révolution psychédélique. Steve Abbott découvre une ville en pleine effervescence dans laquelle la communauté gay se bat pour ses droits, il rejoint la scène littéraire de l’époque et fréquente cette génération de jeunes gens bien décidés à tout vivre, tout expérimenter. Commence pour le duo père-fille une vie de bohème, ponctuée de déménagements, de fêtes et de lectures de poésie a` l’arrière des librairies. Alysia Abbott revient sur les aventures de son enfance alors que le virus du sida ronge peu a` peu la ville. »

 

D’autres photos de la fille et du père, merveilleuses de complicité,illustrent le livre. La référence s’impose d’elle-même: on songe à Armistead Maupin et à ses Chroniques de San Francisco.

L’histoire est touchante, drôle, triste – à l’image de la vie. Alysia Abbott fait preuve d’une grande sincérité en revenant sur son enfance, son adolescence sans enjoliver le tableau. Je me suis arrêtée un moment sur cette citation de Steve Abbott dans son journal :(au sujet de sa fille ):“Espérons que lorsqu’elle sera adulte, nous vivrons dans une société où les dichotomies homo-hétéro et homme-femme ne seront pas si importantes. »
C’était en 1975…

« J’adore Fairyland. C’est une histoire d’amour à la fois unique et merveilleuse entre un père et sa fille qui ont grandi côte à côte dans le San Francisco des années 1970. Je pense que ce livre fera un film aussi touchant qu’engagé. » – Sofia Coppola (projet en développement)

Complicité: 
 photo datant de 1983 montrant Steve Abbott et sa fille Alysia

Fairyland, d’Alysia Abbott est publié aux éditions Globe. Il vient de paraître dans la collection de poche 10/18.

Vous pouvez en écouter  une chronique ici

Bonne lecture!

PS:

Je zappe l'idée de "minorités", 
la seule que je reconnaisse étant la "minorité active" 

 

Au fil des légendes #1

Non seulement cette histoire est sur mon blog mais elle est disponible sur wattpad: son nom ? Au fil des Légendes – des courts textes librement, très librement inspirés d’Homère (Homère fan-fic) qui se déroulent juste avant la guerre de Troie.

 

La photo  a été prise au Musée des Beaux-Arts de Nantes avant que celui-ci ne ferme pour une grande restauration.

Throwback Thursday Livresque: Livre invisible

Le revoilà ! Quoi, qui? Le Throwback Thursday Livresque!

Son principe:
« Qu’est-ce que le Throwback Thursday livresque ?  « partager une lecture ancienne ou plus récente au choix, mais toujours sur un thème très vaste (…) le TBT Livresque  invite à se replonger dans nos plus jolis souvenirs livresques. »  BettieRoseBooks

Jeudi 02 février : Livre invisible (un livre dont personne ne parle ou peu).

Mon choix du jour :

Il s’agit d’un livre qui, étrangement, est un must. Prix Pulitzer 1981. Un pavé. Un OVNI.
un livre-culte disent certains.
Bizarrement, il n’est pas si connu que ça. depuis quelques années, Et surtout pas assez lu.
C’est dommage (et ô combien frustrant lorsqu’on souhaite en parler! ) parce que ce livre est toujours d’actualité (cf. cet article, pour une fois, bien fichu, ici).

En résumé, « La conjuration des imbéciles »(A Confederacy of Dunces)   raconte cette histoire:

« À trente ans passés, Ignatius J.Reilly étudiant en littérature médiévale, remarquablement érudit et d’une intelligence qui confine au génie paranoïaque, vit aen vrai pacha chez sa mère arthritique et alcoolique à La Nouvelle-Orléans. Harassée par ses frasques, celle-ci le somme de trouver du travail. C’est sans compter avec sa silhouette éléphantesque et son arrogance bizarre »

Ensuite, il y a l’histoire de l’auteur. John Kennedy Toole ( dont je recommande aussi « La bible de Néon » au passage) s’est suicidé en 1969 àn 31 ans, par déception de ne pas être publié , et qui connut le succès après sa mort(prix Pulitzer à titre posthume ).

