365 jours d’écriture – Incipit

essais2Comme j’ai commencé joyeusement à parler de l’incipit (mécékoissa?) chez Girlkissedbyfire qui a eu la bonne idée de lancer ce défi écriture, je reprends.

Un incipit (dites : « in-ki-pi-te » ou « inssipite », c’est comme vous le voulez)  désigne les premiers mots voire les paragraphes d’une oeuvre littéraire, de tout texte, en fait. Donc, il s’agit du début, bingo!

On trouve des phrases célèbres  comme :

« Longtemps je me suis couché de bonne heure » (incipit de « Du côté de chez Swann  » Proust) . Celui-ci me vient systématiquement à l’esprit quand on parle d’incipit. (mes études littéraires ont finalement de beaux restes et ma mémoire aussi un peu – oui- quand même – mais quand je dors –  oui, j’ai décidé de me flatter un peu, visiblement, c’est clair! )

Il y  a aussi (je le cite en entier même si ce sont probablement les 2 premières phrases qui marquent):
« Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de l’asile : « Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. » Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier. » ( « L ‘Etranger  » – Camus –) La suite donne ceci : « L’asile de vieillards est à Marengo, à quatre-vingts kilomètres d’Alger. Je prendrai l’autobus à deux heures et j’arriverai dans l’après-midi. Ainsi, je pourrai veiller et je rentrerai demain soir. J’ai demandé deux jours de congé à mon patron et il ne pouvait pas me les refuser avec une excuse pareille. Mais il n’avait pas l’air content. Je lui ai même dit : « Ce n’est pas de ma faute. » Il n’a pas répondu. J’ai pensé alors que je n’aurais pas dû lui dire cela. En somme, je n’avais pas à m’excuser. C’était plutôt à lui de me présenter ses condoléances. Mais il le fera sans doute après-demain, quand il me verra en deuil. Pour le moment, c’est un peu comme si maman n’était pas morte. Après l’enterrement, au contraire, ce sera une affaire classée et tout aura revêtu une allure plus officielle.
J’ai pris l’autobus à deux heures. Il faisait très chaud. J’ai mangé au restaurant, chez Céleste, comme d’habitude. Ils avaient tous beaucoup de peine pour moi et Céleste m’a dit : « On n’a qu’une mère. » Quand je suis parti, ils m’ont accompagné à la porte. J’étais un peu étourdi parce qu’il a fallu que je monte chez Emmanuel pour lui emprunter une cravate noire et un brassard. Il a perdu son oncle, il y a quelques mois.
J’ai couru pour ne pas manquer le départ. Cette hâte, cette course, c’est à cause de tout cela sans doute, ajouté aux cahots, à l’odeur d’essence, à la réverbération de la route et du ciel, que je me suis assoupi. J’ai dormi pendant presque tout le trajet. Et quand je me suis réveillé, j’étais tassé contre un militaire qui m’a souri et qui m’a demandé si je venais de loin. J’ai dit « oui » pour n’avoir plus à parler. »

 

« Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers » (La Gloire de mon père , Marcel Pagnol)
Mais l’incipit peut être de la taille d’un paragraphe comme d’un 1er chapitre. Tant que j’y suis, voici d’autres incipits célèbres:

En anglais:
In a hole in the ground there lived a hobbit. Not a nasty, dirty, wet hole, filled with the ends of worms and an oozy smell, nor yet a dry, bare, sandy hole with nothing in it to sit down on or to eat: it was a hobbit-hole, and that means comfort.” The Hobbit – JRR. Tolkien
Pour Le Hobbit, il existe à présent 2 traductions en français (1969 et 2012)

« I had a farm in Africa at the foot of the Ngong Hills. The Equator runs across these highlands, a hundred miles to the north, and the farm lay at an altitude of over six thousand feet. In the day-time you felt that you had got high up; near to the sun, but the early mornings and evenings were limpid and restful, and the nights were cold. »
Karen Blixen Out of Africa (Une ferme africaine) traduction française

« Call me Ishmael. » (Moby Dick  H.Melville)

