Les créatures étranges de Peter Morbacher – L’été de l’art

L’été de l’art  touche peu à peu à sa fin pour cette année.
Je voulais parler cette semaine des très belles illustrations de Peter Morbacher, un artiste qui vit en Floride et qui a travaillé, entre autres, sur les cartes Magic, The Gathering. 

Son projet, Angelarium, présente tout un univers centré autour des anges  : séraphins, les 12 anges du zodiaque   (à chaque ange correspond un signe du zodiaque), etc…

C’est vraiment un très beau projet — en voici quelques illustrations. Le reste est sur son site (dont j’ai mis le lien plus haut), sur Artstation 
et sur sa page FB 
Deviant art 

 

 

Peter_Mohrbacher_14

The Master

 

 

Ein_Sof_Emanation_Infinite_Tree_Life_Mohrbacher

Tifiret_Emanation_Beauty_Balance_Mohrbacher

art by Peter Mohrbacher

 

art by Peter Mohrbacher

 

virgoF.jpg

Premières lignes – 3 août

Premières lignes de la semaine 

« Guille
Tout a commencé le jour où Mlle. Sonia, la maîtresse, nous a posé une question. Derrière les fenêtres, il y avait un grand soleil jaune qui brillait et les feuilles des palmiers bougeaient comme quand papa a pu se réveiller et qu’il me fait au revoir de la main à la porte de l’école et qu’il a ses gants verts parce qu’on est en hiver.
Mlle Sonia s’est levée de derrière son bureau, qui est celui de la maîtresse puisque c’est le plus grand, et elle a tapé des mains plusieurs fois, ce qui a fait des petits nuages de craie dans l’air. Elle a toussé  un peu, aussi. Nazia a dit que c’était à cause de la craie, qui fait dans la gorge comme quand on mange un sablé et qu’on a la bouche tellement sèche que des fois, si on ne boit pas d’eau, on vomit.
 » Bien, et maintenant, avant la récréation, je voudrais que vous répondiez à la question suivante, les enfants », nous a dit la maîtresse.
Puis elle s’est retournée, a pris une craie rouge et a écrit au tableau, en très gros :
Quand je serai grand, je veux être…. « 

Voilà : Guillermo (Guille) a neuf ans et quand il sera plus grand, c’est certain, il veut être Mary Poppins. C’est original mais c’est un projet qui lui tient tant à coeur que cela inquiète son institutrice qui l’oriente vers la psychologue scolaire, soupçonnant un secret que l’enfant cherche à dissimuler. A partir de cet instant, l’auteur, Alejandro Palomas nous invite à découvrir peu à peu ce que dissimule Guillermo (et son père). Roman choral où les enfants aussi ont la parole, Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins aborde avec tact et tendresse des thèmes sérieux — et parfois graves sans tomber dans la mièvrerie mais sans les édulcorer non plus. Il y est question d’amitié, d’amour, de différence, de famille, de deuil, de manque, d’imagination….
Alejandro Palomas a dit qu’il avait tenté à plusieurs reprises d’écrire ce roman sans y parvenir  (une fois vers 20 ans, une autre vers 30). Il lui a fallu attendre la quarantaine pour trouver le ton juste et multiplier les points de vue.
Et le ton est là — les tons — ainsi que la justesse. Un beau roman.

Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins par Palomas

Résumé : C’est l’histoire d’un petit garçon débordant d’imagination qui voue un amour sans bornes à Mary Poppins. L’histoire d’un père un peu bougon, qui vit seul avec ce fils sensible et rêveur dont il a du mal à accepter le caractère. D’une institutrice qui s’inquiète confusément pour l’un de ses élèves qui vit un peu trop dans ses rêves. D’une psychologue scolaire à qui on envoie un petit garçon qui a l’air d’aller beaucoup trop bien. Quel mystère se cache derrière cette apparence si tranquille, et pourtant si fragile ?
Un roman choral aussi tendre que bouleversant, qui emprunte à l’enfance toute sa sincérité désarmante pour dire l’amour, le vide, le rêve et la puissance de l’imaginaire.

