Premières lignes #03mars

J’ai bien commencé ce mois de mars, avec une autrice (Mars est au féminin). Voici tout de suite les premières lignes 

« L’hiver était déjà bien avancé en Rus’ septentrionale et l’air lourd d’une humidité qui n’était ni la pluie ni la neige. Les  paysages resplendissants de février avaient fait place à la morne grisaille de mars, et tous dans la maisonnée de PiotrVladimirovitch avaient la goutte au nez et la maigreur de qui s’est sustenté six semaines de pain noir et de chou fermenté. Mais personne ne pensait aux engelures ou aux reniflements ni même n’avait la nostalgie des bouillies et des viandes rôties parce que Dounia allait raconter une histoire. « 

Et des histoires, dans L’ours et le rossignol, il y en a beaucoup ; des contes qui se mêlent au réel, tant et si bien que les vieilles légendes deviennent réelles (ou l’ont-elles toujours été ?). Mais voilà… les mythes et les anciennes coutumes sont menacés par la montée fulgurante d’un christianisme qui ne supporte plus la concurrence.
Katherine Arden nous emmène dans une Russie semi-imaginaire, basée sur celle du 14ème (sous le règne d‘Ivan Kalita, pour info) quand la Russie était sous domination mongole (la Horde d’or et les différents khanats).
Le récit suit le schéma traditionnel et la jeune héroïne aurait pu être un peu ennuyeuse mais ça n’est pas le cas ! Il y a déjà une ribambelle de créatures fantastiques toutes plus attachantes les unes que les autres  : l’esprit de la maison, le domovoï en russe ; l’esprit des eaux, une sorte de naïade assez vorace, la roussalka; l’esprit des forêts, le liéchi .
Sans compter les membres de la famille de la jeune Vassia, qui sont autant d’atouts pour mettre en valeur un protagoniste féminin passionnant.
Le récit gagne en intensité (et même en horreur) au fil des pages pour se terminer sur un final impressionnant.
On referme le livre avec une seule envie, celle de poursuivre la suite des aventures de Vassia et des autres. Et ça tombe bien car il s’agit du premier tome d’une trilogie, dont le deuxième La fille dans la tour, est sorti et la troisième L’hiver de la sorcière  paraîtra ce mois-ci.

 

 

Titre : L’ours et le rossignol
Cycle/Série : Trilogie d’une nuit d’hiver, tome 1
Auteur : Katherine Arden
Éditeur : Denoël
Date de publication : 2017
(paru en poche en Folio SF)

Les autres premières lignes sont chez :

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• La Booktillaise
• Les lectures d’Emy
• Songes d’une Walkyrie
• Aliehobbies
• Rattus Bibliotecus
• Ma petite médiathèque
• Prête-moi ta plume
• L’écume des mots
• Chat’Pitre
• Pousse de ginkgo
• Ju lit les mots
• À vos crimes
 Mille rêves en moi

L’ours et le rossignol entre dans le thème du mois de mars du HMSFFF Challenge Women in charge 

60422550_424507115049421_821092936908275712_n

Et dans le challenge de l’Imaginaire

cli8-1-2

 

Premières lignes #27janvier

Me revoilà avec les premières lignes d’un livre qui va aller grossir mon challenge de l’Imaginaire, fantasy oblige. D’ailleurs, vous allez très vite deviner de quoi il s’agit :

« Au fil des trois cents dernières années, les mestres de la Citadelle, qui tiennent les chroniques de Westeros, ont utilisé la Conquête d’Aegon comme pierre de touche. Naissances, morts et autres événements sont datés soit apC (après la Conquête), soit avC (avant la Conquête). Les véritables érudits savent qu’une telle datation est loin d’être précise. La conquête des Sept Couronnes par Aegon Targaryen ne s’est pas effectuée en un jour. « 

Et oui, Westeros, le trône de fer, les Targaryen ! mais cette fois, il ne s’agit pas d’un tome de la série mais de Feu et sang (Fire & blood) T.1 : GRR Martin se fait le chroniqueur de l’époque d’Aegon le conquérant, 300 ans avant les événements du Trône de Fer. Ce n’est donc pas un roman mais un livre d’Histoire, fictive, évidemment. On y apprend comment l’ancêtre de Daenerys a conquis le territoire et a soumis peu à peu les différents royaumes avec ses dragons, dans le sang (que de morts !) et le feu (le dragon est une bestiole incendiaire au cas où on l’aurait oublié depuis la saison 8 calamiteuse mais  tout à fait réaliste sur ce plan de la série TV).

