Premières lignes — 30 août

 » Materena aime bien les films d’amour.
Quand il y a un film d’amour à la télévision, Materena s’installe sur le canapé, croise les mains, et ne quitte pas l’écran des yeux. Elle ne balaye pas, elle ne repasse pas, elle ne se coupe pas les ongles des pieds, elle ne range pas ses linges. Elle ne fait rien d’autre : elle regarde son film.
Les films d’amour chavirent le coeur de Materena et il lui arrive même d’imaginer qu’elle est l’héroïne. « 

Contrairement à ce que laissent penser ces premières lignes , L’arbre à pain n’est pas une romance. Il y est question de sentiments, et même de mariage, puisque c’est le fil rouge qui relie tous les chapitres, envisagés comme des tranches de vie tout au long du roman. Mais ici, rien n’est sirupeux ou mièvre. Bien au contraire.
Et pourtant en nous plongeant dans le quotidien de Materena, de sa famille (et elle est vaste, comme on pourra le constater), Célestine Hitiura Vaite réussit à nous transporter au sein de la société tahitienne.
C’est un roman particulièrement chaleureux, émouvant, teinté parfois de nostalgie, d’un brin de tristesse mais toujours amusant que signe l’autrice polynésienne. L’arbre à pain est aussi le premier d’une trilogie avec Frangipanier et Tiaré, tous parus aux éditions Au Vent des Iles Pacifique puis en poche chez 10/18.
J’ai adoré de bout en bout ce roman, truffé de vocabulaire tahitien (il y a un lexique à la fin).

Un gros coup de coeur, donc.

Chroniques de Tahiti, tome 1 : L'arbre à pain par Hitiura Vaite

Résumé : Vivez le quotidien d’une famille tahitienne drôle, attachante et haute en couleurs.
Chronique d’une famille polynésienne des quartiers populaires de Tahiti, L’Arbre à pain nous plonge dans le quotidien de Materena, mère de trois enfants et femme de ménage professionnelle, au franc-parler  » local  » et aux rêves simples. Dans ce premier volet de la trilogie, la succession des récits, authentiques et tendrement drôles, est cousue de fil blanc… celui de la robe de mariée de Materena qui rêve d’une bague au doigt et d’un certificat de mariage encadré au mur. Son tane, Pito, en mâle primaire, entre bière et copains, ne veut rien entendre et résiste. Au risque de se voir réclamer à tout moment de rentrer chez sa mère… Un roman truculent, délicieux de vérité et d’émotion, qui décrit l’art de vivre au fenua et l’amour à la tahitienne dans un style vif et plein d’humour.

L’Arbre à Pain
(Chroniques de Tahiti – 1)
Célestine Hitiura Vaite
Henri Theureau (Traducteur)408 pages
Éditeur : 10-18 (20/05/2021)

 

 

Premières lignes — 16 mars

 Premières lignes ( toujours en retard en ce moment)

« Madame Rachel Lynde habitait à l’endroit précis où la route principale d’Avonlea plongeait dans un petit vallon planté d’aulnes et de fuchsias, et traversé d’un ruisseau qui prenait sa source dans les bosquets de la vieille propriété des Cuthbert ; il était connu pour ses méandres impétueux au début de sa course à travers bois, et ses sombres secrets de trous d’eau et de cascades ; mais une fois arrivé au vallon des Lynde, ce n’était plus qu’un ruisselet  paisible et discipliné, car même un cours d’eau n’aurait pu passer devant la porte de Madame Rachel Lynde sans égard pour la bienséance et les bonnes manières ; sans doute avait-il conscience qu’elle était là, assise derrière sa fenêtre, l’oeil attentif à tout ce qui défilait, enfants et ruisseaux, et que si elle remarquait la moindre chose étrange ou déplacée, elle ne trouverait pas le repos avant d’avoir découvert le pourquoi et le comment »

