CV multi-fandom

C’est l’article de Fan-Actuel (merci!) qui m’a donné envie de faire un CV  de fan – ou, du moins, de le mettre à jour, puisque j’avais tenté de le créer au brouillon. Mais, comme « améliorer son CV »  tient une place importante dans ma vie, et ceci  à double-titre: en tant que demandeur-se d’emploi et depuis mon orientation vers  la formation et l’insertion professionnelle.

Alors, en quoi être fan de…. développe-t’il des compétences professionnelles?

On peut illustrer la compétence professionnelle avec ce schéma
(c’est ce qu’on utilise dans la formation professionnelle):

 

 

(source : didapro – les notions de savoir, savoir-faire, savoir-être sont détaillées sur le blog à l’aide vidéos)

Résultat de recherche d'images pour "savoir savoir faire savoir être tableau"

Mais revenons à nos fandoms!
Que développe-t’on quand on est fan? Quelles compétences?
J’ai mis quelques exemples ci-dessous mais ceci ne constitue pas une liste complète, bien sûr:

Des savoirs:

  •  navigation internet
  • création de blogs/de sites (ne serait-ce que la base)
  • photographie (le B.A- BA)

 

Des Savoir-faire:

  • utiliser un logiciel:
    – de traitement de textes, tableau, diaporama, etc..
    – de post-traitement (= « retouches de photos » selon la formule populaire ex: Gimp, Photoshop, Lightroom, etc..)
  • rechercher de la documentation (différents supports), d’où:-
    – identifier les sources
    – répertorier, classifier
  • perfectionner la maîtrise de langues étrangères ( l’anglais, souvent)
    – comprendre, lire, rédiger dans une langue étrangère
  • organiser : des voyages, des séjours, des rencontres entre fans
  • réaliser des projets ( communauté de fans; lettres aux artistes, etc..)
  • rédiger (articles, messages sur les forums)
  • maîtriser l’utilisation des réseaux sociaux

Des Savoir-être:

  • sens artistique
  • curiosité
  • ouverture d’esprit
  • capacité à anticiper et à plannifier (ex: gestion de projets)
  • réactivité
  • gestion du stress (votre artiste vient dans votre ville/votre pays; les fans hystériques et autres relous; les commentaires de rageux sur les réseaux sociaux; keep it cool!)

  • relationnel (autres fans, événements, accueil, etc..)
  • etc…

On en rajouter beaucoup d’autres comme, par exemple, la capacité à jouer d’un instrument de musique (pour jouer les chansons de votre groupe préféré; le générique de votre série/anime favori) ou à chanter; la danse; le cosplay; la rédaction de fan-fictions…

 

Passons à une ébauche de CV fandom (là non plus, je ne serais pas exhaustive là non plus – comment l’être? ) – c’est la partie fun de l’article:

DESSINS ANIMÉS, BD ,  MANGAS , ANIME, COMICS

Je suis devenue de Yoko Tsuno dès mon enfance – et de beaucoup d’autres BD (Thorgal, par ex). Mon rêve était alors de devenir dessinatrice de bandes- dessinées (ça alternait avec styliste et d’autres projets beaucoup plus farfelus).
Puis sont arrivés les anime/manga avec Albator, Goldorak, Capitaine Flam…
J’étais une fan totale de Goldorak/Albator.
Je lisais en parallèle de temps en temps les Strange où j’ai découvert les X-men (Wolverine s’appelait Serval). A la même époque (fin de passait s années 70), le dessin animé Spiderman passait à la télé (et dommage pour le costume, mes parents ont eu la TV couleurs tardivement)

 

Conséquences:
J’ai beaucoup dessiné (j’ai très tôt adopté un style manga ^^)
J’ai souvent reproduit les génériques (à la flûte à bec, puisque c’était obligatoire au collège – mais je me débrouillais pas mal)

Et surtout, j’ai découvert la SF…(donc j’ai lu – beaucoup)

Séries et films de SF:

Cosmos1999, Galactica (l’ancienne formule:Battlestar Galactica ou Battlestar Galactica 1978) ) et...Star Wars! Puis, Blade Runner, Dune, en série Babylon 5

Conséquences:

J’ai encore ma collection de figurines Star Wars (la collectionite!)
J’ai écrit ma première fanfiction (vers 14 ans je crois), librement inspirée de Battlestar Galactica.

MUSIQUE
  • Stray Cats – 1982-84
    beaucoup de dessins, d’écriture – j’ai appris l’argot américain, du coup.
  • The Clash – 1982/83 ——-longtemps
    Et tout le mouvement punk en même temps.  C’est à partir de là que mon style vestimentaire est devenu original. (on va dire ça). Beaucoup d’illustrations car j’avais commencé à écrire des articles sur la musique (pas publiés, bien sûr).
  • The Stranglers- 1984—– 1990 ( je les écoute toujours mais le chanteur originel s’étant barré en 90,
    Déclic: j’écris mon premier roman (non, il n’est pas archi-mauvais mais pas digne de la publication)
  • Metallica – 1984—– aujourd’hui
    Beaucoup de pages écrites (une nouvelle, un fan-fic)
    Inscrite au fan-club officiel dans les années 90
    Concert
    Livre dédicacé
  • BigBang – 2016—
    Vive la Corée! Grâce à eux, j’ai quelques notions de coréen. (des notions vagues, on a dit!)
    Je reviens du concert de G-Dragon (le leader). Réseaux sociaux, etc…

Autres périodes rapides de fan :
– Madonna/Prince – 1986/88
Influence considérable sur ma garde-robe
– Iron Maiden – 1982(?) —-
Je suis plus « fan en continu » sans arrêter, mais sans obsession non plus.
–  Scorpions – 1984- 85

  • Beaucoup de coupures de presse, d’articles, de photos en stock = documentation
  • Livres
  • Concerts
  • Rédaction
  • Langues étrangères

PAYS

Japon – puis Asie en général
J’ai déjà raconté à quel point le Japon était présent à la maison quand j’étais enfant.
Il me reste des bases pas si mauvaises de japonais, une connaissance de la culture, de la littérature.
Des rencontres, bien sûr. Et l’envie d’aller là-bas.

