Premières lignes — 9 mai

Premières lignes

« Je suis le produit d’une expérience éducative.
Une expérience telle qu’il n’aurait pu en exister que dans ma ville et pour ma génération. Car c’est à peu près à l’époque de ma naissance que les choses se mirent à changer pour Dehaven. A force de s’étendre, chassant la population dans les Faubourgs, elle finit par déborder de ses propres fortifications. « 

J’ai déjà parlé du projet ambitieux édité aux Forges de Vulcain nommé La Tour de Garde : une trilogie consacrée à la capitale du sud, Gemina, et  signée Guillaume Chamanadjian ; une trilogie pour celle du nord, Dehaven, écrite par Claire Duvivier dont je viens de lire Un long voyage (que j’ai adoré).
Amalia est au centre de cette histoire, comme Nox l’était pour Le sang de la cité. Elle appartient aux riches familles de la ville, tout comme son ami Hirion, héritier de la famille de Wautier.
Mais la famille d’Amalia a des idées progressistes et met en place un programme d’éducation inédit pour Amalia et Hirion afin d’en faire des  » citadins de demain ». Certains événements  interviennent dans les familles et les deux enfants sont rejoints par la suite par Yonas,   destiné à prendre la suite de son père à la tête de l’écluse.
L’enseignement est basé sur les faits ; rien que du factuel, pas de contes, ni de légendes. Aucune fiction.
Cet aspect m’a semblé un peu tiré par les cheveux, d’ailleurs…
Et… comme par hasard, l’un des personnages pourtant formé à cette rigueur s’empresse de se pencher sur le surnaturel, partant à la recherche d’objets magiques. Hirion  découvre les objets et…. cela fonctionne.  Surtout  le miroir, qui permet d’apercevoir une autre ville, vite  surnommée Nevahed, la ville-miroir de Dehaven.
Bien sûr, on pense tout de suite à l’univers que Nox arpente dans le Sang de la Cité.
De là, les ennuis commencent. A Dehaven comme à Nevahed…

J’avoue que le début m’a paru un peu long ; la mise en place des personnages, le manque d’action … Non que cela soit désagréable, mais j’ai ressenti un tout petit peu d’ennui. Puis, les choses se précipitent, trouvent leur rythme en allant crescendo. Et quel final !
Donc, malgré quelques petites interrogations, j’ai vraiment hâte de connaître la suite…
Claire Duvivier a su une fois de plus le registre de langage exact pour distinguer les familles nobles comme celles d’Amalia et d’Hirion en employant le passé simple, Yonas ayant tendance à se montrer plus familier.

Une fois de plus, une très bonne surprise.

Capitale du Nord, tome 1 : Citadins de demain par Duvivier

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes — 25 avril

Premières lignes 

 » Le 21 septembre 1989, les habitants de l’île Blackney, au large d el’archipel des Mariannes, ont disparu sans laisser de traces. Cinq-cent-quarante-six hommes, femmes et enfants, volatilisés sans que l’on ne trouve aucun corps, ni aucun signe de violence. Les premiers à donner l’alerte furent les membres de la mission Sentinelles, dépêchés depuis plusieurs années par le CNRS afin d’établir le contact avec cette population isolée. A leur tête, les professeurs Henri Luzarche, ethnologue, Adma Redouté, botaniste, et Mareve Temauri, historienne spécialiste du peuplement des îles d’Océanie.
Blackney était une énigme, bien avant de devenir un mythe. »

Je dois dire que j’étais vraiment impatiente de découvrir Into the deep, deuxième roman de Sophie Griselle, publié chez Snag éditions et ceci pour plusieurs raisons :
j’ai découvert  Sophie sur la plateforme Wattpad, où j’avais décidé un beau jour de  mettre en ligne quelques unes de mes  (anciennes) fan fictions . Wattpad étant assez inégal, elle réserve parfois de bonnes surprises: la preuve. J’avais donc lu le tout début de Into the deep en ligne. Mais c’est surtout la qualité de l’écriture de Sophie, son exploration de l’âme humaine dans ses réinterprétations des personnages de l’univers de Harry Potter ou même de Star Wars (le très beau,  Irrépressible ). 

