Throwback Thursday Livresque: LGBT +

C’est jeudi, c’est TBT – ma 3ème participation

L’idée du TBT Livresque est ici chez BettieRose Books

Et auourd’hui, le thème en est: LGBT +
(Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres…)

J’ai choisi d’illustrer ce thème avec des photos d’Olivier Ciappa dont j’admire le travail (« Couples Imaginaires »).

 

Je vais être franche: tant les auteur(e)s LGBT que les romans qui traitent de personnages LGBT me touchent particulièrement. C’est donc un thème que j’aime et qui m’inspire. J’avais l’embarras du choix, cette fois encore.
Finalement, il se trouve que j’ai terminé il y a quelques jours (si vous me suivez sur Instagram, vous l’aurez vu dans ma story) un livre qui entre justement dans cette catégorie –  un très bon et beau livre, qui plus est.
fairyland

Ce dont il s’agit:

« En 1973, après la mort de sa femme, Steve Abbott, écrivain et militant homosexuel, déménage à San Francisco. Avec sa fille de deux ans, Alysia, il s’installe dans le quartier de Haight-Ashbury, le centre névralgique de la culture hippie. Là où Joan Baez a pris le micro dix ans plus tôt pour appeler à lutter contre la censure et en faveur de la liberté d’expression. Là où les représentants officiels de la Beat Generation – William Burroughs, Jack Kerouac, Allen Ginsberg, Lawrence Ferlinghetti, Neal Cassidy – annoncèrent l’avènement de la révolution psychédélique. Steve Abbott découvre une ville en pleine effervescence dans laquelle la communauté gay se bat pour ses droits, il rejoint la scène littéraire de l’époque et fréquente cette génération de jeunes gens bien décidés à tout vivre, tout expérimenter. Commence pour le duo père-fille une vie de bohème, ponctuée de déménagements, de fêtes et de lectures de poésie a` l’arrière des librairies. Alysia Abbott revient sur les aventures de son enfance alors que le virus du sida ronge peu a` peu la ville. »

 

D’autres photos de la fille et du père, merveilleuses de complicité,illustrent le livre. La référence s’impose d’elle-même: on songe à Armistead Maupin et à ses Chroniques de San Francisco.

L’histoire est touchante, drôle, triste – à l’image de la vie. Alysia Abbott fait preuve d’une grande sincérité en revenant sur son enfance, son adolescence sans enjoliver le tableau. Je me suis arrêtée un moment sur cette citation de Steve Abbott dans son journal :(au sujet de sa fille ):“Espérons que lorsqu’elle sera adulte, nous vivrons dans une société où les dichotomies homo-hétéro et homme-femme ne seront pas si importantes. »
C’était en 1975…

« J’adore Fairyland. C’est une histoire d’amour à la fois unique et merveilleuse entre un père et sa fille qui ont grandi côte à côte dans le San Francisco des années 1970. Je pense que ce livre fera un film aussi touchant qu’engagé. » – Sofia Coppola (projet en développement)

Complicité: 
 photo datant de 1983 montrant Steve Abbott et sa fille Alysia

Fairyland, d’Alysia Abbott est publié aux éditions Globe. Il vient de paraître dans la collection de poche 10/18.

Vous pouvez en écouter  une chronique ici

Bonne lecture!

PS:

Je zappe l'idée de "minorités", 
la seule que je reconnaisse étant la "minorité active" 

 

Bandes annonces et Super Bowl

Ce qui est bien, lorsque c’est le moment du Super Bowl, c’est qu’on est certain de voir des bandes-annonces à venir (ou de plus longues).En France, le Super Bowl  a été retransmis par Canal+ en 1985 et 1986, puis, par la chaîne La Cinq (première chaine privée gratuite) jusqu’à sa disparition en 1992. Ensuite, C+ en a repris la retransmission jusqu’en 2006 ( note: c’est de cette période que je garde le souvenir ^^ – du début des années 90 au début des 2000’s ). après un passage chez France Télévisions (France 2 et France 4) , depuis 2010 c’est W9, la chaîne du groupe M6, qui a pris le relais. En complément, depuis 2012, beIN Sport diffuse aussi en direct le Super Bowl. A noter qu’en 2016, 321 000 téléspectateurs français ont regardé la finale du Championnat de football américain.

