CV multi-fandom

C’est l’article de Fan-Actuel (merci!) qui m’a donné envie de faire un CV  de fan – ou, du moins, de le mettre à jour, puisque j’avais tenté de le créer au brouillon. Mais, comme « améliorer son CV »  tient une place importante dans ma vie, et ceci  à double-titre: en tant que demandeur-se d’emploi et depuis mon orientation vers  la formation et l’insertion professionnelle.

Alors, en quoi être fan de…. développe-t’il des compétences professionnelles?

On peut illustrer la compétence professionnelle avec ce schéma
(c’est ce qu’on utilise dans la formation professionnelle):

 

 

(source : didapro – les notions de savoir, savoir-faire, savoir-être sont détaillées sur le blog à l’aide vidéos)

Résultat de recherche d'images pour "savoir savoir faire savoir être tableau"

Mais revenons à nos fandoms!
Que développe-t’on quand on est fan? Quelles compétences?
J’ai mis quelques exemples ci-dessous mais ceci ne constitue pas une liste complète, bien sûr:

Des savoirs:

  •  navigation internet
  • création de blogs/de sites (ne serait-ce que la base)
  • photographie (le B.A- BA)

 

Des Savoir-faire:

  • utiliser un logiciel:
    – de traitement de textes, tableau, diaporama, etc..
    – de post-traitement (= « retouches de photos » selon la formule populaire ex: Gimp, Photoshop, Lightroom, etc..)
  • rechercher de la documentation (différents supports), d’où:-
    – identifier les sources
    – répertorier, classifier
  • perfectionner la maîtrise de langues étrangères ( l’anglais, souvent)
    – comprendre, lire, rédiger dans une langue étrangère
  • organiser : des voyages, des séjours, des rencontres entre fans
  • réaliser des projets ( communauté de fans; lettres aux artistes, etc..)
  • rédiger (articles, messages sur les forums)
  • maîtriser l’utilisation des réseaux sociaux

Des Savoir-être:

  • sens artistique
  • curiosité
  • ouverture d’esprit
  • capacité à anticiper et à plannifier (ex: gestion de projets)
  • réactivité
  • gestion du stress (votre artiste vient dans votre ville/votre pays; les fans hystériques et autres relous; les commentaires de rageux sur les réseaux sociaux; keep it cool!)

  • relationnel (autres fans, événements, accueil, etc..)
  • etc…

On en rajouter beaucoup d’autres comme, par exemple, la capacité à jouer d’un instrument de musique (pour jouer les chansons de votre groupe préféré; le générique de votre série/anime favori) ou à chanter; la danse; le cosplay; la rédaction de fan-fictions…

 

Passons à une ébauche de CV fandom (là non plus, je ne serais pas exhaustive là non plus – comment l’être? ) – c’est la partie fun de l’article:

DESSINS ANIMÉS, BD ,  MANGAS , ANIME, COMICS

Je suis devenue de Yoko Tsuno dès mon enfance – et de beaucoup d’autres BD (Thorgal, par ex). Mon rêve était alors de devenir dessinatrice de bandes- dessinées (ça alternait avec styliste et d’autres projets beaucoup plus farfelus).
Puis sont arrivés les anime/manga avec Albator, Goldorak, Capitaine Flam…
J’étais une fan totale de Goldorak/Albator.
Je lisais en parallèle de temps en temps les Strange où j’ai découvert les X-men (Wolverine s’appelait Serval). A la même époque (fin de passait s années 70), le dessin animé Spiderman passait à la télé (et dommage pour le costume, mes parents ont eu la TV couleurs tardivement)

 

Conséquences:
J’ai beaucoup dessiné (j’ai très tôt adopté un style manga ^^)
J’ai souvent reproduit les génériques (à la flûte à bec, puisque c’était obligatoire au collège – mais je me débrouillais pas mal)

Et surtout, j’ai découvert la SF…(donc j’ai lu – beaucoup)

Séries et films de SF:

Cosmos1999, Galactica (l’ancienne formule:Battlestar Galactica ou Battlestar Galactica 1978) ) et...Star Wars! Puis, Blade Runner, Dune, en série Babylon 5

Conséquences:

J’ai encore ma collection de figurines Star Wars (la collectionite!)
J’ai écrit ma première fanfiction (vers 14 ans je crois), librement inspirée de Battlestar Galactica.