C’est intéressant  mais je le trouve parfois un peu fastidieux : on peut écrire l’Histoire sans être aussi ennuyeux, en fait. Ce que j’aime dans l’écriture de Martin, ce sont les différents points de vue (tous ces personnages secondaires, jamais vus dans la série TV par ex. ), les pérégrinations  : le Trône de Fer est avant tout une série de roman très géographique, ce qu’on voit peu dans la version TV, on se promène beaucoup, on passe du temps sur les routes. Ici, à certains moments, on assiste à une énumération de faits, surtout quand il s’agit de batailles (et les combats à n’en plus finir me cassent les pieds, je dois bien l’admettre). Par contre, pour relater des détails, sur les Targaryen ou sur d’autres familles, sur la culture, les us et coutumes, là, le livre en devient captivant. Bien sûr, il faut être un minimum fan.

Feu et sang - tome 1

Les autres premières lignes sont chez :

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• La Booktillaise
• Les lectures d’Emy
• Songes d’une Walkyrie
• Aliehobbies
• Rattus Bibliotecus
• Ma petite médiathèque
• Prête-moi ta plume
• L’écume des mots
• Chat’Pitre
• Pousse de ginkgo
• Ju lit les mots
• À vos crimes
 Mille rêves en moi

 

 

Challenge de l’Imaginaire – 2020

2020, nouveaux projets et … allez, pourquoi pas un petit challenge ? (petit, pourquoi, petit? )

Celui-ci me convient bien : je ne vais pas m’appesantir sur ma prédilection pour la littérature de l’imaginaire ( comme dirait l’autre, je suis tombée dedans quand j’étais petite). C’est le moment d’en profiter avec ce très beau challenge : toutes les modalités sont clairement définies chez Ma Lecturothèque et pour s’inscrire, c’est aussi sur son blog que ça se passe. 

Je me suis inscrite dans une catégorie un peu au pif : je vais dire que je suis allée au plus simple en pensant surtout que je changerais tranquillement au fil de l’année selon mes lectures. Je n’avais pas spécialement envie de (re) lire des classiques en ce moment, donc  pas de « Catégorie D : Elfe de l’incontournable «  (j’ai hésité mais je ne suis pas très elfique moi-même, je suis plutôt Hobbit, chut.. 😁). Je vais donc opter pour la  catégorie A.

Voilà un challenge qui commence bien, avec de belles bannières.

Si ça vous tente, lancez-vous !

 

Mes lectures pour le challenge

  1. La voix des ombres – Frances Hardinge 
  2. L’enfant de poussière – Patrick K.Dewdney (Le Cycle de Syffe 1)
  3. La peste et la vigne – Patrick K.Dewdney (Le Cycle de Syffe 2)
  4. Feu et sang. T1 – GRR Martin
  5. Hazel Wood – Melissa Albert 
  6. Semiosis – Sue Burke 
  7. Le chant du coucou – Frances Hardinge
  8. L’ours et le rossignol – Katherine Arden 
  9. L’Héritage de l’Epouvanteur – t.16 – Jospeh Delaney 
  10. Pierre-de-vie – Jo Walton
  11. Soeur des cygnes 1 et 2 – Juliet Marillier
  12. La tempête des échos – Christelle Dabos
  13. L’espace d’un an – Becky Chambers
  14. La chanson de l’exil – MZ Bradley
  15. La matrice fantôme – MZ Bradley
  16. Une histoire naturelle des dragons (Mémoires par Lady Trent . 1) – Marie Brennan 
  17. Cheyenne 6112 – Camus & Grenier 

Premières lignes #4novembre

Bonjour novembre, mois des tempêtes !