Donc, à part la mi-temps et son spectacle, (lady Gaga, cette année), voilà ce qui m’intéresse:

Version différente du trailer de « Pirates des Caraïbes« :

Beaucoup plus attendu: Les Gardiens de la Galaxie Vol.2

 

Logan :

Mais aussi la promo de la saison 2 de Stranger Things (netflix), prévue pour octobre 2017:

La suivante annonce le retour de The Walking Dead (12/02) – j’adore:

 

Celle-ci pour Legion (qui arrive bientôt):

 

 

Les voici en compilation (+ ceux que je n’ai pas cités, Transformers, Ghost in the shell, Fats and furious, etc…)

 

Et , vraiment, au cas où nous n’aurions pas assez de pubs à la télé, voici celles du Super Bowl (j’avoue, je me suis marrée quand même, sans être une accro des pubs):

 

Come to the dark side….il y a des séries (aussi)

Oh, 2017 commence, et les séries pleuvent tranquillement.
et je « profite » – hum, je profite moyennement, disons que je fais contre mauvaise fortune bon coeur (râler et grogner ne serviront à rien)  –  d’un break dans ma vie pro pour les regarder.

Qu’ai-je donc vu?
#1 – Emerald City

Dira-t’on « énième adaptation du Magicien d’Oz » ou une façon de revisiter les personnages de L.Frank Baum?

Ici, Dorothy est latina (Adria Arjona) – elle est emportée par …une tornade au volant d’une voiture de police (avec le chien!). Elle  se retrouve dans le monde magique d’ Oz, où elle va,malgré elle, provoquer le bazar, sans s’étonner de se retrouver dans un monde « magique ».

Finalement, Emerald City est assez classique, y compris visuellement. (décors, costumes, compris)

Ma question reste: qui a t’il de nouveau? (et pourquoi « fantasy » rime-t’il si souvent avec « ennui » une fois à l’écran? – mais là, j’ai des réponses ^^)
Ni passionnant, ni nullissime. Mais souvent très « déjà vu ».

#2 – Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire

Ils sont trois : Violette, une fille de 14 ans à l’intelligence scientifique, Klaus, un garçon de 12 ans qui lit sans cesse et Sunny ( Prunille en VF), une petite fille qui mord tout ce qui passe à portée de dents. Ils ont été élevés par des parents extrêmement gentils qui disparaissent dans un horrible incendie.
Désormais orphelins, à la tête d’une immense fortune dont ils ne pourront jouir qu’à la majorité de Violette, les trois enfants sont placés chez divers membres de leur famille.
Malheureusement, la richesse des enfants a attiré l’attention du cupide comte Olaf, un parent éloigné, acteur et maître du déguisement.

On pense à Tim Burton, on pense à « Pushing daisies » avec cette série. Elle est très esthétique, noire ( l’humour!). Bref, belle, intelligente, bien fichue.
Pour résumer: au bout d’1 épisode, j’avais envie de continuer rapidement…

#3 – Taboo

Londres –  1814. James Keziah Delaney  est de retour pour assister aux funérailles de son père, après 10 ans passés sur le continent africain. Présumé mort, il revient transformé et enrichi de quelques diamants acquis illégalement.

Il hérite d’un lopin de terre de la Compagnie britannique des Indes orientales située sur la côte ouest-américaine, ardemment convoitée par l’Empire britannique et son rival  les nouveaux  États Unis,

Et, donc? …
J’ai vu les deux premiers épisodes. Cette série est  hantée.
Tom Hardy et Oona Chaplin ( femme de Robb Stark dans Game of Thrones) y composent deux personnages au passé obscur, sur un fond d’amour, de vengeance.
Bref, mystère, noirceur et j’allais oublier: Mark Gatiss y fait le Prince Régent.