Into the deep  s’attache donc à nous entraîner dans une expédition scientifique, dans la fosse des Mariannes,  le point le plus profond de la croûte terrestre, dans le Pacifique. Toutes les informations fournies dans le roman sont rigoureuses et vérifiables ; comme je suis une grande curieuse, je me régalée à croiser ce qui relevait de la vérité et de la pure fiction… C’est d’ailleurs l’un des points forts de ce livre : le travail de documentation effectué. Et ce qui est plus important encore, c’est que les renseignements, la partie scientifique n’empiète pas sur le côté merveilleux ou sur l’intrigue comme cela peut arriver. Un très bon point.
On oscille donc entre science, imaginaire, fantastique, sans jamais basculer vraiment dans la SF (je ne vois pas en quoi le terme SF se justifierait, en fait)
En fait, Into the deep explore tout autant les abysses que les tréfonds de l’âme humaine puisque nous suivons Sam, jeune chercheur, tourmenté par le suicide de sa mère (la scientifique Marève Temauri) alors qu’il était tout enfant. Il a toujours vécu dans l’ombre d’un père brillant, Henri Luzarche et aimerait faire ses preuves, voire surpasser ce parent encombrant (masculinité toxique  en vue avec les Luzarche père et fils). Sam dirige une nouvelle expédition dans la fosse des Mariannes. Il travaille avec la très compétente Ophélie, qui est aussi sa petite amie ; un personnage féminin qui cherche sa place et a tendance à s’effacer dans toute une partie du livre (mais cela ne durera pas). 
Un jour, Sam, toujours à la limite, presque en perdition, tombe nez à nez avec une créature. Et pour en revenir au fantastique, et  sans rien divulguer de l’intrigue, tout ce qui touche aux créatures n’appartient pas à la SF  puisque ce ne sont pas des aliens ou des E.T, mais des êtres légendaires, liés à des mythes. Sam va vouloir retrouver sa « sirène » à tout prix, même s’il doit plonger au fond de la fosse et y entraîner son équipe. On voit la détermination du jeune homme mais aussi l’absence de scrupules, et les pulsions autodestructrices… On  y assiste avec inquiétude.
Le roman suit le point de vue de Sam, ses doutes, ses tourments, ses interrogations, ses angoisses,…
Au passage plusieurs thèmes sont abordés, comme, par ex.,  l’éthique scientifique, la reconnaissance des droits des autres espèces (qui est sentient ? ou pas?), la reconnaissance des femmes dans le milieu scientifique (au travers d’Ophélie) et bien sûr, la nature de l’être humain. 
Je dois quand même nuancer mon avis avec deux petites remarques : (sinon, le roman serait parfait)
— le milieu (à peu près) du roman s’éternise sur des dialogues assez redondants qui n’apportent pas grand chose  à la psychologie des personnages. Et qui nuisent un peu à l’avancée de l’intrigue. Un tout petit peu moins de « je me sens coupable de… », « c’est de ta faute, père », un peu plus d’action et cela aurait été très juste.
— presque dans le même ordre d’idées, je n’ai pas été surprise un instant par « la » révélation qui est très préparée, en fait. J’ai peut-être trop lu de thrillers et de policiers, c’est possible. Ou alors, il m’a manqué un petit quelque chose pour trouver le dénouement original.
Mais ce n’est pas très grave car pour moi, c’est un bon roman, bien construit, bien écrit, avec  500 pages qui se lisent avec délice ;  l’écriture de Sophie Griselle est un régal.
Il ne faut donc pas hésiter et prendre son souffle : vous en aurez besoin, c’est une plongée en apnée.

Résumé : À plus de onze mille mètres de fond, la fosse océanique des Mariannes, au large de l’océan Pacifique : l’endroit le plus profond sur Terre…
C’est là que Sam Luzarche, jeune océanologue, découvre une créature qui pourrait bien remettre en question tout ce qu’il croyait savoir sur la science, sur les fonds marins et, en définitive, sur lui-même.

Into the deep par Griselle

Sophie Griselle, Into the deep

Snag Fiction, avril 2022

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Premières lignes — 21 avril

Premières lignes 

 » Gémétous, ma hiératique, c’est pour toi que j’allume cette lanterne, que je sors ces feuilles, que je trempe cette plume dans l’encre. A vrai dire, je me lance dans cette entreprise sans savoir si je pourrai la mener à bien : il y a fort longtemps que je n’ai pas couché des mots sur le papier et, même à l’époque où cette tâche m’était quotidienne, mes oeuvres se limitaient à des rapports et procès-verbaux. Mais après tout, tu veux la vérité sur Malvine Zélina de Félarasie, et je suis l’un des derniers en vie à l’avoir connue. Je vais donc faire la lumière sur elle. « 

Ecrit comme un témoignage, Un long voyage relate la vie de liesse, enfant né dans une île de l’Archipel, rejeté par les siens (notion de tabou), confié à un comptoir commercial de l’Empire et lié par un contrat ancestral (d’où son statut très particulier). De là, on suivra son éducation, son évolution, les gens qu’ils côtoient…