 

Pourquoi la Conjuration des Imbéciles? 
Le titre est une référence à une citation de Jonathan Swift, mise en épigraphe : « Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on le peut reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui.  » Actuel, non? 

Pour rire! Parce que le livre est loufoque.
C’est simple: avec « La Conjuration … » , il n’y a pas de demi-mesures: soit on aime (on adore, souvent) soit on déteste. C’est pourquoi je vous invite à le découvrir par vous-mêmes et non à lire certaines critiques de lecteurs qui ont été déçus voire pire.

Une chose est sûre: en tant que libraire, ce fut pour moi l’une des recommandations que je pouvais sortir de ma poche (ou de mon rayon, plus exactement). Et personne n’y est resté indifférent. En tant que lectrice, il s’agit aussi d’un coup de coeur.

 

Le voici parmi d’autres livres un peu trop « invisibles »  –  ma sélection ci dessous:

dscn0609

Bonnes lectures!

[Throwback Thursday] Il était une fois…

 

C’est en passant sur le blog de Tanukisan que j’ai repéré ce TBT Livresque
tiré de chez BettieRoseBooks

Cette semaine, le thème est :

Jeudi 26 janvier : Il était une fois..

 

En effet, ce thème m’a donné des idées. Le conte est une forme littéraire que j’apprécie depuis bien longtemps: contes de tous les pays, contes de Grimm, Perrault, Andersen, sans parler des diverses mythologies qui ont fourni des histoires à conter…
Je n’aurais nullement besoin de rappeler que le conte est à la source de la littérature fantasy (et du fantastique, de la SF, bref, et de l’Imaginaire, tout simplement).
Quand il est revisité, on voit qu’il donne de splendides histoires, des films, des séries, des romans (ce n’est pas Catherine Dufour qui me contredira, par exemple).

Mais aujourd’hui, il m’est revenu à l’esprit une série de livres qui parle de l’Imaginaire et du Merveilleux, ainsi que de certains de leurs créateurs.

Les chroniques de l’imaginarium, Tome 1 : L’archipel des rêves est le 1er tome d’une suite de 6 livres (j’en connais 2 traduits en français).

1917. C’est la guerre. Par une nuit pluvieuse, trois jeunes gens, Charles, Jack et John, sont convoqués par la police londonienne, suite à un crime inexplicable : on a tenté de dérober à la victime, un vieux professeur, Stellan Stigurdsson,  avec qui ils étaient en relation, l’Imaginarium Geographica. John apprend par un curieux bonhomme, Bert, qu’il est désormais le Conservateur de cet atlas des Terres mythiques et légendaires, ce qui n’est pas sans danger… Poursuivis par de terrifiantes créatures, mi-hommes mi-bêtes, les quatre compagnons prennent la fuite à bord du Dragon Indigo, dont la fille de Bert est le capitaine. Ils font voile vers l’Archipel des Rêves, le royaume de l’imaginaire, désormais en péril…

Jusqu’ici, rien de très novateur ( » de la fantasy ado, quoi! ») – et pourtant, non…
Parce que les 3 personnages ne sont pas n’importe qui: il s’agit de John R.R Tolkien, C.S Jack Lewis (Narnia) et Charles Williams. Les Inklings!

Entre les références ici et là, le mélange  entre le Pays des Merveilles d’Alice, le Pays Imaginaire de Peter Pan, la Terre du Milieu et le Monde de Narnia, nous voilà projetés au cœur d’un univers parallèle au nôtre à l’origine des histoires imaginaires  inventées. 

Bref, c’est agréable à lire, captivant – et il faut le dire, on se laisse complètement embarquer. Mon seul regret quand je l’ai lu en 2010/2011: que ça soit   déjà terminé et que la suite ne soit pas disponible tout de suite en français. Le site de l’auteur, James A.Owen st très bien fait et on peut y voir les très belles illustrations réalisées pour les livres.