Royaume – Uni:
Je dis souvent que j’ai été élevée grâce au thé dans le biberon.
C’est presque ça.
J’ai eu cette chance d’aller en Angleterre régulièrement depuis mes 4 ans.
Pratique: je lis l’anglais, je me suis rendue compte que je savais le parler encore pas trop mal (je ne pratique pas).
Donc, connaissance  de la culture, de la langue, des réalités aussi (l’Angleterre façon « thé, scones, Downton Abbey »  n’est pas ma vision du pays).

Résultat de recherche d'images pour "multifandom"

LECTURES

J’ai deux univers de prédilection – et un tas d’autres en parallèle

Marion Zimmer Bradley – Ténébreuse
Les télépathes de Ténébreuse m’ont définitivement pris le coeur depuis de très nombreuses années.
D’où:
– fan fiction
– grosse influence quand j’écris
– collectionite

JK Rowling – Harry Potter
Contrairement à la « génération HP », j’étais adulte quand je suis tombée dedans.
Mais ça ne change pas grand chose. C’est Harry Potter qui m’a donné envie de me remettre à lire en anglais.
D’où:
– écriture de grandes fanfic (qui, parfois, mélangent allègrement les univers)
– un peu de collectionite (réduite par le manque de budget et d’espace)
– Un blog (clos à présent)
– participation à une encyclopédie HP.
fan art

et ici 

JEUX, MMORPG – 2010-2015

je suis adulte et pourtant, j’ai longuement joué à…Dofus. J’aime beaucoup l’univers développé par Ankama. (ah, ces personnages; les quêtes aux noms improbables; les jeux de mots..)
Je joue de temps en temps sur la console à Minecraft (je suis devenue architecte grâce à Minecraft!).
– J’ai appris un tas de vocabulaire en jouant en ligne.
– Des rencontres virtuelles amusantes
– Réactivité, rapidité, une certaine habileté
– Créativité

 

 

Gary Oldman – 1986—-aujourd’hui
– collection d’articles, photos et de films
– réseaux sociaux, blogs, sites de fans
– échanges avec les fans en plusieurs langues

Alan Rickman – 2007—–
Une collection impressionnante de photos, heureusement numériques.
Un blog (clos)
Des textes et  des poèmes 

Richard Armitage – 2011 ou 12—-
Ah, ce fandom….Je l’aime beaucoup. Même si je suis moins active (photos, blogs ), c’est grâce à lui que j’ai eu de très bons échanges (virtuels) ces dernières années. Je ne pourrais pas citer tous les blogs intéressants qui s’y rattachent ni toutes les personnes passionnantes.
Ce serait trop long.

 

 

Publicités

Joyeux anniversaire, Harry Potter!

Il y a 20 ans sortait le 1er tome. « Harry Potter à l’école des sorciers », pour nous en France.

Il y a 20 ans…
Je me souviens bien de ce que je faisais alors (travail, vie perso, lieu d’habitation). Je me souviens aussi de la première fois où une amie m’a parlé de Harry Potter – et du fait que c’était aussi une lecture pour adultes. Je ne suis pas devenue fan avec le premier tome. Il m’a fallu attendre le 3 ème pour tomber dans la marmite.

Il n’y a qu’à voir le nombre d’images, d’articles que je partage au sujet de Harry!

Les illustrations 

Les Animaux fantastiques

Etre fan

Un tag spécial

Le conte des 3 frères

Poufsouffle

La pièce

Les photos des studios HP à Londres : 1

suite 2

Et suite 3

Des tableaux pinterest 1 et 2

Une fois encore, bon anniversaire!

T’as pas vu ma pop #6

Continuons notre exploration de la pop culture avec, cette semaine, l’importance des prophéties.

Dans Matrix, nous avons un Elu (Néo) qui, pour répondre aux critères pop, n’a pas conscience de ce qu’il est; en gros, Néo n’est pas Oedipe.
L’Oracle, dans Matrix, ne prédit pas. Elle pousse les personnages – et non pas, un seul personnage (Trinity: « tomber amoureuse de l’Elu »; Morpheus: « trouver l’Elu »).

Chez Harry Potter, on retrouve le même schéma narratif que dans Matrix:

il y a une prophétie autoréalisatrice/autodestructrice (« et l’un devra mourir de la main de l’autre car aucun d’eux ne peut vivre tant que l’autre survit… « ).

puis, une phase de coopération (« je me repose sur les autres même si je comprends pas tout » : c’est ce que fait Harry Potter)

pour enfin aboutir au grand triomphe de l’amour, comme dans Matrix.

Pour tous les lecteurs assidus de Harry Potter, il est évident que c’est cette magie, une magie inconnue du monde sorcier, nous suggère Rowling (parce qu’elle est très maligne) qui protège Harry et ceci, depuis le début.

Pour résumer, Ms. Rowling nous balade pendant sept tomes en nous sortant de son chapeau pointu une nouvelle loi magique à chaque fois que Harry se tire sain et sauf d’une rencontre avec le Seigneur des Ténèbres (vous croyiez que j’allais écrire son nom, en plus? en fait, …pourquoi pas…).