Bizarrement, je n’avais jamais lu « Anne de Green Gables «  (aussi appelé « La maison aux pignons verts » dans une ancienne traduction en français ). Il m’a fallu la série ( les trois saisons complètement avalées tant elles sont addictives) et surtout cette très belle édition ( chez Monsieur Toussaint Louverture ) et nouvelle traduction pour que je m’y plonge. Et je n’ai pas été déçue. Bien sûr, je n’ai pas pu m’empêcher de faire des parallèles avec la série que je venais de voir peu de temps auparavant ( un des problèmes quand on fait la manoeuvre « voir l’adaptation puis lire le livre », l’inverse posant d’autres soucis 😉  ). Par contre, j’ai réellement apprécié le style de Lucy Maud Montgomery, plein de poésie et de descriptions sans doute un brin surannées mais qui collent tout à fait avec l’ambiance et le contexte du roman. Les personnages sont excellents, également. Au passage, le casting de «  Anne with an E » respecte assez bien les différents caractères — sauf pour ceux et celles qui sont de pures inventions. C’est sans doute le seul reproche que j’avais fait à l’adaptation : de donner un ton XXIème siècle carrément improbable pour une histoire qui se déroulait fin XIXème en Nouvelle Ecosse ( le roman a été publié en 1908). Je veux bien que des libertés soient prises, qu’Anne ait un es prit ouvert pour son temps puisqu’elle est décrite comme étant particulièrement originale et imaginative mais je ne crois pas une minute que toute une petite communauté adopte ses idées, ni ses amies. Disons que les discours sur, au hasard,  le consentement, la place de la femme, l’homosexualité, et j’en passe, tels qu’ils sont traités — et avec les mots utilisés — relèvent purement de notre époque même si les problématiques existaient. Les scènes de la série en deviennent parfois très étranges, mais peu crédibles et cela reste mon seul reproche.
C’est en cela que le roman sonne évidemment plus juste : il a le ton de son époque non sans évoquer avec discrétion certaines questions — mais certainement pas les mêmes. Il reste néanmoins très agréable à lire. Je serais ravie de lire la suite qui vient d’être publiée chez le même éditeur sous le titre « Anne d’Avonlea ». 

 

Anne de Green Gables par Montgomery

Résumé : Nouvelle traduction de « Anne, la maison aux pignons verts ».
Cheveux désespérément roux, visage constellé de taches de rousseur, Anne Shirley est une petite fille curieuse, pleine d’énergie, souvent perdue dans ses pensées, parfois d’une gravité solennelle, sans aucun doute intemporelle. Difficile de résister à ce petit bout d’humanité de onze ans parfaitement imparfaite, héroïne d’une série de romans qui a su conquérir des millions de lecteurs à travers le monde, Anne de Green Gables, écrit par Lucy Maud Montgomery, et dont le premier tome parut en 1908. Orpheline à l’esprit vif, à l’imagination sans bornes et qui adore employer de « grands mots », Anne se retrouve par erreur chez Marilla et Matthew Cuthbert qui attendaient un garçon pour les aider à la ferme. Féministe involontaire, romantique impénitente, elle est impulsive, dramatique, maligne, drôle, et telle une authentique naïve, elle va bousculer le calme et la monotonie de la vie à Green Gables, en semant partout joies et rêveries, en dénichant la beauté dans les moindres recoins, en ne s’exprimant qu’en points d’exclamation, même dans « les affres du désespoir ». Parce que l’existence d’Anne a aussi une face sombre, hantée par la mort de ses parents et les abandons, qui lui donne son énergie folle, parfois hallucinée, et qui rend son idéalisme et son indignation si poignants et si convaincants. Si le regard d’Anne transcende le monde sur lequel il se pose, Anne de Green Gables, c’est la transformation magique, presque mystique, que seul l’amour peut opérer sur les hommes et les femmes. C’est l’histoire d’une petite fille qui parvient à se faire aimer de tous (Josie Pye exceptée), et de nous les premiers.

 

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes – 13 décembre

 Premières lignes
( de la semaine, pas en retard, motivée, incroyable, tout arrive )

 » — Ce coup-ci, c’est différent, dit Saï. C’est beaucoup plus gros.
— C’est vrai ça, renchérit Mo. C’est gros.
— Mais ça ne coule pas au fond comme d’habitude, s’étonna Vish.
—Ah ben non, ça coule pas, opina Mo après un temps.
Au-dessus de leurs têtes, la Chose flottait comme un malentendu à la surface de l’eau. Les trois pieuvres ondulèrent autour. Lentement. Prudemment.
Ici, au beau milieu du grand ventre bleu de la mer, loin, très loin de toute terre, loin, très loin de toute île ou de tout atoll, le ciel crachait souvent  des choses. Des choses rondes, des choses carrées, des choses triangulaires, des choses pointues, des choses tordues, des choses coniques, des brics, des brocs, des tubes, des tiges, mais une chose était sûre, le ciel ne crachait que des choses à moitié digérées et à moitié brûlées — bref, que des morceaux de choses. Et les morceaux finissaient toujours par s’enfoncer dans la mer.
Mais pas cette Chose-là.
Cette Chose-là flottait.
Et cette Chose-là semblait bel et bien entière, ni mâchouillée, ni carbonisée. »