En allemand:

« Als Gregor Samsa eines Morgens aus unruhigen Träumen erwachte, fand er sich in seinem Bett zu einem ungeheueren Ungeziefer verwandelt. »
(« Un matin, au sortir d’un rêve agité, Grégoire Samsa s’éveilla transformé dans son lit en véritable vermine« ) La Métamorphose – F.Kafka

En italien:

« Nel mezzo del cammin di nostra vita
mi ritrovai per una selva oscura,
ché la diritta via era smarrita.
Ahi quanto a dir qual era è cosa dura
esta selva selvaggia e aspra e forte
che nel pensier rinova la paura! »

Divine comédie – L’enfer – chant I –
Dante Alighieri

(« Au milieu de la course de notre vie, je perdis le véritable chemin, et je m’égarai dans une forêt obscure : ah ! il serait trop pénible de dire combien cette forêt, dont le souvenir renouvelle ma crainte, était âpre, touffue et sauvage.« )

En espagnol:

« Muchos años después, frente al pelotón de fusilamiento, el coronel Aureliano Buendía había de recordar aquella tarde remota en que su padre lo llevó a conocer el hielo. »

(« Bien des années plus tard, face au peloton d’exécution, le colonel Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l’emmena faire connaissance avec la glace. ») Cien años de soledad – G.G Marquez (Cent ans de solitude)

Et après tout ça, ai-je un incipit?
Bonne question. Oui, plusieurs.
En voilà un: je suis allée le rechercher dans une mini fan-fiction sur mon autre blog.

« C’était une nuit de feu, hors-limites, hors contrôle.

C’était une nuit où l’imminence était palpable, l’imminence de ce qui pourrait ou allait arriver – et cette sensation en était si délicieusement dangereuse que rien n’aurait pu l’arrêter.

Il fallait vivre cet instant, ces minutes, ces heures pour enfin se sentir vivre – vivre oui ! cesser de se sentir prisonnière  d’un destin à chaque détour tracé –  vivre hors du carcan de ce monde qui n’en finissait plus de tracer des bornes, de placer des haltes.

Oui, c’était une nuit pour avoir l’illusion d’être  libre, de se sentir en dehors des barrières corporelles, d’un esprit si raisonnable. Il était là, à portée de main ce moment où tout était permis ou presque.  »

(et la suite est ici )

365 jours d’écriture – Journal intime

essais2

 

 

Je ne tiens ni journal, ni carnet de bord. Et même si je le faisais, je ne le partagerais pas ( le « intime » du « journal intime »)
Par contre, je vous propose de lire des fragments de journaux/carnets de bord de 3 personnages de fiction (donc, fan-fiction dans un autre genre). A mon avis, ils peuvent se lire sans connaître forcément l’histoire. Nous allons remonter le temps. Nous allons plonger dans un univers magique.

 

1- Ariana (journal)

Mon cher journal,

Voilà longtemps que je te délaisse et j’en suis navrée. Tu ne le sais pas, cher journal, mais j’ai été obligée de détruire ton prédécesseur même si je l’aimais de tout mon cœur. Lors du changement de maison, Mère avait failli le découvrir. Mais c’est mon secret…
j’ai commencé un journal quand j’étais une petite fille. Père m’avait appris à bien écrire. Il disait en souriant que je me débrouillais mieux que mon  frère, Ab. Je sais, ce n’est pas très gentil pour Ab. Mais il est vrai qu’il a du mal avec les mots, la lecture. Il préfère être au grand air, dehors. Tout le contraire de mon frère aîné, Al: lui est un vrai rat de bibliothèque, comme disait Père.