Allez, elle se joue bien de nous: un coup, c’est « 2 baguettes avec un élément commun qui les constituent, disons…une plume de phénix? ça sera un Priori Incantatum et hop, dans les choux, Voldy! » Puis, lorsque  la baguette de Harry se souvient de sa magie et lance un sort toute seule? Très fort! Une baguette qui se souvient de la magie. Oui. quand même.

Il reste que c’est la prophétie initiale dont Harry doit se débarrasser. Souvenez-vous: dans le tome 3, quand Remus Lupin enseigne à ses élèves comment neutraliser un Épouvantard une créature qui ne possède ni existence ni forme propre mais qui se nourrit exclusivement des peurs les plus profondes dont il revêt l’apparence dans les moindres détails. Le professeur Lupin craint que l’Epouvantard ne prenne la forme du Grand Vilain (Vous-Savez-Qui). Or, non.
C’est donc avec justesse que Rowling place ses mots dans la bouche de Lupin (l’un de ses personnages préférés, au passage) : « Voilà qui voudrait dire que ce dont vous avez le plus peur, c’est… la peur elle-même. »
Ce que  sous-entend l’auteure, c’est : « ce dont tu as le plus peur, c’est l’Epée de Damoclès suspendue au -dessus de toi (=prophétie), Harry; apprends à canaliser tes peurs, à sortir du monde de l’enfance (= du monde magique) et ensuite…. »
Je vais insister mais c’est malin. Et ce n’est pas pour rien que Harry Potter reste l’une des sagas les plus abouties, l’une des mieux ficelées de la pop culture.

Mais, revenons à cette fameuse prophétie énoncée par une voyante catastrophique.
Harry n’est pas désigné comme étant l’Elu. Jusqu’à la fin, rien ne prouve qu’il l’était. Neville ne l’est pas plus. Ni Harry ni Neville ne sont l’Elu. Ou bien , ils le sont tous les deux. Mais Voldemort comme Dumbledore ont fait un choix: celui d’y croire.

Ils interprètent de manière forcée cette prédiction, tous deux par soif de magie, de puissance, de drames ( à croire que leur vie était bien triste sans toute cette mise en scène). C’est Voldy comme Dumby qui recherche des artefacts magiques, pas Harry.

Voldemort croit qu’il est menacé – par un enfant! et un enfant sorcier même pas doué, qui plus est… Il croit qu’il doit affronter Harry Potter à la fin. Il rend possible la prophétie.

Dumbledore sait que le seigneur des Ténèbres et Harry ne peuvent pas s’entretuer, mais au lieu de calmer tout le monde, il fait croire que Harry doit être sacrifié, comme il le dira très froidement à Severus Rogue – qui en sera dégoûté

« You have used me. [¦] I have spied for you and lied for you, put myself in mortal danger for you. Everything was supposed to be to keep Lily Potter’s son safe. Now you tell me that you have been raising him like a pig for slaughter” »

Mais, au final, les prophéties se dissolvent. Harry s’est fait manipuler. Il n’y a qu’une voie: c’est l’amour. Et tant pis si l’épilogue est, tout de même, un peu cucul (papa/maman/enfants – 17 ans plus tard).

Harry Potter ne prend pas le chemin messianique à la Néo: il se marie, il a trois enfants, etc…D’ailleurs, c’est tout le mal qu’on lui souhaitait après une enfance et adolescence aussi dingues. Quoique…cette partie de sa vie ne nous fait plus rêver (cet épilogue a déçu bien des fans, si j’ai bonne mémoire). La preuve? Quand on retrouve un Harry devenu père de famille, en proie à une crise de la quarantaine sévère, il nous ennuie un peu quand même. Prenez « L’enfant maudit« .

Héros de la pop culture, ai-je écrit. Mais qui sont ces héros?

Je vais réussir à mettre en ligne la suite – sans bug informatique, cette fois – dès la semaine prochaine si tout va bien.

 

T’as pas vu ma pop #5

La semaine passée dans T’as pas vu ma pop, je me suis intéressée à la recette campbellienne – ou comment faire une bonne soupe au monomythe- avec la structure du Voyage du Héros (Ulysse nous aura bien aidés longtemps avant Bilbo et Luke Skywalker).

Aujourd’hui, entre les bagages et un rhume des foins carabiné, je vais continuer mon propre voyage – et le vôtre – en direction du mythe, de la croyance et de la prophétie. Ce sera un peu plus court pour les raisons évoquées sur ce blog.

Crois-en moi, crois-en toi: croyance et prophéties auto-réalisatrices

On entend souvent que la pop culture est un pillage continuel sans foi ni loi (si possible). Et aussitôt, certains se mettent à pousser de grands cris, tentant, en quelque sorte,  de comprendre la pop culture en dehors d’elle-même, et non pas en interne. Renvoyer la pop à ce qui ne peut pas être saisi, le moment, l’époque, l’instant, c’est vraiment chercher à s’arracher les cheveux – ou à enrager.

La pop culture pille la culture populaire, tranquillement, et fournit son propre mythe. En fait, elle opère un retour sur soi, une réflexivité plus qu’une révolution: une forme d’autoprophétie.
On observe le même scepticisme chez le chef d’orchestre  Leonard Bernstein (qui aimait le rock et la pop) en 1967 dans le documentaire« Inside pop » qui ne croit pas à la rébellion mais loue la créativité.

Prophétie, mais de quelle prophétie parle-t’on?