MUSIQUE
  • Stray Cats – 1982-84
    beaucoup de dessins, d’écriture – j’ai appris l’argot américain, du coup.
  • The Clash – 1982/83 ——-longtemps
    Et tout le mouvement punk en même temps.  C’est à partir de là que mon style vestimentaire est devenu original. (on va dire ça). Beaucoup d’illustrations car j’avais commencé à écrire des articles sur la musique (pas publiés, bien sûr).
  • The Stranglers- 1984—– 1990 ( je les écoute toujours mais le chanteur originel s’étant barré en 90,
    Déclic: j’écris mon premier roman (non, il n’est pas archi-mauvais mais pas digne de la publication)
  • Metallica – 1984—– aujourd’hui
    Beaucoup de pages écrites (une nouvelle, un fan-fic)
    Inscrite au fan-club officiel dans les années 90
    Concert
    Livre dédicacé
  • BigBang – 2016—
    Vive la Corée! Grâce à eux, j’ai quelques notions de coréen. (des notions vagues, on a dit!)
    Je reviens du concert de G-Dragon (le leader). Réseaux sociaux, etc…

Autres périodes rapides de fan :
– Madonna/Prince – 1986/88
Influence considérable sur ma garde-robe
– Iron Maiden – 1982(?) —-
Je suis plus « fan en continu » sans arrêter, mais sans obsession non plus.
–  Scorpions – 1984- 85

  • Beaucoup de coupures de presse, d’articles, de photos en stock = documentation
  • Livres
  • Concerts
  • Rédaction
  • Langues étrangères

PAYS

Japon – puis Asie en général
J’ai déjà raconté à quel point le Japon était présent à la maison quand j’étais enfant.
Il me reste des bases pas si mauvaises de japonais, une connaissance de la culture, de la littérature.
Des rencontres, bien sûr. Et l’envie d’aller là-bas.

Royaume – Uni:
Je dis souvent que j’ai été élevée grâce au thé dans le biberon.
C’est presque ça.
J’ai eu cette chance d’aller en Angleterre régulièrement depuis mes 4 ans.
Pratique: je lis l’anglais, je me suis rendue compte que je savais le parler encore pas trop mal (je ne pratique pas).
Donc, connaissance  de la culture, de la langue, des réalités aussi (l’Angleterre façon « thé, scones, Downton Abbey »  n’est pas ma vision du pays).

Résultat de recherche d'images pour "multifandom"

LECTURES

J’ai deux univers de prédilection – et un tas d’autres en parallèle

Marion Zimmer Bradley – Ténébreuse
Les télépathes de Ténébreuse m’ont définitivement pris le coeur depuis de très nombreuses années.
D’où:
– fan fiction
– grosse influence quand j’écris
– collectionite

JK Rowling – Harry Potter
Contrairement à la « génération HP », j’étais adulte quand je suis tombée dedans.
Mais ça ne change pas grand chose. C’est Harry Potter qui m’a donné envie de me remettre à lire en anglais.
D’où:
– écriture de grandes fanfic (qui, parfois, mélangent allègrement les univers)
– un peu de collectionite (réduite par le manque de budget et d’espace)
– Un blog (clos à présent)
– participation à une encyclopédie HP.
fan art

et ici 

JEUX, MMORPG – 2010-2015

je suis adulte et pourtant, j’ai longuement joué à…Dofus. J’aime beaucoup l’univers développé par Ankama. (ah, ces personnages; les quêtes aux noms improbables; les jeux de mots..)
Je joue de temps en temps sur la console à Minecraft (je suis devenue architecte grâce à Minecraft!).
– J’ai appris un tas de vocabulaire en jouant en ligne.
– Des rencontres virtuelles amusantes
– Réactivité, rapidité, une certaine habileté
– Créativité