Les Chroniques de l’Imaginarium – T.1 et T.2
 James A. Owen (Auteur), Stan Barets (Traduction)

 

  • Broché: 328 pages
  • Editeur : Bayard Jeunesse (17 mai 2010)
  • Langue : Français

 

 

 

A propos de : Harry Potter fan-fic #Severus 1

Il y a 10 ans, je me lançais dans la grand aventure de la fan-fiction (mieux vaut tard que…^^). Je n’avais presque jamais écrit dans ce genre de style – sauf une fois,  à l’adolescence, en commençant un texte inspiré par la série Galactica (Battlestar Galactica 1978), première du nom.
Il m’aura fallu Harry Potter, des échanges avec des personnes fans de Severus Rogue (et la fin de la série ) pour entreprendre d’écrire un 1er texte – puis un autre.
Le plus agréable de ma 1ère incursion au pays de la fan-fic Harry Potter reste encore (et toujours, puisque l’histoire est en ligne) les retours encourageants des lecteurs.
Dire que je me suis amusée est un vain mot.  Voici le début mis à jour :

Les personnages de Severus Rogue (Snape) et autres de Poudlard sont la propriété de JK.Rowling et non la mienne.

Les personnages de Melinda Lake, Alvin et Julia (tous de Serdaigle) sont mes créations.

 Thème : romance/ télépathie (version Legilimens) et Severus Rogue

Melinda, Julia et Alvin sont trois amis scolarisés en dernière année au collège de Poudlard à la maison de Serdaigle.

1989 (décembre) – Poudlard – Dernière année pour Melinda et ses amis. Ils passeront leurs examens en juin. Ils ont pris les Potions comme matière et doivent travailler dur. Surtout avec un professeur de Serpentard qui n’est jamais satisfait de ses élèves! Surtout quand l’un d ‘entre eux se découvre une aptitude imprévue et embarrassante !

 

   I- Tentation (tenter ou être tenté)

 

« – Le cours est terminé ! Rangez vos affaires et sortez en silence, si vous le pouvez ! »

La silhouette sombre s’éloigna, les pans de sa cape battant ses flancs.

–         Tout est sinistre dans ce bonhomme, je ne m’y ferais jamais, maugréa un jeune homme d’environ dix-sept ans.

–         J’ai toujours dit que ce prof, c’était une vieille chouette. Enfin, c’est notre dernière année avec lui, soupira une étudiante ses côtés.

–         Quoi, une vieille chouette ? Non, une chauve-souris, tu veux dire, gloussa une autre fille en lançant son sac par-dessus son épaule. Estimez-vous heureux, encore quelques mois et on en aura fini avec lui !

Les élèves de dernière année quittaient le cachot où se tenait le cours de Potions. A la traîne, trois étudiants de Serdaigle prenaient leur temps. Ils n’avaient plus qu’à se rendre à la Salle commune  de leur Maison afin de réviser.

–         Tu as vu, Mel, lança le jeune homme blond, il nous demande deux rouleaux de parchemin sur les particularités des différentes potions..de..je ne sais plus quoi, hum, et avons toutes ces révisions encore, il  va trop loin, vraiment !
–          Oh, Melly n’aura aucun problème avec ça, elle est excellente dans cette matière, glissa malicieusement une petite brune aux yeux noisette.
–         Je sais, Julie, mais moi? Pff, je vais patauger! Quel sale type, on devrait l’empailler dans un coin de sa classe! Un sort doit pouvoir faire ça!

La petite brune éclata de rire. Au milieu d’eux, une jeune fille élancée à la longue natte sombre se tenait étrangement silencieuse. Elle semblait absorbée dans ses pensées. Brusquement, elle leur lança, inquiète :

–         Julia, Al, vous devriez parler moins fort, je ne sais pas, on pourrait avoir des ennuis. Elle toucha ses tempes machinalement.
–         Melly, tu t’en fiches, d’habitude ! Qu’est-ce que tu as ?
–         Il t’a filé la migraine, ce sale épouvantail ?

Melinda s’était arrêtée au milieu du couloir et respirait de façon saccadée. Son regard semblait absent.