En premier lieu, de ce que Robert K.Merton nomme la prophétie autoréalisatrice.
Je rappelle ce qu’est une prophétie autoréalisatrice – selon Merton, il s’agit de:

 La prophétie auto-réalisatrice est une définition d’abord fausse d’une situation, mais cette définition erronée suscite un nouveau comportement, qui la rend vraie »

Si je reviens à notre Héros de la semaine dernière, je peux alors dire: « Bon, je ne vais pas me casser la tête pour inventer un quelconque motif à son aventure, il y a beaucoup plus simple »  Il y a longtemps, une prophétie raconte qu’il devait y avoir un Elu (tout se transpose au féminin, j’ai oublié de préciser). Comme par hasard, l’Elu est le héros de mon histoire mais voilà, il ne le sait pas encore – et c’est parti…
Tiens, ça ne vous rappelle pas un/des films? Un/des romans? Des jeux vidéo?

 

Star Wars? Un enfant destiné à rééquilibrer la Force. Matrix? Un homme élu… Harry Potter? Un jeune garçon dont on a prédit qu’il devait tuer ….etc…

 

Star Wars: Prophétie de l’Elu

 

Prophéties chez Harry Potter

J’en reparle la semaine prochaine….

Pour aller plus loin:

 

Mes beaux livres

 

Suite à ceci – le très bel article d’Isa, sorcière des livres – j’ai fini par sortir quelques livres de ma/mes bibliothèques.

J’en ai quelques uns – pour certains, ils datent même de ma période « libraire » ; pour d’autres, ce sont des cadeaux.

Les beaux livres ont ceci de magique qu’ils paraissent surgir (massivement) chaque année aux alentours du mois de novembre.

En vérité, c’est souvent un enfer pour le libraire: – je m’explique:
– ils sont lourds (et, au cas où personne ne l’aurait noté, c’est  très souvent le/la libraire qui se charge des cartons – et non une tierce personne dans le genre costaud, musclé, etc..)
– ils sont chers (et tu as envie de commettre un meurtre si tu surprends un client en train de bouffer son sandwich en les ouvrant! pire: quand tu constates que le charmant client avec sa mallette est simplement en train de te piquer un tas de beaux livres et qu’il  a arraché un morceau de la couverture « parce que c’est comme ça que ça sonne…., non? l’antivol- avouera-t’il  » – non …)
– ils sont chiants pour les paquets-cadeaux (et vu qu’ils se vendent au moment des fêtes de fin d’année, amuse-toi ..)

Mais:  –  ils sont superbes  (tous les ans, c’est un ravissement) – ça te  donne envie de tous les acheter

Et puis …revenons à nos dragons. Apparemment, il est souvent question  de beaux livres sur les dragons dans nos commentaires ….Je pense à ceux(ci parce que je les connais bien (mais je ne les possède pas):

Je finis avec celui-ci (ci-dessus) qui est à ma fille et celui-ci (ci-dessous): entre autres

Sans dragons, j’ai chez moi:

 

Très magiquement:

dscn0463

dscn0464

 

dscn0452

Voilà le John Howe (à droite) et  un « Dessine les vampires » (à gche):

dscn0461

Côté vampire, Victoria Francès est aussi chez moi:

dscn0460

Et,  clin d’oeil, j’ai également ceci :

dscn0459

Quelques beaux livre sur l’architecture, le design , la peinture, la calligraphie, la littérature, la fantasy, les animaux, la BD, j’en oublie….

 

Animaux fantastiques #Harry Potter

 

 

Amis potteriens, soeurs potteriennes, l’heure est grave!

(d’autres disent: Potterheads, c’est vous qui voyez)

Voilà,  je viens de lire chez nos confrères anglophones que:

  • Nous allons voir Dumbledore (alors âgé d’une 40taine d’années)
  • Dans la suite des « Animaux…. », nous verrons Gellert Grindelwald qui sera joué par…(j’en avale ma baguette): Johnny Depp
  • Le second film sera tourné à Paris

Par les caleçons en dentelle de Merlin, elle nous fait un grand numéro, Mrs. Rowling!

Je cite:

« Yates revealed at the Global Fan Event that while Grindelwald is mainly just in the background of the first movie, he’s a prominent character throughout the franchise. I saw the first 10 minutes of Fantastic Beasts and – avert your eyes for spoilers – it sets up Grindelwald’s attacks across Europe via newspaper headlines. So it makes sense for the sequel to travel back to Europe and catch up with whatever Grindelwald is up to, likely finding him in hiding. » (screencrush)

Et:

« Depp will be making a cameo in Fantastic Beasts, but his character is being kept under wraps so audiences will have to keep an eye out.

David Yates will return to the director’s chair for the follow-up, which has already been dated for Nov. 16, 2018.

During a fan event earlier this month in Hollywood, J.K. Rowling made a surprise announcement that she has finished the plot for five films in the Fantastic Beast franchise. (The franchise was previously reported as a trilogy.)

The world of witchcraft and wizardry seems like a perfect fit for the actor who is known for such fantastical cinematic roles as Edward Scissorhands and Captain Jack Sparrow » (source The Hollywood Reporter)

Et il y a ça:une édition limitée du magazine The Empire

Et dois-je parler de ..ça?

Posté par JK Rowling sur twitter, le scénario des Animaux Fantastiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

365 jours d’écriture – Journal intime

essais2

 

 

Je ne tiens ni journal, ni carnet de bord. Et même si je le faisais, je ne le partagerais pas ( le « intime » du « journal intime »)
Par contre, je vous propose de lire des fragments de journaux/carnets de bord de 3 personnages de fiction (donc, fan-fiction dans un autre genre). A mon avis, ils peuvent se lire sans connaître forcément l’histoire. Nous allons remonter le temps. Nous allons plonger dans un univers magique.

