Le printemps de l’art — 32

 

Sattha Homsawat appelé La Fe, est un artiste-peintre de Thaïlande, spécialisé dans l’aquarelle. Il est connu pour ses peintures de roses. Il explique qu’il a choisi de ne pas faire d’utiliser l’aquarelle pour la transparence et de ne pas faire d’esquisse/dessin au crayon préalable avant de peindre car cela entravait sa créativité et aussi parce que cela abîmait le papier (remarque perso : tout ça est  assez vrai, surtout à l’aquarelle – on peut faire le choix de laisser transparaître le trait de crayon, en considérant qu’il fait partie de la création – parfois c’est un peu moche, j’avoue)

« La Fe trained at the Graduated Faculty of Painting and Sculpture, at Silpakorn University in Thailand

He has become well known for his “Watercolour without Drawing” series of international workshops and paintings.

He follows a tradition of handling the medium of watercolour with a purist approach, often rendering subject matter in “plein air”. He often demonstrates to large audiences and is in demand around the world with invitations from large numbers of admirers in Russia, Europe, South East Asia, China and other regions.

It is his ability to get his perception onto paper with immediacy and directness which underpins his abilities

He has featured on mainstream Thai Television and has made many appearances in the International art press » (source)

Instagram 

FB

Lafe005-cr

003-cr

012-cr

004-cr

Le printemps de l’art – 31

Artiste israëlienne, Tal Peleg se présente aussi comme une rêveuse et une maman. Entre 2013 et 2018, elle a partagé des maquillages de paupières magnifiques sur sa page FB et son compte Instagram avant de passer à d’autres créations.

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

Les gardiens de la Galaxy par Tal Peleg

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

 

Le petit prince par Tal Peleg

 

 

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

 

La petite sirène par Tal Peleg

 

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

 

Dumbo par Tal Peleg

 

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

Les Noces funèbres de Tal Peleg

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

 

La princesse au petits pois par Tal Peleg

 

 

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

 

Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson au pays des oies sauvages par Tal Peleg

 

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

 

E.T. L'extraterrestre de Tal Peleg

L'artiste Tal Peleg joue avec ses paupières pour créer des mises en scène féériques

 

Le magicien d'Oz par Tal Peleg

L'histoire sans fin par Tal Peleg

 

Les Moomins par Tal Peleg

Le printemps de l’art — 29

Sam Carr est un illustrateur anglais (digital  – photoshop – et traditionnel) qui aime la fantasy, la dark fantasy, le médiéval (la légende arthurienne).

 

waking_dreams_final.jpg

Firekeeper-artstation.png

whisp fountain final.jpg

 

glory of a lost age_ final.png

dwarven explorers.jpg

allseeingonesfavor_samcarr.PNG

Class Autospy website.png

Thief Final website.png

Rescuing the Hag

MTG Elves website.PNG

 

Website: http://www.samcarr.net
Deviantart: http://samc-art.deviantart.com/gallery
Facebook: https://www.facebook.com/SamCarrArt

Instagram : https://www.instagram.com/samcarr_/

Arts d’hiver — 36

Ana Godis est une jeune artiste ukrainienne spécialisée dans l’illustration (particulièrement digitale).  Elle vivait à Odessa encore récemment (elle est réfugiée en Roumanie).
Je suis ce qu’elle fait depuis pas mal de temps maintenant, principalement sur Instagram .  Je dois dire que j’avais complètement craqué pour la façon dont elle dessine ses personnages (les fan art de Harry Potter ont beaucoup contribué à mon coup de coeur, au début). Je pensais parler d’elle bien avant que la guerre n’éclate et j’avais  donc déjà préparé  mon article pour ce mois-ci — étrange coïncidence. Me voilà en train de devoir le dé-programmer à cause de la terrible actualité… J’aurais préféré parler d’art et non de guerre, de bombes ou d’artistes devant fuir leur pays. Bref, de l’art tout de suite.

 A noter : on peut aider Ana qui est partie à toute vitesse d’Ukraine mais qui publie toujours sur Insta, en contribuant à son Patreon  

 

 

 

 

 

 

 

 

Dakha Brakha – artistes d’Ukraine

 

C’est le moment de soutenir des artistes ukrainiens ou, peut-être, d’apprendre à les connaître. Je pensais avoir fait un article sur ce groupe mais, apparemment, non (ou alors, je l’ai laissé au brouillon). Il s’agit d’un quatuor du nom de Dakha Brakha (le « kha » se prononce à peu près comme le « j » en espagnol mais on ne vous en voudra pas de dire « daka braka »).  Leur nom provient de l’ukrainien (qui est bien une langue à part entière) et veut dire « donner » et « prendre ».

Formé de trois femmes et un homme en 2004, le groupe a démarré au Théâtre Dakh à Kiev (Centre d’arts contemporains, une pépinière d’artistes à découvrir). A la base, ce sont des   acteurs-musiciens  devenus les ambassadeurs autonomes d’une Ukraine attachée à ses racines comme à l’ouverture musicale. Ils ont mêlé le folklore à des influences diverses et des instruments divers. Tout cela crée un beau mélange.
Ils ont tourné dans le monde entier (dont la France) et en sont à leur sixième album.

J’avais découvert leur musique il y a un peu plus de 2 ans (avant le confinement) et je dois dire que j’adore. Je ne les lâche plus, depuis.

Leur site web

Lena, Irina , Nina et Marko sont  sur Instagram — et actifs en ce moment, à cause de l’actualité.  (DakhaBrakha)