( « L’automne me surprit au milieu de ces incertitudes : j’entrai avec
ravissement dans les mois des tempêtes. » René )

Au lieu de citer François-René ( Chateaubriant, pour faire court ), voici mes premières lignes de la semaine, une semaine qui a été riche en événements de toutes sortes, dont un Halloween bien fêté et pour terminer en beauté, un tour aux Utopiales (mais je vais en reparler….)

 

Pas de grosse surprise littéraire avec mes premières lignes mais les voici :

 » Des enfants forment un cercle, main dans la main ; une fillette se tient au centre , toute seule ; un bandeau l’aveugle, mais il y a des yeux peints sur le tissu, noirs fixes et bordés de rouge. Elle tourne en rond , les bras écarté, et les autres parcourent un cercle plus large autour d’elle en dansant et en chantant.
« Tant que le cercle tient
Les avenirs sont là
Pour qu’il vole en éclats
Il faut un coeur d’airain.  »

Le jeu paraît amusant. « 

 

Lors de précédentes Premières lignes, j’avais évoqué ma progression dans le troisième (et dernier) cycle de l’Assassin Royal de Robin Hobb. J’en étais au troisième tome (découpage français en poche J’ai LU). J’ai fini le 5ème, « Sur les rives de l’art », après un quatrième un tantinet fastidieux (il ne s’y passe pas grand chose). Avec ce cinquième tome, on assiste à deux faits intéressants : l’action reprend, pas tout le temps, mais suffisamment, et la réunion de plusieurs personnages principaux des autres séries de Robin Hobb. Cette série s’annonce clairement comme le bouquet final d’un très grand feu d’artifice en regroupant les personnages de la Cité des Anciens (sans qu’on ait l’obligation d’avoir lu les romans pour comprendre) et des Aventuriers de la Mer. Et réunir les intrigues des Aventuriers avec celles de l’Assassin est un beau tour de force.

C’est avec joie qu’on retrouve donc Althéa et Brashen, les îles pirates, et surtout, les vivenefs !
On suit toujours en parallèle l’itinéraire de Fitz et celui d’Abeille, via leurs deux points de vue alternés. Mais le but du voyage n’est pas atteint et tout se complique à nouveau…

J’ai trouvé ce tome 5 bien mieux réussi que les deux précédents, trop longs, avec trop de répétitions et d’atermoiements. Et je sens que quitter Fitz et le Fou va être assez compliqué dans le dernier tome car quelque chose me dit que ce sera définitif…. (non, je ne sais pas comment tout ça se termine mais à la place de Robin Hobb, je les ferais disparaître  et cela serait émouvant…. ). Je verrais bien si mes pronostics sont exacts …

L'Assassin royal, Tome 18 : Sur les rives de l'Art par Hobb

Résumé : Abeille, la fille de Fitz, a été enlevée par les Servants qui l’emmènent partout avec eux à travers la moitié du monde car elle doit jouer un rôle crucial dans leurs plans. La croyant morte, Fitz et le Fou décident de se venger et se dirigent vers l’île lointaine où résident les Servants, dans le dessein de tous les tuer.

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi au RDV Premières Lignes de Ma Lecturothèque:

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• La Booktillaise
• Les lectures d’Emy
• Songes d’une Walkyrie
• Aliehobbies
• Rattus Bibliotecus
• Ma petite médiathèque
• Prête-moi ta plume
• L’écume des mots
• Chat’Pitre
• Pousse de ginkgo
• Ju lit les mots
• À vos crimes
 Mille rêves en moi

Premières lignes #14octobre

Un roman qui s’intègre bien au thème du mois d’octobre du HMSFFF Challenge (la magie ) et dont voici tout de suite les premières lignes :

 » Je suis au chaud, à l’abri dans la tanière, en compagnie de mon frère et de ma soeur. ils sont plus grands et plus vigoureux que moi. Né le dernier, je suis le plus chétif des trois ; mes yeux ont été lents à s’ouvrir, et je suis le moins aventureux. Mon frère et ma soeur se sont risqués plus d’une fois à suivre notre mère jusqu’à l’entrée de la tanière  creusée dans la rive que sape le torrent ; elle les a toujours refoulés en grondant et en claquant des mâchoires. « 

Pas de suspense : on est dans la fantasy avec une autrice qui a écrit des suites très connues (et à rallonge) : Robin Hobb .

Cette fois, je (re )lis la suite  de l’Assassin Royal et je la termine puisque tous les tomes sont parus – et disponibles à la bibliothèque. Hourra ! J’avais commencé à lire cette suite des aventures de Fitz et du Fou (le retour du Fou ! ) mais j’avais arrêté, lasse de devoir attendre chaque tome.

Cette fois, on retrouve un Fitz empêtré dans de nouvelles intrigues  ( pour ne pas changer ). Car, même plus âgé, plus aguerri, FitzChevalerie connu sous le pseudonyme de Tom Blaireau reste quand même un grand naïf. Il est toujours le dernier à comprendre qu’il s’est fait berner ou mener par le bout du nez, que ce soit par sa famille, ses amis, la Couronne, le maître-espion Umbre ou des personnes moins bien intentionnées. Mais on ne lui en veut pas à Fitz, c’est ce qui fait son charme, après tout. On a parfois envie de le secouer, comme le fait son ami BienAimé/le Fou, revenu d’une situation périlleuse….pour l’embarquer dans une mission qui s’annonce encore plus hasardeuse !
Ce tome « En quête de vengeance » n’est pas l’un des plus palpitants pour ce qui est de l’action. Il est intéressant parce qu’il ravive tous les doutes de Fitz – et il ré-injecte aussi une bonne dose de nostalgie pour tous les fans de Hobb.
Car on peut dire ce qu’on veut de Robin Hobb, qu’elle fait des séries qui s’étirent un peu trop (parfois, la faute au découpage français, aussi), qu’elle donne dans la facilité ou je ne sais quoi encore, il reste qu’elle sait tenir en haleine ses lecteurs et lectrices – ce qu’elle fait très bien dans ce tome. On passe un moment à retourner au château de Castelcerf où Fitz a grandi, on retrouve des personnages qui nous sont familiers. Les uns ont eu des enfants, les autres ont grandi, ont vieilli. On fait presque partie cette famille étendue, entre Ortie, le Clan d’Art, Kettricken, les Loinvoyant, les Vifiers, les enfants de Molly et de Burrich et tous les autres….

Oui, Hobb sait nous émouvoir comme jamais. Et nous préparer à la suite. Avec le Vif et l’Art. Deux magies sans pareil.

L'Assassin royal, Tome 16 : En quête de vengeance par Hobb

Résumé : FitzChevalerie et le Fou ont changé le cours de l’histoire. Puis leurs chemins se sont séparés. Le bâtard de sang royal s’est détourné de ses activités pour mener une existence paisible à Flétribois, quant à son fidèle compagnon, il n’en a plus entendu parler. Jusqu’à ce qu’il le retrouve, mutilé, au hasard d’une balade avec Abeille. Les graves problèmes de santé de son vieil ami et les intrigues à la cour font baisser la garde de Fitz alors que survient le pire : sa fille est enlevée. Le Fou, au crépuscule de sa vie, a laissé échapper des secrets qui pourraient bien conduire de pâles inconnus à user d’Abeille comme de leur prochaine arme. Mais une magie ancienne coule encore dans les veines de FitzChevalerie Loinvoyant et, bien que ses talents d’Assassin se soient amoindris avec le temps, ennemis comme amis vont apprendre qu’il reste toujours la vengeance à celui qui a tout perdu.

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi au RDV Premières Lignes de Ma Lecturothèque:

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• La Booktillaise
• Les lectures d’Emy
• Songes d’une Walkyrie
• Aliehobbies
• Rattus Bibliotecus
• Ma petite médiathèque
• Prête-moi ta plume
• L’écume des mots
• Chat’Pitre
• Pousse de ginkgo
• Ju lit les mots
• À vos crimes
 Mille rêves en moi

Premières lignes #24mars

Premières lignes avec de la fantasy, cette semaine et un début percutant :

 » Si vous compter tuer une moniale, assurez-vous que votre armée est de taille suffisante. Pour soeur Ronce du couvent de la Mansuétude, Lano Tacsis s’était entouré de deux cents hommes. « 

Les moniales dont il est question dans ce premier volume, « Soeur écarlate », ne sont pas de simples religieuses retirées dans la prière: ce sont aussi des combattantes farouches, rompues aux arts martiaux, des espionnes, des tueuses.
Nous suivons ici le destin de Nona, une enfant de huit ans, qui a échappé de peu à une condamnation à mort.

J’avais déjà lu le cycle de l’Empire brisé, de Mark Lawrence, il y a quelques années et c’est avec plaisir que je me suis lancée dans ce premier tome du Livre des Anciens.
Mark Lawrence est un habile conteur qui sait planter des personnages forts (ici, une majorité féminine) et sait se jouer des lignes narratives de temporalité avec habileté.
Les  moniales de Soeur écarlate, surtout les professeures du couvent,  m’ont fait penser à certaines femmes d’un autre ordre : le Bene Gesserit de Dune.

De la fantasy comme on aimerait en lire plus souvent…

 

 

 

résumé : Au couvent de la Mansuétude, on forme des jeunes filles à devenir des tueuses. Dans les veines de certaines coule le sang ancien, révélant des talents presque disparus depuis que les Anciens ont accosté sur le rivage d’Abeth. Mais les maîtresses de la lame furtive ne mesurent pas ce dont elles ont hérité à l’arrivée de Nona, une enfant de huit ans qui a déjà du sang sur les mains. Ayant échappé à la potence, elle est recherchée par de puissants ennemis aux mystérieux desseins. Et au cours de son apprentissage de la voie de la lame, elle est rattrapée par les secrets d’un passé violent. Tandis qu’un soleil mourant se lève sur l’Empire, Nona devra affronter ses démons et devenir une redoutable guerrière si elle veut rester en vie…

 

 

Les blogueurs et blogueuses qui  participent aussi :

• Vie quotidienne de Flaure
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Au détour d’un livre
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko
• Rattus Bibliotecus
• La Pomme qui rougit
• Ma Petite médiathèque
• Chat’Pitre
• La Booktillaise
• Lectoplum
• Encore un livre
• Le monde de Gulia
• Alohomora
• Le monde de Callista

Premières lignes #13janvier

 

J’espère que l’année 2019 a bien commencé pour vous et, bien sûr, que les lectures déjà faites ou à venir sont nombreuses…
Pour les Premières lignes de cette semaine, j’ai récidivé avec une autrice qui ne m’avait pas convaincue. Je vous en dis plus juste après les premières lignes :

 

 » Les serviteurs les appelaient les malenchki, les petits fantômes, parce qu’ils étaient les plus petits et les plus jeunes, et parce qu’ils hantaient la demeure du duc en gloussant. »

 

 

Résumé : Depuis des siècles, le royaume de Ravka est divisé par le Shadow Fold, épaisse nappe de ténèbres peuplée de créatures sanguinaires. En tant que cartographe pour la Ire armée, Alina doit le traverser pour la première fois. Aussitôt, des volcras l’attaquent. Elle est sauvée par Mal, son meilleur ami, dont elle est secrètement amoureuse et qui, à son tour, se retrouve acculé par les créatures. Elle émet alors malgré elle une lumière puissante, qui repousse les volcras. Dès lors, son destin prend une autre tournure : Alina est l’Invocatrice de lumière, celle qui pourrait vaincre le Shadow Fold et rendre la paix au royaume. La voilà emmenée à la capitale, au Little Palace, où elle entame son apprentissage aux côtés des Grisha, caste de magiciens qui gouverne le royaume avec le roi, et du plus puissant d’entre eux, le Darkling. Mais les intrigues de la cour sont moins simples qu’il n’y paraît, et Alina ignore où est censée aller son allégeance : au roi ?

Après avoir tenté par 3 fois de lire « Six of crows »  et après l’avoir abandonné en cours de route ( tout ressemble beaucoup à « Fils des Brumes  » de Sanderson en beaucoup, beaucoup moins abouti et réussi), j’ai persisté en empruntant les deux premiers tomes de l’autre série située dans l’univers des Grisha.

Malheureusement, je n’ai toujours pas été convaincue. L’histoire se tient, certes mais l’univers et les compétences des Grisha sont vraiment trop survolés. Je ne parle pas des personnages : leur psychologie semble tenir à pas grand chose ( Leigh Bardugo ou comment construire des personnages en carton….). Si j’ai lu le premier tome en entier, je suis allée de déception en déception, rencontrant les mêmes soucis qu’avec Six of Crows : l’univers pourrait être vraiment intéressant mais il n’est pas assez développé, pas assez décrit – il manque de profondeur. C’est ce que je trouve dommage : il y a des tas d’idées mais l’univers n’est pas assez complexe. Et, en fantasy, ce genre de défaut lasse très vite. Alors, oui, on peut lire Grisha si on est novice dans le genre , peut-être (et encore…), ou pour se détendre.
Mais cette fois, je laisse tomber: Leigh Bardugo comme Sabaa Tahir (Une braise sous la cendre)  ou pire, Sarah J. Maas ( Keleana, etc..) me paraissent sorties du même moule.

Par contre, les couvertures de Grisha ou Six of Crows sont de réelles réussites. Dommage que l’intérieur ne soit pas à la hauteur de l’extérieur….

 

 

 

 

Les blogueurs et blogueuses qui  participent aussi :

• La Chambre rose et noire
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• Au détour d’un livre
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• La Voleuse de Marque-pages
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko
• Rattus Bibliotecus
• La Pomme qui rougit
• Ma Petite médiathèque
• Chat’Pitre
• La Booktillaise
• Lectoplum
• Encore un livre
• Le monde de Gulia
• Alohomora
• Le monde de Callista

 

 

Premières lignes #21octobre

 » Le livre relié de cuir n’avait rien de remarquable. Pour un historien ordinaire, il était, comme des centaines d’autres manuscrits de la Bibliothèque Bodléienne d’Oxford, usé et ancien. Mais je sus qu’il avait quelque chose d’étrange dès l’instant où je l’eus entre les mains ».

 

Ainsi débute une fantastique trilogie (All Souls trilogy) signée Deborah Harkness. Je ne vais pas vous mentir: pour ces Premières Lignes, c’est d’une relecture dont je vous parle aujourd’hui, puisque j’ai déjà lu la trilogie entièrement au fil des sorties des différents tomes. J’ai beaucoup d’affection pour cette trilogie même si je trouve que le rythme au sein des 3 livres est assez inégal, donnant parfois un sentiment de frustration au lecteur. Chaque roman est un beau pavé qui aurait souvent le mérite d’aller un peu plus à l’essentiel.

Ici, pas de gros bouleversement dans l’univers : il y a des vampires, des démons et des sorcières (les créatures) essayant de se fondre dans la masse des humains. 

Mais, malgré ses défauts, l’histoire inventée par Deborah Harkness reste fascinante.
J’en suis venue à relire Le Livre perdu des Sortilèges en regardant l’adaptation en série (A Discovery of Witches). Il est à noter que cette adaptation est particulièrement réussie, se concentrant de manière intelligente sur les points importants de l’histoire et nous évitant ces passages qui font lever les yeux au ciel (la relation entre Diana et Matthew : l’historienne devient complètement idiote quand elle tombe amoureuse du séduisant vampire….).

A la relecture, malgré les points faibles que je viens d’évoquer, j’ai trouvé la lecture plus fluide, peut-être parce que j’ai su me concentrer sur le principal, sachant lire en diagonale les passages niaiseux (Matthew/Diana). Je dois dire que je ne suis absolument pas fan des créatures vampiriques. Si je reconnais un talent évident à Anne Rice et à ses romans, je suis facilement dégoûtée par tout ce qui ressemble à un buveur de sang (et pourtant, oui, j’ai lu Twilight). Je suis plus intéressée par les sorcières et ce concept des démons.

Le roman de Deborah Harkness a su me séduire – et il continue à le faire, renforcé par le visionnage de la série que je ne peux que conseiller. Certes, ce n’est pas le roman du siècle, ni la trilogie qui révolutionne la fantasy mais cela reste une lecture plaisante.

 

Résumé : « Voici l’histoire d’un livre perdu.

Celui qu’une jeune femme emprunte un jour à la bibliothèque bodléienne d’Oxford, par une fin d’après-midi de septembre. Diana est une brillante universitaire, une historienne spécialisée dans l’alchimie au 17e. Lorsqu’elle demande à consulter un manuscrit médiéval, l’Ashmole 782, dans le cadre de ses recherches, elle ignore que le livre contient un grand secret capable de changer le monde, et qu’il est… ensorcelé. Mais Diana ne veut rien avoir à faire avec la magie. En dépit de ses origines : elle est la dernière d’une longue et puissante lignée de sorcières – un héritage qu’elle tient farouchement à distance, n’aspirant qu’à une vie ordinaire, une vie humaine.

Diana rend le livre sans l’avoir vraiment examiné. Pourtant il est trop tard. Sa découverte a réveillé tout un monde souterrain fantastique, et la jeune femme se retrouve bientôt confrontée aux membres des trois espèces qui convoitent de puis des siècles l’Ashmole782 et son secret : sorcières, démons et vampires. Parmi ces derniers, Matthew Clairmont, un énigmatique et éminent généticien. Un tueur, lui a-t-on dit.

Voici l’histoire d’un manuscrit maudit et d’un amour impossible. »

 

 

Les blogueurs et blogueuses qui  participent aussi :

• La Chambre rose et noire
• Songes d’une Walkyrie
• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Chronicroqueuse de livres
• Les livres de Rose
• La couleur des mots
• Lectrice assidue en devenir
• Au détour d’un livre

• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Bettie Rose Books
• La Voleuse de Marque-pages
• Le Monde de Callistta
• Vie quotidienne de Flaure
• Les mots de Junko
• Sheona & books
• Ladiescolocblog
• Hubris Libris
• Selene raconte
• Les lectures d’Angélique
• Pousse de gingko
• Rattus Bibliotecus
• Alohomora, blog littéraire
• La Pomme qui rougit
• Ma Petite médiathèque
• Chroniques d’Acherontia
• Saveur littéraire
• Aliehobbies
• Prête-moi ta plume

Les contes de fées de Marija Jevtic – L’été de l’art #29

Marija Sevjtic est une illustratrice serbe :

Cendrillon

 

 

Le petit chaperon rouge

 

 

Blanche Neige

 

La reine des neiges

 

Le joueur de flûte de Hamelin

 

La princesse au petit pois

« Born in Valjevo. In 1994 she graduated from the Faculty of Applied Arts in Belgrade.
Started working in theatre Atelje 212 in the same year.
So far she has realized more than a hundred stage and costume designs for various productions.
Since 1999 she has been a graphic designer.
She is a the co-founder of the magazine for creative education TRACKS, and in 2007 began collaborating with the publishing house Propolis Plus Books for which she works as an illustrator and author of children’s books.
Since 2010 starts cooperation with the Goethe-Institute in Belgrade, for which, among other things, she design the logo of international projects Goethe-Guerilla and Urban Incubator.
During 2013 she has exhibited at the international exhibition « The Art of touch » in Sarajevo and at the May Salon in Belgrade
In 2014 she was a participant of the « Golden Pen ».
She has exhibited in several group exhibitions.
She is the author of three solo exhibitions. »

(source)

 

 

Sur FB

Son site

 

John Jude Palencar – L’été de l’art #26

 

 

Le calendrier 2019  illustrant Game of Thrones a été confié à John Jude Palencar:

 

Palencar est connu pour les couvertures réalisées pour la série de romans Eragon :

 

Et voici quelques illustrations issues du prochain calendrier:

 

 

 

Calendrier 2019

 » Palencar’s latest project is the 2019 “A Song of Ice and Fire” calendar that was just approved by author George R.R. Martin and his team. “A Song of Ice and Fire” is the name of Martin’s book series on which the “Game of Thrones” TV series is based.

“They were very accepting of my approach,” Palencar said. “My approach is probably not going to be liked by a lot of people because I really didn’t want to show the exact characters’ faces.”

Palencar, 61, who has worked almost exclusively as a freelance artist since before graduating from the Columbus College of Art in Design in 1980, said he has good reason for this approach.  » (source)