Parfois, nous ne le voyons plus de la journée: il reste enfermé dans sa chambre. Il dit qu’il lit, qu’il écrit à plein de gens. Mais maintenant, Al ne revient que pour les vacances, m’a-t’on dit. Et oui, il est grand. Il est en pension.
Ah, quelle chance il a… Il peut apprendre plein de nouvelles choses. Il fréquente d’autres amis comme nous.
Mais je sais bien que ce n’est pas pour moi. D’ailleurs, je ne me plains pas, cher journal. Je ne crois pas que j’aimerais avoir des tas de gens autour de moi.
Mère dit que ce serait dangereux, que je pourrais avoir « l’une de mes crises » et que personne ne voudrait de moi.
Je ne sais pas si c’est vrai mais Ab, qui est mon frère préféré, chut, trouve que je dois faire attention. Pourtant, lui et Mère ne sont pas d’accord. Je crois qu’il aimerait m’emmener avec lui, dehors. Mais il est trop jeune encore.
Voilà, mon journal. Donc, je reste dans la maison, toute la journée.
C’est pour cela que je vais bien te cacher. Ce sera notre secret, n’est-ce pas?

 

1 – Ab’ (notes)

Ecris, qu’elle me dit! Ecrire c’est une punition. Je vais faire des tas de fôtes fautes et si mon cher frère me lit, alors il va se fou moquer de moi. Oh non il va pas faire ça. Il va juste prendre son air hautain et avoir ce sourire.
J’aime mieux aller dehors quand je suis en vacances. Déjà que toute la fichue l’année je dois rester en classe et écouter ces vieux crétins de profs, apprendre les leçons et faire les fichus devoirs. Pendant ce temps je dois écouter les autres chanter les louanges de mon grand frère qui est si doué. Alors quand j’en ai marre je me bats et je suis puni alors je vais en retenue évidemment. Je m’en fous.
Notre mère a dit « tu dois faire des efforts, Ab’, alors essaye d’écrire tous les jours » .
Oui, que j’ai répondu et pour pas passer pour un crétin, je prends ma plume et voilà, j’écris. Hein, c’est mauvais, non?

 

1- Al’ (carnet)

Il est bien difficile de tenir un carnet de bord quand je suis à Poudlard. Les cours me prennent du temps ainsi que ma correspondance. Mais quand je suis de retour dans notre demeure familiale, j’ai tout mon loisir pour consigner mes découvertes.
Liste des choses à effectuer durant mes vacances:
– Relire les notes sur l’alchimie française
– Répondre à la missive de Nicolas
– Ranger mes chaussettes
– Aller voir notre voisine
– Continuer à m’entraîner à pratiquer le mermédien (le langage du peuple de l’eau)
– Aider Mère (si j’ai le temps).

2- Ariana – Journal (suite )

Très cher journal,
A nouveau, je t’ai abandonné. Vois-tu j’ai été très malade…
J’ai oublié ce qui s’est passé mais depuis, Mère n’est plus là.
On m’a raconté qu’elle n’était plus de ce monde. Je suis horriblement triste. Même si Mère n’a pas toujours été très gentille envers moi. J’ai bien compris que je ne lui convenais pas depuis ce qui s’est passé quand j’étais enfant (mais dont je ne garde pas  souvenir).
Papa est allé en prison à cause de moi, je crois. Et puis, il est mort. Mon cher papa …Ce devait être une chose horrible. Voilà, maintenant, c’est Maman qui est morte. Et je crois que j’y suis pour quelque chose, cher journal, mais je n’arrive plus à me rappeler…
Ma tête me fait mal. Ab’ dit que je dois arrêter d’y penser, qu’il va prendre soin de moi, même s’il est encore jeune. Il dit qu’il s’en fout et je sais que c’est un gros mot.
Et Al’ est à la maison, aussi.

 

2- Ab (notes -suite)

Il exagère. Il croit qu’il peut revenir et que tout va s’arranger.
Mon cher frère. Il pense qu’après ce qui s’est passé il a la situation en main, monsieur « j’ai la tête dans les livres ».
J’écris ça mais je sais que ça sert à rien. C’est juste pour avoir quelque chose à faire.
Mais ma sœur a besoin de moi, je l’entends.