 

1- Ariana (journal)

Mon cher journal,

Voilà longtemps que je te délaisse et j’en suis navrée. Tu ne le sais pas, cher journal, mais j’ai été obligée de détruire ton prédécesseur même si je l’aimais de tout mon cœur. Lors du changement de maison, Mère avait failli le découvrir. Mais c’est mon secret…
j’ai commencé un journal quand j’étais une petite fille. Père m’avait appris à bien écrire. Il disait en souriant que je me débrouillais mieux que mon  frère, Ab. Je sais, ce n’est pas très gentil pour Ab. Mais il est vrai qu’il a du mal avec les mots, la lecture. Il préfère être au grand air, dehors. Tout le contraire de mon frère aîné, Al: lui est un vrai rat de bibliothèque, comme disait Père.

Parfois, nous ne le voyons plus de la journée: il reste enfermé dans sa chambre. Il dit qu’il lit, qu’il écrit à plein de gens. Mais maintenant, Al ne revient que pour les vacances, m’a-t’on dit. Et oui, il est grand. Il est en pension.
Ah, quelle chance il a… Il peut apprendre plein de nouvelles choses. Il fréquente d’autres amis comme nous.
Mais je sais bien que ce n’est pas pour moi. D’ailleurs, je ne me plains pas, cher journal. Je ne crois pas que j’aimerais avoir des tas de gens autour de moi.
Mère dit que ce serait dangereux, que je pourrais avoir « l’une de mes crises » et que personne ne voudrait de moi.
Je ne sais pas si c’est vrai mais Ab, qui est mon frère préféré, chut, trouve que je dois faire attention. Pourtant, lui et Mère ne sont pas d’accord. Je crois qu’il aimerait m’emmener avec lui, dehors. Mais il est trop jeune encore.
Voilà, mon journal. Donc, je reste dans la maison, toute la journée.
C’est pour cela que je vais bien te cacher. Ce sera notre secret, n’est-ce pas?

 

1 – Ab’ (notes)

Ecris, qu’elle me dit! Ecrire c’est une punition. Je vais faire des tas de fôtes fautes et si mon cher frère me lit, alors il va se fou moquer de moi. Oh non il va pas faire ça. Il va juste prendre son air hautain et avoir ce sourire.
J’aime mieux aller dehors quand je suis en vacances. Déjà que toute la fichue l’année je dois rester en classe et écouter ces vieux crétins de profs, apprendre les leçons et faire les fichus devoirs. Pendant ce temps je dois écouter les autres chanter les louanges de mon grand frère qui est si doué. Alors quand j’en ai marre je me bats et je suis puni alors je vais en retenue évidemment. Je m’en fous.
Notre mère a dit « tu dois faire des efforts, Ab’, alors essaye d’écrire tous les jours » .
Oui, que j’ai répondu et pour pas passer pour un crétin, je prends ma plume et voilà, j’écris. Hein, c’est mauvais, non?

 

1- Al’ (carnet)

Il est bien difficile de tenir un carnet de bord quand je suis à Poudlard. Les cours me prennent du temps ainsi que ma correspondance. Mais quand je suis de retour dans notre demeure familiale, j’ai tout mon loisir pour consigner mes découvertes.
Liste des choses à effectuer durant mes vacances:
– Relire les notes sur l’alchimie française
– Répondre à la missive de Nicolas
– Ranger mes chaussettes
– Aller voir notre voisine
– Continuer à m’entraîner à pratiquer le mermédien (le langage du peuple de l’eau)
– Aider Mère (si j’ai le temps).

2- Ariana – Journal (suite )

Très cher journal,
A nouveau, je t’ai abandonné. Vois-tu j’ai été très malade…
J’ai oublié ce qui s’est passé mais depuis, Mère n’est plus là.
On m’a raconté qu’elle n’était plus de ce monde. Je suis horriblement triste. Même si Mère n’a pas toujours été très gentille envers moi. J’ai bien compris que je ne lui convenais pas depuis ce qui s’est passé quand j’étais enfant (mais dont je ne garde pas  souvenir).
Papa est allé en prison à cause de moi, je crois. Et puis, il est mort. Mon cher papa …Ce devait être une chose horrible. Voilà, maintenant, c’est Maman qui est morte. Et je crois que j’y suis pour quelque chose, cher journal, mais je n’arrive plus à me rappeler…
Ma tête me fait mal. Ab’ dit que je dois arrêter d’y penser, qu’il va prendre soin de moi, même s’il est encore jeune. Il dit qu’il s’en fout et je sais que c’est un gros mot.
Et Al’ est à la maison, aussi.

 

2- Ab (notes -suite)

Il exagère. Il croit qu’il peut revenir et que tout va s’arranger.
Mon cher frère. Il pense qu’après ce qui s’est passé il a la situation en main, monsieur « j’ai la tête dans les livres ».
J’écris ça mais je sais que ça sert à rien. C’est juste pour avoir quelque chose à faire.
Mais ma sœur a besoin de moi, je l’entends.

 

2- Albus (carnet – suite)

Godric’s Hollow, 1899

Notes:
– Ranger et trier les affaires de Mère
– Envoyer des hiboux pour remercier (condoléances)
– Finir de mettre en ordre papiers et parchemins officiels
– Etablir un emploi du temps pour Ariana
Mercredi: thé chez Bathilde (rencontre avec son petit-neveu)

 

3- Ariana (journal, suite et fin)
Mon cher journal,

Rien n’est plus pareil depuis que Mère est partie. Al’ est revenu mais je ne le vois presque jamais. Il a ce nouvel ami, Gellert. Je l’ai vu une fois et il est beau garçon.
J’aimerais bien qu’Al’ m’emmène avec lui. Mais il fait comme Mère: il me garde ici, à la maison, pendant qu’il passe des journées entières avec son ami. Ils ont des conversations passionnantes. Ils sont très doués en magie.
Peut-être pourraient-ils m’apprendre…. Pour que je ne fasse plus de bêtises…
Mais Ab’ dit qu’ils sont trop snobs. Mon frérot préféré veut bien que je nourrisse les chèvres, avec lui. Tout se passe bien.
Je n’ai pas de crises dans ces moments-là. Ab’ dit que plus tard, il m’emmènera vivre ailleurs, là où les gens ne font pas autant de chichis. Mais Al’ n’est pas d’accord. Ils parlent fort et j’ai peur qu’ils soient tous très fâchés, encore à cause de moi…
Voilà, je les entends encore. Ils crient. Je vais voir ce qui se passe…ça recommence….