 

 

Gary Oldman – 1986—-aujourd’hui
– collection d’articles, photos et de films
– réseaux sociaux, blogs, sites de fans
– échanges avec les fans en plusieurs langues

Alan Rickman – 2007—–
Une collection impressionnante de photos, heureusement numériques.
Un blog (clos)
Des textes et  des poèmes 

Richard Armitage – 2011 ou 12—-
Ah, ce fandom….Je l’aime beaucoup. Même si je suis moins active (photos, blogs ), c’est grâce à lui que j’ai eu de très bons échanges (virtuels) ces dernières années. Je ne pourrais pas citer tous les blogs intéressants qui s’y rattachent ni toutes les personnes passionnantes.
Ce serait trop long.

 

 

Publicités

Japon – L’été de l’art #4

C’est la Bibliothèque du Congrès américain qui a récemment mis en ligne 2500 estampes japonaises du XVII au XXe siècle. Un petit florilège:

Okazaki
Andō, Hiroshige, 1797-1858

 

Andō Hiroshige (1797-1858), Senju no oubashi, 1856.

Utagawa Kunisada (1786-1864) et Andō Hiroshige (1797-1858), Fūryū genji yuki no nagame, 1853.

Torii Kiyonaga (1752-1815), Hanami zuki, 1785-1789.
Hokusai, Tea House.

Utagawa Yoshifuji (1828-1887), Amerikajin yūgyō.

Minute papillon! #4

– Hey, minute, papillon! gronda l’Ours.
Un instant, Dame Papillon s’arrêta de voler pour  narrer sa semaine.
– Mieux que ça, Lady B.! Allez, je vous écoute! ajouta l’Ours en se tartinant une autre tranche pain avec le miel qu’il avait devant lui. Humpf, z’en voulez? fit-il après un instant de réflexion.
– Non, merci quand même. Tant de miel., j’aurais le vol lourd….
L’Ours haussa ses épaules de fourrure. Est-ce qu’il se préoccupait de ses bourrelets, lui?

-Le miel, c’est la vie! finit-il par grommeler dans barbiche.
-Vous disiez?
-Non, rien…
-Minute, papillon! Vous ne pouvez pas commencer à parler et puis, vous taire, ainsi, voyons, l’Ours…

 

Petite semaine, coupée par le 14 juillet, feux « boumboum » d’artifice et cie.

Du côté des lectures

Ravie d’en avoir terminé avec ma morosité. Je termine « Les vies de papier » de  Rabih Alameddine. Un livre qui donne envie de lire!

La citation suivante me correspond tout à fait…

Lu deux tomes de ce manga : Après la pluie de MAYUZUKI Jun

Koi wa Ameagari no You ni connaît au Japon un joli succès  ( critique et public confondus) , au point d’être prévue en anime à partir de janvier 2018. Un shojo agréable même si, à première vue, je n’étais pas fan du dessin.

Autre manga: Le maître des livres  de Umiharu SHINOHARA  ,
un seinen  qui fait aimer les livres

Cette semaine, je me suis (enfin) mise aux révisions des langues  (espagnol) – et au perfectionnement de mes..hum..notions en allemand et en portugais, avec l’application duolingo    

C’est vraiment bien fichu. Il faut simplement que je freine mon enthousiasme (sinon, je vais en commencer deux ou trois autres^^)

Côté écriture

Je songe sérieusement à boucler l’histoire commencée il y a …3 ans (avec des pauses, vu que j’ai  été en formation intensive en 2016). Eau-de-Saule est ici.
En ligne aussi la suite d’un poème

Photos

 

Beaucoup de photos de végétaux, de paysages aussi.

J’attends avec impatience le début de la saison 7 de Game of Thrones

 

Je vais finir en musique, avec ma (mes) découverte(s)  sonore(s):

Il s’agit du violoniste Ara Malikian. Je suis tombée par hasard sur l’une de ses reprises de Misirlou (l’air qu’on entend dans Pulp Fiction) et j’ai enchaîné…Sous le charme de sa musique.