 

2- Albus (carnet – suite)

Godric’s Hollow, 1899

Notes:
– Ranger et trier les affaires de Mère
– Envoyer des hiboux pour remercier (condoléances)
– Finir de mettre en ordre papiers et parchemins officiels
– Etablir un emploi du temps pour Ariana
Mercredi: thé chez Bathilde (rencontre avec son petit-neveu)

 

3- Ariana (journal, suite et fin)
Mon cher journal,

Rien n’est plus pareil depuis que Mère est partie. Al’ est revenu mais je ne le vois presque jamais. Il a ce nouvel ami, Gellert. Je l’ai vu une fois et il est beau garçon.
J’aimerais bien qu’Al’ m’emmène avec lui. Mais il fait comme Mère: il me garde ici, à la maison, pendant qu’il passe des journées entières avec son ami. Ils ont des conversations passionnantes. Ils sont très doués en magie.
Peut-être pourraient-ils m’apprendre…. Pour que je ne fasse plus de bêtises…
Mais Ab’ dit qu’ils sont trop snobs. Mon frérot préféré veut bien que je nourrisse les chèvres, avec lui. Tout se passe bien.
Je n’ai pas de crises dans ces moments-là. Ab’ dit que plus tard, il m’emmènera vivre ailleurs, là où les gens ne font pas autant de chichis. Mais Al’ n’est pas d’accord. Ils parlent fort et j’ai peur qu’ils soient tous très fâchés, encore à cause de moi…
Voilà, je les entends encore. Ils crient. Je vais voir ce qui se passe…ça recommence….

3- Aberforth (notes/gribouillis)

Je vais lui dire ma manière de penser….Ces deux andouilles

3-Albus (carnet -suite)

C’est extraordinaire! Ce qui m’arrive est la plus belle chose au monde…J’ai rencontré un égal, mon double, mon complément.
J’ai presque honte de m’emballer autant.
Notes:
– rédiger une charte Moldus/Sorciers « pour le plus Grand Bien »
– répondre à la missive d’Elphias

 

Note trouvée ( Aberforth ou Albus?)

J’ai trouvé le journal d’Ariana. J’ai le cœur brisé.
14 ans… et elle n’est plus là

 

 

Complément:
Durant l’été 1899, Ariana Dumbledore dont la magie était instable depuis qu’elle avait été agressée par de jeunes Moldus pendant son enfance, tenta de s’interposer entre ses frères et Gellert Grindewald.
Tous les trois se battaient en duel. Nul ne sait qui lança le sort mortel qui atteignit l’adolescente.
Gellert s’enfuit afin de fuir les autorités magiques.
Albus et Aberforth vécurent avec ce poids et cette culpabilité. Jusqu’à la fin de sa vie, Albus Dumbledore éprouva de vifs remords ( c.f « Le Prince de Sang-Mêlé »).

J’ai gardé le prénom originel : « Aberforth » : et non la version francisée hasardeuse (« Abelforth ») utilisée étrangement dans les livres.
Le prénom « Aberforth » a un sens  (qu’il n’a plus si on le change en » abel »): « Aberforth » (angl.) = « vieux nom pour un village dans le Yorkshire (nom actuel: Aberford) ». « Aberforth » – « aber » (gaélique) = « marécageux, le confluent des eaux » + « ford » (vieil angl.) = « gué » (endroit peu profond d’une rivière où l’on peut traverser à pied), mais aussi « patauger ».

Pour le reste, j’ai vérifié la chronologie (dates de naissance probables – et dates de décès).

Merci à JK.Rowling pour les personnages et l’histoire.

365 jours d’écriture – Mini fanfiction

Mini fanfic

essais2

Personnages: Severus, (Lily), Albus Dumbledore, Mme. Pomfresh –

 

L’image de Lily bougeait sans cesse derrière ses paupières closes.Elle était telle qu’il la revoyait toujours : souriante, ses yeux d’un vert vif en amande lui lançant des étincelles d’affection et de confiance.Elle chassait d’un geste ralenti sa longue chevelure d’un roux foncé derrière ses épaules. Elle le fascinait.

Elle. Elle seule.Elle seule savait calmer sa tristesse. Elle seule avait compris ses chagrins d’enfant.
Elle avait grandi près de lui. Elle seule savait.
Elle seule avait éveillé sa tendresse…..Mieux que cela. Plus que cela.

