Bones Hillman ( Midnight Oil ) – 1958-2020

C’est le genre d’article que tu n’as pas (jamais ?) envie d’écrire mais tu sens qu’il le faut.  D’ailleurs, c’est bien pour ça que j’ai laissé passer plusieurs jours avant de me décider à le faire. C’est nécessaire.
Je crois que c’est clair, je l’ai dit : Midnight Oil a toujours été un groupe spécial pour moi – j’en ai parlé il y a un peu plus d’un an maintenant . 
Je ne pensais pas que le jour où j’écrirais à nouveau à leur sujet, ce ne serait pas pour évoquer le nouvel album ( collaboratif,The Makarrata Project, tout juste sorti depuis peu) mais pour rendre hommage au bassiste/backing vocal, Bones Hillman décédé soudainement dimanche dernier. Bones Hillman était atteint d’un cancer : tout le monde l’ignorait, même les membres du groupe.  Rob Hirst, le batteur, a confié dans une interview émouvante :  « he was keeping a terrible secret from us » (- l’article n’est plus dispo gratuitement). 

Bon. C’est fait. Je ne sais pas ce que ça me fait. C’est bizarre. Et dans l’atmosphère actuelle, ce n’est pas génial, je dois le dire. Trop de tristesse, trop de haine un peu partout, trop de rancoeur, d’angoisses, d’anxiété.
Trop de.

Voici donc quelques photos et surtout de la musique pour ne pas oublier Bones Hillman. Pour ma part, je garde cette image en tête : celle prise au Grand Rex, en 2019. Une fugitive rencontre, une photo vite fait, un grand sourire, quelques paroles, une signature. Et un concert, bien sûr.

Peter Garrett et Bones Hillman 

Peter Garrett and Bones Hillman of Midnight Oil perform on stage at the Sound Relief Bushfire Benefit Concert on 14 March 2009 in Melbourne, Australia.

 « One country » – le backing vocal

Cette ligne de  basse sur « Truganini »

Ou sur « Feeding frenzy »

Les harmonies vocales sur « Outbreak of love »

Midnight Oil 1988

Portrait of Midnight Oil with Greenpeace ‘Acid Rain’ umbrella in 1988. L-R: Rob Hirst, Peter Garrett, Martin Rotsey, Bones Hillman, Jim Moginie.

Hommage à Bones, en musique et en images fait par des fans :

 

Le Grand Rex – 2019

Alphabet musical – T

Suite en T 

La playlist (toujours non-exhaustive) est dispo sur YouTube et sur Spotify 

 T. Rex « Get it on » 

Tai Phong (JJ Goldman avant sa carrière solo ) « Sister Jane » 

Taxi Girl – « Paris » (avec une balade dans le Paris des années 80 en prime)

Thin Lizzy « Boys are back in town »

Therapy ? « Misery »

Les Tueurs de la lune de miel  » Nationale 7″

The The « This is the day »

Tagada Jones « Nous avons la rage »

Et bien sûr, Trust « Antisocial »

Alphabet musical – P

Et voilà les

Playlist YT 
Playlist Spotify 

Je vais jouer aux séries aujourd’hui et  je commence avec   : dans la série « immossible de faire un choix » :  Pink Floyd. Pour ne pas prendre un morceau trop long, j’ai préféré « Wish you were here ». Mais sinon, « Shine on you crazy diamond » est l’un de mes préférés.

Dans la série « Hit des années 80, on l’a oubliée » : Ph.D. – I Won’t Let You Down

Dans la série « punk mais la chanson date du début du XXème »  : Parabellum  « Cayenne » 

Dans la série : « on ne souvient jamais du titre de cette chanson parce qu’on pense qu’elle s’appelle « Je ne veux pas travailler »  et aussi « chanson française par un groupe qui lui, ne l’est pas » – Pink Martini « Sympathique » 

Dans la série « le titre est en anglais mais l’artiste est français », Petit Biscuit « Sunset lover »

Dans la série  » années 80 – New Wave allemande  » Propaganda « P- machinery » ( pour lex curieux et curieuses, il existe une reprise en espagnol de  2020 nommée « Automatas »)

Dans la série « post punk », Public Image Limited (PIL) « This is not a love song »

Dans la série « disco, on danse » : the Pointed Sisters « I’m so excited »

Dans la série « ils chantent en anglais mais ils sont français et ils sont même nantais, alors je ne vais pas me priver  » Pony Pony Run Run « Hey you »

Dans la série « mais qu’est-ce qu’elle est douée ! », Pomme  » Je sais pas danser » 

Dans la série « artiste surdoué qui me manque énormément », Prince « 1999″

Alphabet musical — O

J’ai failli l’oublier ; ça doit être les changements de température. Mais voilà donc le O.