–         Vous ne devriez pas parler de lui ainsi?.
–         On ne va pas se gêner, Mel, coupa Julie. Et tu sais ce qu’on raconte à son sujet. Il a été  pire. Il aurait été au service de Tu-Sais-Qui quand nous étions enfants et il …
–         C’est bon, cria Melinda,comme prise d’un accès de colère.  J’ai déjà entendu tout ça ! Ne me répète pas ces rumeurs immondes !
–         Et si c’était vrai, Mel ? demanda Al, soucieux.
–         Je m’en fiche, voilà. Ne le traitez pas de Mange-Mort sans preuves ! Et quand bien même ça serait vrai, le directeur lui a fait confiance, non ? Il y a une raison à ça et c’est pas à nous de juger ! Vous ne croyez pas que chacun de nous a droit à une seconde chance ?

Elle avait perdu pour une fois le contrôle d’elle-même et se demandait ce qui lui arrivait. Elle reprit un ton plus bas :
–         Si vous n’êtes pas du genre à accorder une autre chance aux gens, je me demande pourquoi vous êtes amis avec moi, dans ce cas, laissa-t’elle tomber platement. Elle massa ses tempes une fois de plus.
–         C’est bon, Mel, reste calme, on ne le pense pas, tu le sais, dit Al d’un ton étonné.
–         Non, on est d’accord avec toi mais avoue que c’est pas un mec agréable, ajouta Julia, têtue. C’est un vieux…
–         Tais-toi ! gronda Mel sans savoir pourquoi elle criait.Adossée au pilier, elle continua dans un semi-vertige: Figurez-vous qu’il pense de nous que nous sommes de piètres étudiants, pour certains de fichus crétins!
–         On n’en doute pas, ricana Al avec un coup d’oeil complice vers la petite Julie. Des crétins..
–         Et puis.. il pense que nous n’avons pas la moitié d’une chance pour nos exams de fin d’année, enfin, pour la plupart d’entre nous. En fait, il se demande pourquoi il perd son temps avec…heu…de…Elle haletait et ne put continuer sa phrase.
–         Avec de tels idiots, en effet, termina pour elle une voix glaciale derrière eux. Ils sursautèrent.

A leur grand étonnement, le professeur Rogue se tenait juste derrière eux. Bien qu’élèves de dernière année et habitués aux manières de celui-ci, ils ne purent s’empêcher de frissonner.
L’ombre se profila entre leur petit groupe et le soleil d’hiver.
–         Vous aviez raison, mieux vaut ne pas parler trop fort, voire…médire, –il eut un petit rictus – ,quand un professeur est dans les parages, jeunes gens, vous ne l’avez toujours pas compris ?
Personne n’osa prononcer un mot. Il fit un large mouvement de la main et leur désigna le couloir vide :
–         Et alors, n’avez-vous pas des devoirs, des révisions ?
Al et Julie se poussèrent du coude, ramassant leurs sacs.
–         On y va, allez Julie, dépêche-toi !Mel,  prends ton sac!
Encore vacillante, Melinda s’apprêtait à leur emboîter le pas. Un mouvement arrêta son regard :
–         Oh, non, pas vous, Miss Lake. Il semblerait que vous soyez souffrante. Vous allez me suivre. Et vous autres, qu’attendez vous ? Filez ! »

Ses deux amis surpris lui firent des mimiques d’encouragement. Melinda décolla son dos du pilier et dans une sorte de brouillard, elle suivit le professeur le long des couloirs. Son coeur semblait pulser lourdement jusque dans le moindre recoin de son corps et de son cerveau.

Elle recevait des images qui la déconcertaient et se dirigeait au hasard, à mi-chemin entre le rêve et la réalité. Au bord de la nausée, elle finit par comprendre qu’elle devait s’arrêter de marcher.
« Une simple migraine, oui. Une migraine »se répétait-elle pour se rassurer, tachant de coordonner ses mouvements. «  Bien sûr, un fort mal de tête. Une migraine, c’est ça.… »

–         Non, pas une simple migraine, entendit-elle clairement à ses côtés.
Elle eut un hoquet de surprise. Trébuchant, elle se rattrapa au mur du couloir. Elle ne reconnaissait plus les lieux.

–         Où sommes-nous, professeur ? Ce n’est pas l’infirmerie, ici.

Pour toute réponse, Rogue ouvrit avec précaution la porte de son propre bureau. Il y régnait une atmosphère lugubre. Glauque. Verdâtre.

