Tag de fin d’année 2017

 

Je voulais le faire l’année dernière mais, allez savoir ce qui s’est passé, le tag est passé à la trappe ! Bon,  c’est souvent le cas pour les tags, chez moi: ce n’est pas que je ne les fais pas, c’est que je les mets dans un coin et que je les y oublie). Merci donc Lisa-Petit Pingouin Vert pour me remémorer ce tag.

  • Selon vous quelle est la personnalité de l’année 2017 ? 

Toutes les femmes qui on témoigné contre ce …… Harvey Weinstein et toutes les ordures du même acabit.

Pour résumer: toutes les femmes qui se font entendre

  • Quelle personnalité n’avez vous plus envie de revoir en 2018 ? 

Oh, quelques unes !
Forcément, Trump et son pote de guéguerre Kim Jong-un
Dans l’idéal, tous les tyrans et dictateurs du monde…



Breakfast club

  • Quelle a été votre plus grosse déception artistique de l’année (Livres,films, musique, etc) ?

Film: Guardians of the Galaxy vol. 2

Pour à peu près les mêmes raisons que June

Résultat de recherche d'images pour "guardians of the galaxy 2 gif"

 

 

  • Quelle a été votre bonne surprise artistique de l’année 2017 ?  

Musicalement, 2017 c’est une très bonne année pour moi.
Côté concerts, ça a été royal ! Cela faisait des années que je n’étais pas allée en concert (et oui, ça fait du bien.)

Le 1er était à Bercy-Accor Arena – avec quelqu’un qui ne viendra sans doute pas de sitôt en Europe (pour cause de service militaire coréen). J’ai nommé l’un des/ou le King de la Kpop: G-Dragon (JiYong de son vrai prénom).

 

 

Le second concert sera à Nantes, dans quelques jours :Post Modern Jukebox

 

  • Une chose que vous n’auriez jamais voulu voir en 2017 ? 

Trop de choses: la mesquinerie, les rageux, les chouineurs (tout ça se conjugue autant au masculin qu’au féminin), surtout sur internet et les RS.
Malheureusement, quand on a une activité en ligne, on ne peut s’empêcher de tomber sur des fils de plaintes (je zappe), de haine (je bloque) et de récriminations de tout poil (j’évite de lire).


Je n’ai pas envie de ça, j’ai envie de positif …surtout cette année qui a été (qui est encore) compliquée pour moi et émotionnellement difficile.
D’ailleurs, je me fous de la mort de Johnny, j’ai perdu mon père récemment et, à mon sens, il valait 100 Johnny même s’il n’a jamais vendu de disques.

 

 

  • Le nombre de livres/films lus/vus en 2017 ?

Je ne compte pas mes lectures mais je peux faire une moyenne : j’emprunte entre 10 à 25 livres par mois en bibliothèque, ce à quoi se rajoutent les SP, et mes livres personnels.
Je peux dire que je suis dans les 250 à 300 livres/an en moyenne -et cette année, j’ai explosé mes records.

Pour les films, particulièrement les films vus au cinéma: 5 ou 6

  • La série TV de l’année ? 

En nouveauté: The handmaid’s tale (la servante écarlate)

En suite de….: Outlander saison 3

 

  • La chanson de l’année ? 

Taemin Move (celle-ci est incrustée dans mon cerveau)

 

Pas de chanson nouvelle mais ce monsieur qui fait des reprises façon metal – et c’est excellent, la preuve, j’ai réussi à écouter celle-ci d’Ed Sheeran, alors que je le passerais volontiers dans le mixeur si je pouvais:

  • Vos bonnes résolutions ?

Je ne fais jamais de bonnes ni de mauvaises résolutions mais des projets, oui.
Et comme je n’en peux plus d’être inscrite à Pole Emploi, d’aller à des entretiens où on me fait comprendre que j’ai passé l’âge (50, c’est la mouise), marre de vivoter avec peu d’euros, je pense qu’il est temps que j’entreprenne…

  • Un mot pour l’année prochaine ?

Plus de joie…
Moins de douleur et de sentiment d’échec = sereine!

  • Votre année en images

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sendak illustre Blake #L’été de l’art- 9

Après Tolkien un autre auteur qui a illustré ses écrits. Non seulement les siens, mais aussi les poèmes de William Blake   

 

 

Maurice Sendak (June 10, 1928–May 8, 2012) would come to echo this belief — and yet he remains one of the best-loved and most influential children’s book authors and illustrators of all time, a patron saint of storytelling for young minds;

In 1967, when Sendak was thirty-nine and at the peak of his career, he received an unusual assignment that moved his heart unlike any other — a chance to finally pay homage to his great creative hero. It was small and noncommercial, but he took it: The London publisher The Bodley Head wanted to publish a Christmas keepsake commemorating the company’s 80th anniversary, featuring seven poems from Blake’sSongs of Innocence. For each of them, Sendak was asked to create a single, exquisite line drawing. The slim booklet, simply titled Poems from William Blake’s Songs of Innocence (public library), was published in a limited edition of 275 copies, none of which were for sale — instead, they were given away as holiday gifts to the authors and artists The Bodley Head represented, and to a handful of other friends of the press.