Pour l’instant, Taboo et les Orphelins Baudelaire me suffiront. Sans compter que, dès cette semaine, certaines séries reprennent après la pause hivernale (Lucifer; Gotham, pour ma part).

Faites votre choix!

Bye bye 2016! #bilan

Nous avons dit: 2017!

Voilà (enfin) un regard sur mon année 2016

côté lectures (vue d’ensemble)

(ci-dessous – à noter que celles-ci sont répertoriées sur Goodreads)

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour les séries

En faisant un tri parmi ce que j’ai regardé :

 

Et pour les films vus au cinéma cette année

Lord Chours et moi-même sommes allés voir ceux-ci ensemble

Retour vers le passé: 12/1986

Un autre bond de 10 ans et nous voilà à la station:  décembre 1986. Bienvenue dans les Eighties!

Décembre 1986 : une déferlante musicale nous tombe dessus et c’est un décompte final.. N°1 dans les charts français ( 8 semaines à la 1ère place, je confirme que ce fut long!)  « Pourtant je suis friande de metal, mais non, ça, c’est de la pâté pour chats ! »je cite mon carnet de bord de jeune étudiante encore lisible.

Europe -The Final countdown:

 

Outre-Manche ainsi qu’outre-Atlantique, marchons comme des Egyptiens avec  les Bangles :

Suivent:

Wang Chung:

Et …Duran Duran (ô les années 80 ^^…) avec Notorious:

Robbie Nevil : C’est la vie:

Question mode:

Dans l’actualité: Les manifestations étudiantes – la mort de Malik Oussekine:

Je rappelle le contexte: décembre 86:
Les étudiants ont été en grève en opposition à la loi dite Devaquet (une loi qui visait à selectionner les étudiants à l’entrée des universités et à mettre celles-ci en concurrence…). Le projet sera retiré le 8/12/86 suite à la mort de Malik Oussekine, en marge des manifestations.(j’étais en 1ère année de fac en 1986 – je m’en souviens donc très bien).

Sur le blog ci-dessous (que je recommande), j’ai trouvé ( retrouvé) des références aux 70-et 80’s :

dont la pub de 1986 « Et hop! »:

 

Au cinéma, en décembre, nous sommes allés voir Le nom de la rose : 

Sid & Nancy – sorti en France en novembre – vu en décembre pour ma part (avec mon chouchou, Gary Oldman):

Down by law – 

la 1ère fois que je voyais un  film de Jim Jarmusch -mais pas la dernière –

Stephen King et « It » (« ça » en français)

 

Nous avions Alf à la télé:(ok,  l’inspecteur Derrik avait juste fait ses débuts, aussi…)

http://dai.ly/xcbaex

 

Le  15 décembre 1986 : Lancement à Paris de la chaîne locale « Paris Première »(la chaîne locale…^^)

 

 

Le 1er décembre 1986, François Mitterrand, Valéry Giscard d’Estaing et Jacques Chirac inauguraient ce nouveau musée consacré aux artistes de la seconde moitié du XIXe siècle. (Il aura fallu 9 ans pour transformer l’ancienne gare d’Orsay en musée).

Fin décembre (30 ans jour pour jour), le  titre de Sade « Is it a crime » sort en single (album « Promises »):

C’est un hit pour Chrissie Hynde et les Pretenders:

Avec la sortie du film, le titre « Stand by me  » du même nom est diffusé en masse:

 

Décembre 86, c’est aussi bon pour ce titre de Bon Jovi (« You give love a bad name »):

Le Boss nous livre sa version de  « War » (même si je préfère la version d’Edwin Starr, perso) mais Springsteen ….le Boss, quand même!