Intimiste, rythmé, brillamment écrit toujours humain, Un long voyage constitue une pépite que je n’ai pas pu lâcher.
Même l’emploi de la 1ère personne dont je ne raffole pas forcément est judicieux (car justifié) et totalement maîtrisé.
Nous découvrons le monde dans lequel évolue Liesse à travers ses yeux bien sûr,  ainsi que la « magie » et les mystères liés à son emploi. Peu à peu, la compréhension se fait, au fil des pages, des expériences de Liesse, de sa confrontation avec d’autres peuples, des événements violents et parfois, tragiques. Pourtant, le récit reste toujours juste et humain ; touchant et non spectaculaire ou agressif.
C’est une véritable réussite et je ne peux que conseiller de lire ce premier roman de Claire Duvivier, qui signe aussi Capitale du Nord – Citadins de demain, aux Forges de Vulcain  – un très bon roman dont je vais parler bientôt.
De la fantasy à lire de toute urgence.

Résumé : Issu d’une famille de pêcheurs, Liesse doit quitter son village natal à la mort de son père. Fruste mais malin, il parvient à faire son chemin dans le comptoir commercial où il a été placé. Au point d’être pris comme secrétaire par Malvine Zélina de Félarasie, ambassadrice impériale dans l’Archipel, aristocrate promise aux plus grandes destinées politiques.
Dans le sillage de la jeune femme, Liesse va s’embarquer pour un grand voyage loin de ses îles et devenir, au fil des ans, le témoin privilégié de la fin d’un Empire.

Un long voyage par Duvivier

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Le printemps de l’art — 29

Sam Carr est un illustrateur anglais (digital  – photoshop – et traditionnel) qui aime la fantasy, la dark fantasy, le médiéval (la légende arthurienne).

 

waking_dreams_final.jpg

Firekeeper-artstation.png

whisp fountain final.jpg

 

glory of a lost age_ final.png

dwarven explorers.jpg

allseeingonesfavor_samcarr.PNG

Class Autospy website.png

Thief Final website.png

Rescuing the Hag

MTG Elves website.PNG

 

Website: http://www.samcarr.net
Deviantart: http://samc-art.deviantart.com/gallery
Facebook: https://www.facebook.com/SamCarrArt

Instagram : https://www.instagram.com/samcarr_/

Premières lignes — 4 avril

Premières lignes 

 » On situe cette histoire au début du Vème siècle après la Grand-Fracture. La date exacte des événements sera laissée à la libre imagination du lecteur, qui devra souvent faire appel à sa fantaisie s’il suit ce récit. S’il ne goûte guère l’absurde, l’impossible, l’irrationnel, l’illogisme et le fantasque, alors il lui faut abandonner ici la lecture.
Pour celui qui décide de continuer, entrons dans l’histoire sur la pointe des pieds, en ouvrant juste un peu la porte, comme l’on entre dans le boudoir d’une jeune fiancée en pleins préparatifs.
Cette fiancée s’appelle Enhilde de Fronlieu. »

 

Si le prologue n’est pas vraiment engageant, l’histoire de   Steam Sailors tome 1 : L’Héliotrope ,  saga chez Gulf Stream, l’est beaucoup plus et apporte son lot de péripéties, malgré une mise en place un peu longue. Roman de fantasy steampunk,  ce premier tome se concentre autour de l’Héliotrope, un mélange de navire et de dirigeable,  personnage à part entière dont la carte est fournie en début de volume. Son équipage  ? des pirates. Assez sanguinaires mais que l’on va apprendre à découvrir au fil de la lecture.
L’héroïne est une très jeune femme,  Prudence, arrachée au Bas-Monde (l’univers est scindée en Bas-Monde, pas très sympa depuis la disparition des Alchimistes et le Haut-Monde mystérieux, dans le ciel). Enlevée par erreur par les pirates, elle va leur être utile et   s’adaptée très (trop ?) rapidement à sa nouvelle vie.
Un schéma assez classique : les pirates ne sont pas les « vilains » de l’histoire et Prudence se joint à eux pour les aider dans leur quête (car quête, il y a ).
Le roman est bien rythmé une fois les premiers chapitres passés et on a envie de savoir ce que les pirates et Prudence vont découvrir.
Malgré tout, il reste plusieurs petits défauts qui peuvent décourager. Je pense à  de nombreuses coquilles ( tout un paragraphe  se retrouve copié-collé à deux endroits différents). un peu dommage quand l’objet-livre reste absolument magnifique comme souvent chez GulfStream. 
Au-delà de cela, plusieurs transpositions du milieu aérien au milieu aquatique me semblent assez étranges et ne fonctionnent pas réellement. On se demande si les pirates se trouvent bien à bord d’un dirigeable ou d’un navire, dans l’eau ou dans l’air. Bref,  cela manque de précision.
Un dernier point tient au fait de décrire et détailler énormément, en particulier ce que les personnages ont en tête ; un procédé qui ralentit beaucoup l’intrigue et qui casse le rythme. Encore trop de « tell » et pas assez de « show ». C’est donc souvent un peu maladroit. J’espère que ces points s’améliorent dans les tomes suivants car, malgré ce que je viens de noter, j’ai bien aimé cette lecture et je vous invite à découvrir l’Héliotrope.