(Brain pickings)

 

 

 

 

 

 

Félinement vôtre – L’été de l’art #3

Queen Victoria (Franz Xaver Winterhalter) by Susan Herbert:

Les chats de Susan Herbert se sont amusés à prendre la pose et à remplacer les humains dans des tableaux célébrissimes. 

Maddalena Doni (Raphaël) » par Susan Herbert

La naissance de Venus  -Botticelli

Le docteur Gachet – Van Gogh

 

If you’re a cat lady with a penchant for art and history, chances are you have already heard of Susan Herbert.

 

Proserpine (Dante Gabriel Rossetti) by Susan Herbert

 

Susan Herbert – Waterhouse – la Dame de Shalott

Scènes urbaines du début XX ème – L’été de l’art #2

American artists of the early 20th century sought to interpret the beauty, power, and anxiety of the modern age in diverse ways. Through depictions of bustling city crowds and breathtaking metropolitan vistas, 25 black-and-white prints in this exhibition explore the spectacle of urban modernity. Prints by recognized artists such as Louis Lozowick and Reginald Marsh, as well as lesser-known artists including Mabel Dwight, Gerald Geerlings, Victoria Hutson Huntley, Martin Lewis, and Stow Wengenroth, are included in this exhibition.

The exhibition is curated by Charles Ritchie, associate curator, department of American and modern prints and drawings, National Gallery of Art.

John Taylor Arms, West Forty-Second Street, Night, (New York), 1922,

 

  • Mabel Dwight, The Clinch, 1928, lithograph, National Gallery of Art, Washington, Reba and Dave Williams Collection, Gift of Reba and Dave Williams, 2008

     

  • Martin Lewis, Quarter of Nine – Saturday’s Children, (New York), 1929, drypoint, National Gallery of Art, Washington, Gift of Addie Burr Clark, 1946

     

  • Louis Lozowick, Allen Street, (New York), 1929, lithograph, National Gallery of Art, Washington, Gift of Jacob Kainen, 2002

     

  • Martin Lewis, Building a Babylon, Tudor City, N.Y.C., 1929, etching and drypoint, Naitonal Gallery of Art, Washington, Gift of Bob Stana and Tom Judy, 2016

     

  • Thomas Nason, Louisburg Square, (Boston), 1930, wood engraving, National Gallery of Art, Washington, Reba and Dave Williams Collection, Gift of Reba and Dave Williams, 2008

     

  • Clare Leighton, Breadline, New York, 1931,

    Reginald Marsh, Tattoo – Shave – Haircut, (New York), 1932, etching and engraving, National Gallery of Art, Washington, Corcoran Collection (Gift of Olga Hirshhorn), 2015

    Gerald Geerlings, Civic Insomnia (New York), 1932, aquatint, National Gallery of Art, Washington, Reba and Dave Williams Collection, Gift of Reba and Dave Williams, 2008

    Armin Landeck, View of New York, 1932, lithograph, National Gallery of Art, Washington, Reba and Dave Williams Collection, Gift of Reba and Dave Williams, 2008

    Gerald Geerlings, Grand Canal, America, (Chicago), 1933, drypoint, National Gallery of Art, Washington, Reba and Dave Williams Collection, Gift of Reba and Dave Williams, 2008

     

    Asa Cheffetz, Monday (The American Scene), (Holyoke, Massachusetts), c. 1932, wood engraving, National Gallery of Art, Washington, Gift of Bob Stana and Tom Judy, 2016

     

    Victoria Hutson Huntley, Lower New York, 1934, lithograph, National Gallery of Art,

     

  • Isac Friedlander, 3 A.M., (New York), 1934

    Benton Spruance, The People Work – Evening, (Philadelphia), 1937

 

Tag #Star Wars

C’était il y a presque 1 an….
Hommage à Carrie Fisher – notre Princesse.
Et que la Force soit avec vous!

Lady Butterfly & Co

Pour finir 2015, je vous propose mes réponses à un tag spécial Star Wars.

Je me réfère un peu plus à la trilogie originale qu’à la prélogie (normal, je n’en suis pas très fan) avec référence à l’épisode 7.

Enjoy!

Mon personnage préféré:

Luke, certainement.

Puis, Leia.

Et dans le désordre: Yoda, ObiWan, Rey, Han Solo, les droïdes.

Le personnage que j’aimerais ne plus voir:

Jar Jar Binks, évidemment.