La silhouette ouvrait les bras et l’invitait : « Severus, Sev… »
Les couleurs et les formes se mêlaient.
Elle n’était plus qu’à lui, toute proche.
A lui. Complètement à lui. Enfin.

Il referma ses mains autour de sa taille et enfouit son visage dans son cou.
La scène basculait en une multitude de fragments d’arc-en-ciel.
Il n’éprouvait pas seulement du désir pour elle.
Cela avait un nom, qu’il n’osait avouer.
Un nom celé depuis des années.
Un nom qui le submergeait. L’amour.

Il portait, enchâssé dans sa mémoire, ce souvenir qui n’avait pas eu lieu.
Il la sentait contre lui, les boucles auburn caressant son visage.

« Lily, Lily, emmène-moi avec toi, entraîne-moi dans cette danse, enchaîne-moi à jamais. Tu es celle que j’appelais « mon amie » mais tu étais plus que cela. Tu l’as toujours été. »

Il lui semblait que Lily acquiesçait et l’encourageait. Elle était proche.

« Lily, veux-tu encore de moi ? Tu n’as jamais quitté mon cœur. Mon âme s’est troublée si souvent mais je te retrouve enfin. Lily, veux-tu…. ? »

 Le contact lui parut tiède et doux lorsqu’il l’embrassa. Son cœur parut faire un bond dans sa poitrine à une distance incroyable de là . Il percevait une chaleur intense. Les bras de Lily étaient autour de son cou ; ses caresses, ses gestes….Et il chavira dans un monde immensément vibrant de tendresse. Sans fin.

« Liés l’un à l’autre, enfin. L’un à l’autre. Lily, oh, Lily….
Lily – …… »

 

 L’infirmerie était plongée dans une semi obscurité.
– Albus, je m’inquiète, dit Mme.Pomfresh, d’une voix étouffée. J’ai soigné Severus mais il ne cesse de délirer. Il répète des mots sans suite. Ne croyez-vous pas qu’il pourrait avoir des sortes de visions ?
Dumbledore se tourna vers elle :
–    Non, rassurez-vous, PomPom. Ce ne sont pas des visions. Tout cela n’est qu’un délire dû à une trop forte fièvre. Il ne tardera pas à s’en remettre, j’en suis sûr. Mais nous sommes tous humains, il nous faut du temps…..
Il s’éloigna et sortit de la salle en murmurant dans sa barbe :
– Il nous faut du temps pour nous remettre d’un passé qui nous hante…et parfois, toute une vie n’y suffit pas…… »

 

note:

Severus Snape (Rogue, en français) a été l’un des personnages que j’ai aimé réécrire (désolée Mrs.Rowling!) en respectant  la chronologie et les infos données par l’auteure. Par contre, je lui ai fait vivre quelques aventures supplémentaires. Ce passage fait partie d’une fan ficton plus longue. J’ai trouvé qu’il complétait assez bien la fan-fiction de Girlkissedbyfire.

La fanfiction est un genre que j’aime bien, qui n’est pas si facile quand on veut entrer dans l’univers choisi.

 

Irisclaymore

 

 

ellaine

 

TAG : FAN HARRY POTTER

Voilà un Tag que j’ai repris chez Petit Pingouin Vert.

Connaissant mon amour pour l’univers potterien (dès que je vois un quizz, je ne résiste pas), forcément, je ne peux pas le louper celui-ci.

 

Bon, trève de blablabla:

Quel est ton tome préféré ?

Question difficile. J’ai longtemps aimé « Le Prisonnier d’Azkaban » car il est le 1er des « tomes sombres » mais je pense que « L’Ordre du Phénix » est mon favori.(définitivement: j’en suis à plus de 12 relectures; je devrais prendre mon tome en photo….^^)

Quel est le tome que tu as le moins aimé ?

Au fil du temps, à force de les relire, je trouve le 2 nd un peu faible. Mais juste un peu.Vraiment un tout petit peu.