 

Les blogueurs et blogueuses qui y participent aussi :

• Au baz’art des mots
• Light & Smell
• Les livres de Rose
• Le monde enchanté de mes lectures
• Cœur d’encre
• Les tribulations de Coco
• Vie quotidienne de Flaure
• Ladiescolocblog
• Selene raconte
• La Pomme qui rougit
• Les lectures d’Emy
• Aliehobbies
• Ma petite médiathèque
• Pousse de ginkgo
• À vos crimes
• L’univers de Poupette
• Le parfum des mots
• Chat’Pitre
• Les lectures de Laurine
• Lecture et Voyage
• Eleberri
• Les lectures de Nae
• Claire Stories 1, 2, 3
• Tales of Something
• Read For Dreaming
• Ju lit les mots
• Illie’z Corner
• Voyages de K
• Prête-moi ta plume

Invitation chez Alice in Wonderland

Pas de premières lignes cette semaine pour des raisons diverses ( lectures non terminées, week-end un peu bousculé, challenge HMSFFF à peaufiner, ….) mais je vous invite à entrer aux pays des Merveilles en photos avec un thème Alice.

En effet, récemment nous avons fêté nos (presque) non-anniversaires, Mr. Chours et moi sur le thème d’Alice au Pays des Merveilles. Je dis « presque » puisque les anniversaires étaient un peu dépassés (d’ 1 semaine pour JB, d’un peu plus pour moi). C’était surtout l’occasion de réunir des gens sympas autour de nous et de passer un bon moment. Nous avions déjà fait un thème Harry Potter il y a deux ans, alors que nous venions de passer tous les deux une nouvelles dizaine (pas la même ^^, mais on s’en fiche). 

 

C’est le Chat du Cheschire qui accueillait tout le monde. 

alice

Sablés salé, madeleine salées, c’est le monde à l’envers

 On trouve de tout dans les tasses

Les champignons de la chenille

eat me 

 

Les illustrations d’Arthur Rackham

Et la référence au dessin animé….

Je trouve que préparer une petite soirée comme ça est vraiment agréable : cela demande pas mal d’imagination et de créativité. Il y a moins de sites pour trouver des idées de recettes Alice : toutes tournent autour des gâteaux… De même, pour la déco, on trouve pas mal de : tea party, anniversaires d’enfants et de …mariages ! Mais en général, c’est moins fourni que pour Harry Potter ( des tas de sites sont consacrés à la déco, aux recettes, aux objets à fabriquer…). J’ai donc mis à contribution un peu tout le monde : par ex.,   j’ai demandé de la vaisselle anglaise (service à café, assiettes) à ma mère (vaisselle qui provient réellement de mon arrière-grand-mère ).  So british...

Inutile de préciser qu’on a passé une très bonne soirée….

Et quAlice in Wonderland reste un classique universel.

 

Chenille écolo, ver des sables et tutti quanti

« La découverte d’une larve capable de dévorer le polyéthylène, l’une des matières plastiques les plus résistantes, utilisées dans de nombreux emballages, offre la perspective de bio-dégrader rapidement ce polluant qui s’accumule dans l’environnement, notamment les océans.

« Les déchets plastiques sont un problème environnemental mondial, surtout le polyéthylène, particulièrement résistant et qui très difficilement dégradable naturellement », explique Federica Bertocchini, une chercheuse au Centre espagnol de la recherche nationale (CSIC), auteur de la découverte de cette larve de la fausse teigne de la cire (Galleria mellonella), un papillon très répandu.

source

ici 

 

Quand j’ai pris connaissance de cette info, je me suis dit: « Elever des larves en masse pour manger nos déchets plastiques, c’est pas un peu dangereux? » . J’ai eu la vision apocalyptique de vers géants (merci Dune!) colonisant la planète. Au fil de l’interview avec la scientifique, j’ai apris qu’il s’agissait de larves de …papillons. Aussitôt, la Terre terrain de jeu de Shai-Hulud, s’est transformé en un joyeux bazar peuplé de papillons gigantesques (et de licornes sur fond d’arc-en-ciel, si possible).
Jusqu’au moment où les chercheurs déclarent: «  »L’une des prochaines étapes sera de tenter d’identifier ce processus moléculaire et de déterminer comment isoler l’enzyme responsable ».