Un peu de punk français :

OTH « Le rap des rapetou » 

Oberkampf « Couleur sur Paris » 

Opium du peuple  » Punkrockollection » 
(une version punk du titre de Voulzy, excellent )

Du hard rock français : Océan « Dégage »

Orchestre National de Barbès «  Dor biha »  ( une chanson populaire qui raconte comment un vieil homme essaie de se marier avec une belle femme riche  – « tourne autour d’elle, le vieux » dit le refrain )

Orchestral Manoeuvres in the Dark – « Souvenir »

Oxmo Puccino « Peur noire » 

En portugais maintenant :

Orquestrada « Oxala te veja » 

Pour finir, Omnia ( qui chante dans un tas de langues)  » Fee ra huri « 

Pour la playlist Youtube c’est toujours ici 
Pour Spotify c’est là 

Alphabet musical – J

Suite en J 

Pour commencer, un groupe que j’ai dû écouter (presque) autant que the Clash : the Jam (et on remarquera au passage où les Pistols ont pompé le riff de « Holidays in the sun », pour ne pas changer…. – de grands recycleurs avant l’heure, les Sex Pistols 🤣 )

Changement mais on reste dans les mêmes années avec Joy Division 
« Love will tear us apart » (je n’allais pas la louper)

 Joan Jett, on connaît « I love rock’n’roll »  (qui est une reprise, d’ailleurs) – voilà pourquoi vous aurez droit à « Bad reputation » :

 

Simplement pour danser 

Frenchy, récent, c’est Justice 

J -sans Jackson, ça ne va vraiment pas !

Au début des années 80 (81 ou 82?) on n’arrêtait pas d’entendre ce titre, très dansant :
Junior « Mama used to say » 

Et pour terminer dans la même veine, mais une décennie plus tard  – Jamiroquai 

Alphabet musical – I

Suite en I 

A écouter, dans la section « belles voix »:

Imany – « Don’t be so shy »

Toujours à écouter :
Izïa (la fille de Jacques Higelin ) en duo avec Dominique A.

Pour danser :

Indeep « Last night a DJ saved my life »
(celui-ci, je peux l’entendre au supermarché, je me mets à danser dans les allées — c’est du vécu !)

Toujours pour danser (ça fonctionne bien) mais aussi à écouter — et parce que j’aimais beaucoup le groupe : INXS 

Du gros son

Iron Maiden – c’est un morceau lent, vous pouvez y aller  ! « Wasting love » 

 

Et pour rendre hommage à un très grand monsieur que j’adorais et qui vient de nous quitter (quand je disais que la période n’était pas très cool en ce moment), I comme Idir. Je ne parle pas kabyle même si j’ai essayé d’apprendre quelques mots et quelques phrases de base. J’aime beaucoup cette langue.

Un autre exemple du talent d’Idir, cette version de « San Francisco«  de (et avec) Maxime Le Forestier – « Tizi Ouzou » :

 

Alphabet musical – B

Les confiné.e.s parlent aux confiné.e.s !

Je devrais éviter ce genre de références , surtout en cette période où certains parlent de « guerre » pour évoquer une pandémie.
Ma grand-mère, qui est dans sa 99ème année (99  en octobre, je pense bien à elle qui est chez elle toute seule, à cause de la situation), et qui a donc vécu la seconde guerre mondiale a trouvé absolument choquant cette idée de comparer les deux. Elle m’a exprimé tout son dégoût au téléphone l’autre jour…

Allez, haut les coeurs, voilà la suite avec la lettre B :

Je ressors aujourd’hui les vieux titres du grenier des souvenirs aujourd’hui ! Je commence  avec les Bandits, un groupe qui a sévi dans les années 80 avec ce titre : « Barbe Bleue ». On parlait de sa chanteuse, Christine Lidon, comme de la Debbie Harry française.

Et, donc, en parlant de Debbie Harry, voici un titre de Blondie qui avait fait causer pour avoir fait….du rap sur ce morceau Rapture :

Difficile de faire la lettre B  sans parler de Bowie (j’ai eu du mal à faire un choix) : 

Et puisque nous étions dans l’espace avec « Space oddity« , je vous propose une escale sur la « Planet Claire » avec les B52’s :

On change radicalement de style, de décennie. Direction la Corée du Sud aussi avec ce qui est mon groupe favori de K-pop, j’ai nommé Big Bang (qui n’est pas un « jeune groupe » non plus – 11  ou 12 ans de carrière). Très belle version de « If you » une ballade en concert. Je n’ai pas eu la chance de les voir sur scène puisqu’ils ne sont jamais venus en France  et qu’ils n’existent plus sous leur formation originelle mais j’ai vu leur leader GD en solo en 2017 à l’Accor-Arena -Bercy.