3- Aberforth (notes/gribouillis)

Je vais lui dire ma manière de penser….Ces deux andouilles

3-Albus (carnet -suite)

C’est extraordinaire! Ce qui m’arrive est la plus belle chose au monde…J’ai rencontré un égal, mon double, mon complément.
J’ai presque honte de m’emballer autant.
Notes:
– rédiger une charte Moldus/Sorciers « pour le plus Grand Bien »
– répondre à la missive d’Elphias

 

Note trouvée ( Aberforth ou Albus?)

J’ai trouvé le journal d’Ariana. J’ai le cœur brisé.
14 ans… et elle n’est plus là

 

 

Complément:
Durant l’été 1899, Ariana Dumbledore dont la magie était instable depuis qu’elle avait été agressée par de jeunes Moldus pendant son enfance, tenta de s’interposer entre ses frères et Gellert Grindewald.
Tous les trois se battaient en duel. Nul ne sait qui lança le sort mortel qui atteignit l’adolescente.
Gellert s’enfuit afin de fuir les autorités magiques.
Albus et Aberforth vécurent avec ce poids et cette culpabilité. Jusqu’à la fin de sa vie, Albus Dumbledore éprouva de vifs remords ( c.f « Le Prince de Sang-Mêlé »).

J’ai gardé le prénom originel : « Aberforth » : et non la version francisée hasardeuse (« Abelforth ») utilisée étrangement dans les livres.
Le prénom « Aberforth » a un sens  (qu’il n’a plus si on le change en » abel »): « Aberforth » (angl.) = « vieux nom pour un village dans le Yorkshire (nom actuel: Aberford) ». « Aberforth » – « aber » (gaélique) = « marécageux, le confluent des eaux » + « ford » (vieil angl.) = « gué » (endroit peu profond d’une rivière où l’on peut traverser à pied), mais aussi « patauger ».

Pour le reste, j’ai vérifié la chronologie (dates de naissance probables – et dates de décès).

Merci à JK.Rowling pour les personnages et l’histoire.

365 jours d’écriture – Mini fanfiction

Mini fanfic

essais2

Personnages: Severus, (Lily), Albus Dumbledore, Mme. Pomfresh –

 

L’image de Lily bougeait sans cesse derrière ses paupières closes.Elle était telle qu’il la revoyait toujours : souriante, ses yeux d’un vert vif en amande lui lançant des étincelles d’affection et de confiance.Elle chassait d’un geste ralenti sa longue chevelure d’un roux foncé derrière ses épaules. Elle le fascinait.

Elle. Elle seule.Elle seule savait calmer sa tristesse. Elle seule avait compris ses chagrins d’enfant.
Elle avait grandi près de lui. Elle seule savait.
Elle seule avait éveillé sa tendresse…..Mieux que cela. Plus que cela.

La silhouette ouvrait les bras et l’invitait : « Severus, Sev… »
Les couleurs et les formes se mêlaient.
Elle n’était plus qu’à lui, toute proche.
A lui. Complètement à lui. Enfin.

Il referma ses mains autour de sa taille et enfouit son visage dans son cou.
La scène basculait en une multitude de fragments d’arc-en-ciel.
Il n’éprouvait pas seulement du désir pour elle.
Cela avait un nom, qu’il n’osait avouer.
Un nom celé depuis des années.
Un nom qui le submergeait. L’amour.

Il portait, enchâssé dans sa mémoire, ce souvenir qui n’avait pas eu lieu.
Il la sentait contre lui, les boucles auburn caressant son visage.

« Lily, Lily, emmène-moi avec toi, entraîne-moi dans cette danse, enchaîne-moi à jamais. Tu es celle que j’appelais « mon amie » mais tu étais plus que cela. Tu l’as toujours été. »

Il lui semblait que Lily acquiesçait et l’encourageait. Elle était proche.

« Lily, veux-tu encore de moi ? Tu n’as jamais quitté mon cœur. Mon âme s’est troublée si souvent mais je te retrouve enfin. Lily, veux-tu…. ? »

 Le contact lui parut tiède et doux lorsqu’il l’embrassa. Son cœur parut faire un bond dans sa poitrine à une distance incroyable de là . Il percevait une chaleur intense. Les bras de Lily étaient autour de son cou ; ses caresses, ses gestes….Et il chavira dans un monde immensément vibrant de tendresse. Sans fin.

« Liés l’un à l’autre, enfin. L’un à l’autre. Lily, oh, Lily….
Lily – …… »

 

 L’infirmerie était plongée dans une semi obscurité.
– Albus, je m’inquiète, dit Mme.Pomfresh, d’une voix étouffée. J’ai soigné Severus mais il ne cesse de délirer. Il répète des mots sans suite. Ne croyez-vous pas qu’il pourrait avoir des sortes de visions ?
Dumbledore se tourna vers elle :
–    Non, rassurez-vous, PomPom. Ce ne sont pas des visions. Tout cela n’est qu’un délire dû à une trop forte fièvre. Il ne tardera pas à s’en remettre, j’en suis sûr. Mais nous sommes tous humains, il nous faut du temps…..
Il s’éloigna et sortit de la salle en murmurant dans sa barbe :
– Il nous faut du temps pour nous remettre d’un passé qui nous hante…et parfois, toute une vie n’y suffit pas…… »

 

note:

Severus Snape (Rogue, en français) a été l’un des personnages que j’ai aimé réécrire (désolée Mrs.Rowling!) en respectant  la chronologie et les infos données par l’auteure. Par contre, je lui ai fait vivre quelques aventures supplémentaires. Ce passage fait partie d’une fan ficton plus longue. J’ai trouvé qu’il complétait assez bien la fan-fiction de Girlkissedbyfire.