Alors, mon rêve éveillé s’écroule. Pas de vers ni de papillons titanesques, adieu Dune, les arcs-en-ciel et les licornes ! J’ignore à quel moment les licornes ont débarqué dans mon délire, sûrement une relation avec la couleur ou un grand besoin de me changer les idées en ce moment…
Voilà, tout ça se résume à un bête enzyme sur du bête polyéthylène qui nous pourrit la vie et la planète.

Parfois, vu les circonstances actuelles, j’aimerais mieux vivre ici:

Je sais, je suis un brin  idéaliste.Juste un brin …

 

Mes chats ont plutôt ce genre d’attitude:

A très bientôt!

365 jours d’écriture – Fée

essais2

 

« Fée pas ci, fée pas ça…. » Rengaine fée

Non loin d’ici, de l’autre côté de la pluie, là où parfois se perdent les magiciens et quelques rêveurs, il est une contrée où résident les fées. Par-delà les terres, les rivières et les pierres, il nous arrive de la traverser par mégarde ou de la frôler sans  savoir, en un clin d’oeil.
C’est un lieu qui pourrait nous effrayer si nous pouvions le voir à l’éveil. Il nous paraîtrait sauvage, emmêlé et échevelé, sans queue ni tête, ni sens, ni règles, ni lois. Mais c’est ainsi que le peuple fée désire le montrer.
Car il n’en est rien.
Au contraire, la société sidhe (=shee) est parfaitement structurée de même que l’est son univers.
Pensez -vous que la contrée des fées est un ensemble de joyeux vallons où s’ébattent telles d’anciennes nymphes de jolies dames voletantes au gré du vent?  Un parterre de marguerites géantes où s’agitent en chantonnant de petites créatutes insouciantes vêtues de jupettes de feuilles chevauchant des chenillles? Que nenni. Les contes de fées sont comme les créatures qui les peuplent: trompeurs.

La réalité féérique est bien différente.
Le pays est sillonné par des voies fées – qui sont, je le conçois, fort différentes des nôtres –  reliant les innombrables cantons-fées à l’intérieur desquels sont établis les bourgs des fées.
Nous ne parlerons pas de la politique fée qui, bien sûr, dépasse totalement notre entendement de mortels et pourrait nous sembler quelque peu fantasque. Mais elle ne l’est pas.
Vous avez tous entendu parler du fameux roi sidhe, Obéron? Et de la souveraine Titania? De Robin « Puck » Goodfellow? L’ami Shakespeare s’est fait le porte-parole de leurs aventures il y a longtemps.
Mais ce que l’histoire ne raconte pas, ce sont les manières révolutionnaires et totalement modernes de ces deux souverains! Ils  mirent en place un système fort habile  pour réguler les débordements de leurs voisins; oui, nous autres, les humains.
Obéron fut le premier à organiser la vie féérique. Point de goûters sur l’herbe, de chants et de rondes amusantes en tenues légères lors des soirées d’été. Balivernes! Au travail, les fées!
Depuis la nuit des temps, le peuple sidhe œuvre dans l’ombre afin de réparer les erreurs et les errances des mortels. Chaque région fée a sa spécialité et son domaine d’expertise. On en compte d’innombrables….

Ainsi, à Illusions-Perdues, on peut croiser les fées  en charge  des cauchermars et des somnambules perdus; à Ambreville, on rapièce les trames des histoires  ; à Fillory, on console les petits enfants égarés par hasard avant de les ramener;  à Techno-sidhe, on répare  les pannes dues aux interventions malignes. Les Techno-fées sont d’ailleurs de plus en plus nombreuses depuis le développement de l’électricité puis d’internet. Il y en a encore des centaines, les fées en charge de la nourriture à Chouville, des animaux disparus et des créatures imaginaires à TaDzoa, des bizarreries climatiques à SolyNube,  Nul ne peut tout citer sans en perdre la raison; aussi n’essaierais-je pas.