–         Veuillez entrer, Miss Lake. J’ai quelques questions à vous poser

Melinda se demanda vaguement quelle bourde elle avait bien pu commettre. Mais elle se sentait plus mal qu’elle ne l’avait jamais été et obéit sans argumenter. Tandis que le professeur allumait au passage du bout de sa baguette diverses chandelles, elle resta debout, chancelante, n’osant prendre l’initiative de s’asseoir. Le bureau était recouvert d’étagères pleine de livres et de flacons renfermant des choses aussi bizarres qu’écoeurantes. Melinda détourna le regard.

–         Vous pensez rester plantée ici jusqu’au point de vous évanouir, Melinda ?

Tirant le siège qui faisait face au bureau, elle s’effondra à moitié, notant à peine l’usage de son prénom. Derrière elle, Rogue marchait de long en large sans s’arrêter, visiblement préoccupé.

–         Dites-moi, demanda-t’il en s’arrêtant abruptement, depuis quand êtes-vous une Legilimens ?
–         Pardon, balbutia Melinda en se retournant pour essayer de comprendre ce qu’il lui disait. Une Legilimens ?
Il continuait à faire les cent pas derrière son siège, ne tenant visiblement pas à lui faire face.
–         Oui, ajouta-t’il avec agacement. Je suppose que vous êtes suffisamment instruite pour savoir en quoi cela consiste, non ?
–         En effet, professeur, j’ai lu des ouvrages sur ce sujet mais, enfin, je ne pense pas l’être…Je ne suis pas une Legilimens, je le saurais, non? elle s’arrêta, troublée, la tête brûlante. Finalement, rassemblant son courage, elle finit par dire :-         S’il vous plaît si vous pouviez arrêter de bouger dans tous les sens, je pourrais peut-être me concentrer sur ce que je dis!
Il s’arrêta. Brusquement, il posa les deux mains sur le bureau et la regarda, menaçant :

–         Comment osez-vous me donner des ordres dans mon propre bureau ?

–         Excusez-moi, je n’ai pas voulu dire…, insinuer… – elle voulut continuer  mais sa voix se brisa.

Sous l’effet du vertige, elle préféra se taire et n’osa pas croiser son regard. Pourtant, un instant, malgré son air sombre, elle avait découvert un visage qu’elle ne connaissait pas réellement : il n’était pas « un vieil épouvantail », en fait, malgré ses traits creusés et l’étrange reflet de son teint pâle, il n’avait pas l’air très âgé, à peine la trentaine. Quant à ses cheveux noirs, source de moquerie collective dans toute l’école, ils ne semblaient ni sales, ni trempés dans de la graisse à frites. Etait-ce une légende alimentée par les plus rieurs ou un fait observé de temps en temps ? Melinda l’ignorait. Elle n’y avait pas fait vraiment attention. Elle se souvenait juste que cet homme avait une allure inquiétante. Elle se renfonça un peu plus au fond de son siège.

 

Rogue la dévisageait. Melinda Lake, Sedaigle , dernière année : une de ses meilleures élèves depuis le début de son enseignement. Posée, calme, intelligente apparemment. Mais il ne lui avait jamais semblé que cette jeune fille ait montré des prédispositions de Legilimens. Aujourd’hui, le doute n’était plus permis. Ce qu’il avait perçu dans le couloir était bien réel. Il ne l’avait jamais vue non plus dans un tel état d’effarement. Oh, Severus Rogue n’accordait pas vraiment d’attention à ses élèves et encore moins d’affection. Il savait apprécier, sans leur dire ouvertement, ceux qui manifestaient un certain talent et du goût pour l’étude. Melinda Lake faisait partie de ceux-ci. Il se souvenait de ses progrès en Potions.
« Une bonne élève, enfin, parmi  ce tas de petits cafards ! » avait-il déclaré aux autres professeurs indignés par de tels mots. Le professeur Flitwick de Serdaigle en était arrivé aux mêmes conclusions – en d’autres termes – et était très fier de sa Maison.