Ici, Vivladi pour un jeune public:

reprise de Life on Mars:

Et  Kashmir de Led Zep:

Autre jolie re-découverte: SID, groupe japonais dont les chansons ont souvent été choisies comme opening pour  les anime Black Butler (- c’est là que je les ai entendus pour la 1ère fois, en fan de Black Butler -) , Bleach, etc…

Kpop news

Cette semaine a été marquée par les teasers successifs d’EXO pour leur retour prochain. A raison de 20 secondes de clip par jour, avec un focus sur un membre du groupe, on peut dire que pour teaser, ça tease!

Quant à Black Pink, les quatre jeunes femmes sortent les versions japonaises de leurs chansons, avec les partie de rap en anglais.

Whistle donne ceci:

Voilà pour ma semaine.
Et la vôtre?

 

Throwback Thursday Livresque: C’est la vie! – ou l’apprentissage

 

C’est jeudi et c’est….TBTL!

Chaque semaine nous partageons une lecture correspondant à un thème paru chez Bettie Rose Books. Ce que permet ce rdv ? De ressortir des placards des livres qu’on aime mais dont on n’a plus l’occasion de parler, de faire découvrir des livres à ses lecteurs, de se faire plaisir à parler de livres !

Cette semaine, les apprentissages (- ou apprendre, c’est la vie)

 

Au lieu de me casser la tête à chercher quel livre je pouvais choisir parmi ceux parlant de parcours de vie/apprentissage (roman de …), j’ai préféré prendre l’une de mes récentes lectures:

C’est l’été, elle a seize ans et quitte sa campagne pour Séoul. Le seul moyen pour elle d’accéder au lycée est de devenir ouvrière dans une usine et d’être choisie parmi les plus méritantes pour suivre des cours du soir. De seize à dix-neuf ans, elle va connaître les privations, le travail éreintant, la solitude pareille à une pluie froide, puisant chaque jour en elle-même une force renouvelée pour vivre jusqu’au lendemain.
Et c’est là, dans cette étroite chambre parmi les trente-sept de la maison labyrinthique qui abrite les employés d’usine, que va jaillir en elle le désir, la promesse incroyable de devenir écrivain.

Kyong-suk Shin, pour écrire le nom de l’auteure à l’occidentale, se livre ici à un exercice difficile: remonter dans sa mémoire pour faire revivre son passé et ce qui l’a menée à devenir écrivain(-e). La chambre solitaire (외딴 방 =Œttanbang) plonge dans le passé récent de la Corée du Sud (1978) alors sous le joug de la dictature de Park Chung-hee.
Mais surtout, au delà de l’Histoire, Shin Kyong-suk tend la main à la jeune fille qu’elle était, âgée de 16 ans au début du récit. Avec des allers-retours passé/présent, nous suivons le chemin d’une vie à la loupe grâce à un style sobre et détaillé.

« Je trouve enfin mon style. Des phrases simples. Très simples. Le présent pour décrire le passé et le passé pour décrire l’immédiat. Comme si on prenait des photos. De façon nette. De façon à ce que la chambre solitaire ne se referme pas. Un style qui dit la solitude de mon frère aîné qui avançait ce jour-là vers le portail du Centre en fixant le sol. » (p. 35)

 

Pour rester en Corée du Sud (à l’honneur cette semaine, décidément), j’ajoute un manhwa (manga coréen) traitant de parcours de vie et d’apprentissage.

Fever de Park Hee-jun est une série en 4 volumes parus en 2005/2007 en France (ed.Paquet) qui relate le parcours de jeunes gens – et ce qu’ils apprendront.

Voici l’histoire d’adolescents qui n’en peuvent plus de s’asseoir sur les bancs de l’école, et de leurs voyages vers de nouveaux rêves. Hyung In, dont les priorités ont toujours été d’étudier et de réussir seul, par et pour lui-même, choisit d’ignorer la douleur causée par la mort d’un de ses amis. Mais, sous ce poids, il va finalement abandonner le système scolaire, devenu trop étouffant. Un jour, alors qu’il est dans le bus, il rencontre par hasard un jeune garçon à l’étrange accent, Ko Kang Dae, qui va lui faire découvrir un nouveau genre d’école alternative, Fever…

Doté de dessins magnifiques  (très « manhwa » ^^), cette série est une quête initiatique, (apprentissage!) bien construite, aux personnages attachants.