C’est un joli roman, court et, apparemment destiné aux plus jeunes qui commence ainsi. Il a aussi un titre dont on ne se remet pas ( allez le commander en librairie, histoire de faire rigoler un peu 😉 ) : La Chose du MéHéHéHé.
Il est de Sigrid Baffert, avec de superbes illustrations de Jeanne Macaigne. 
L’histoire ? trois petites pieuvres découvrent un jour un drôle de truc, tombé du ciel (et non la couleur, merci Lovecraft). Elles vont en référer aux instances de leur peuple, au fond de l’océan, l’assemblée de l’Antre. Il y a là bon nombre d’animaux marins qui vont et doivent fixer le sort de cette Chose. Est-ce dangereux, comme l’orque KrakenKo ? Un véritable croque-mitaine, ce Krakenko. Il surgit n’importe quand et est toujours affamé.
On assiste aux délibérations des bestioles marines qui sont plutôt amusantes tant les dialogues sont bien écrits :

« Le compte rendu de Mo à l’Assemblée de l’Antre pour clarifier la Chose déclencha une déferlante de remarques lumineuses.
− Si elle n’a pas de bouche en haut, c’est qu’elle a une bouche en bas, remarqua un oursin inspiré. Il faut bien une bouche quelque part.
− Et un cul aussi, approuva le crabe cornu avec philosophie.
Ce point souleva un débat animé au sein de la congrégation des concombres de mer, très éclairée, comme chacun sait, sur les questions d’anatomie.
− Elle a une coquille mobile, c’est peut-être une espèce inconnue de bernard-l’hermite géant. Redoublons de méfiance, les bernard-l’hermite sont des voleurs de coquille. »

© Images Jeanne Macaigne éditions MeMo 2019

On plonge dans un univers foisonnant, un univers à la Lewis Caroll, proche du merveilleux, de l’enfance. On est carrément dans l’univers du conte, un espace symbolique. C’est pour cette raison que je ne classerais pas ce livre dans la « fable écologique » qui donne des leçons ( je dirais que c’est de la fantasy animalière).   Ici, les animaux parlent, s’agitent. Ils construisent de drôles de machines, des instruments. Ils sont proches du monde des rêves, ils font partie du Merveilleux, de l’imaginaire.  Ils ont même un côté farfelu digne du chat du Cheschire (le poulpe yogi m’a bien fait rigoler, je dois dire), un aspect décalé.
Et ce désir de communiquer… Même avec cette Chose qui ne semble rien comprendre…
La musique les y aidera et ce dernier élément est certainement le plus sympa et le plus beau du livre.

A lire, petits et grands. Ou à offrir.

C’est aux éditions Memo

La chose du MéHéHéHé par Baffert

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Les livres de Rose
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Les lectures d’Emy
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• L’univers de Poupette
• Le parfum des mots
• Chat’Pitre
• Les lectures de Laurine
• Lecture et Voyage
• Eleberri
• Les lectures de Nae
• Claire Stories 1, 2, 3
• Tales of Something
• Read For Dreaming
• Ju lit les mots
• Illie’z Corner
• Voyages de K
• Prête-moi ta plume
• Les lectures de Val
• Le petit monde d’Elo

On ne coupe pas les pieds d’une jeune fille — Taï-Marc Le Thanh

On ne coupe pas les pieds d'une jeune fille par Le Thanh

 

Résumé : À quoi ça tient l’existence ? À une bulle d’air. Une note de musique. Aux amis et aux compagnons d’infortune. À l’imagination. Au combat de chaque jour. Ce combat, Nola le mène depuis qu’à la suite d’une opération à l’hôpital ses jambes ne répondent plus correctement. Mais elle n’est pas seule : dans sa tête, il y a un clown, un avion avec un pilote, et un Soldat. Ensemble, à l’assaut de la vie !

C’est le titre qui m’avait attirée. Puis la photo de couverture, c’est vrai ( une vraie réussite). En lisant le résumé, je m’étais dit que l’histoire avait l’air vraiment intrigante. Du même auteur, j’ai dû lire un roman ou deux, pas plus.

J’ai donc profité du Masse Critique (merci les éditions de l’Ecole des Loisirs) pour faire cette lecture qui est un joli voyage.

Tout commence en 1977 à l’hôpital Broussais : le  pavillon des enfants malades n’est certainement pas un lieu de réjouissances. Et pourtant, la première scène s’accompagne d’une fanfare !
Mais pour le personnage principal, Nola, 11 ans au début, rien ne va : obligée de subir une opération au coeur, elle ressort de l’intervention guérie mais…. non, en fait. Car quelque chose est allé de travers et Nola ne sent plus ses jambes ! Elle ne peut plus s’ne servir.
De là, commence  un récit touchant, émouvant et souvent loufoque, découpé en scènes à la façon d’une pièce de théâtre. Une histoire sensible pleine d’humour et de résilience.
Je ne le savais pas mais le roman s’est inspiré  librement des jeunes années de Natalie Tual, autrice nantaise et compositrice.

