L’automne en images et en musique — 42

Tsuruta Ichiro est un artiste polyvalent japonais originaire né en 1954 à Hondo City, préfecture de Kumamoto (actuellement Amakusa ).  Ichiro Tsuruta a grandi entouré par la nature riche de la région d’Amakusa. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, il a ensuite intégré le département de design graphique de la Tama Art University, dans le but de devenir illustrateur.
Il est célèbre pour représenter les femmes japonaises avec élégance et une touche artistique bien distinctive.

Comme il le dit, « Je veux dessiner ma propre muse », c’était son thème éternel et le point de départ de son travail.

Son site

Instagram 

Ichiro Tsuruta

 

 

Ichiro Tsuruta

 

Ichiro Tsuruta

Ichiro Tsuruta

Ichiro Tsuruta

 

Ichiro Tsuruta

 

Ichiro Tsuruta

L’automne en images et en musique – 39

 

Tomoo Inagaki, le spécialiste des chats… En effet, il est surtout connu pour ses chats stylisés.

 

Tomoo Inagaki was born in 1902 in Tokyo. As a high school student and later as an employee of a steel company he dabbled as a self-taught artist in oil painting and in printmaking. Koshiro Onchi had published an art magazine about poetry and prints, called Poems and Hanga. The young Tomoo Inagaki was impressed by the modern prints published in this magazine – many by Koshiro Onchi and Unichi Hiratsuka. It gave him the last kick to make a decision for an artist career. He quit his job at the steel company and attended a commercial art class for two years.

As a graduate of a commercial high school, Inagaki had a natural sense for the financial aspects of life. He decided to go into commercial arts instead of becoming a fine but starving artist. He soon established his own commercial art studio in Tokyo.

Inagaki could make a living with his commercial design studio. This enabled him to continue to work as a print maker. But World War II put an end to his design studio.

Tomoo Inagaki died in 1980 in Tokyo. (source)

 

Woodblock print by Tomoo Inagaki 1902-1980 Title: Two Cats Wearing Necklaces.

 

 

Tableaux sur toile, reproduction de Tomoo Inagaki Cats 1964

D’autres dessins : 

Et retour aux chats :

 

La lanterne de Nyx (T.1 et 2) — Kan Takahama

 

Cela fait plusieurs semaine que j’ai envie de parler de ce manga. C’est le moment !

La Lanterne de Nyx – Tome 01

Résumé : 1878, Nagasaki. Poussée par sa tante, Miyo franchit la porte d’un magasin d’importation pour y postuler. Très peu qualifiée, mais capable de deviner à qui appartenait ou sera destiné un objet, elle est recrutée contre toute attente par l’étonnant patron, Momotoshi. Sous la houlette de ce dernier et de Ganji, son homme à tout faire, la jeune fille apprend l’alphabet et découvre les merveilleuses marchandises venues d’Occident que les notables s’arrachent. Un monde inconnu et combien fascinant s’ouvre à elle.

Lanterne de nyx visual 1

La Lanterne de Nyx est un manga au style très doux, très BD occidentale, en fait.
Miyo, le personnage principal, est une très jeune femme qui va peu à peu prendre ses marques et s’affirmer.
Les deux autres personnages, Momo, propriétaire de la boutique où Miyo va travailler et Gandji, sont aussi des excentriques. Ils ont des secrets que nous allons peu à peu découvrir. La rencontre du Japon et de l’Occident (la France en particulier) est plutôt intéressante et bien menée. D’autres personnages secondaires vont intervenir, avec des histoires qui ne sont jamais négligées.
La dimension fantastique tient surtout au don extraordinaire de Miyo qui peut « lire » les objets et deviner qui sera leur destinataire ( ou d’autres détails). Bonjour la Passe-Miroir ! 😉
De nombreuses références à Alice au Pays des Merveilles émaillent le manga et sont tout à fait bien trouvées. En quelque sorte, Miyo passe par le trou du lapin d’Alice quand elle entre dans la boutique de Momo. Elle y découvre un autre monde, très différent de celui auquel elle était habitué jusqu’alors.
Les objets et les oeuvres d’art, tout est très documenté. Il y a là un travail de recherche excellent.
C’est un beau voyage dans le passé et une belle histoire, aussi.
Vraiment, j’ai fait une belle découverte avec ce manga. Et j’ai hâte de lire les autres tomes.

Lanterne de nyx visual 2

 

Lanterne de Nyx (la) Vol.1

Lanterne de Nyx (la) Vol.2

 

Takahama, Kan

03/2019 (Parution le 06/03/2019)

Glénat

En raison de son aspect merveilleux, du « pouvoir » de Miyo, je le classe dans le challenge de l’Imaginaire.

L’automne en images et en musique – 35

Cette semaine

Hiroshi Yoshida (吉田 博)

 () C’est un  peintre et graveur sur bois japonais  Il est considéré comme le plus grand artiste de style shin hanga et particulièrement apprécié pour ses estampes de paysages. Yoshida a beaucoup voyagé . Il a peint des tableaux de sujets non japonais peints dans le style traditionnel dont le Taj Mahal, les Alpes suisses, le Grand Canyon et autres parcs nationaux aux États-Unis.

Il a beaucoup travaillé avec sa femme Fujio Yoshida qui appartenait à la lignée d’artistes des Yoshida qui l’adopta et donna son nom au peintre.

 

Avenue des cerisiers, par Hiroshi Yoshida

Woodblock print by Hiroshi Yoshida 1876-1950 Title: Sailing Boats in the Morning - Inland Sea.