Le « méchant » que j’aime bien:

Vador

Un « méchant » qui fait vraiment peur: 

Palpatine (L’empereur)

Snoke (Supreme Leader of the First Order ) 

Le personnage qui fait toujours rire:

C3PO!

Mais pas:

La mort qui m’a le plus frappée :

ObiWan

Vador (dans Le retour du Jedi)

LAmort dans Le Réveil de la Force

Une scène émouvante:

Une scène d’action impressionnante:

La bataille de Hoth(L’empire contre-attaque)

Ce n’est pas une grotte! (L’empire contre-attaque)

La poursuite sur Endor

Une relation ébouriffante:

Le…

Voir l’article original 231 mots de plus

Love Live! School Idol Project – Les dossiers de la pop

 

 

les dossiers de la pop

De nouveaux articles

Mais c’est quoi, LL ? 

Love Live! School Idol Project (ラブライブ!, Rabu Raibu!) est un projet multimédia codéveloppé par l’éditeur ASCII Media Works, le label musical Lantis et le studio d’animation Sunrise.

L’idée est la suivante: un groupe de jeunes filles deviennent des idoles pour sauver leur école qui est dans l’obligation de fermer.
Le projet a débuté dans le magazine Dengeki G’s Magazine d’août 2010, et consiste en des CD  avec des vidéos musicales, un manga et des jeux vidéo. Une série télévisée d’animation ( ou anime – à distinguer du : manga qui désigne les BD) de treize épisodes produite par Sunrise et réalisée par Takahiko Kyōgoku a été diffusée au Japon en 2013, suivie par une seconde saison en 2014. Un film d’animation est également sorti en juin 2015.

Un jeu de rythme gratuit, nommé Love Live! School Idol Festival, a été développé. On le trouve en version IOS et Android en version anglaise et japonaise (ici, en France, on le trouve en version anglaise

Une série de trois jeux vidéo de rythme-action développée, nommée Love Live! School Idol Paradise, est sorti en 2014 pour la PlayStation Vita. Les trois jeux sont nommés Vol. 1 Printemps Unit, Vol.2 BiBi Unit et Vol.3 Lily White Unit.

Sur PS vita

 

Et le projet musical?

À partir d’août 2010, des concours de popularité ont régulièrement eu lieu dans le magazine  Dengeki G’s Magazine pour classer les personnages. De fait, les résultats  ont influencé  les positions des idoles dans les vidéos  dans l’anime. Par exemple, l’idole qui occupe la première place dans un concours donné sera en position centrale,  au premier rang dans la vidéo  qui suit. D’autres sondages sont utilisés pour déterminer les différents aspects des idoles, comme par exemple les coiffures et les costumes. À partir de l’édition de novembre 2010 du magazine Dengeki G’s Magazine, les lecteurs ont été interrogés pour déterminer le nom du groupe des idoles. Après n’avoir retenu que 5 noms, les lecteurs ont voté une dernière fois et ont choisi le nom de μ’s. Un système de vote similaire a été utilisé pour déterminer les noms des trois mini-groupe d’idoles : Printemps, BiBi, et Lily White.

 Printemps est composé de Honoka, Kotori et Hanayo ; BiBi est composé de Eli, Maki et Niko ; et Lily White est composé de Umi, Rin et Nozomi.

 

 

De quoi ça parle?

Honoka Kosaka est une jeune fille qui aime son école, l’académie Otonokizaka. Lorsque sa fermeture est prévue en raison d’un manque de candidats, Honoka est déterminée à sauver son école. Sachant que les idoles scolaires sont très populaires, Honoka et ses amies commencent à un groupe d’idole scolaire, μ’s (prononcé muse), afin d’attirer de nouveaux étudiants dans leur école.

Les personnages:

Honoka Kōsaka (高坂 穂乃果, Kōsaka Honoka)
Honoka est le personnage principal de la série, et est une étudiante de deuxième année dans l’académie Otonokizaka. Elle a une personnalité joyeuse et elle n’abandonne jamais, au point de se surmener en général. Elle est le leader de μ’s, et prend la position centrale dans certaines des chansons du groupe. Elle succède plus tard à Eli en tant que présidente du conseil des élèves.

 

Umi Sonoda (園田 海未, Sonoda Umi)
Umi est une camarade de classe et amie d’enfance de Honoka qui est membre du club kyūdō de l’école, où elle est tout à fait sérieuse. C’est une fille modeste, mâture et raisonnable, strict envers son entourage, mais qui se révèle être particulièrement timide et nerveuse lorsqu’il s’agit d’attirer l’attention des gens.  Etant une fille d’une famille traditionnelle, Umi possède des compétences dans le kendō, koto, nagauta, la calligraphie, et la danse traditionnelle.