 

A partir de 12 ans

317 pages

Paru le 14 octobre 2020

Editions ECOLE DES LOISIRS

Premières lignes – 1er décembre

Premières lignes de ….décembre

« Je me mis à collectionner les lettres de suicide de ma soeur Eunice à l’âge de sept ans. je n’en ai jeté aucune, je les garde dans un pince-notes noir rangé dans le tiroir du bas de mon bureau. A part ça, on ne m’a pas permis d’emporter grand chose. Je les ai souvent relues ces derniers mois, en quête de réconfort, de sagesse, ou simplement d’une confirmation que j’avais fait le bon choix, pour nous tous. « 

Voilà l’exemple parfait de premières lignes importantes qu’il est bon de relire une fois qu’on a fini le roman en entier….
 Une Cosmologie de monstres est un roman particulier : angoissant, mais sans gore ou sans monstres  à la Lovecraft, même si la référence est présente tout du long — et bien gérée, d’ailleurs. Donc : pas d’horreur, pas de cris ni de hurlements. On n’est pas chez Stephen King ou chez Dan Simmons.
Avec ce roman, on retrouve la notion du fantastique : des touches d’irréel, une ambiance anxiogène, l’impensable qui intervient peu à peu dans le réel. Puis à un moment, tout bascule… Cela se fait en crescendo, de façon assez efficace.
La narration est aussi bien menée et permet de suivre l’histoire de la famille Turner avec, durant les premières parties, une certaine distanciation qui entraîne un sentiment de froideur ( pas de bol pour les gens qui aiment  à s’attacher aux personnages ). Par la suite, le récit se fait de plus en plus intimiste, adoptant le point de vue de Noah, le dernier de la famille, ce qui permet de créer l’illusion d’un « lien » — et surtout, ce qui permet à l’auteur de brouiller les pistes et d’orienter le lecteur à sa guise. Un procédé littéraire assez facile mais l’écriture est plus efficace qu’elle n’est subtile, ici : ce n’est pas un reproche puisque cela fonctionne. On a, en effet, envie de savoir et de s’attendrir, de prendre parti pour l’Ami de Noah ( = le monstre « gentil »).
Car, des monstres, on en croise : ils ne sont pas toujours ceux qu’on pense ( les Autres, ceux qui pourraient être issus de l’univers lovecraftien ), ils sont également bien humains ou appartenant à la vie des humains. Et cela peut être,  en vrac : l’influence d’une secte religieuse qui empêche Brin d’aimer Eunice, la soeur de Noah ; la dépression sévère dont souffre Eunice depuis son plus jeune âge ; la schizophrénie de la mère de Harry ; la tumeur dont meurt Harry, le père des enfants Turner, etc, etc….)
Là non plus, le thème n’est pas neuf mais il s’inscrit bien dans cette Cosmologie de monstres.
Finalement, le roman devient plus habile qu’on ne ne pense, au fil des pages et est bien plus qu’une simple histoire de maisons hantées et de monstres à gogo. C’est  surtout un regard parfois maladroit mais toujours touchant, justement, sur  les hauts et les bas des membres de la famille Turner (  par ex : homosexualité non-avouée puis vécue et assumée ; prédation sexuelle ; conformisme de l’âge adulte qui ne se trouve plus en adéquation avec les idéaux de l’enfance ; envie de vivre, tout simplement, de se trouver).  Sur la vie humaine, donc.

(Je comprends mieux la phrase de Stephen King sur le bandeau : « Un roman d’horreur signé John Irving ». C’est bien trouvé).

Une cosmologie de monstres par Hamill

Résumé :   La Famille Turner, de Vandergriff (Texas), se tient sur le seuil d’un monde terrifiant dominé par une cosmologie de monstres. Est-ce le leur ou est-ce le nôtre ?
« Dans Une Cosmologie de monstres, Shaun Hamill allie brillamment les univers angoissants de H.P. Lovecraft avec l’histoire contemporaine d’une famille menacée de destruction par des forces surnaturelles. Il réussit son coup, parce que ces braves gens pourraient être nos voisins. L’horreur ne fonctionne que lorsque nous nous attachons aux personnes concernées  ; nous nous attachons aux Turner, et leurs cauchemars deviennent les nôtres. La prose de Hamill est sobre, tout simplement belle. Voilà à quoi ressemblerait un roman d’horreur signé John Irving. J’ai adoré ce livre, et je pense qu’il vous plaira aussi. » Stephen King

