Le printemps de l’art – 16

J’ai trouvé par hasard ces illustrations, cette semaine. Elles sont l’oeuvre d’un artiste japonais Ono Tako (on peut le suivre sur Twitter )

On le connaît pour ses  » contes de fées de l’Ouest” :

Cendrillon :

Blanche-Neige

 

La petite sirène 

La reine des neiges :

 

Mais aussi :

Hatsune Miku (Vocaloid)

hatsune miku, illustration, style japonais / Miku est cool car il fait chaud

 

illustration, VOCALOID, hatsune miku / 和ミク

Fate Grand Order

Fate/Grand Order, Fate/Grand Order, Caster of Okeanos / 【FGO】オケアノスのキャスター【浮世絵風】

Fate/Grand Order, Fate/Grand Order, illustration / 【FGO】氷雨酒(ひさめざけ)【酒呑童子】

illustration, Fate/Grand Order, Japanese style / 【C97新刊】サンプルと通販のお知らせ【FGO浮世絵本】

Sailor moon

Sa page 

L’automne en images et en musique – 3

Direction les personnages de dessin animé, avec l’artiste de cette semaine – et en particulier avec les fameuses princesses Disney. Les princesses Disney sont souvent utilisées et constituent une source d’inspiration pour les dessinateurs (ex: les princesses X-men ou celles-ci, plus réalistes). 

Cette fois, ce sont des princesses combattantes !

Ariel, la petite sirène :

Mulan :

 

Pocahontas :

Belle (et la bête) :

Blanche-Neige :

Jasmine :

 

Aurore (et Maléfique) :

Moana : (Vaiana)

Tiana (La princesse et la grenouille) :

 

Anna et Elsa :

 

Et Merida !

 

L’artiste s’appelle Artemii Myasnikov 
Pour le suivre sur FB 

Sur Instagram

T’as pas vu ma pop – Viens du côté obscur

La semaine dernière, nous avons fait un détour chez les JediCette fois, nous allons aborder l’autre versant qui a certainement marqué le plus la pop culture: le côté obscur.

L’expression « être tombé du côté obscur« est devenue un classique dans le langage courant:

IAM signe « L’empire du côté obscur » en 1997 (dont il existe une version épique/Vador)

Autres exemples: 
« (…)nous allons parler des manipulateurs tombés du côté obscur de la force : ceux qu’on ne voit pas manipuler tellement il fait sombre…. — (Pauline Klein et ‎Olivier Bettach, Voilà ce que j’aurais dû dire !, page 61, Eyrolles, 2015)
« Quelle provocation l’a poussé à foncer sur Materazzi ? On ne sait, mais cela ne change rien. Zidane a été rattrapé par le côté obscur de la force qui sommeillait en lui » . — (Jean-Michel Normand, Le côté obscur de la force, Le Monde, 10/07/2006).

Pourtant, si ce « côté obscur de la Force » est devenu populaire, il est assez peu abordé dans  le premier épisode de la trilogie originelle ( Un Nouvel Espoir).  C’est même un concept qui a été zappé lors de la traduction française.
Ben Kenobi dit ainsi (en français): « Vador a été soudoyé par les adversaires de la force » alors que l’anglais parle de « seduced by the dark side of the Force »

Il reste que, dans l’idée de George Lucas, le côté sombre vient s’opposer au côté clair/lumineux des Jedi ( le terme n’étant pas employé). Dès la première version du scénario, il est question des Sith, une notion qui ne sera abordée que dans la prélogie. Les Sith possèdent cette facette typique des univers de fantasy: ils resurgissent d’un passé troublé et légendaire sans qu’on connaisse leur histoire. C’est un peu comme parler de faits ayant existé lors du Deuxième Age dans le  « Seigneur des Anneaux »  (qui est situé au Troisième Age):

Une fois de plus, Star Wars franchit les frontières de la fantasy.

Les Sith, incarnations du « Mal », tiennent leur nom de diverses étymologies dont:
– sith (pluralsiths)

A journey
One’s journey of life, experience, one’s lot, also by extension lifelifetime

–  aes sídhe : peuple surnaturel de la mythologie celte (mais en gaélique, on le prononce « chii », pas « sith ».

les Scythes: peuple d’Eurasie,nomade,  fameux pour ses cavaliers et ses raids (le côté « barbare » de Star Wars?)

Seth: rival d’Horus dans la mythologie égyptienne, assassin de son frère Osiris  – la facette obscure une fois de plus.

Les Sith ont plusieurs particularités: ils prennent un nom sith quand ils basculent dans l’ordre obscur et deviennent  « seigneurs Sith ». Le titre de « darth » (dark en français) leur est attribué.

Ainsi, Palpatine est-il Darth Sidious:

Les Sith ont souvent une apparence assez affreuse (le très moche Darth Maul):

Leur autre point commun est de se cacher derrière des capuchons noirs, voire des masques (cf. Darth Vader). Là aussi, on retrouve un des codes de la fantasy: la cape/le capuchon des sorciers malfaisants.
Personne n’a publié cette célèbre transformation:

Il y a un autre changement dû à l’usage de l’art noir (faire des Horcruxes n’est pas cool…),  celui de Voldemort:

 

L’image du sorcier se définit par ses vêtements souvent sombres, son chapeau ou sa cape et une apparence peu flatteuse. On remarque que plus le sorcier est mauvais (il a basculé du côté obscur), plus ces derniers éléments sont renforcés.

