Premières lignes : Les Nocturnes – Tess Corsac

 Premières lignes tout de suite :

« Ces derniers temps, mes nuits sont courtes.
Le robinet couine et pleure son eau glacée dans la cuvette de céramique. Mes doigts frissonnent. J’asperge mon visage avant de me regarder dans le miroir. Mes cernes sont lourds, les lèvres abîmées, mes traits affaissés. J’essaie de sourire et mon reflet se tord. « 

J’avais beaucoup entendu parler de ce roman YA à sa sortie (avril de cette année) puisque la maison d’édition (Editions Lynks) avait alors fait un gros travail de teasing. Avec une superbe couverture créée par Miesis , qui ne pouvait qu’attirer l’oeil, je dois dire que j’avais vraiment envie de savoir ce que ce roman avait dans le ventre. D’un autre côté, j’avais aussi peur d’être déçue…

Les Nocturnes par Corsac

De quoi parle donc Les Nocturnes ? Résumé tout de suite avant de dire ce que j’en ai pensé :

Résumé : Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?

Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d’élèves… Qui sont ces « Nocturnes » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l’institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d’If et échapper à l’administration. Y parviendront-ils en apprenant qu’ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

Avec un résumé intrigant à souhait, on s’attend à découvrir de sombres secrets dans cet institut perdu au milieu de nulle part et, surtout, on s’attend  à haleter tout au long de la lecture. Certes, on est tenu en haleine, mais en raison de la grande révélation : on est vite fixé sur ce qui distingue les Verts des Rouges – et c’est bien trouvé. J’apprécie beaucoup ce genre de trouvaille : l’autrice ne cherche pas à être la plus originale qui soit (à ce sujet, le roman m’a fait penser à Caïn, de Dario Alcide)  mais elle vise juste, elle est bien renseignée et sait mettre en place un système, des personnages qui trouvent leur place et évoluent de façon cohérente. Et ça fonctionne !
L’atmosphère devient de plus en plus sombre, de plus en plus pesante. Le danger finit par se situer au sein de l’institut, lorsque les Verts et les Rouges, livrés à eux-mêmes, commencent à se battre entre eux pour des raisons que je ne vais pas révéler ici.
La fuite devient la seule solution…
Mais l’extérieur est-il plus accueillant ? Quel est le danger ? Les autres ? Eux-mêmes ? Car si ces jeunes adultes se sont retrouvés un jour dans cet institut, privés de leurs souvenirs, n’était-ce pas parce qu’ils le souhaitaient ? N’était-ce pas pour oublier une partie d’un passé traumatisant et traumatique ?
Les questions posées,  comme dans Caïn, même si le thème diffère,  sont ici aussi cruciales.

J’ai passé un bon moment avec Les Nocturnes et j’ai particulièrement apprécié le développement des personnages (avec un bonus pour celui de La Chouette).
Tess Corsac est une jeune autrice. J’espère sincèrement qu’elle continuera sur cette voie car elle nous promet de bonnes surprises dans ce cas.

Tess Corsac – Les Nocturnes
Editions Lynks – 16, 90€

Caïn – Dario Alcide

 

 

Résumé : Le centre 27-A abrite en permanence une dizaine d’enfants. Les règles y sont simples et permettent aux pensionnaires de s’épanouir malgré leurs handicaps. Tous profitent de leur séjour, sans poser de questions et dans une relative tranquillité, grâce à la bienveillance des animateurs.
Pourtant, l’arrivée d’un nouvel enfant, Caïn, va bien vite perturber la routine de l’établissement. Malgré son jeune âge, le garçon veut apprendre à lire et pose bien plus de questions que tous ses prédécesseurs réunis. Pourquoi tous les autres enfants sont-ils malades et pas lui ? Pourquoi aucun d’eux n’a de souvenirs de leur vie avant leur arrivée dans le centre ? Les animateurs sont-ils vraiment gentils ? Qu’est-ce que ce centre exactement ?
À mesure que son enquête avance, une certitude s’impose à l’esprit du jeune garçon : il va devoir fuir le centre…

C’est toujours une aventure spéciale que de lire et chroniquer un roman en auto-édition. On sent la motivation de l’auteur.e, on a envie de prendre part à cet élan, de donner toutes ses chances au livre – et parfois, comme pour n’importe quel autre livre, auto-édité ou non, on peut être déçu.
Cette fois, avec Caïn, j’ai trouvé la lecture agréable. Le style est fluide, le début avec le parti pris du point de vue de l’enfant (Caïn) est bien trouvé. Les autres points de vue sont bien choisis mais peut-être moins touchants que celui du petit garçon.
Je ne vais pas mentir : si j’ai aimé cette lecture, je n’ai pas été surprise. Il me faut des intrigues un poil plus retorses pour que je me casse la tête à me demander : » mais de quoi parle-t’on ? « . Très vite, j’avais compris le sujet du roman, les indices étant bien placés pour mettre le lecteur sur la voie (ex: les prénoms des enfants). Je ne me suis donc pas posée beaucoup de questions, le dénouement me paraissant logique.

Il reste que le livre se lit bien, que le thème est intéressant et pose des questions essentielles.
J’ai particulièrement apprécié cette fin ouverte qui laisse le lecteur dans l’expectative (et qui appellerait presque à une suite).
J’aurais juste un bémol au sujet des personnages, qui manquent un peu d’âme, de matière pour que le lecteur s’attache réellement à eux. On ressent une certaine mise à distance qui, si elle n’est pas forcément gênante à la lecture, a tendance à limiter l’émotionnel (à dessein ? ).
Une lecture convaincante que je conseille.

À propos du livre: 

Caïn
Auteur : Dario Alcide
Sortie : le 22 novembre 2018
ISBN papier : 978-2-9565405-0-2
219 pages
Prix broché : 12€
Prix E-book : 2.99€

 

Merci à l’auteur de m’avoir laissé lire Caïn en avant-première.

Liens presse
Site

Sur le même thème (j’essaie de ne pas trop spoiler)