 

Rogue s’était gardé de louer cette réussite. Il traitait Melinda comme ses autres étudiants. Celle-ci restait impassible. Il ne l’avait jamais vue tenir des propos déplacés. Qu’avait-elle dit à son sujet ? Il en était resté étonné. Elle avait pris sa défense, alors qu’il savait bien qu’une partie de la famille de Melinda avait été tuée par les serviteurs du Seigneur des Ténèbres une dizaine d’années plus tôt.

Etait-elle comme Dumbledore, le genre de personne à accorder une seconde chance ? Elle était si jeune encore.
Ou bien – sa mémoire fit un arrêt – un souvenir le foudroya soudainement. Agacé,
il chassa cette pensée importune. Cette ressemblance.
Il se trompait.
Il ne pouvait  conserver de ce souvenir que la couleur des yeux : ce vert qui l’obsédait jusque dans ses rêves. Ce vert qu’il revoyait presque à la nuance exacte dans les iris de Melinda.
Impossible.

Une voix murmurante qui s’efforçait d’être ferme le tira de son passé :

–         Avez-vous d’autres questions à me poser, professeur, parce que j’avoue que je ne me sens pas très bien.

Les yeux humides, Melinda enrageait de perdre le contrôle d’elle-même. Ce brouillard qui s’infiltrait dans son esprit, entrecoupé d’images, s’estompait trop lentement à son goût. Elle aurait aimé se sauver de cette pièce pour enfin aller se reposer. La sensation était trop étrange.

–         Vous êtes une Legilimens, Melinda.
Elle vit ses lèvres se retrousser légèrement. Une sorte de sourire. Si c’est bien ainsi qu’on vous appelle, ou bien est-ce Mel ou Melly ? ajouta-t’il avec un rictus de dégoût.

–         Melinda, professeur, dit-elle sur un ton plus assuré. Elle ramena vers elle sa longue natte brune. Comment en êtes-vous sûr ?

Elle leva les yeux sur lui, essayant de chasser les pensées qui l’entouraient comme des fantômes obsédants et attendit. A son étonnement, il se cala face à elle sur le rebord de son bureau dans une posture assez décontractée. Ses yeux noirs scintillaient à la lueur des chandelles.

–     Je n’ai aucun doute. Votre esprit était grand ouvert, tout à l’heure.
–      C’était si bizarre, je veux dire, ce n’est pas comme de « lire » des pensées, c’est plutôt percevoir des émotions, des images..Mais finalement, je savais exactement ce que vous pensiez de nous à l’instant. Oh, je suis désolée, je veux dire, cela provenait de vous, fit-elle en rosissant. Ce n’était pas intentionnel…

–     Vous ne contrôlez rien, c’est de là que vient votre confusion. Quand vous parliez, vous aviez votre esprit, hum, tourné vers le mien, voilà pourquoi vous avez cru « m’entendre », ajouta t’il avec une sorte d’indifférence. De plus, l’esprit humain ne se « lit » pas.

–      Je ne sais pas comment c’est arrivé. Dites-moi, ça ne va pas recommencer ? C’est effrayant, je ne veux pas de ça! elle leva son visage vers le sien.

Il eut de nouveau ce pincement de lèvres :

–         Il est clair que cela n’arrivera plus avec moi, déclara t’il. Pour un Legilimens, la meilleure parade est d’apprendre à fermer son esprit, à apprendre l’Occlumancie.

–         Occlumens,, elle plissa les yeux et se concentra sur le mot, c’est-à-dire être capable de ne plus rien laisser filtrer de son esprit. Vous savez le faire, n’est-ce pas ? Oui, vous êtes un Occlumens. Et pour moi, y-a-t-il un moyen d’apprendre ?

–         Vous me voyez ravi de votre promptitude d’esprit.

Son air était assez satisfait. Elle s’attendait presque à ce qu’il lui distribuât une bonne note. Vous êtes assidue dans vos études ou dans vos lectures. Ou bien y a t’il d’autres cas de Legilimens dans votre famille ?

Il regretta ses paroles sitôt avoir parlé. Il était trop tard pour les retirer. Inutile de s’excuser. Melinda était trop fière pour entendre de plates expressions de compassion. La pièce fut envahie d’un air glacial.