Pas très sympa, le sorcier de Mickey dans « L’apprenti sorcier « ( Fantasia):

Les Sith ont donc l’apparence des plus mauvais sorciers même s’ils ne sont pas considérés comme tels (à noter qu’il existe des sorciers dans l’univers Star Wars dans l’univers étendu ).

Ils reprennent les codes de la pop culture, dans les légendes, les mythes et les contes de fées.  Ce sont des êtres qui avancent masqués, comme si le capuchon (Dooku, Palaptine/Sidious),le masque (Vader; Kylo Ren?) la détérioration du visage (Darth Maul), offraient la possibilité de mieux se dissimuler, de dissimuler le côté lumineux peut-être, afin de se livrer à des actes qu’ils n’auraient pas commis quand ils étaient à découvert.
C’est un univers très manichéen que nous livre George Lucas, qui oppose l’ombre à la lumière. C’est ce côté manichéen qu’exprime également Yoda quand il dit « des êtres de lumière nous sommes(…) et pas cette matière grossière ». Yoda n’a rien inventé: le manichéisme est né au 3ème siècle, chez les Perses.
Quant à l’adjectif « manichéen », il est régulièrement utilisé. Rien ne se perd, décidément…

Pour aller plus loin avant le prochain article:
(je vais tâcher de penser à lister les ouvrages dont je me suis servie bientôt)

Intéressant article sur la relation gnostiques/manichéisme/pop culture

Le livre de Gilles Vervish  qui m’a beaucoup aidée: Star Wars, la philo contre-attaque.

 

Music is might #7

 

Music is might est une série d’articles faisant des liens entre des chansons ou des vidéos qui, a priori, n’ont rien à voir entre elles; parlant de liens émotionnels, d’ univers musicaux découverts ou à découvrir. Quand la musique fait sens…

Le titre est une référence à JK Rowling qui dans Harry Potter utilise le  slogan  « Magic is might ». En français, l’allitération en « m » est malheureusement perdue (la traduction est « la magie est puissance », chap. 12 des « Reliques de la mort »

 

Cette semaine, je suis passée auditivement  chez Disney et, en particulier, chez « La princesse et la grenouille ».
Je me suis arrêtée chez ce cousin du Baron Samedi qu’est le Dr.Facilier, le méchant du film.

Inspiré pour le dessin et la façon de bouger par Michael Jackson et Cab Calloway, le Dr.Facilier est un méchant à la voix profonde: celle de Keith David.

Quand il danse, on peut le rapprocher de cette séquence de « Stormy Weather » (1943):

Et on peut voir qu’il ressemble effectivement à Cab Calloway:

 

On entend très bien la voix de Keith David (la voix du Dr. Facilier) ici sur un titre qui rappelle, pour le rythme et la mélodie, une chanson des Stray Cats:

Et le titre des Cats – version Brian Setzer Orchestra pour le swing : « Stray Cat strut » (avec un clin d’oeil jazzy à un autre félin de dessin animé):

 

 

30 Day Movie Challenge -Jour 30

Jour 30 – Votre film préféré lorsque vous étiez enfant

Si je parle de « films », sans évoquer les dessins animés, je sais que je ne vais pas être capable de citer grand chose. Disons qu’il doit y avoir des films mais j’en garde des souvenirs mitigés et ilsne font pas partie de mes films préférés étant enfant. Si je veux évoquer la véritable période de l’enfance – et non de l’adolescence ou de la pré-adolescence (même si je n’ai pas entendu ce terme alors, lorsque j’étais concernée, autres temps, blablabla) – mes préférences allaient donc aux dessins animés. Vers 11/12 ans, j’ai eu le droit de regarder (ou d’aller voir) des films du type James Bond, Superman (les anciens)…
Le 1er Star Wars étant sorti en 77, j’avais alors 9 ans, presque 10, mais….mes parents étaient allés le voir sans moi. (rigolez….je leur ai tout fait raconter!). Par contre, pour L’Empire contre-attaque, j’avais presque 13 ans (quand je dis que c’était le début de l’adolescence….) et là, j’ai eu la joie de le voir en salles (avec mon frère qui a 4 ans et 1/2 de moins que moi, le petit(censuré), veinard! ) Je plaisante (mon frère et moi avons partagé très tôt les mêmes goûts pour la SF, les films fantastiques, etc…)

Bon, mais pour en revenir à l’enfance…. Dessins animés et qui dit : dessins animés, bingo! dit Disney!

 

Je crois ne pas me tromper en disant que mon préféré pendant longtemps (et mon Disney préféré encore aujourd’hui, d’où l’importance de l’enfance, n’est-ce pas?) est et reste: Fantasia

Il y a tout ce que j’aime: de la musique, du rêve, des dessins superbes, beaucoup d’imagination, un peu de frayeur (oui, la bestiole de la « La Nuit sur le Mont Chauve » m’a perturbée un moment, comme elle fichu la trouille à ma fille lorsqu’elle a vu Fantasia bien des années plus tard). Ceci dit, le Fantasia 2000 est très beau (et je le regarde aussi mais ce n’est pas mon enfance).

 

 

Oh, challenge terminé!

Je sais que j’ai des petites choses à rajouter donc, j’ai 2 ou 3 idées en tête. Et puis,  il y a en cours les challenges de Pimpf
et d‘Esther !

N’hésitez pas à les suivre