Je n’en dis pas plus: c’est à découvrir …(on trouve encore cette série d’occasion, assez facilement).

Voilà pour cette semaine. Bonnes lectures!

 

 

Love Live! School Idol Project

 

Mais c’est quoi?

Love Live! School Idol Project (ラブライブ!, Rabu Raibu!) est un projet multimédia codéveloppé par l’éditeur ASCII Media Works, le label musical Lantis et le studio d’animation Sunrise.

L’idée est la suivante: un groupe de jeunes filles deviennent des idoles pour sauver leur école qui est dans l’obligation de fermer.
Le projet a débuté dans le magazine Dengeki G’s Magazine d’août 2010, et consiste en des CD  avec des vidéos musicales, un manga et des jeux vidéo. Une série télévisée d’animation ( ou anime – à distinguer du : manga qui désigne les BD) de treize épisodes produite par Sunrise et réalisée par Takahiko Kyōgoku a été diffusée au Japon en 2013, suivie par une seconde saison en 2014. Un film d’animation est également sorti en juin 2015.

Un jeu de rythme gratuit, nommé Love Live! School Idol Festival, a été développé. On le trouve en version IOS et Android en version anglaise et japonaise (ici, en France, on le trouve en version anglaise

Une série de trois jeux vidéo de rythme-action développée, nommée Love Live! School Idol Paradise, est sorti en 2014 pour la PlayStation Vita. Les trois jeux sont nommés Vol. 1 Printemps Unit, Vol.2 BiBi Unit et Vol.3 Lily White Unit.

Sur PS vita:

Et le projet musical?

À partir d’août 2010, des concours de popularité ont régulièrement eu lieu dans le magazine  Dengeki G’s Magazine pour classer les personnages. De fait, les résultats  ont influencé  les positions des idoles dans les vidéos  dans l’anime. Par exemple, l’idole qui occupe la première place dans un concours donné sera en position centrale,  au premier rang dans la vidéo  qui suit. D’autres sondages sont utilisés pour déterminer les différents aspects des idoles, comme par exemple les coiffures et les costumes. À partir de l’édition de novembre 2010 du magazine Dengeki G’s Magazine, les lecteurs ont été interrogés pour déterminer le nom du groupe des idoles. Après n’avoir retenu que 5 noms, les lecteurs ont voté une dernière fois et ont choisi le nom de μ’s. Un système de vote similaire a été utilisé pour déterminer les noms des trois mini-groupe d’idoles : Printemps, BiBi, et Lily White.

 Printemps est composé de Honoka, Kotori et Hanayo ; BiBi est composé de Eli, Maki et Niko ; et Lily White est composé de Umi, Rin et Nozomi.

 

 

De quoi ça parle?

Honoka Kosaka est une jeune fille qui aime son école, l’académie Otonokizaka. Lorsque sa fermeture est prévue en raison d’un manque de candidats, Honoka est déterminée à sauver son école. Sachant que les idoles scolaires sont très populaires, Honoka et ses amies commencent à un groupe d’idole scolaire, μ’s (prononcé muse), afin d’attirer de nouveaux étudiants dans leur école.

Les personnages:

Honoka Kōsaka (高坂 穂乃果, Kōsaka Honoka)
Honoka est le personnage principal de la série, et est une étudiante de deuxième année dans l’académie Otonokizaka. Elle a une personnalité joyeuse et elle n’abandonne jamais, au point de se surmener en général. Elle est le leader de μ’s, et prend la position centrale dans certaines des chansons du groupe. Elle succède plus tard à Eli en tant que présidente du conseil des élèves.