Cerisiers, par Hiroshi Yoshida

Château Hirosaki, par Hiroshi Yoshida

 

A l’étranger :

 

Ghat à Benares, par Hiroshi Yoshida

Hodakayama, par Hiroshi Yoshida

 

Fujio Hoshida (1887 – 1987)

Fujio Yoshida — AWARE Women artists / Femmes artistes

Fujio Yoshida — AWARE Women artists / Femmes artistes

Fujio Yoshida — AWARE Women artists / Femmes artistes

Fujio Yoshida 'Goldfish' 1926

 

 

Toshi Yoshida 1911-1995
(leur fils aîné)

 

 

 

Le printemps de l’art – 16

J’ai trouvé par hasard ces illustrations, cette semaine. Elles sont l’oeuvre d’un artiste japonais Ono Tako (on peut le suivre sur Twitter )

On le connaît pour ses  » contes de fées de l’Ouest” :

Cendrillon :

Blanche-Neige

 

La petite sirène 

La reine des neiges :

 

Mais aussi :

Hatsune Miku (Vocaloid)

hatsune miku, illustration, style japonais / Miku est cool car il fait chaud

 

illustration, VOCALOID, hatsune miku / 和ミク

Fate Grand Order

Fate/Grand Order, Fate/Grand Order, Caster of Okeanos / 【FGO】オケアノスのキャスター【浮世絵風】

Fate/Grand Order, Fate/Grand Order, illustration / 【FGO】氷雨酒(ひさめざけ)【酒呑童子】

illustration, Fate/Grand Order, Japanese style / 【C97新刊】サンプルと通販のお知らせ【FGO浮世絵本】

Sailor moon

Sa page 

Le printemps de l’art – 2

On part au Japon, et en photos pour ce deuxième épisode du Printemps de l’Art. A défaut d’y aller physiquement, je vous propose de retrouver d’anciennes prises de vue réalisées par le baron Raimund von  Stillfried photographe autrichien qui fonda un studio photos au Japon à la fin du XIXème. Il forma des photographes japonais dont Kusakabe Kimbei. 

F. 237. [Trois geishas dansant] / [Auteur non identifié], [s.d.], [n° 787], [3 dancing girls (Geishas)];

 

F. 239. [Costume d'hiver] / [Auteur non identifié], [s.d.], [n° 789], [Winter costume];

 

F. 242. [Jeune fille] / [Raimund von Stillfried], [s.d.], [n° 792], [Young girl];

 

F. 263. [Jeune fille] / [Auteur non identifié], [s.d.], [n° 813], [Girl];

 

F. 272. [Vieil homme] / [Auteur non identifié], [s.d.], [n° 822], [Old man];

Photos de Kusakabe Kimbei : 

 

Fig. 47. 2. Work men's holiday / Kinbei Kusakabe;

Fig. 46. 290. Dancing of beggar priests;

Fig. 51. B 1130 Fencing;

Fig. 63. 227. Girls[sic] in bed;

 

Fig. 69. 80. Visiting ceremonials[sic] / Kinbei Kusakabe;

Fig. 76. 171 Washing hair;

Fig. 93. 152. Girls playing at hane (new year s game) / Kinbei Kusakabe;

 

sources

L’automne en images et en musique -2

Parce que c’est l’automne, le début octobre, parce qu’il commence à faire frisquet, pour toutes ces raisons, plongeons-nous dans des illustrations élégantes et légères : celles de Yuko Yoshioka.

Yuko Yoshioka est une illustratrice japonaise née en 1972. Elle est free lance depuis 1999 et habite à Tokyo (son site web ). 
Elle a fait des couvertures de livres et de magazines, des calendriers, des publicités. Elle est marquée par la culture française. Elle a d’ailleurs co-écrit   « Le français pour s’amuser avec des images (phrase de conversation) » (Gakken Plus ) – mai 2016 . 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Instagram

Behance

Le petit livre de l’Ikigaï – Ken Mogi

 

 

Pourquoi les Japonais comptent-ils parmi les gens les plus sereins et les champions de la longévité ?
Grâce à l’ikigaï.
Comment prendre le même soin méticuleux pour faire prospérer sa vie que le jardinier pour tailler et faire croître son bonsaï ?
Grâce à l’ikigaï.
Comment mener une existence longue et heureuse, à la poursuite épanouissante d’une activité qui se suffit à elle-même ?
Grâce à l’ikigaï.

L’ikigaï est la célébration du « faire » plutôt que de « l’avoir » ou même de « l’être ». Grâce à ce livre, vous aurez toujours « une excellente raison de vous lever le matin », et vous trouverez la plénitude à chaque étape de la vie.
Ken Mogi, neuroscientifique et auteur à succès japonais, nous livre les secrets de cette philosophie japonaise, en se fondant sur des recherches scientifiques passionnantes, des parcours incroyables et des expériences inédites.

Ce « petit livre  » aborde la notion d’ikigaï dont on parle beaucoup en ce moment. Qu’est-ce que c’est ?
Iki, en japonais « la vie ».
Gaï  littéralement « la réalisation de ce que l’on attend, de ce que l’on espère ».
Vivre en accord avec son Ikigaï, c’est donc réaliser ce que l’on attend de la vie. (« la raison d’être »)

L’auteur explique très bien les 5 piliers de l’ikigai:  commencer petit, se libérer soi-même, harmonie et durabilité, la joie des petites choses et être ici et maintenant.

 

C’est un petit livre qui plaira beaucoup aux personnes intéressées par la culture japonaise.
Pour ma part, je l’ai trouvé un peu long en terme de narration. On attend plus d’exemples précis alors que l’auteur se perd un peu en racontant des anecdotes, intéressantes, certes. Ce n’est pas à proprement parler un « guide de bien-être » (tant mieux, ils commencent à me sortir par les oreilles…).

Je pense que c’est une bonne première approche, qui nécessite un approfondissement si on veut mettre en pratique son ikigaï.

Merci à NetGalley et aux éditions Mazarine pour cette lecture.