Une chanson bien cool à suivre, signée Blues Trottoir :

A la même époque, il y avait aussi quelques  groupes féminins de pop/rock qui se disputaient les hits :

The Belles Stars 
(et ça donne envie de bouger)

The Bangles – connues pour leur Walk like an egyptian 

Et pour terminer, Blessed Virgins posait cette question en 1982 : « Que faire après la crise ? » (on cherche toujours la réponse )

 

 

Note : J’ai commencé une playlist sur YT pour rassembler tout ça (et un peu plus) – ici 

Alphabet musical – A

J’espère que dans quelques années, on regardera ce printemps 2020 avec indulgence. On sourira et on dira « ah, oui, c’était quand nous étions confiné.e.s…. ». J’espère que tout ce que nous vivons actuellement sera un mauvais souvenir, qu’un vaccin existera et que nous aurons alors assez de lucidité pour affronter d’éventuels autres virus avec plus de préparation au besoin (tests, masques, lits d’hôpitaux suffisants, pas de mensonges de la part du gouvernement….oh, oups ,pardon !  c’est de la SF, là….). Mais en attendant, on doit faire avec  — et avec ce qui nous arrive : pour les uns, aller travailler avec la peur au ventre, pour les autres, rester à la maison et dans le meilleur des cas, travailler à distance, dans l’autre cas, se retrouver au chômage en se demandant comment les factures seront payées. Ce n’est pas une période sereine et certainement pas des vacances.

Au fond moi, la part optimiste espère que ce que nous vivons constituera un tournant.  J’espère donc que pour certains et certaines une certaine prise de conscience va se faire.
Pourtant, la part plus pessimiste (ou seulement réaliste ?) en doute un peu (et même fortement).
Bref.
Je n’étais pas venue pour écrire mes états d’âme mais pour proposer un alphabet musical, pendant ce confinement. Puisque nous sommes chez nous pour beaucoup, autant en profiter pour écouter de la musique.
Récemment, j’ai suivi l’alphabet de Tonton Zégut sur sa page FB et je me suis dit que j’avais un tas de lien musicaux à partager aussi, vu que j’ai tendance à avoir un juke-box dans la tête (oui, nous sommes plusieurs à avoir ce syndrome, je sais ). 

 – Voici donc un premier volet avec le A – (avec ce qui me passe par la tête)

Alphabet musical des confiné.e.s, c’est parti ! 

Un morceau épique signé Avantasia 

Metal mélodique, The Scarecrow est sorti en 2008. Rien à craindre pour les oreilles, ça s’écoute très bien.

Rien à voir avec le titre précédent : celui-ci est signé Adam & the Ants. Il date de 1981 et est totalement post-punk/néo-romantique (oui, on a aussi eu ça au début de la New Wave !). Il est vraiment sympa et la vidéo est cool.  Anecdote : j’avais eu le 45 t à sa sortie directement d’Angleterre car en France, le groupe était peu connu. J’étais encore au collège et j’étais assez fière de ma découverte…

Un morceau pour danser maintenant :

« I’m outta love « est sorti en 1999. Tout le monde disait alors qu’Anastacia avait une voix à la  Tina Turner.

Changement de rythme et de style avec Anathema, un groupe de rock-prog anglais :

Maintenant, j’apporte ma contribution à « redécouvrons les groupes français oubliés «  avec les Ablettes. Ils ont fait une reprise sympa de « Tu verras » de Nougaro dans les années 80 puis ont connu un petit succès en 86 avec ce titre :

Et pour finir, je vois mal ne pas mettre un petit AC/DC  (période Bon Scott – album Highway to Hell) :

Arts d’hiver – 16

Arts d’hiver musicaux aujourd’hui ! 

Tout commence avec un groupe dont j’ai parlé et que j’aime particulièrement écouter en ce moment, The Hu. (j’ai mis à jour l’article, avec les photos des concerts donnés durant leur tournée 2019/2020). 

Cette semaine, la vidéo officielle du titre qu’ils avaient composé spécialement pour le jeu vidéo Star Wars Jedi : Fallen Order est en fin sortie. « Black thunder » est une commande qui a été faite au groupe. Ils ont donc écrit la chanson en mongol comme ils le font pour leurs autres chansons et l’ont ensuite « traduite » dans un langage imaginaire lié à l’univers Star Wars. (tout est expliqué ici par Gala, chanteur principal du groupe)  Le titre a souvent été joué durant leurs concerts aux USA et en Europe : « Black thunder » ( « khar ayanga », en mongol). En langue Star Wars, le titre se nomme « Sugaan Essena » (ça se prononce plutôt « tsougane échéna » quand on écoute, parce que je parle pas mal l’extra-terrestre, c’est connu !  ^^). La version studio est un petit peu différente du live mais est vraiment bien fichue :

Je continue avec mes aventures « HU-vianes »: comme j’ai loupé le concert de février à Paris, j’ai décidé d’aller les voir au Hellfest à Clisson (pas loin de chez moi, donc). Le seul souci, c’est que je n’ai pas encore de billets. On sait ce qui s’est passé avec la vente des pass 3 jours…. pas une réussite. Je ne pensais pas pouvoir y aller plusieurs jours de suite, donc je n’avais même pas essayé. Les pass 1 journée seront en vente bientôt, à moi de jouer – et d’éviter les bugs.
Mais j’ai réalisé que le jour où the Hu seront en concert, un autre groupe assez intéressant est programmé (pas qu’un, bien sûr). Il s’agit de Wardruna . Ils avaient participé à la musique de la série TV Vikings. Musique !