Sinon, il s’agit de passages ( épilogue du 7).

Je viens de terminer ce qui constitue le 8 : « The Cursed Child » et, effectivement, il contient quelques points faibles, même si je pense qu’il faut beaucoup extrapoler (j’y reviendrais rapidement car je n’aurais certainement plus de temps libre quand il sera l’heure de ne plus spoiler…)

Quels sont les moments où tu as pleuré ?

Ah. Les morts….Surtout les morts.

Celle de Sirius, une horreur. Oui, j’en ai, pleuré en lisant et en voyant  le film la 1ère fois (quand on sait que Gary Oldman est mon acteur favori depuis que j’ai 18 ans, ça fait toujours un choc).

Peut-être Dumbledore… (avec cette interrogation: »Mais, heu, non , ce n’est pas possible, ce n’est pas ….! » à la fin du 6ème).

Et dans le dernier « Les Reliques de la Mort« , je n’ai pas pleuré , mais le chapitre 33 m’a particulièrement émue, entre autres (il s’agit de celui où Harry découvre la véritable histoire de Severus).

“You’ve got loads of magic,” said Snape. “I saw that. All the time I was watching you…” His voice trailed away; she was not listening, but had stretched out on the leafy ground and was looking up at the canopy of leaves overhead. He watched her as greedily as he had watched her in the playground. »

 

Quel est ton ressenti sur la fin de la saga ?

Comme à la fin de quelque chose, un sentiment mêlé: à la fois heureuse de voir que tout est très bien relié et bien sûr, cette sensation de perte inévitable. (« Vraiment, il ne va pas y avoir un petit bonus? »).

Et il y a eu un bonus. (août 2016)

Quelles sont les choses que tu changerais dans les livres ?

Pas grand chose. Peut-être un peu plus d’éclairage sur les pourquoi et les comment . Non, en fait, il me faudrait : des histoires sur la vie des fondateurs de Poudlard, par exemple.

Ah, si, j’oubliais: une nouvelle traduction française sans interprétation bizarre (ni coupes dans le récit).

Quel est ton film préféré ?
Malgré tous ses défauts, le 3ème (admirable réalisation)

Puis, le 5ème (qui mériterait sa version longue – mais trop tard…)

Quel personnage as-tu perçu différemment que dans le film ?

Ils sont nombreux, à mon avis mais il y en a toujours une qui me choque: Narcissa Malfoy.
Je n’ai rien contre la comédienne. D’ailleurs, à la base, Helen McCrory (Narcissa) devait jouer Bellatrix mais étant enceinte, c’est donc Helena Bonham-Carter qui l’a remplacée (j’ignore quel genre de Bellatrix nous aurions eue…peut-être plus proche du livre et moins « folle » – Bellatrix n’est pas dingue, elle est clairement froide , arrogante, obsédée par Voldemort et ….meurtrière).
Pour en revenir à Narcissa, c’est vraiment l’un des personnages que je ne « voyais » pas comme ça (mais nous avons tous nos idées entête et j’en ai bien conscience).

Y a-t-il un film que tu as préféré au livre ?

Non.

Un moment qui n’apparaît pas dans les films et que tu regrettes ?

Il y a énormément de moments qui n’apparaissent pas dans les films et effectivement, ça me dérange. (comment, je suis chiante? meuh, non exigeante, c’est tout).

Déjà, pour la fluidité de l’histoire, dans certains, c’est un vrai casse-tête. je connais des gens qui ont perdu le fil parce qu’ils n’avaient pas lu les livres. Donc, le coup de  » ça se regarde sans se lire », j’ai beaucoup de réticences avec ça. Oui, ça se regarde mais ça se suit mal.

Le 4 est complètement loupé alors que le livre est un vrai bonheur (s’il avait une bonne traduction, j’entends).

Le 5 méritait 2 films (il en avait été question mais à sa sortie, ce n’était pas dans l’air du temps). Dommage. (et pourtant, je l’aime beaucoup). Mais il est tellement dense que c’est compliqué (975 pages, quand même….).