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Les livres de Rose
• Lady Butterfly & Co
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Les lectures d’Emy
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• L’univers de Poupette
• Le parfum des mots
• Chat’Pitre
• Les lectures de Laurine
• Lecture et Voyage
• Eleberri
• Les lectures de Nae
• Claire Stories 1, 2, 3
• Tales of Something
• Read For Dreaming
• Ju lit les mots
• Illie’z Corner
• Voyages de K
• Prête-moi ta plume
• Les lectures de Val
• Le petit monde d’Elo

 

La Belgariade – T. 1 – David et Leigh Eddings

J’avais déjà lu des romans de David Eddings il y a bien longtemps ; sans me tromper, je suis quasiment sûre qu’il s’agissait de la trilogie des joyaux. Je n’en garde pas de souvenir particulier ( ni en bien, ni en mal ). Par contre, je n’avais jamais lu ce classique de la fantasy qu’est la Belgariade. L’opération Masse Critique m’a permis de remédier à cela. Me voilà donc avec  « Le pion blanc des présages« , le premier des cinq tomes. Je ne peux pas dire que je me suis ennuyée : il y a de l’aventure, de l’humour, des péripéties, une prophétie, des dieux, un artefact magique, des sorciers, un élu, des personnages à la longévité exceptionnelle, une guerre en perspective. Tiens, tiens, cela me rappelle assez le Seigneur des Anneaux. Le début, particulièrement, avec une création du monde très tolkienesque.
Par la suite, l’histoire reste assez classique ( mais ce n’est pas un reproche, les formules éprouvées sont souvent les plus efficaces ) . On se déplace pas mal (vive les cartes), on rencontre d’autres personnages et peu à peu, on voit que le jeune homme promis à un destin prestigieux, Garion, est, pour l’instant, un benêt. Il continue à ne rien comprendre alors qu’il a tous les éléments en main. C’est sympa mais à la longue, cela peut être un peu lassant (ce running gag, il court, il court). 

Les dialogues sont bien fichus et plutôt amusants (je ne me suis pas non plus écroulée de rire, j’ai vu mieux, quand même). Les personnages sont également bien définis et leurs caractères se dessinent très vite. On en a besoin car ils sont assez nombreux mais on ne s’y perd pas pour autant. Le rythme est soutenu. C’est difficile de s’endormir sur le livre. J’ai très vite eu envie de savoir ce qui se passait ensuite.
Pourtant, peut-être parce que la Belgariade reste de la fantasy terriblement convenue, classique, qu’il y a eu tellement de romans plus originaux depuis sa création (les années 80), je n’ai pas non plus été emballée. Peut-être l’aurais-je été beaucoup plus si j’avais lu la série à sa sortie, c’est certain. En refermant le livre, je me suis dit que cela me plairait d’aller emprunter un jour les autres tomes à la bibliothèque, un jour, mais je ne suis pas pressée. Et je ne vois pas l’intérêt d’avoir la série chez moi non plus. C’est sympa, ça se lit bien. Mais on on touche les limites de la high fantasy, à mon sens. Malgré l’humour, ça reste manichéen. Et surtout, j’ai eu cette impression de déjà-lu sans ce petit quelque chose en plus (après, pour être franche, je préfère lire 10 fois la Belgariade que le Sorceleur/Witcher, particulièrement indigeste, à mon goût, mais ça c’est une autre histoire😉).
En gros, si vous aimez le Seigneur des Anneaux, ou La Roue du Temps  ça devrait passer, à mon avis.

 

La Belgariade, tome 1 : Le pion blanc des présages par Eddings

Résumé : Et les dieux créèrent l’homme, et chaque dieu choisit son peuple. Mais Torak, le dieu jaloux, vola l’Orbe d’Aldur, le joyau vivant; façonné par l’aîné des dieux, et ce fut la guerre. Le félon fut châtié; à Cthol Mishrak, la Cité de la Nuit, il dort toujours d’un long sommeil hanté par la souffrance. Le fleuve des siècles a passé sur les royaumes du Ponant. Les livres des présages sont formels : Torak va s’éveiller. Et justement l’Orbe disparaît pour la seconde fois. Que le maudit la trouve à son réveil et il établira son empire sur toutes choses. Belgarath le sorcier parviendra-t-il à conjurer le sort ? Dans cette partie d’échecs cosmique, il a réussi à préserver une pièce maîtresse : le dernier descendant des Gardiens de l’Orbe, désigné par les présages, mais qui n’est encore qu’un petit garçon. Un simple pion, et si vulnérable…