Mais, ce jour-là, les fées des lettres agitaient dans tous les sens leurs longues  ailes couvertes de papier. Les Lettra-fées ont toujours été  chargées de tenir les registres linguistiques; elles ont la responsabilité des mots.
Ces fées étaient de grandes dames aux robes faites de papier bruissant et de grands messieurs aux habits en papier journal. Ils arboraient fièrement leurs lettres en différents alphabets et parlaient de façon calme et posé, dissertant sur la prose ou la signification de tel mot dans tel dialecte humain – ou non-humain.
Pourtant rien n’allait plus.Les fées des mots, plus petites et plus expansives, allaient et venaient entre les édifices, portant des monceaux de dictionnaires, s’interpellant à tue-tête – et le diable sait que les fées peuvent avoir de petites voix fort aigües….
Finalement, l’une entre elle se posa au beau milieu de La Place Centrale et cria de toutes ses forces:
– Ce n’est plus possible! Il faut les arrêter!
Aussitôt, dames et sieurs sidhe arrêtèrent leurs conversations et se massèrent avec grâce autour d’elle:
– Et bien, fée-mot, que t’arrive-t’il?

La petite déploya ses ailes qui se teintèrent d’un vert brillant de rage:
– Ils se moquent de mon mot! Moi, Nénufar-fée!
Un « ooooh » s’éleva de la foule attroupée. Les sourcils argentés des messieurs se froncèrent. Leurs beaux yeux en amande se noircirent de courroux.
– Les …humains? Comment osent-ils?
Un jeune garçon-fée, qui avait toujours l’air étonné, s’avança à son tour, triturant son couvre-chef entre ses mains fines. L’assemblée le dévisagea avec une stupéfaction sans pareil. Le sieur fée qui avait déjà pris la parole avec irritation lui demanda:
– Pourquoi, Sire Conflexe, as-tu ôté le symbole de ta charge? Veux-tu bien le replacer!
Le garçon-fée se tassa encore un peu plus sur lui-même:
– Il paraît, Messire Dyko, que je n’ai plus d’utilité…Je ne peux pas…
A nouveau, l’indignation se fit entendre. Messire Dyko leva la main et fit taire les autres. Il fit un signe à sa voisine, une fée voilée de papier transparent qui doucement, s’avança à ses côtés:
– Je vais laisser la parole à notre Très Sage Dame Lingua. Voulez-vous, ma dame?
Tous se turent car Dame Lingua était une sorte de légende parmi les fées. On disait que c’était elle qui avait établi toutes les langues du monde humain et non-humain, qu’elle avait participé au sauvetage de la tour de Babel afin d’en rapporter la richesse des dialectes.
Sa voix était calme et douce quand elle parla:
– Tout ceci n’est que du vent, ô fées.  Nos collègues Techno-fées m’ont fait part de ces rumeurs concernant une langue humaine, en particulier. . Ne vous inquiétez pas, fée Nénufar et toi Sire Conflexe. Vous avez toujours votre place. Nos partenaires Techno-sidhe règlent ce désagrément bien humain….Vous les connaissez.. Ils se prennent pour le centre du monde, s’agitent sans savoir, oublient aussitôt et recommencent peu après.
Tous se mirent à rire. L’atmosphère se détendit. Les yeux noircis de colère reprirent leurs couleurs d’or et d’argent, d’ambre et de pourpre.
– En effet, vous savez les emballements et les faiblesses des mortels… Peu de réflexion, beaucoup d’affolement.  Ah, si nous s devions écouter ceux qui crient et qui ragent, les pauvres  humains en seraient encore à tailler des silex ou à s’exprimer en grommelant des sons disgracieux.  Et leur pauvre mémoire qui ne sait rien retenir.  Il ne faut pas leur en tenir rigueur car ils sont ainsi faits. Calmez-vous, ô fées,  car comme le disait notre ami le poète William qui séjourna parmi nous : tout ceci est beaucoup de bruit pour rien.(Much Ado About Nothing).

 

FIN

 

Niess – 2016

 

 

J’ai un album plein  de fées ici