Le 6 passe à côté du propos. De peu.

Alors, oui,le 7 découpés en   deux  a été développé; dans le sens de l’histoire ou sous prétexte d’effets spéciaux?

Finalement, ça ne m’empêche pas de les regarder, avec un peu de mal pour le 4.

Quels sont tes personnages favoris ?

Dans le désordre:

Sirius, Remus, Hermione, Luna, Minerva, Severus.

Quels sont les personnages que tu n’aimes pas ?

Bellatrix, Ombrage. Fenrir Greyback.

Quel est ton Weasley favori ?
Ginny.

Qui est ton méchant favori ?

Heu….hors Voldemort?

Aucun goût pour Bellatrix et sa clique.

Le seul favori, c’est Gellert Grindelwald (très intrigant…)

Qui est ton professeur favori ?

McGonagall bien sûr!

Avec quel personnage serais-tu amie ?
Avec Luna, sûrement. Hermione (j’ai un côté Luna et un côté Hermione; donc, mon côté chiant, c’est aussi mon côté Hermionesque).

Génération des Maraudeurs:Remus

Si tu pouvais ressusciter un personnage, quel serait-il ?

Sirius, Tonks et Remus. Oh, Dobby!

Quel serait ton Patronus ?

Mon Patronus a changé …..

Mes persos dans mes fan-fiction ont eu droit à: une chauve-souris et à une sorte de loup.

 

Si tu devais choisir une Relique de la Mort, quelle serait-elle ?
La cape, évidemment.

Quelle serait ta maison ?
Sur Pottermore,je suis Serdaigle.

Dans tous les tests, idem; ça me va assez bien mais j’ai beaucoup plus d’affection pour les Poufsouffle (accepter sans faire de différence)

Quel serait ton cours préféré ?
Métamorphose

Quel est, selon toi, le sortilège le plus utile ?
Accio! (mais tellement pratique!)

Sinon, en termes de magie, pouvoir transplaner…

 Si tu étais dans une équipe de Quidditch, à quel poste jouerais-tu ?

Mouais, pas certaine d’être douéenquand il s’agit de lancer une balle, d’en attraper une etc…


 


 Est-ce que la fin de la saga t’a plu ?

Que représente Harry Potter pour toi ?

 

Mrs.Rowling a su m’embarquer alors que j’étais déjà adulte. Normal: je n’ai pas pu grandir en lisant les Harry. J.K Rowling est mon aînée de seulement 2 ans. Je la considère comme une grande soeur qui m’inspire beaucoup.

Harry Potter est l’un des mondes  imaginaires que j’aime le plus – à peu près autant que celui de la Terre du Milieu. Ou dans un autre genre, celui de Ténébreuse (Marion Zimmer Bradley restera l’une de mes auteures préférées; avec Robin Hobb). Mais j’en ai d’autres….

Pour revenir à HP, à la fin de la saga, j’avais senti le besoin d’écrire une petite fan fic’. Nous étions en 2007.
Jusqu’alors, c’est un genre auquel je n’avais jamais touché.
De petite fan fic, je suis passée à une plus longue.
Puis, j’ai embrayé sur une seconde.

Et dernièrement, un cross-over Harry Potter/Gardiens de la Galaxie ici (dans lequel je me suis vraiment amusée et qui a une suite en chantier).
Voilà ce que c’est, Harry Potter.

Un univers qui ne cesse de m’émerveiller, qui m’inspire et avec le quel j’aime jouer.J’avais même écrit l’histoire d’Albus Potter; les similitudes ou différences m’ont bien fait sourire en lisant » l’Enfant Maudit ».

Fan fiction : cross-over « Harry Potter » / « Guardians of the Galaxy » fin

Avril 2015: J’ai écrit le mot « fin » hier. Enfin!
Ce qui devait être une joyeuse plaisanterie « amuse-toi avec l’un tes univers préférés et mélange bien le tout' » a pris la tournure d’une fan-fiction de 4 chapitres.
Ces derniers mois, je me disais que je n’aurais jamais le temps de terminer puisque depuis le début de cette année je suis assez/très/beaucoup occupée (dans le bon sens: formation en vue d’une …autre formation, – je sais, c’est compliqué – et le mauvais sens  du terme: divers ennuis et soucis familiaux). C’est la vie.

