L’automne en images et en musique – 20

Pendant que le ciel tente de nous noyer sous une pluie quasi torrentielle ( à 14h, on pouvait croire qu’il était plus de 18 h !), je poursuis cette vadrouille dans mes découvertes ou redécouvertes artistiques.

 

Cette semaine, le peintre est tchèque : František Kupka (dit François Kupka).

La voie du silence, par František Kupka

Né le 22 septembre 1871 à Opočno en Bohême Orientale (région de l’actuelle République Tchèque) il reçoit d’abord une formation artistique aux Beaux-Arts de Prague en 1884 qu’il poursuit à Vienne en Autriche. Il s’initie à la même période à la philosophie, la littérature, l’histoire naturelle ou encore l’occultisme.

Il compte parmi les pères de l’abstraction avec Vassili KandinskyGino SeveriniPiet MondrianKasimir MalevitchAuguste Herbin et Robert Delaunay. 

Durant ses quatre-vingt-cinq années de vie, il aura vu de nombreux bouleversements de l’art, du symbolisme au pop art, en passant par l’impressionnisme, le cubisme, et bien sûr l’art abstrait, mais il aura toujours voulu garder son indépendance, sa liberté par rapport à tous les grands « -ismes » de l’Art.

Il meurt à Puteaux en 1957.

(source)

 

Babylone, 1906 de Frantisek Kupka (1871-1957, Czech Republic) |  | WahooArt.com
Babylone 1906

Elogio de Frantisek Kupka (1871-1957, Czech Republic) |  | WahooArt.com

 

 auto portrait avec épouse, 1908 de Frantisek Kupka (1871-1957, Czech Republic) |  | WahooArt.com

Autoportrait avec son épouse

 

cathédrale, 1913 de Frantisek Kupka (1871-1957, Czech Republic) |  | WahooArt.com

Cathédrale

Conte de pistils et étamines 1 de Frantisek Kupka (1871-1957, Czech Republic) |  | WahooArt.com

 

Espaces animés de Frantisek Kupka (1871-1957, Czech Republic) |  | WahooArt.com

Le Idol Black résistance , 1903 de Frantisek Kupka (1871-1957, Czech Republic) |  | WahooArt.com

 

 

Arts d’hiver – 10

C’est en parcourant plusieurs livres d’art à la bibliothèque que je suis tombée sur cette peintre que je ne connaissais pas :

Hilma af Klint (née le  au château de Karlberg à Stockholm, morte le 21 octobre 1944) est une artiste suédoise, théosophe et pionnière dans l’art abstrait.

Intéressée par les mathématiques comme son père, Hilma se montre rapidement très douée pour la création artistique. Elle suit en particulier des cours de peinture et, à 18 ans, entre à l’École technique artistique de Stockholm puis à l’Académie des Beaux Arts de Stockholm, où les femmes sont très rares à l’époque.

Pendant cinq ans, elle y apprendra l’art du portrait et du paysage, y développant un art classique qui servira de couverture à ses créations beaucoup plus avant-gardistes.

Pour gagner sa vie, Hilma met en pratique les techniques apprises au cours de ses études en peignant des paysages traditionnels, inspirés notamment de ses séjours estivaux sur l’île d’Adelsö. En parallèle, à partir de 1906 et avant les pionniers Wassily Kandinsky, Piet Mondrian et Kazimir Malevich, elle se lance dans la réalisation d’une première série de peintures abstraites et symboliques. Ses recherches en peinture non figurative se font sans lien avec les mouvements modernistes contemporains. (source)

Hak111

Session utan namn0977.jpg

« Hilma af Klint : Paintings for the Future »,
Musée Guggenheim, 1071 5th avenue, New York (États-Unis), www.guggenheim.org