E. S. Green

384 pages
GULF STREAM EDITEUR (26/03/2020)

Steam Sailors, tome 1 : L'héliotrope par Green

 

Résumé : Quatre siècles après la Grande-Fracture, les habitants du Bas-Monde traversent une ère obscure et rétrograde, tandis que le Haut-Monde, figé depuis l’extinction des Alchimistes, demeure inaccessible et fait l’objet de tous les fantasmes. Originaire du Bas-Monde, Prudence vit en paria car elle voit l’avenir en rêves. Une nuit, son village est attaqué par des pirates du ciel. Enlevée et enrôlée de force à bord de l’Héliotrope, un navire volant à la sinistre réputation, la jeune orpheline découvre un nouvel univers, celui du ciel et des pirates. Prudence fait la connaissance des membres de l’équipage, qui ne tardent pas à lui révéler leur secret : ils détiennent un indice, menant à une série de « clefs » disséminées dans le monde, qui permettait de retrouver la cité des Alchimistes…

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

Arts d’hiver — 36

Ana Godis est une jeune artiste ukrainienne spécialisée dans l’illustration (particulièrement digitale).  Elle vivait à Odessa encore récemment (elle est réfugiée en Roumanie).
Je suis ce qu’elle fait depuis pas mal de temps maintenant, principalement sur Instagram .  Je dois dire que j’avais complètement craqué pour la façon dont elle dessine ses personnages (les fan art de Harry Potter ont beaucoup contribué à mon coup de coeur, au début). Je pensais parler d’elle bien avant que la guerre n’éclate et j’avais  donc déjà préparé  mon article pour ce mois-ci — étrange coïncidence. Me voilà en train de devoir le dé-programmer à cause de la terrible actualité… J’aurais préféré parler d’art et non de guerre, de bombes ou d’artistes devant fuir leur pays. Bref, de l’art tout de suite.

 A noter : on peut aider Ana qui est partie à toute vitesse d’Ukraine mais qui publie toujours sur Insta, en contribuant à son Patreon  

 

 

 

 

 

 

 

 

Arts d’hiver — 32

Un grand monsieur de l’illustration fantasy puisqu’il a dessiné la Terre du Milieu : David Thorn Wenzel. 

David Thorn Wenzel has been part of the fantasy art movement since the 1970’s when Middle Earth: The World of Tolkien Illustrated was released. He has continued to work on fantasy projects in the children’s book, trade book, and graphic novel markets throughout his career. Illustrations from his 1980s book, Kingdom of the Dwarfs as well as the cover art of The Hobbit, are in the permanent collection of the New Britain Museum of American Art Art and The Greisinger Museum, Switzerland as well as numerous private collections worldwide.

His early works reflected his interest in pen and ink combined with watercolor and were inspired by artists like Rackham and Dulac. These mediums and techniques were instrumental in creating the artworks for The Hobbit, a graphic novel first published in the early 90’s which has been revised and continues to be published worldwide under the oversight of J.R.R. Tolkien’s UK publisher. Wenzel began his career working for Marvel and D.C. comics, working on The Avengers and Savage Sword of Conan. Other notable titles include the graphic novel of The Hobbitand The Wizard’s Tale. Over the course of his career he has also illustrated numerous children’s books

Smaug the Destoyer Comic Art

Bilbo Baggins

Mr. Baggins relaxing in his chair Comic Art

Gandalf, Bilbo et les nains

 

Bilbo Appears Comic Art

Bilbo et les trolls :

Trolls Comic Art

Troll Scrum Comic Art

Thorin chez le roi des elfes :

Thorin and The Elven King Comic Art

Rivendell

The Warmth of Rivendell Comic Art

Thorin à Laketown

 

Thorin in Laketown, Page 92, The Hobbit Graphic Novel Comic Art

La communauté de l’anneau

The Fellowship of the Ring Comic Art

Gandalf

Gandalf watercolor By David Thorn Wenzel Comic Art

Instagram