Et puis, je n’écrivais pas que cela…Je continue à écrire ou à corriger ce qui semble être une longue histoire fantasy. Je ne parle même pas du temps que je passe avec mes photos (agréable moment que je n’ai pas du tout envie de laisser de côté).
Bon. Je jongle un peu avec ceci, cela et la lecture.

Bref, ce qui compte, c’est d’avoir terminé cette fan-fiction. Le reste suivra aussi.
Et oui, je me suis bien amusée…..
Le dernier épisode de cette fan-fic est ici

Pour lire depuis le 1er chapitre : Hooked on a feeling 1

Hooked on a feeling 2

Hooked on a feeling 3

Hooked on a feeling – 1 -fanfic HP

Hooked on a feeling – 1 – NapalYsaLeya.

 

Imaginez que Sirius Black écoute en boucle des standards des 70’s. Imaginez que le jeune sorcier tombe sur une étrange camarade. Imaginez….

Bref.

C’est une petite fan-fiction (la 1ère partie, en fait) complètement à part des deux plus anciennes que j’ai faites auparavant. c’est une fanfic alternative.

 

(illustration Hillary-CW)

Du fan art au fan art ( ou un jour Harry Potter…)


Lyvyan


Pojypojy

Où le fan-art rejoint le fan-art.

Cela n’est plus une surprise: j’ai été gravement infectée ces dernières années par un virus qui
s’appelle « Harry Potter ». Un de plus. C’était un peu inévitable.
Si j’avais eu 11 ans lors de la sortie du 1er tome de la série des livres, je pense que j’aurais attendu avec hâte
ma lettre d’admission à Poudlard/Hogwarts. Je n’attendais que cela étant enfant. La magie. Ou les pouvoirs extraordinaires. J’étais plongée dans la S.F très jeune, parce que, hors des contes, il existait très peu de romans qu’on qualifie aujourd’hui de « fantasy ». Pour un gosse né à la fin des 60’s, il n’y avait qu’une issue: la Science-fiction. Puis, il y eut Tolkien, bien sûr. C’est une autre histoire. Une longue.

Donc, revenons à nos balais: Harry Potter.
Lorsqu’en 2007, le dernier tome des H.P est paru pour clore le cycle, sur les écrans sortait « L’ordre du Phénix ». J’avais alors en tête une sorte d’histoire qui rejoignait (à mon grand désespoir!) le monde de Harry Potter.
Je n’avais jamais écrit de fan-fic de ma vie et je pensais que c’était une belle ânerie. J’hésitais donc à franchir le pas.
Au même moment, des amies m’ont demandé si je ne pouvais pas faire un petit truc avec le personnage de Severus Snape(Rogue).
J’avoue que j’ai répondu que je ne me sentais pas capable de toucher à un perso’ existant – et qu’en plus, ce cher Severus n’était pas l’un des mes préférés…(J’étais lancée sur une histoire mêlant Sirius, Remus et James Potter – il est inutile de préciser qui étaient mes personnages favoris!)

Finalement, je me suis laissée tenter. Et mettre Severus dans l’embarras m’a tellement amusée que ça a donné….
Une fan-fiction! Malgré tout.
Ma vision de Severus a été largement inspirée par les dessins vus sur D.A puisque j’y postais (et j’y poste encore parfois)
mes photos.
Mais je dois dire que la Légilimancie que j’ai décrite ressemble plus à la télépathie vue par Marion Zimmer Bradley dans le cycle de Ténébreuse qu’à la magie de J.K Rowling. Science-fantasy, encore et toujours. Et fan complète de MZ Bradley.

Grâce à tous ces dessins, ce superbe fan-art, la petite histoire est née. Même si c’est de la fan-fic.

FAN-FIC 1