V0RVkmuiokfwh91J_ucmnKm4S4Q

 

Kotori Minami (南 ことり, Minami Kotori)
Kotori est une camarade de classe et amie d’enfance de Honoka. C’est la fille de la directrice de l’académie Otonokizaka, à qui elle ressemble beaucoup. Elle est connue pour avoir la tête dans les nuages ​​malgré sa responsabilité en tant que superviseuse de garde-robe du groupe. Elle est aussi vraiment gentille et douce, ne voulant aucun mal à personne.

 

VZ7UoOsBNeBgOB5r6AKIxFgHiNg

Nico Yazawa (矢澤 にこ, Yazawa Niko)

Nico est une étudiante de troisième année qui s’intéresse à la mode, et agit donc comme la superviseuse garde-robe du groupe aux côtés de Kotori. Elle a grandi en admirant les idoles et espère en devenir une. Cependant, à son grand désarroi, Nico  aune apparence enfantine malgré son âge: elle fait beaucoup plus jeune que le reste du groupe. Au sein du groupe, elle est une très bonne cuisinière. Nico était la présidente du club de recherche des idoles, mais tous ses membres l’ont quitté l’une après l’autre en raison de ses normes élevées. Lorsque Honoka et ses amies lui demande de faire du club la base de μ’s, elle est d’abord réticente, doutant à quel point elles sont prêtes à aller pour devenir des idoles à succès, jusqu’à ce qu’elle approuve leur effort et rejoint le groupe également.

 

 

Eli Ayase (絢瀬 絵里, Ayase Eri)
Eli est la présidente du conseil des élèves de troisième année de l’académie Otonokizaka qui est déterminée à sauver son école. Même si elle s’oppose au projet de Honoka au début, elle finit par devenir la dernière fille à rejoindre μ’s. Elle est russe à cause de sa grand-mère, et a tendance à dire le mot russe « хорошо » [xərɐʂo] (prononcé « horosho », qui veut dire « bon »). La spécialité de Eli est son expérience en ballet et est considérée comme la chorégraphe du groupe. Elle a deux frères, et une sœur nommée Alisa qui apparaît dans l’anime.

 

 

KTK0Q9UaGIuwG7y-byNGVetOKAI

Nozomi Tōjō (東條 希, Tōjō Nozomi)

Nozomi est la vice-présidente des élèves de troisième année et la plus âgée du groupe. Elle agit comme la voix de la raison d’Eli, avec qui elle amie . Son passe-temps est la divination et elle a l’habitude de « tâtonner » les autres filles quand elle les trouve distraites ou déprimées pour « leur remonter le moral ». Elle prend donc soin de tous les membres de µ’s.

 

 

 

Et les autres:

Maki

C’est une étudiante de première année destinée à devenir médecin et à reprendre l’hôpital de ses parents. Mais elle possède un talent au piano et au chant incroyables, ce qui fait qu’elle a rejoint µ’s. Elle est la compositrice et la coach vocale du groupe

 

 

Hanayo est une étudiante en première année. C’est une jeune fille timide qui rêve de devenir une idole depuis son plus jeune âge.

 

 

 

Rin est une étudiante en première année. Son amie la plus proche est Hanayo, qui est son amie d’enfance. Comme Honoka, Rin a une personnalité joyeuse mais perd espoir facilement, et est garçon manqué. Elle a également l’habitude d’agir comme un chat.

 

 

 

Et il y a des fans :

(source )

365 jours d’écriture – Lettre ou poème d’amour

14 Février 2016 : Lettre ou poème d’amour

essais2

Laisse – moi goûter….

 

De mes lèvres, laisse-moi goûter la pureté de ton âme
En effleurer l’immensité éperdue de la flamme
Etancher à sa source ma soif incessante
Avant d’étendre un voile bleuté sur ma conscience errante.
Sentir une présence belle et tendre comme but de mon voyage
Après bien des écueils et de fougueux naufrages
N’éprouver plus qu’osmose en ce lieu d’émotion
Laisse-moi t’approcher du bout de mes frissons
.

 

Ce qu’il en adviendra, qu’importe

Que le courant l’emporte

A ma sérénité

Je te voue un baiser.

 

Quand tu ne sais pas dire les mots, invente-les
Quand tu n’arrives pas à les prononcer, écris-les.
Le silence n’a de sens que l’essence
d’être mi-ange, mi-démon,
Elfiquement angélique.

So, let me taste from my lips how pure is your soul.

Dame Papillon

 

Note:

Je l’ai écrit durant l’été 2008. Pour une seule personne. La personne qui m’avait écrit  la première phrase, (« laisse-moi goûter de mes lèvres la pureté de ton âme… » — tiré d’un film, mais chut. ). La seule personne. 

(il est toujours sur mon blog NapalYsaleya).