Haussant les épaules et redressant la tête, elle dit :

–         Professeur, peut-être ne savez vous pas?mais ma proche famille?Je veux dire que je l’ai peu connue. Mes parents, ma tante et l’un de mes oncles ont été tués quand j’avais dix ans par …

–         Le Seigneur des Ténèbres, il acheva pour elle, la voix basse.

–         Comme vous dites. C’était peu avant sa chute. Quelques mois. Alors mes grands-parents m’ont recueillie et élevée. Je n’ai donc pas plus de précisions sur les aptitudes de mes parents, elle fit un geste évasif. Elle ne pleurait pas, comme si elle avait accepté cet état de fait.

 

Rogue commençait à comprendre.

Mais le poids de la culpabilité lui fit fléchir les épaules. Il y a huit ans, où était-il, lui ? Il le savait. Il avait tout perdu. Il était ici à se lamenter, à pleurer la disparition de Lily Evans, comme un misérable.

–         C’est ainsi, professeur.

Le contact de la main douce sur la sienne lui fit l’effet d’un choc puissant. Que devinait-elle ? Il voulut la remettre à sa place immédiatement. Mais il ne le put.

Dans la lumière diffuse, les deux silhouettes ne bougeaient pas, captivées par l’instant.

Entre ses dents, d’une voix contractée, Rogue hacha ses mots :

–         Savez-vous ce qu’est le remords, Melinda? Non, bien sûr, vous êtes trop jeune pour cela. Trop jeune pour ressentir le fardeau du passé – une ombre passa dans son regard – pour sentir la pesanteur des erreurs commises, le poids de vos propres trahisons et de vos propres mensonges. Se rendre compte qu’il est trop tard et que finalement vous en portez l’entière responsabilité.
C’est une souffrance qui vous poursuit à jamais. Rien ne sert plus alors de vous révolter contre cela. Vous ne pesez pas lourd. Le plus mauvais de vous-même est enfoui et vous en êtes conscient. Cela s’est produit. Cela ne peut être effacé. C’est comme….une brûlure à jamais inscrite dans votre chair.

–         Une brûlure dont le symbole lui-même pourrait être, enchaina-t’elle et son geste fut trop rapide, même pour lui. En un froissement de tissu, Melinda retroussa la manche gauche de Severus, découvrant son avant-bras sur lequel, pâlie, la Marque des Ténèbres demeurait.

Il bondit en arrière, choqué :

–         Je ne vous permets pas !

Elle sentit dans le mouvement violent qui la projetait loin sur le sol qu’il lui avait lancé un sort sans le prononcer. Un bouclier invisible la repoussait avec force. Elle avait été jetée à terre  et s’effondra lourdement, amortissant sa chute sur les coudes. Mais elle ne put empêcher sa tête de heurter l’étagère pleine de livres et de recevoir un lourd grimoire sur le visage.

Etourdie, elle perçut le liquide chaud glisser de sa lèvre inférieure avant de ressentir la douleur :

«C’est sûr, je saigne, je me suis blessée! Et ma baguette est dans mon sac! Oh, quelle abrutie, je fais ! Provoquer un professeur?…et un ex-Mange-mort, je ne suis pas maligne! Qu’est-c’qui m’a pris ? Je ne voulais pas …  Suis-je en train de délirer? Le choc à la tête?  Aïe,  j’ai horreur de ça et… ça fait mal! »

Le coeur battant, la panique commença à se mêler au tiraillement de souffrance. Elle commença à remuer pour se remettre debout. Les contours étaient flous. Le vertige persista un moment.

Elle entendit un bruit de pas suivi d’un bruissement de tissu.

–       Ce n’était pas un geste à faire,  fit une voix haletante. Je  devrais vous dire de filer mais vous ne pouvez pas sortir ainsi puis raconter ce que vous avez vu à vos camarades!

–         Attendez, monsieur, je dois arrêter ce sang, je vais me salir, bredouilla Melinda sans le regarder.

Elle ne vit pas ce qui arriva. Une ombre passa devant ses yeux. Deux mains la saisirent beaucoup plus délicatement qu’elle n’aurait pensé et elle se sentit remise debout.

–         Je vais arranger ça

 Fin partie 1 ici