Voilà, la fin de l’année approche.
Pour le réveillon 86, je me souviens d’une fête chez une amie de fac (qui est toujours une amie, 30 ans plus tard).
Nous avons dansé sur Niagara, sur les Rita Mitsouko et d’autres titres que je n’écoutais pas forcément -Jeanne Mas et moi, ça a toujours fait 2 ainsi que  cette variété française dont tout le monde semble si nostalgique actuellement, les Gold et autres Image que je fuyais.Ce soir-là, j’ai aussi croisé sans le savoir le Grand Amour de mes 10 ou12 années à venir. Amusant …

 

 

 

 

Retour vers le passé : 12/1976

Depuis la semaine dernière (ici), faisons un tour dans le TARDIS mis à notre disposition (non, ce n’est pas un traîneau, là , dehors! ) et embraquons -nous pour un voyage temporel, bien sûr: destination: décembre 1976 

Pour préparer cet article, je dois dire que je me suis bien amusée. En effet, même si je garde un souvenir souvent confus de cette période (  1976, j’étais en CM1), je me souviens très bien de la  période disco. Puis, plus tard, ce qui m’a largement influencée dans mes goûts musicaux: l’émergence du punk.

Donc, en décembre 76, je ne vais étonner personne en citant le N°1:

Boney M

Côté mode, on pense souvent à ça:

Mais on oublie souvent ça:

76, c’est l’année de:

(et la coiffure de Farah Fawcett devient celle qu’il faut copier; les petites filles, quant à elles, rêvent d’être de « Drôles de Dames »)

Pendant ce temps, ABBA aligne les tubes:

D’autres titres sont des hits  de légende:

Queen

Au cinéma,en décembre 76,  sortent:

( je me rappelle que mes parents étaient allés voir certains de ces films)

L’âge de Cristal (avec Farah Fawcett, entre autres):

Dersou Ouzala:

La Rose et la flèche (Robin and Marian)

Intéressant aussi, la suite de « Westworld » – le film original – sort :en français, le titre est « Les Rescapés du futur «  (lol) – le titre original : « Futureworld »:

Si vous aimez la série « Westworld », voilà où tout a commencé….

En musique, dansons, avec :

KC &the Sunshine:

Rose Royce – « car wash »

Il y a quand même un OVNI venu d’Angleterre : « Bionic  Santa » :

Bien sûr, il y en a un autre, plus célèbre celui-ci:
– mais je ne pouvais vraiment pas résister au plaisir de le mettre ici –

Car, évidemment, 1976 c’est l’année punk par excellence.

Pour terminer,  j’ai un tableau sur pinterest consacré au mouvement punk , un autre (un petit, celui-ci) pour 1976 et une playlist sur youtube  intitulée 1976 . Enjoy!

Films en 2017

 

2017 s’annonce intéressant décidément avec des films à voir.

– et des films de SF, de mutants et super-héros,entre autres – (miam )

Trailer de Blade runner 2049 

Ghost in the shell

Guardians of The Galaxy Vol. 2

Assassin’s creed

Logan – Wolverine 3

Spiderman Homecoming 

Valerian et la cité des 1000 planètes

Le Tag des B.O #je tague, tu tagues, etc…

Merci à  June – 

Je n’ai pas pu résisté à ce tag. Evidemment (même si je le garde au chaud dans mes brouillons) Je dois avouer que: – oui, j’ai tendance à  écouter les B.O avant de voir les films;
– il m’arrive de me passer des « musiques de films » (soundtracks) en boucle
– pire: j’ enrage quand  j’entends un extrait de B.O et que, ô misère, je ne le reconnaîs pas . Bref, pour les films, le choix des musiques est certainement un second dialogue (qui a dit ça? Ennio Morricone?je cite de mémoire).

Une bande originale que tu as aimée mais pas particulièrement le film (ou pas du tout)?

Un exemple frappant, pour moi, c’est Sweeney Tood. J’avais même écouté et réécouté la B.O  avant de visionner le film. A noter que le Sweeney Todd  de Tim Burton étant une adaptation de la comédie musicale de Stephen Sondheim (et Sondheim étant l’équivalent d’un génie dans le domaine…), on peut s’attendre à du très bon. Néanmoins, le film est largement en dessous des attentes.

