Arts d’hiver – 4

 

J’ai découvert Lori Ransom avec des illustrations qui m’ont fait sourire, sur Instagram.

Je vous laisse découvrir son art et ses gags !

Elle est à l’origine du projet The Daily Drawing :

The Daily Drawing is a series of random scenarios with a fleeting cast of quirky (and often inanimate) characters. Sometimes there’s a dialog, but sometimes not. “Life is weird”, says author Lorie Ransom. “I try to find a bit of ridiculous in the mundane things that most everyone can relate to.” She likes to keep the subject matter light and whimsical, but will occasionally veer into the realm of saucy, just to keep you on your toes.

 

 

View this post on Instagram

May 27, 2015 #comic #humor #vegetarian #carnivorous #venusflytrap

A post shared by Lorie (@thedailydrawing) on

View this post on Instagram

August 19, 2015 #comic #funny #gifts #holidays #philosophy

A post shared by Lorie (@thedailydrawing) on

 

View this post on Instagram

June 15, 2015 #comic #funny #humor #smoking #dogs #coneofshame

A post shared by Lorie (@thedailydrawing) on

View this post on Instagram

April 8, 2015 #funny #comic #humor #hamster #jogging

A post shared by Lorie (@thedailydrawing) on

 

Interview de Lori Ransom (où on apprend qu’elle adore l’humour des Monty Python)

FB

Instagram

Le site The Daily Drawing

Publicités

Arts d’hiver – 2

Pour ce deuxième Arts d’hiver, voici un artiste qui a fait beaucoup d’illustrations représentant des animaux et surtout…des chats !

Je le connaissais grâce aux couvertures des romans de Lilian Jackson Braun aux éditions 10/18 : « Le chat qui…. » (les enquêtes de Jim Qwilleran et des deux siamois Koko et YomYom).

 

 

Louis Wain a une vie qui tourne rapidement au tragique :

« Louis Wain ( Londres – ) est un artiste anglais connu pour ses dessins représentant des animaux anthropomorphes, et en particulier des chats.

Aîné et seul fils d’une famille de 6 enfants, il naît à Londres. À l’âge de trente ans, sa plus jeune sœur est internée dans un asile. Les autres sœurs vivent avec leur mère pendant la durée de leur vie, .Wain est né avec une fente labiale et le médecin a donné à ses parents l’ordre qu’il ne devrait pas être envoyé à l’école

Il étudie à la West London School of Art et il y devient professeur. À la mort de son père, il doit subvenir aux besoins de la famille. À 23 ans, il épouse la gouvernante de ses sœurs qui est de dix ans plus âgée que lui. Peu de temps après, sa femme Emily tombe malade : elle souffre d’un cancer. Acette occasion que Louis apprend au chat d’Emily des tours pour la distraire.

En 1886, il publie dans The Illustrated London News sa première illustration de chats intitulé A Kittens Christmas Party (le Noël des chatons). Puis il collabore au magazine pour enfants Little Folks.

Sous le pseudonyme de George Henry Thompson, il va illustrer une série de livres Acclimatation ville . C’est cette série qui le fait connaître en France. Il s’agit d’une ville peuplée d’animaux qui se comportent comme des humains.

En 1907, il se rend à New York où il fournit des dessins à la presse. À son retour, il apprend le décès de sa mère. À cette époque, il commence à montrer des signes d’instabilité mentale : il souffre de schizophrénie. En 1924, il est interné et changera souvent d’hôpitaux jusqu’à sa mort. »

 

 

 

L’évolution de son art: certains pensent que c’est à cause de la maladie mentale mais rien ne le prouve. De toute façon, chaque forme d’art est unique et se doit d’être considérée comme telle. Peut-être Louis Wain s’est-il tourné vers l’abstraction dans sa recherche artistique :

Arts d’hiver #1

Après avoir passé l’été artistiquement (L’été de l’art) puis l’automne (Automne en images et en musique) , partons donc à la découverte d’arts divers et d’hiver. Ces articles sont le fruit de mes découvertes ou de mes coups de coeur (ou de re-découvertes, aussi). Pour commencer cette année, je vous propose des photos de mode signées George Hoyningen-Huene:

George Hoyningen-Huene par Cartier-Bresson

 » George Hoyningen-Huene (né le  à Saint-Pétersbourg et mort le   à Los Angeles) est un photographe de mode fécond des années 1920 et 1930.

Après avoir débuté l’année précédente comme illustrateur pour Condé Nast, vers 1926, Georg parvient au poste de chef de la photographie pour Vogue Paris ; il y restera une dizaine d’années. Les images issues du studio sont destinées à l’édition française mais également américaine de Vogue, et il devient connu également de l’autre côté de l’Atlantique.

Hoyningen-Huene qui anglicise son prénom en George déménage pour New York où il travaille principalement pour Harper’s Bazaar. Il publie deux livres d’art sur la Grèce et l’Égypte avant de s’installer à Hollywood, où il fait des portraits de stars de cinéma.

Il travaille étroitement avec George Cukor, en particulier comme consultant spécial sur les couleurs et les prises de vue du film Une étoile est née avec Judy Garland (1954). Il accomplit le même travail pour le film Les Girls, avec Kay Kendall et Mitzi Gaynor (1957), et le film de Sophia Loren Heller in Pink Tights » (wiki)

 

 

 

 

 

 

 

Corbis flowing dress by Madeleine Vionnet George_Hoyningen-Huene