La fanfiction est un genre que j’aime bien, qui n’est pas si facile quand on veut entrer dans l’univers choisi.

 

Irisclaymore

 

 

ellaine

 

TAG : FAN HARRY POTTER

Voilà un Tag que j’ai repris chez Petit Pingouin Vert.

Connaissant mon amour pour l’univers potterien (dès que je vois un quizz, je ne résiste pas), forcément, je ne peux pas le louper celui-ci.

 

Bon, trève de blablabla:

Quel est ton tome préféré ?

Question difficile. J’ai longtemps aimé « Le Prisonnier d’Azkaban » car il est le 1er des « tomes sombres » mais je pense que « L’Ordre du Phénix » est mon favori.(définitivement: j’en suis à plus de 12 relectures; je devrais prendre mon tome en photo….^^)

Quel est le tome que tu as le moins aimé ?

Au fil du temps, à force de les relire, je trouve le 2 nd un peu faible. Mais juste un peu.Vraiment un tout petit peu.

Sinon, il s’agit de passages ( épilogue du 7).

Je viens de terminer ce qui constitue le 8 : « The Cursed Child » et, effectivement, il contient quelques points faibles, même si je pense qu’il faut beaucoup extrapoler (j’y reviendrais rapidement car je n’aurais certainement plus de temps libre quand il sera l’heure de ne plus spoiler…)

Quels sont les moments où tu as pleuré ?

Ah. Les morts….Surtout les morts.

Celle de Sirius, une horreur. Oui, j’en ai, pleuré en lisant et en voyant  le film la 1ère fois (quand on sait que Gary Oldman est mon acteur favori depuis que j’ai 18 ans, ça fait toujours un choc).

Peut-être Dumbledore… (avec cette interrogation: »Mais, heu, non , ce n’est pas possible, ce n’est pas ….! » à la fin du 6ème).

Et dans le dernier « Les Reliques de la Mort« , je n’ai pas pleuré , mais le chapitre 33 m’a particulièrement émue, entre autres (il s’agit de celui où Harry découvre la véritable histoire de Severus).

“You’ve got loads of magic,” said Snape. “I saw that. All the time I was watching you…” His voice trailed away; she was not listening, but had stretched out on the leafy ground and was looking up at the canopy of leaves overhead. He watched her as greedily as he had watched her in the playground. »

 

Quel est ton ressenti sur la fin de la saga ?

Comme à la fin de quelque chose, un sentiment mêlé: à la fois heureuse de voir que tout est très bien relié et bien sûr, cette sensation de perte inévitable. (« Vraiment, il ne va pas y avoir un petit bonus? »).

Et il y a eu un bonus. (août 2016)

Quelles sont les choses que tu changerais dans les livres ?

Pas grand chose. Peut-être un peu plus d’éclairage sur les pourquoi et les comment . Non, en fait, il me faudrait : des histoires sur la vie des fondateurs de Poudlard, par exemple.

Ah, si, j’oubliais: une nouvelle traduction française sans interprétation bizarre (ni coupes dans le récit).

Quel est ton film préféré ?
Malgré tous ses défauts, le 3ème (admirable réalisation)

Puis, le 5ème (qui mériterait sa version longue – mais trop tard…)

Quel personnage as-tu perçu différemment que dans le film ?

Ils sont nombreux, à mon avis mais il y en a toujours une qui me choque: Narcissa Malfoy.
Je n’ai rien contre la comédienne. D’ailleurs, à la base, Helen McCrory (Narcissa) devait jouer Bellatrix mais étant enceinte, c’est donc Helena Bonham-Carter qui l’a remplacée (j’ignore quel genre de Bellatrix nous aurions eue…peut-être plus proche du livre et moins « folle » – Bellatrix n’est pas dingue, elle est clairement froide , arrogante, obsédée par Voldemort et ….meurtrière).
Pour en revenir à Narcissa, c’est vraiment l’un des personnages que je ne « voyais » pas comme ça (mais nous avons tous nos idées entête et j’en ai bien conscience).

Y a-t-il un film que tu as préféré au livre ?

Non.

Un moment qui n’apparaît pas dans les films et que tu regrettes ?

Il y a énormément de moments qui n’apparaissent pas dans les films et effectivement, ça me dérange. (comment, je suis chiante? meuh, non exigeante, c’est tout).

Déjà, pour la fluidité de l’histoire, dans certains, c’est un vrai casse-tête. je connais des gens qui ont perdu le fil parce qu’ils n’avaient pas lu les livres. Donc, le coup de  » ça se regarde sans se lire », j’ai beaucoup de réticences avec ça. Oui, ça se regarde mais ça se suit mal.

Le 4 est complètement loupé alors que le livre est un vrai bonheur (s’il avait une bonne traduction, j’entends).

Le 5 méritait 2 films (il en avait été question mais à sa sortie, ce n’était pas dans l’air du temps). Dommage. (et pourtant, je l’aime beaucoup). Mais il est tellement dense que c’est compliqué (975 pages, quand même….).

Le 6 passe à côté du propos. De peu.

Alors, oui,le 7 découpés en   deux  a été développé; dans le sens de l’histoire ou sous prétexte d’effets spéciaux?