 

Autre exemple de  » très belle B.O mais je me passe largement du film, merci! «  c’est : Tubular Bells (Mike Odfield) qui est la B.O de...L’Exorciste. (ensuite,  des goûts et des couleurs…pour certains, l‘Exorciste est un chef d’oeuvre, pour moi: un ensemble de clichés):

 

Pump up the volume – (le film !) – avec Leonard Cohen, Soundgarden, et j’en passe, la B.O d’un film  sympa-mais-sans-plus 

La première bande-originale qui t’a marquée?

Après avoir bien réfléchi, la réponse s’est imposée (merci Metallica ):

Ennio Morriconne : Le bon, la brute et le truand – Ecstasy of gold – L’estasi dell’oro

 

Un film que tu as voulu découvrir après avoir entendu la musique?

L’odyssée de Pi ( Life of Pi): (les deux se valent : B.O et film +++)

Par contre, j’ai l’exemple de la B.O qui me donne envie de revoir le film ( pourtant le film n’est pas forcément à la hauteur de mes espérances et je le sais…):je veux parler de:Troie – James Horner: ce morceau à cause de la voix sublime de Lisa Gerrard (ex-Dead Can Dance). Le morceau emprunte d’ailleurs beaucoup à celui-ci (Host of the Seraphim Dead Can Dance).

Une bande-originale qui t’a fait craquer pour un compositeur?

Facile! John Williams a composé la B.O de Star Wars. C’est de cette manière que j’ai découvert un grand artiste….

Un générique de série que l’on retrouve dans ta playlist?

Découvert récemment, un générique signé Hans Zimmer pour The Crown (série dont je viens de terminer la saison 1 – et que je recommande) :

Plus ancien, toujours valable:

La série en N&B – heureusement rediffusée souvent:

 

Des B.O que l’on retrouve dans ta playlist?

Celle- ci! La B.O du Dernier des Mohicans est un imbroglio. Cette partie a été adaptée par Trevor Jones d’après le morceau de Dougie Mc Clean « The gael ». (l’original se trouve sur youtube )

Dans mon téléphone : (ça n’en bouge pas) GotG 1 – Awesome Mix 1

Le thème de Davy Jones – Pirates des Caraïbes 2 – Hans Zimmer

 Hanging tree – B.O Hunger Games – cover L.E.J

Une bande-originale indissociable du film pour toi?

Inception – Hans Zimmer – ici en concert (Hans Zimmer est au piano):

 

Une bande-originale qui te rappelle la période des fêtes de fin d’année?

Un film avec ce thème de Jerry Goldmsith:

Une bande-originale qui t’a fait pleurer?

‘Pas sûre que les B.O  seules me fassent pleurer…Je dirais que c’est l’assemblage: les images+la musique = les émotions provoquées + mon état émotionnel  du moment(parlez-moi des Animaux Fantastiques, récemment…)

Harry Potter : (H. P and the Deathly Hallows – part 2) – Alexandre Desplat :

 

Une bande-originale qui t’a déçue ou que tu détestes?

A vrai dire, je n’en ai pas. Sauf tout ce qui a une voix de Chipmunk et qui chante!

Mais je peux apporter ma contribution aux B.O étranges et/ou datées avec:

Ladyhawk (il faut écouter, si, si)

 

Une bande-originale ou générique de série que tu as toujours avec toi?

Pour moi, Ramin Djawadi est un génie. Non seulement il a composé ça:

 

Mais aussi ça:Westworld

Je ne résiste pas au plaisir d’ajouter le générique de Poldark, ici interprété par Lang Lang (magnifique)

Cette très belle chanson est le générique de la série Outlander.

Et ceci dans Le Hobbit:

 

Je pourrais continuer longtemps sur ce thème . Je vais terminer avec 2 séries:

Vinyl – série que j’adore mais qui, hélas, n’aura pas de saison 2 (et là, je grogne) :

The Get Down (saison 2 à venir) :