 

Umi Sonoda (園田 海未, Sonoda Umi)
Umi est une camarade de classe et amie d’enfance de Honoka qui est membre du club kyūdō de l’école, où elle est tout à fait sérieuse. C’est une fille modeste, mâture et raisonnable, strict envers son entourage, mais qui se révèle être particulièrement timide et nerveuse lorsqu’il s’agit d’attirer l’attention des gens.  Etant une fille d’une famille traditionnelle, Umi possède des compétences dans le kendō, koto, nagauta, la calligraphie, et la danse traditionnelle.

V0RVkmuiokfwh91J_ucmnKm4S4Q

 

Kotori Minami (南 ことり, Minami Kotori)
Kotori est une camarade de classe et amie d’enfance de Honoka. C’est la fille de la directrice de l’académie Otonokizaka, à qui elle ressemble beaucoup. Elle est connue pour avoir la tête dans les nuages ​​malgré sa responsabilité en tant que superviseuse de garde-robe du groupe. Elle est aussi vraiment gentille et douce, ne voulant aucun mal à personne.

 

VZ7UoOsBNeBgOB5r6AKIxFgHiNg

 

 

 

Nico Yazawa (矢澤 にこ, Yazawa Niko)

Nico est une étudiante de troisième année qui s’intéresse à la mode, et agit donc comme la superviseuse garde-robe du groupe aux côtés de Kotori. Elle a grandi en admirant les idoles et espère en devenir une. Cependant, à son grand désarroi, Nico  aune apparence enfantine malgré son âge: elle fait beaucoup plus jeune que le reste du groupe. Au sein du groupe, elle est une très bonne cuisinière. Nico était la présidente du club de recherche des idoles, mais tous ses membres l’ont quitté l’une après l’autre en raison de ses normes élevées. Lorsque Honoka et ses amies lui demande de faire du club la base de μ’s, elle est d’abord réticente, doutant à quel point elles sont prêtes à aller pour devenir des idoles à succès, jusqu’à ce qu’elle approuve leur effort et rejoint le groupe également.

 

 

Eli Ayase (絢瀬 絵里, Ayase Eri)
Eli est la présidente du conseil des élèves de troisième année de l’académie Otonokizaka qui est déterminée à sauver son école. Même si elle s’oppose au projet de Honoka au début, elle finit par devenir la dernière fille à rejoindre μ’s. Elle est russe à cause de sa grand-mère, et a tendance à dire le mot russe « хорошо » [xərɐʂo] (prononcé « horosho », qui veut dire « bon »). La spécialité de Eli est son expérience en ballet et est considérée comme la chorégraphe du groupe. Elle a deux frères, et une sœur nommée Alisa qui apparaît dans l’anime.

 

 

KTK0Q9UaGIuwG7y-byNGVetOKAI

Nozomi Tōjō (東條 希, Tōjō Nozomi)

Nozomi est la vice-présidente des élèves de troisième année et la plus âgée du groupe. Elle agit comme la voix de la raison d’Eli, avec qui elle amie . Son passe-temps est la divination et elle a l’habitude de « tâtonner » les autres filles quand elle les trouve distraites ou déprimées pour « leur remonter le moral ». Elle prend donc soin de tous les membres de µ’s.

 

 

 

Et les autres:

Maki

est une étudiante de première année destinée à devenir médecin et à reprendre l’hôpital de ses parents. Mais elle possède un talent au piano et au chant incroyables, ce qui fait qu’elle a rejoint µ’s. Elle est la compositrice et la coach vocale du groupe

 

 

Hanayo est une étudiante en première année. C’est une jeune fille timide qui rêve de devenir une idole depuis son plus jeune âge.

 

 

 

Rin est une étudiante en première année. Son amie la plus proche est Hanayo, qui est son amie d’enfance. Comme Honoka, Rin a une personnalité joyeuse mais perd espoir facilement, et est garçon manqué. Elle a également l’habitude d’agir comme un chat.

 

Je ne vais pas vous épargner ce que j’entends régulièrement :

Et il y a des fans :

(source )

Lady Butterfly avec l’aide d’Aly-chan