Finalement, ça ne m’empêche pas de les regarder, avec un peu de mal pour le 4.

Quels sont tes personnages favoris ?

Dans le désordre:

Sirius, Remus, Hermione, Luna, Minerva, Severus.

Quels sont les personnages que tu n’aimes pas ?

Bellatrix, Ombrage. Fenrir Greyback.

Quel est ton Weasley favori ?
Ginny.

Qui est ton méchant favori ?

Heu….hors Voldemort?

Aucun goût pour Bellatrix et sa clique.

Le seul favori, c’est Gellert Grindelwald (très intrigant…)

Qui est ton professeur favori ?

McGonagall bien sûr!

Avec quel personnage serais-tu amie ?
Avec Luna, sûrement. Hermione (j’ai un côté Luna et un côté Hermione; donc, mon côté chiant, c’est aussi mon côté Hermionesque).

Génération des Maraudeurs:Remus

Si tu pouvais ressusciter un personnage, quel serait-il ?

Sirius, Tonks et Remus. Oh, Dobby!

Quel serait ton Patronus ?

Mon Patronus a changé …..

Mes persos dans mes fan-fiction ont eu droit à: une chauve-souris et à une sorte de loup.

 

Si tu devais choisir une Relique de la Mort, quelle serait-elle ?
La cape, évidemment.

Quelle serait ta maison ?
Sur Pottermore,je suis Serdaigle.

Dans tous les tests, idem; ça me va assez bien mais j’ai beaucoup plus d’affection pour les Poufsouffle (accepter sans faire de différence)

Quel serait ton cours préféré ?
Métamorphose

Quel est, selon toi, le sortilège le plus utile ?
Accio! (mais tellement pratique!)

Sinon, en termes de magie, pouvoir transplaner…

 Si tu étais dans une équipe de Quidditch, à quel poste jouerais-tu ?

Mouais, pas certaine d’être douéenquand il s’agit de lancer une balle, d’en attraper une etc…


 


 Est-ce que la fin de la saga t’a plu ?

Que représente Harry Potter pour toi ?

 

Mrs.Rowling a su m’embarquer alors que j’étais déjà adulte. Normal: je n’ai pas pu grandir en lisant les Harry. J.K Rowling est mon aînée de seulement 2 ans. Je la considère comme une grande soeur qui m’inspire beaucoup.

Harry Potter est l’un des mondes  imaginaires que j’aime le plus – à peu près autant que celui de la Terre du Milieu. Ou dans un autre genre, celui de Ténébreuse (Marion Zimmer Bradley restera l’une de mes auteures préférées; avec Robin Hobb). Mais j’en ai d’autres….

Pour revenir à HP, à la fin de la saga, j’avais senti le besoin d’écrire une petite fan fic’. Nous étions en 2007.
Jusqu’alors, c’est un genre auquel je n’avais jamais touché.
De petite fan fic, je suis passée à une plus longue.
Puis, j’ai embrayé sur une seconde.

Et dernièrement, un cross-over Harry Potter/Gardiens de la Galaxie ici (dans lequel je me suis vraiment amusée et qui a une suite en chantier).
Voilà ce que c’est, Harry Potter.

Un univers qui ne cesse de m’émerveiller, qui m’inspire et avec le quel j’aime jouer.J’avais même écrit l’histoire d’Albus Potter; les similitudes ou différences m’ont bien fait sourire en lisant » l’Enfant Maudit ».

30 DAY MOVIE CHALLENGE: JOUR 5

Jour 5 – Un film qui vous rappelle quelqu’un

Chaque film est une histoire, un rappel, un souvenir, une tranche de vie (en référence à une ancienne série de BD).
Chaque film ou presque contient sa madeleine de Proust.
Bien sûr, il y a ceux que nous voulons absolument oublier (« Comment? j’ai vu ça,? Nan! « …et pourtant), ceux qui nous laissent à peine une trace dans notre mémoire. Mais pour les autres, généralement, nous les avons vus avec quelqu’un ou seuls, dans un endroit particulier, un cinéma qui existe encore ou qui a disparu, une ville, en DVD, que je-sais-je encore?
Nous les avons vus en groupe, en famille, heureux, fatigués, tristes, amoureux, loin de chez nous, dans notre canapé, devant notre ordinateur, sur un ancien magnétoscope. Nous les avons visionnés tranquillement ou pas.
Chaque film nous parle de nous-mêmes, de ce que nous aimons, de ce que nous détestons, de ce qui nous émeut, de ce qui nous révolte. Dès que nous n‘accrochons pas aux images,aux sons, aux acteurs, aux voix, à la mise en scène, cela révèle quelque chose sur nous-mêmes.
Sommes-nous capables de nous ouvrir à une construction qui nous paraît étrange, à des images décalées, à des couleurs, des rythmes? Pouvons-nous sortir de notre zone de confort? Au fil du temps, nous commençons à en savoir un peu plus; et cela ne s’apprend pas seulement en lisant des théories ou des revues de cinéma mais en regardant, en échangeant, en partageant avec autrui. Peut-être même avec ces personnes qui étaient avec nous lorsque nous avons regardé tel ou tel film. Ou qui n’étaient pas là, justement. Alors nous leur racontons. Nous transmettons. Et eux, de leur côté, nous racontent leurs « films ».
Je n’avais pas envie d’évoquer une personne en particulier car cela me paraît très difficile d’avoir à choisir (et pourquoi l’un plutôt que l’autre?).
De plus, je ne tiens pas à parler de ma vie personnelle.
C’est un film (non, une saga!) qui me rappelle des personnes qui me sont chères, nombreuses, qui se reconnaîtront. (Merci)

Harry Potter 

Pour en rire :

Et le meilleur court métrage de fan à mon sens: